L’efficacité d’une troisième dose Pfizer déclinerait à 45% dès dix semaines face à Omicron

L’agence sanitaire britannique est formelle : la 3e dose du vaccin Pfizer perdrait plus de la moitié de son efficacité au bout de 10 semaines. Si le variant Omicron est jugé comme peu dangereux comparé au variant Delta, sa contagiosité supérieure pourrait, selon certains analystes, mettre l’économie des pays développés à rudes épreuves.

Face à cette perte rapide d’efficacité, certains gouvernements comme celui de la France proposent de raccourcir les délais entre les doses de rappel. On pourrait se retrouver à devoir faire 4 injections par an pour continuer à avoir une vie normale. Cependant, d’autres spécialistes estiment que la faible dangerosité du variant Omicron n’exigerait pas une vaccination généralisée, privilégiant un focus sur les personnes les plus fragiles et laissant les autres développer leurs propres anticorps, comme pour la grippe.

En attendant, cette situation ne fait pas que des malheureux : des sociétés comme Pfizer engrangent les bénéfices et des collectivités où se trouvent les sièges sociaux des Big Pharma comme Mayence obtiennent de belles retombées financières.

Publié le 28 décembre 2021, dans Actualité, Santé, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :