Archives de Catégorie: International

Lettre ouverte aux candidats à l’élection municipale des 15 et 22 mars 2020 d’Amitié Palestine Solidarité

L’association Amitié Palestine Solidarité souhaite interpeller les candidats d’Aulnay-Sous-Bois afin qu’ils s’engagent pour le respect des droits de l’Homme, notamment ceux des Palestinien·ne·s.

En effet, les collectivités territoriales peuvent, à leur échelle, contribuer à faire respecter les droits des Palestinien·ne·s à travers des questions touchant directement aux compétences des municipalités : achats de la commune, délégation de service public et coopération décentralisée.

Les principes directeurs en matière de responsabilité sociale de l’OCDE et de l’ONU ne concernent pas que les entreprises ; tous les niveaux de l’État sont invités à les mettre en œuvre, à leur échelle et dans leur champ de compétence.

Concrètement :

#01 – Les municipalités peuvent se doter d’une charte éthique pour des achats publics

#02 – Un autre moyen d’intervention est la mise en place de programmes de coopération, en particulier dans le cadre de la Coopération décentralisée avec des villes et villages palestiniens ou encore avec des camps de réfugiés palestiniens dans divers domaines : partenariats économique et culturel, échanges et voyages de découverte impliquant des élu·e·s, des acteurs de la société civile ou des jeunes, etc.

#03 – La question de la Palestine peut également être portée à l’ordre du jour à travers l’organisation de débats et le vote de vœux ou de motions au sein de conseils municipaux ou de communauté de communes.

#04- Les mairies peuvent enfin soutenir les associations locales de solidarité internationale, y compris celles qui défendent les droits des Palestinien·ne s.

Mesdames et Messieurs les candidat e-s aux élections municipales d’Aulnay-Sous-Bois, seriez-vous disposé·e s, si vous étiez élu·e s, à :

  • Prendre des mesures concrètes manifestant votre attachement au droit international, aux droits de l’Homme et au droit à l’autodétermination des peuples, partout dans le monde, y compris en Palestine occupée, en organisant par exemple des débats et le vote de vœux ou de motions au sein de conseils municipaux ou de communauté de communes ?
  • Manifester votre souci d’avoir un comportement socialement responsable en évitant de favoriser les activités des entreprises dans les colonies illégales israéliennes ou indirectement par les achats ou les délégations de services de votre commune ?
  • Nouer des liens avec les collectivités territoriales palestiniennes, notamment à travers la coopération décentralisée ?
  • Donner aux organisations de solidarité internationale les moyens de se réunir et de s’exprimer librement ?

Dans l’attente de vos réponses, veuillez croire en nos sentiments citoyens.

Source : Amitié Palestine Solidarité

Abdou-Allah et d’autres élèves de l’école Ambourget à Aulnay-sous-Bois s’interrogent sur la famille royale d’Angleterre

(Photo by S. Hussein)

A l’issue d’une réunion de famille exceptionnelle, lundi 13 janvier, la reine Elizabeth II a publié un communiqué dans lequel elle apporte son soutien à son petit-fils, le prince Harry, lequel a décidé de se mettre en retrait de la famille royale britannique avec son épouse, l’actrice américaine Meghan Markle, duchesse de Sussex. Certains enfants en ont entendu parler dans les médias. Au micro de franceinfo junior, trois élèves de CM1 d’Aulnay-sous-bois interviewent Isabelle Rivère, journaliste, cheffe du service Royauté à Point de Vue. Elle est l’autrice du livre Elizabeth II – Dans l’Intimité du Règne (éditions Fayard en version augmentée dès février).

