Archives du blog

Covid-19, la Seine-Saint-Denis veut vacciner de nouveaux publics

Alors que 19 villes sur 40 dans le département disposent d’un vaccinodrome, les Maires et spécialistes de santé de la Seine-Saint-Denis observent une baisse des prises de rendez-vous chez les plus de 75 ans. Des places sont disponibles et peinent à trouver preneur. Toutes les personnes de plus de 75 ans ne sont pas encore vaccinées, certaines semblent réticentes à cette idée.

Pour garder les doses, plusieurs villes ont décidé de vacciner les personnes de 70 à 74 ans inclus. Cela pourrait arriver prochainement à Aulnay-sous-Bois. Les quelques personnes mortes après avoir reçu le vaccin AstraZeneca semblent avoir refroidi les ardeurs.

Ouverture en un temps record d’un centre de vaccination Pfizer à Aulnay-sous-Bois

La ville d’Aulnay-sous-Bous annonce fièrement l’ouverture en un temps record d’un centre de vaccination ce week-end pour lutter contre l’épidémie de la Covid-19.

1500 personnes vont recevoir leur 1ère injection du vaccin Pfizer dans la ville d’ici dimanche soir. Vous pouvez lire le communiqué en cliquant sur l’image ci-dessous.

Plus d’une dizaine de morts en Norvège suite à l’administration du vaccin anti-Covid Pfizer

Si les différents vaccins sont attendus comme le messie pour faire face à l’épidémie de Coronavirus, certains effets indésirables peuvent être fatals. Ce fut le cas pour une dizaine de patients atteints de Covid en Norvège qui sont morts du fait de l’injection du vaccin Pfizer.

Une enquête est en cours pour comprendre les raisons de ces décès. Dans un autre pays, en Israel, pas de vague de décès mais quelques paralysies faciales temporaires pour quelques patients. Pour BioNTech, le laboratoire qui travaille sur ce vaccin, le nombre d’incidents constatés jusqu’à présent n’est pas alarmant et conforme aux attentes.

Il n’est pas rare qu’un vaccin puisse provoquer quelques effets indésirables mais les rejets sont souvent jugés « acceptables » compte-tenu de leur efficacité globale.

Benjamin Rossi, infectiologue à l’hôpital Ballanger d’Aulnay-sous-Bois, doute sur l’exploitation du vaccin Pfizer

Benjamin Rossi est infectiologue à l’hôpital Ballanger à Aulnay-sous-Bois. Dans une interview accordée à Yahoo, il estime que la situation à l’échelle nationale s’améliore concernant le Coronavirus. Les admissions en réanimation ralentissent, les infections également. Le couvre-feu et le confinement semblent porter ses fruits.

Il reste inquiet cependant sur la prise en charge des patients non-Covid, dont les opérations sont retardées à cause de la saturation des services pour traiter les patients Covid. Il est également inquiet sur le moral des médecins et du corps médical, las de cette seconde vague.

Enfin, il affirme qu’il sera difficile d’exploiter le vaccin Pfizer qui, s’il apparaît prometteur, semble difficile à conserver puisqu’il faut des congélateurs -80°C.

Vous pouvez écouter son interview vidéo en cliquant ici.

Covid-19, un vaccin bientôt disponible

Alors que les morts se comptent par milliers chaque jour dans le monde, le laboratoire Pfizer aurait mis au point un vaccin contre le coronavirus qui permettrait de réduire de 90% les risques d’attraper le virus.

Pour l’instant, les tests sont en cours mais les premiers résultats prometteurs. Ce vaccin devrait être disponible au début du printemps 2021, voire avant si les tests sont toujours aussi concluant.

Les français réfractaire au vaccin Covid

Si en Asie et dans les pays Anglo-Saxons, l’immense majorité des citoyens sondés souhaite se faire vacciner contre le Covid-19, seul 1 français sur 2 est prêt à franchir le pas. Beaucoup ont peur de la nature du vaccin et des risques de mauvaise réaction de l’organisme. Le gouvernement aura la lourde tâche de faire de la pédagogie pour inciter les réfractaires à se faire vacciner.

%d blogueurs aiment cette page :