Archives du blog

L’ex-Maire UDI du Bourget Yannick Hoppe démissionne du conseil municipal pour se consacrer à Anne Hidalgo

Après l’émoi provoqué par l’officialisation de son ralliement au Maire PS de Paris Anne Hidalgo, l’ex-Maire UDI du Bourget Yannick Hoppe a pris la décision de quitter le conseil municipal Bourgetin pour se consacrer à sa nouvelle « aventure » PS. Celui qui fut catapulté Maire par Vincent Capo-Canellas en 2017 (sans passer devant les électeurs) puis battu par Jean-Baptiste Borsali (à la surprise générale, Vincent Capo-Canellas gagnait haut la main les élections depuis 2001) a décidé de se recaser dans les équipes qui supportent Anne Hidalgo.

Pour prendre connaissance du communiqué de Yannick Hoppe, cliquer sur l’image ci-dessous :

L’ex Maire UDI Yannick Hoppe soutient Anne Hidalgo pour les présidentielles 2022, un coup de couteau dans le dos ?

Il y a de ces revirements politiques qui laissent pantois. Dernier en date, le soutien inattendu – voire ubuesque – de Yannick Hoppe, ancien militant UDI devenu l’homme de main du sénateur Vincent Capo-Canellas et qui s’est vu confier la mairie du Bourget (sans vote des Bourgetins, uniquement via le conseil municipal) en 2017.

Un « communicant » actif sur les réseaux sociaux

Avant de devenir – à la surprise générale – Maire du Bourget en 2017, Yannick Hoppe était conseiller municipal « aux ordres » de Capo-Canellas. Il était également en charge de la communication départementale du parti et animait les réseaux sociaux.

Avant 2014, il était même en charge de la communication du conseiller général Jacques Chaussat (avant d’être remplacé par Julien Odoul, qui a ensuite rejoint le Rassemblement National), tout en étant le directeur de campagne de ce même Jacques Chaussat lors des élections municipales de 2014, en pilotant la campagne…parfois depuis la ville de Dijon (ville dont il est d’origine).

S’il y a bien une qualité que l’on doit reconnaître à Yannick Hoppe, c’est sa propension à communiquer sur les réseaux sociaux, notamment Twitter. En une journée, il peut rédiger une vingtaine de Tweets et en partager tout autant, à croire que même en activité, Yannick Hoppe a suffisamment de temps pour passer des heures sur la toile. De nombreux Bourgetins l’appelaient « Le Maire sur Twitter » tandis que ses opposants l’appelaient « le Dijonais« , du fait qu’il passe une partie de son temps dans cette ville.

Une défaite historique face à un novice de la politique en 2020

Maire de 2017 contre l’avis de plusieurs élus de la majorité de Vincent Capo-Canellas – celui devait quitter ses fonctions de Maire du Bourget car en étant Sénateur, il ne pouvait cumuler -, Yannick Hoppe n’a jamais obtenu l’adhésion des Bourgetins, même ceux qui votaient à Droite. Alors que Vincent Capo-Canellas, Maire du Bourget depuis 2001, gagnait haut la main les élections municipales les unes à la suite des autres, peu imaginait que Yannick Hoppe pouvait faire perdre la ville à l’UDI. Même du côté de Vincent Capo-Canellas, tout portait à croire que Yannick Hoppe allait être réélu dans un fauteuil.

C’était sans compter Jean-Baptiste Borsali, conseiller municipal et alors membre de la majorité, qui souhaitait montrer son désaccord et prouver que le choix de Yannick Hoppe en tant que Maire n’était pas judicieux. Après un premier avertissement lors du 1er tour des municipales 2020 (Yannick Hoppe arrive légèrement en tête alors que Vincent Capo-Canellas l’avait emporté dès le premier tour en 2014), Yannick Hoppe fut battu pour 69 voix lors du second tour. Une défaite amère (un recours fut même évoqué) qui montrait que l’ex-homme à tout faire de Vincent Capo-Canellas l’avait pas les épaules assez larges pour endosser le délicat rôle de Maire.

Une trahison pour sa famille politique

Yannick Hoppe n’a jamais été vraiment quelqu’un de chaleureux, d’empathique, de charismatique. Cela se caractérisait souvent par un rejet même des militants de la première heure, et de la nécessité de se faire accompagner la plupart du temps sur le marché ou en campagne de Vincent Capo-Canellas, nettement plus populaire au Bourget.

Ce revirement inattendu, ce soutien à Anne Hidalgo (qui se traduisait déjà dès juillet par des tweets élogieux à son égard) laissent de nombreux Bourgetins bouche bée. Pour Vincent Capo-Canellas et une partie de l’ex-majorité municipale, c’est surtout le sentiment d’avoir été trahi qui doit prévaloir. Après sa défaite, Yannick Hoppe avait de tout façon plié bagages, celui-ci se targuant de défendre son nouveau quartier, à savoir Paris-13.