Abdou-Allah pose la première question au micro : « Pourquoi Henry et Meghan ne veulent pas être roi et reine ? » demande l’écolier. Une bonne remarque en introduction, réagit d’emblée l’invitée : « Bravo parce que tu as appelé le prince Harry par son vrai prénom qui est Henry. (…) Le prince Harry n’est pas destiné à être roi, c’est son frère aîné – le prince William – qui devrait régner (…) après le prince Charles, leur père à tous les deux. C’est, je crois, de leur part l’envie de retrouver un peu d’autonomie et de liberté. Tu sais une vie de prince, c’est fait de beaucoup de contraintes, de privations de libertés » parce qu’ils représentent « un pays », « une couronne ». Pourquoi veulent-ils aller au Canada ? A quoi servent les rois et les reines ? Sur cette page, réécoutez en entier l’émission franceinfo junior du jour sur la famille royale d’Angleterre.

Source et article complet : FranceInfo

Antar, Abdoallah et Salma, des élèves de CM1 de l’école Ambourget à Aulnay-sous-Bois, sur les incendies en Australie

Après trois mois de lutte, les pompiers australiens ont annoncé, lundi 13 janvier, avoir réussi à maîtriser le plus important « méga-feu » du pays. Cet immense brasier est situé dans la zone montagneuse de Gospers, au nord-ouest de la banlieue de Sydney. Il était hors de contrôle depuis presque trois mois.

Les enfants sont nombreux à avoir vu des images de ces incendies en Australie et les conséquences, notamment pour les animaux. Mais d’où viennent ces feux ? Comment les habitants et les animaux y font face ? On en parle dans franceinfo junior ce mardi avec Gaële Joly, journaliste à la rédaction de franceinfo. Elle revient d’Australie où elle a réalisé une série de reportages pour franceinfo. Pour l’interviewer : Antar, Abdoallah et Salma, des élèves de CM1 de l’école Ambourget à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Une grande sécheresse dans le pays

Au micro, Antar pose la première question « Qui a brûlé la forêt ? » Une question importante mais pas si évidente, à laquelle répond la reporter : « Chaque année en Australie, il y a des feux de brousse qui démarrent en décembre jusqu’en mars-avril. Cette année, ils ont commencé très tôt parce qu’il a fait très chaud, il y a une grande sécheresse. Les feux ont pris plus tôt. Il y a eu des très gros feux, difficiles à arrêter pour les pompiers. C’est la nature qui est comme ça mais qui s’est emballée cette année. » Est-ce qu’il y a eu des victimes ? Comment font les animaux ? Comment lutter contre ces feux ? Sur cette page, réécoutez en entier l’émission franceinfo junior du jour consacrée à la situation des incendies en Australie. 

Source : France Info

Le député Jean-Christophe Lagarde qualifie le président américain Donald Trump de débile

L’assassinat du général Iranien Qassem Soleimani par les américains sur ordre du président Donald Trump a provoqué une vive colère à Téhéran avec un risque d’embrasement dans toute la région. En outre, différentes bases des milices pro-Iraniennes en Irak ont été visées par des drones et avions américains.

Le parlement Irakien vient de voter pour l’expulsion des troupes étrangères (dont celles des USA) et la fin de la coopération internationale contre l’Etat Islamiste aujourd’hui. L’Irak estime que sa souveraineté a été bafouée par cette frappe qui a été effectuée de manière unilatérale par les USA.

Le député Jean-Christophe Lagarde qualifie de « débile » le président Donald Trump et déplore une sorte d’amateurisme dans les relations extérieures :

Est-ce que Monsieur Trump va attaquer M. Lagarde pour injures ? En tout cas si Jean-Christophe Lagarde devenait président de la république en 2022, sa relation avec M. Trump (qui selon toute vraisemblance devrait être réélu) serait d’emblée entachée.

PASCAL AFFI N’GUESSAN invité de CADA à Aulnay-sous-Bois

Affi N’Guessan- invité par CADA a brossé un panorama sur I’évolution de la démocratie en Afrique sub-saharienne. Plus de 50 personnes participaient à cette conférence enrichissante au cours de laquelle le président du Front Populaire lvoirien a fait un exposé remarquable et répondu aux nombreuses questions posées par la salle avec précision, sincérité et talent.

