Publicités

Archives du blog

Vidéo : la vente de clémentines Israéliennes à Aswak Salam, magasin Halal à Aulnay-sous-Bois, cause la stupeur

Vidéo

Des internautes viennent de poster une vidéo virale montrant la vente de clémentines originaire d’Israël dans le magasin Aswak Salam à Aulnay-sous-Bois, situé non loin du H.Market dans la zone industrielle de la Fosse à la Barbière.

Des personnes appellent au boycott, rappelant la situation du conflit Israelo-palestinien.

Pour consulter la vidéo, cliquer sur l’image ci-contre.

Publicités

Khalida Jarrar condamnée à 15 mois d’emprisonnement par un tribunal militaire israélien

Khalida_JarrarKhalida Jarrar, parlementaire palestinienne de gauche et féministe et avocate des prisonniers politiques, a été condamnée  à 15 mois d’emprisonnement par un tribunal militaire israélien à Ofer. Après son arrestation par les forces militaires Israélienne, qui ont fait intrusion le 2 avril dans sa maison de Ramallah, l’emprisonnement de Jarrar, ancienne directrice exécutive et actuelle vice-présidente du bureau des directeurs de l’Association Addameer (= Conscience) de Soutien aux Prisonniers et des Droits de l’Homme, a déclenché une indignation générale en Palestine, dans le monde arabe et sur le plan international.

Article complet : cliquer ici. Proposé par Michel Cadart

Miguel Hernandez écrit à François Hollande, Laurent Fabius et l’ambassadeur d’Israël concernant le traitement de Fadwa Khader

Fleury_Hollande_Courneuve

Inauguration Paprec 2015- Le Monde

Fadwa Khader n’a pas pu se rendre en France pour participer à une réunion de l’association Amitié Palestine Solidarité (APS). Elle va également râter de nombreuses réunions, comme celle concernant l’émancipation des femmes quelque soit le pays.

Miguel Hernandez, président de l’association APS, s’offusque et écrit donc au président François Hollande, le ministre Laurent Fabius et l’ambassadeur d’Israël.

Atteinte aux droits de l’homme: Israël interdit à Fadwa Khader de sortir des territoires palestiniens

Galion_Aulnay_PalestineIsraël occupe militairement la Palestine depuis 1967 et contrôle tous les accès à la Cisjordanie et Gaza.

Cette situation viole le droit international.

En effet, Israël contrôle illégalement les passages aux frontières et empêche toute liberté de circulation aux palestiniens.

Officiellement invitée en France et détentrice d’un visa de séjour accordé par le consulat de France à Jérusalem, Fadwa Khader, présidente de l’association palestinienne SunFlower a été interdite de sortie des Territoires palestiniens occupés, ce dimanche 22 novembre 2015.

Arrivée à la frontière jordanienne, Fadwa Khader à été bloquée par les militaires israéliens sans aucune explication.

C’est une atteinte grave aux droits de l’homme, à la liberté de circulation et au droit international.

Encore une fois, Israël bafoue le droit de la France d’accorder un visa d’entrée sur son territoire à une ressortissante Palestinienne.

L’association Amitié Palestine Solidarité exprime sa plus vive protestation.

Elle apporte son entière solidarité au peuple palestinien qui subit quotidiennement les violences de l’Etat d’Israël.

La France doit reconnaître, comme l’ont déjà fait 135 pays et le Parlement Français, l’Etat de Palestine, avec Jérusalem Est comme capitale.

Amitié Palestine Solidarité demande à François Hollande, Président de la République, de protester auprès d’Israël et d’agir pour la reconnaissance immédiate de la Palestine.

Source : communiqué APS

Miguel Hernandez : Atteinte aux droits de l’homme, Israël interdit à Fadwa Khader de sortir des territoires palestiniens

Hernandez_RomsJe vous informe que Fadwa Khader, qui devait séjourner en France durant une semaine et participer à de nombreux débats, rencontres et initiatives de solidarité avec la Palestine a été empêchée de venir en France.

En effet, en se présentant dimanche 22-11-2015 au check-point du pont d’Alamby (près de Jéricho), à la frontière Jordanienne, elle a reçu une interdiction de sortie du  territoire palestinien par les militaires israéliens.

Alors qu’elle avait en sa possession le visa délivré par la France et l’invitation d’une collectivité territoriale, aucune explication ne lui a été donnée. Elle a essayé de discuter avec les représentants de l’armée d’occupation, mais elle s’est heurtée au même refus.

La situation en Palestine est de plus en plus tendue. Fadwa Khader a été soumise à l’arbitraire de la colonisation israélienne et nous sommes inquiets pour elle.

Elle nous a dit qu’une nouvelle vague d’arrestations a lieu dans toute la Cisjordanie, et en particulier à Jérusalem-Est. De nombreux jeunes sont en prison.