Calcul politique pour espérer un poste de la part d’Anne Hidalgo ? Homme désemparé sans plus aucune responsabilité politique qui essaye de se raccrocher aux branches comme il peut ? Véritable adhésion au programme politique d’Anne Hidalgo qui est elle-même décriée dans son propre camp notamment par rapport à la dette de la ville de Paris ? De nombreuses questions restent en suspens. Mais vous nous direz, en politique, on a déjà vu bien pire !

Charles-Antoine Kouakou, jardinier au Bourget et médaillé d’or aux Jeux de Tokyo !

@REUTERS/Athit Perawongmetha

Des pistes de la Seine-Saint-Denis au podium des Jeux paralympiques de Tokyo 2021. Mardi 31 août 2021, Charles-Antoine Kouakou a décroché la médaille d’or sur le 400 mètres T20. Licencié au Sport toi bien 93, il devient ainsi le premier champion paralympique issu de la Fédération française du sport adapté.

Source et article complet : Actu.fr

Le pont entre Le Bourget et Drancy rouvre avec trois jours d’avance

Bonne nouvelle pour les 11 000 automobilistes qui empruntaient cet ouvrage : le pont fortement endommagé suite à une rupture de canalisation a été remis en service avec 3 jours d’avance. S’il y a encore 2 voies de neutralisées pour poursuivre les travaux de réparation, les milliers d’automobilistes ne seront plus obligés de faire un détour.

Idem pour les lignes de bus. Cet ouvrage relie les deux villes du Bourget et de Drancy et fait partie d’un axe de circulation de premier plan.

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza ne veut pas d’un parc à la place de l’aéroport du budget

Plusieurs personnalités politiques de droite et de gauche, dont Bruno Beschizza, se sont offusquées des proposition du candidat EELV aux régionales 2021 en Île-de-France Julien Bayou de transformer l’aéroport du Bourget en parc géant.

Parmi les principaux griefs, la perte d’emploi, la destruction d’un patrimoine qui a fait la renommée de la genèse de l’aviation en France (l’aéroport du Bourget accueilli Charles Lindbergh en 1927 lorsque celui-ci traversa pour la première fois l’océan Atlantique en avion).

Faut-il détruire cet aéroport mythique pour y planter des arbres ?

Un bagage oublié au Bourget provoque de grosses galères sur le RER B de Paris à Aulnay-sous-Bois !

Quand ce ne sont pas des problèmes techniques ou des incidents de personne, c’est l’étourderie des usagers qui joue des tours au RER B ! Ce soir, un bagage a été oublié au niveau de la gare RER B du Bourget, provoquant la paralyse du trafic et de nombreux mécontentements chez les voyageurs. Le service de déminage a dû intervenir pour vérifier le bagage qui, aux premières nouvelles, ne comportait pas de bombe.

Le trafic reste perturbé jusqu’à la fin du service.

L’appui du Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza n’a pas suffi à faire gagner Yannick Hoppe au Bourget

Outre le soutien de l’ancien Maire – aujourd’hui sénateur – Vincent Capo-Canellas, Yannick Hoppe, Maire sortant du Bourget, pouvait s’appuyer sur Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, Conseiller Régional et président de Pairs Terre d’Envol.

Malgré cela, M. Hoppe n’a pas réussi à l’emporter, laissant place à Jean-Baptiste Borsali, pourtant inconnu il y a moins d’un an. 

Dans la vidéo accessible ci-dessous, on peut voir que le Maire d’Aulnay-sous-Bois n’a pas l’air très convaincu, pas très à l’aise. Peut-être s’agissait-il d’un soutien de façade ?

Yannick Hoppe (UDI) battu au Bourget par un candidat Divers Droite

Le Bourget, ancien bastion de Vincent Capo-Canellas (Maire de 2001 à 2017), vient d’échapper à l’UDI avec une victoire surprise de Jean-Baptiste Borsali (DVD). Yannick Hoppe, positionné Maire suite à la démission de M. Capo-Canellas pour cause de non-cumul des mandats (il est sénateur de Seine-Saint-Denis), n’a finalement pas pu capitaliser sur un lectorat pourtant largement acquis à l’UDI (M. Capo-Canellas l’avait emporté dès le premier tour en 2014).

Le manque de charisme a certainement beaucoup joué dans la défaite cuisante de Yannick Hoppe qui n’obtient que 48,76% des voix). L’UDI perd un bastion important dans le département de la Seine-Saint-Denis.

Avenir de l’aviation, du tourisme, des aéroports, des travailleurs de ces secteurs et des habitants du territoire « Paris terre d’envol »

L’aviation doit arrêter son développement, mieux diminuer.

Pour des raisons climatiques bien sûr et aussi pour mettre fin à la folie du tourisme international, aux abus du transport de fret qui génèrent des développements contraires à une vie économique et sociale équilibrée pour tous les pays qu’ils soient riches (et idiots avec un tourisme inhumain) ou pauvres (et esclaves des touristes riches).