L’ancien premier ministre ivoirien se veut confiant quant à I’évolution démocratique et écologique de I’Afrique. Grâce aux coopérations et aux mutualisations qui se mettent en place, la Démocratie avance et deviendra inéluctable pour Ie continent.

II exhorte les français d’origine africaine à s’engager dans le débat politique tant pour eux-mêmes et leur culture personnelle, que pour faciliter leur intégration en France à laquelle Ia république française ne peut échapper. Enfin pour I’Afrique qui a besoin de leur compétence, surtout s’ils acceptent de revenir au pays un jour.

II préconise que se développe Ia coopération décentralisée pour aider I’Afrique dans son développement. En ce sens, il rencontre Ia totale adhésion de CADA qui Ia prône ardemment dans son manifeste « SERVIR AULNAY-SOUS-BOIS ».

Pascal Affi N’Guessan repart en Côte d’ivoire pour y préparer I’élection présidentielle de 2020, qui constituera un test décisif pour la Démocratie. Si elle se déroule dans un climat apaisé, comme il le souhaite et pour lequel il oeuvre au quotidien, alors la réconciliation nationale pourra s’accomplir et Ia Côte d’Ivoire retrouvera une aura dans le concert des nations.

Source : communiqué CADA

Concert solidarité pour la Palestine et les enfants du camp de réfugiés d’Aïda le 23 novembre à Aulnay-sous-Bois

L’association Amitié Palestine Solidarité organise le 23 novembre prochain une journée de solidarité à partir de 14h jusqu’à 0h00.
Cette journée est découpée en deux temps forts:
  • de 14h00 à 18h30 , 3 tables rondes, Entrée libre
  • De 19h00 à 0h00 , une repas concert, Entrée payante
Vous trouverez toutes les informations sur l’affiche en cliquant sur l’image ci-contre.
L’association a le plaisir de vous annoncer que la billetterie pour le repas concert du soir est maintenant ouverte.
Le tarif est de 12 euros en pré vente et 15 euros sur place. 
Un maximum de place en pré-vente est souhaité afin d’assurer le succès de la soirée.
Afin, de réserver vos places vous pouvez nous contacter par mail ou téléphone et effectuer votre règlement (vous pouvez réserver votre place par mail et effectuer un virement bancaire).

Vivre et résister dans un camp de réfugiés palestinien expliqué à Aulnay-sous-Bois le 14 juin

Vendredi 14 juin 2019 à partir de 19h00 Salle Dumont (face au parking de la gare Aulnay RER-B), 12 Bd du Général Gallieni à Aulnay-sous-Bois.

L’association Amitié Palestine Solidarité invite Abdelfattah Abusour, fondateur du centre culturel d’Al Rowwad (les pionniers) du camp de réfugiés Aïda de Bethleem (Palestine occupée), à témoigner de la situation quotidienne des réfugiés.

Le camp de réfugiés palestiniens d’Aïda de Bethleem est situé en Cisjordanie, à deux kilomètres au nord de Bethléem et à 12
kilomètres au sud de Jérusalem.

Aujourd’hui, 6 000 habitants sont concentrés sur une surface de 4 hectares (équivalent à 6 terrains de foot).

En 1948, 70% des palestiniens ont été chassés de leurs maisons et sont devenus des réfugiés dans 59 camps dans le monde et sur leur propre terre. 350 villages ont été détruits par les milices et l’armée israélienne. Les habitants du camp d’Aida viennent de 35
villages de Palestine. La place manque, il n’y a pas d’espace libre où les enfants peuvent jouer, pas d’espaces verts, pas de jardins, pas de lieux de respiration.

La population est composée à 66 % de jeunes et connaît un taux de chômage à hauteur de 60 %.

La situation est constamment tendue. La plupart des habitants ne disposent pas d’autorisation de circuler et ne peuvent plus quitter Bethleem. Le mur illégal d’apartheid, construit par l’armée d’occupation israélienne, qui jouxte le camp, leur interdit désormais d’accéder à Jérusalem.