L’association Amitié Palestine solidarité a fait un communiqué de protestation. Elle interpelle également le Président Hollande et le consulat de France à Jérusalem.

Vous trouverez en pièce jointe le communiqué d’APS.

L’association Amitié Palestine Solidarité maintien sont initiative prévue le 27-11-2015 à 19h00 à la salle Dumont à Aulnay-sous-bois (93600)

Source : communiqué de Miguel Hernandez, Président de l’association Amitié Palestine Solidarité

tél: 07.86.16.26.13

Tel-Aviv sur Seine le 13 août, une polémique à Paris qui a vraiment lieu d’être ?

Paris_PlageQui ne connait pas Paris-Plage, célèbre pour ses quais de Seine ensablée seulement pendant l’été et souvent fanfaronné par l’ancien Maire de Paris, Bertrand Delanoë ? A défaut de pouvoir plonger dans la Seine (et de ne rafraîchir comme à la mer), de nombreuses activités sont proposées pour petits et grands, et ce en plein cœur de la capitale. 

Cette année, Paris Plage aura un arrière goût de polémique, la première du genre, suite à la volonté du Maire Anne Hidalgo de mettre à l’honneur certaines villes emblématiques. Et celle qui a nettement fait parler d’elle est Tel-Aviv, la ville côtière Israélienne.

La mairie de Paris a insisté sur le fait que Tel-Aviv est une ville «progressiste» et «moderne»,  au contraire de certaines villes plus fondamentalistes comme Jerusalem. Au Parti de Gauche, Danielle Simonnet dénonce une certain indécence de l’événement.

Vers des actions ciblées

Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnes ont fait savoir qu’ils se présenteront sur les quais de Seine avec des drapeaux Palestiniens ou des vêtements à l’effigie de la « résistance » Palestinienne. Les forces de sécurité seront renforcées ce 13 août pour éviter tout débordement.

Même si la France et la Palestine ne partage pas vraiment d’histoire commune proche (ce territoire a été occupé par l’empire Britannique), une partie de la population Française prend fait et cause pour les mouvements Palestiniens contre la colonisation Israélienne (qui a débuté fin des années 60s suite à l’annexion de territoires après la victoire Israélienne pendant la guerre des 6 jours).

A chaque Intifada ou événement violent en Israël ou territoires Palestiniens, des répercussions arrivent en France, et la communauté juive est parfois ciblée.

Bonne ou mauvaise idée ?

Que l’on aime le concept ou pas, la Mairie de Paris savait que cette initiative allait créer une polémique. Si Israël maintient une politique contestable (on peut par exemple citer les soupçons de soutien aux islamistes qui combattent le gouvernement Syrien, où des membres du Front Al-Nosra – Al Qaida – sont soignés dans les hôpitaux du pays, 1 ayant été tué par les membres de la communauté Druze en colère), les Israéliens partagent ils tous la même vision que leur gouvernement ?

Israël n’est pas le seul pays à avoir empiété sur les minorités ou à avoir annexé des territoires contestés. La Chine et le Tibet sont un exemple parmi tant d’autres mais pourtant, cela ne déchaîne pas les passions en France…

Le climat est-il devenu trop pesant pour les juifs de la Seine-Saint-Denis ?

depart-juif-de-france-vers-israelC’est ce que sous-entend un article du Parisien d’aujourd’hui. Plusieurs couples français d’obédience juive quitteraient ainsi chaque mois la Seine-Saint-Denis pour se « réfugier » en Israël, là où apparemment ils seraient plus en sécurité. Et ce malgré les menaces d’attentat et de bombardement (du Hamas au Sud ou du Hezbollah au Nord) qui planent sur ce pays.

Plusieurs villes de Seine-Saint-Denis comme le Raincy ont une communauté juive importante. Leur départ laisserait un trace tant au niveau politique, économique ou culturel.

Ce phénomène touche plus généralement la France puisque la France est devenue le premier pays d’émigration en direction d’Israël.

Capade : il ne faut pas importer le conflit Israélo-Palestinien à Aulnay-sous-Bois !

Vidéo

Vidéo

Contrairement aux piles Wonder, la démocratie ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. De là à considérer qu’un pays laïc comme le nôtre puisse être le lieu de confrontation religieuse, il y a une marge qu’une majorité de français n’est pas décidée à franchir.
Les incidents récents liés au conflit Israélo – Palestinien démontrent une irresponsabilité de la part de certains de risquer d’importer ce conflit à l’intérieur u pays.