Le camp est le théâtre de violences répétées de la part de l’armée israélienne. Plusieurs dizaines de morts, des millions d’€ de dégâts matériels : c’est le quotidien des habitants.

Pour briser la résistance palestinienne, les soldats viennent de jour, comme de nuit dans le camp, entrent dans les maisons, arrêtent et
brutalisent les habitants, et en particulier les jeunes.

En 1998, le centre culturel d’Al Rowwad et le théâtre d’Al Rowwad sont créés. Ils jouent un rôle central dans la vie locale du camp. Les
réfugiés Palestiniens y développent une histoire, des traditions et une culture qui leurs sont propres.

Source : communiqué Amitié Palestine Solidarité

L’attente angoissée d’une sœur d’une femme djihadiste et de son enfant en Syrie pour un retour à Aulnay-sous-Bois

@Le Monde

A Aulnay-sous-Bois, Sarah attend le retour de sa sœur et de son neveu âgé de 5 ans, actuellement dans le camp d’Al-Hol, en Syrie.

A Aulnay-sous-Bois, la chambre de Mohamed (tous les prénoms ont été modifiés) est presque terminée. Il ne manque plus que lui. A la hâte, Sarah a repeint les murs en blanc et commandé un lit superposé. Surtout, elle a acheté une myriade de jouets pour son neveu qu’elle n’a jamais vu, mais dont elle sait tout. Elle espère son arrivée, elle ne sait trop quand.

Mohamed est né à Mossoul, un 12 novembre 2015, la veille des attentats de Paris et Saint-Denis. Il a aujourd’hui 3 ans et n’a connu que la guerre. Pendant deux ans, sa mère, Soraya, une Française de 35 ans originaire des Hauts-de-Seine, l’a trimballé avec elle entre l’Irak et la Syrie au gré des avancées et des reflux de l’organisation Etat islamique (EI). Le 4 février, la mère et son fils ont fini par rejoindre, avec la petite Zayneb, une orpheline de 5 ans adoptée par Soraya, le camp kurde d’Al-Hol, dans les collines du nord-est syrien, avec l’espoir d’être rapatriés par l’Etat français, laissant derrière elle quatre années de vie sous le califat.

Source, image et article complet : Le Monde

 

Les vœux de l’association Amitié Palestine Solidarité le 18 janvier à Aulnay-sous-Bois

L’association Amitié Palestine Solidarité vous adresse ses meilleurs vœux pour l’année 2019.

Amitié Palestine Solidarité a le plaisir de vous inviter à sa soirée des vœux le vendredi 18 janvier 2019 à partir de 19h00, Salle Gainville (22 Rue De Sevran 93600, Aulnay-sous-Bois).

Parking à proximité.

Cette soirée d’amitié et de solidarité sera l’occasion de présenter les projets de l’association et de ses partenaires
En présence de Lahouari El Kouradi et Pascal Gabay (le SZGAB) artistes, chanteurs et interprètes qui animeront la partie musicale et culturelle Vente solidaire de produits artisanaux palestiniens.

Buffet et Verre de l’amitié.

Plus d’information en cliquant sur l’image ci-contre.

Les cours d’arabe à l’école Savigny à Aulnay-sous-Bois ont du succès, on refuse des élèves en fonction des origines

@SLAPC

Et si l’Arabe commençait à concurrencer l’anglais sur la scène internationale ? Alors que l’on pensait que la langue de Shakespeare était LA langue à maîtriser pour pouvoir faire une carrière brillante, de nombreux parents estiment que l’Arabe a une importance plus importante.

A l’école Savigny à Aulnay-sous-Bois, les cour du soir d’arabe  ont tant de succès que l’on interdit les élèves de CP qui n’ont pas cette langue comme langue maternelle. Et si la position de l’anglais devenait menacée ?

%d blogueurs aiment cette page :