Au niveau local, sous la mandature de Gérard Ségura, une délégation municipale avait eu pour mandat de se rendre au Moyen Orient afin d’y établir des accords culturels entre notre ville, une ville palestinienne et une ville israélienne. Ces représentants identifiés aujourd’hui comme pro-palestiniens, sont revenus bredouilles de tout accord avec une ville israélienne.
Ainsi, nous n’avons pu tisser des relations qu’avec une ville palestinienne, ce qui rend très déséquilibré le lien que notre collectivité désirait établir, et confirme l’échec de cette délégation par rapport aux objectifs initiaux.

Des explications ont été fournies quant à cette incapacité de trouver une ville israélienne un tant soit peu pacifiste. Le risque qui était déjà pris à la base d’importer sur notre sol une source de tension s’avèrera réglé faute de contradicteur impossible à obtenir, le peuple juif étant appréhendé comme belliqueux unique responsable des tensions d’hier et d’aujourd’hui, alors que leurs voisins seraient pacifistes et à vouloir la paix à tout prix. 100 ans après le début de la première guerre mondiale, il semblerait que certains n’aient pas tiré les leçons du passé. Il est à espérer que le nouveau Maire Bruno Beschizza corrigera cette erreur. Il existe aujourd’hui en Israël de nombreuses villes mixtes, principalement au Nord du pays, avec lesquelles il serait possible de nouer ce type de partenariat.

Quant on sait que les bouddhistes ont leurs intégristes, il serait heureux d’éviter les caricatures et de savoir reconnaître que rien n’est blanc ou noir. Israël doit répondre de ses actes et respecter les accords internationaux, tout comme la Palestine doit reconnaître l’existence de l’état Hébreu.
L’amalgame, la stigmatisation font prendre à certains une responsabilité quant à la recherche de notre unité nationale et non d’un affrontement interreligieux dont les effets risquent d’être désastreux, non seulement  sur les lieux du conflit armé, mais aussi dans nos cités.

Le reportage sur ces manifestations qui ont dégénéré montre, par les slogans qui s’y côtoient, une convergence de mauvais aloi l’antisémitisme ayant dépassé l’antisionisme. Il y aurait, pour certains, un racisme de fait acceptable. Ce racisme sournois, nous devons en être protégés par notre république au risque d’interdire des manifestations aux accents « illégaux ».

Notre engagement en faveur de la démocratie de proximité est naturellement indissociable de l’environnement dans lequel elle s’inscrit.
Cela nous conduit à être attentifs  à toutes les évolutions de notre démocratie mais aussi à tout ce qui, a contrario, pourrait lui nuire.

Source : communiqué de l’association CAPADE

La barre du Galion d’Aulnay-sous-Bois aux couleurs de la Palestine

Galion_Aulnay_PalestineAujourd’hui, la barre du Galion situé dans le quartier de la Rose des Vents (anciennement 3000) s’était revêtue d’un immense drapeau Palestinien, une manière de protester contre l’offensive terrestre de l’armée Israélienne sur Gaza afin d’éliminer l’avant-garde du Hamas.

A ce jour, on dénombre près de 450 morts côté Palestinien (dont 70% de civils) et près de 20 morts côté Israélien.

Nous ne savons pas si cette initiative était soutenue par la Mairie ou non.

Photo transmise par un lecteur.

Aulnay-sous-Bois : Subvention annulée pour l’association Aulnay-Palestine

Aulnay_Palestine_Solidarite_2Cinq mille trois cents euros. C’est le montant de la subvention que le conseil municipal d’Aulnay avait décidé, en septembre 2012, de verser à l’association Aulnay-Palestine Solidarité. La ville doit aujourd’hui se faire rembourser cette somme. Le tribunal administratif de Montreuil a en effet donné suite à une requête présentée par un habitant.

Dans une décision dont il a été fait lecture le 8 juillet dernier, le juge estime que la délibération votée par les élus aulnaysiens « n’est pas exempte de toute prise de parti dans un conflit politique et international », puisque la somme a été attribuée à une association qui a elle-même « pris politiquement parti de manière publique sur la situation politique dans les territoires ».

Une analyse que conteste Miguel Hernandez, maire adjoint PC, également vice-président d’Aulnay-Palestine Solidarité (l’élu n’a pas pris part au vote sur la subvention) : « La subvention a permis de financer trois projets : la construction d’une crèche et d’une école en Palestine, avec de jeunes Aulnaysiens, la réalisation d’un film de 26 minutes sur la terre et sa signification pour les Palestiniens, et la rencontre avec des troupes de théâtre d’Hébron, de Jénine et de Bethléem. » Il insiste aussi sur les statuts de l’association, qui rappellent qu’elle œuvre « dans le respect des résolutions internationales » : « C’est important, il n’est pas question de demander la destruction d’Israël ou le retour à la situation d’avant 1949 ».

La commune d’Aulnay pourrait faire appel de cette décision.

Source : Le Parisien du 13/07/2013

%d blogueurs aiment cette page :