De plus ces « libertés » de se déplacer (sans payer de taxes) amène à une interdépendance qui devient pour tous une dépendance sur le plan climatique, alimentaire, de la santé publique, des capitaux qui achètent les entreprises, les terres… le travail humain.

Nous venons de découvrir le télétravail et les réunions à distances à tous les niveaux y compris international.

La conséquence est évidente : il faut mettre en cause les aéroports d’affaires (derrière lequel peut se cacher du tourisme « abus de biens sociaux », soit l’aéroport du Bourget mais aussi beaucoup d’aéroports régionaux. L’aller-retour Paris-Province dans la journée en avion n’a pas de sens, le trajet Paris-Marseille en avion n’est pas justifié.

L’aéroport du Bourget ne doit pas rouvrir :

Il faut le reconvertir comme celui de Berlin-Tempelhof

Le gain de la fermeture du « Bourget » (envisagée depuis la création de Roissy) c’est la moindre pollution sonore des 92, 93, 95 pour quelques milliers de passagers et surtout la libération de 550 hectares de territoire de bonnes terres à 10 kilomètres de Paris.

Pour les aéroports régionaux, il faut restructurer l’ensemble des réseaux (route, rail, air, mer…) aux différents niveaux (local, régional, continental et intercontinental…). Nous avons finalement la chance d’avoir un réseau ferré national en étoile (radial) sur Paris qui est de fait une porte continentale et surtout intercontinentale.

Les lignes ferrée de rocade sont forcément concurrencées par la souplesse de la route (qui peut être du transport collectif, peu polluant…) …mais elles ont le mérite d’exister et doivent être réinventées : transport régional…

Cependant les régions excentrées ou insulaires au niveau européen peuvent avoir un trafic minimum aérien : Grèce, Irlande, Islande, Ecosse, Norvège, Italie du sud. Mais le trafic aérien peut aussi être réalisé par des dirigeables y compris au niveau international. Brest-New-York doit être envisagé par dirigeable comme par la mer…

L’Europe doit être innervée par des rails performants : de Paris à Moscou, de Madrid à Barcelone, Lyon, Italie du Nord et Balkans et du nord au sud…Des trains de nuit peuvent performer…

Evoquons le tourisme qui est une plaie évidente (Venise, Mont-saint-Michel et ailleurs…) et qui menace à terme nos pays riches comme ceux du sud (Tunisie et autres…)

La rencontre des hommes est devenue une réalité dans nos pays modernes. La découverte des paysages et des richesses artistiques ne peut pas être superficielle et attentatoire au climat : des séjours (type Erasmus…) seuls sont à même de favoriser de véritables échanges durables (apprentissage des langues, des cultures…), avec des perspectives professionnelles.

A l’inverse l’utilisation des mains d’œuvre bon marché pour les travaux saisonniers ou pour les travaux durs ou dangereux est à proscrire : il faut aller vers l’égalité des systèmes sociaux au moins continentale.

Il faut se battre contre les kilomètres inutiles dans tous les cas et surtout contre les kilomètres « bêtes et méchants ».

L’urgence sociale est majeure dans notre territoire dont les emplois actuels sont liés aux aéroports et à l’hôtellerie qu’il y a autour.

 L’hôtellerie doit être reconvertie : logements sociaux, étudiants, jeunes travailleurs, accueil d’urgence (femmes battues, SDF, sans papiers, populations réfugiées…), réserves sanitaires… (de quarantaine).

Mais le territoire doit aussi être valorisé (campus de toutes natures en particulier universitaire, ensembles festifs, sportifs et culturels).

Enfin le territoire doit avoir une autonomie alimentaire minimum : les cultures vivrières doivent exister come le maraîchage d’antan à Aubervilliers, la grande culture et les élevages de toutes natures aussi et les marchés locaux accueillir les productions locales y compris de transformation agro-alimentaire.

Evoquons Roissy qui doit arrêter de grossir (T4 et CDG-Express), les directs RER B « Paris Roissy » vides doivent être abandonné sans délai : pour des raisons sanitaires aujourd’hui et pour donner la priorité aux travailleurs invisibles demain.

Source : André Cuzon

Une dizaine d’individus d’Aulnay-sous-Bois et du Bourget on lynché un homme

Une dizaine d’individus s’étaient déchaînés sur un homme de 34 ans début novembre en gare du Bourget. Cinq ont écopé de peines de prison ferme.

Le 2 novembre, dans le hall de la gare du Bourget une quinzaine d’individus se ruent sur un homme seul. Ils le frappent à coups de batte de base-ball, de marteau et de barres de fer. L’action ne dure que quelques secondes mais laisse la victime sans connaissance.

Ils auraient recruté des gros bras pour se venger

Après plus d’un mois d’investigations, le visionnage des caméras de la SNCF, un travail sur les téléphones portables, les enquêteurs parviennent à identifier onze suspects. Tous appartiennent à la communauté indienne.

Ils sont déjà tous connus des services de police, domiciliés au Bourget et à Aulnay. Mais ils ne seraient que de simples exécutants.

Source, image et article complet : Yahoo

%d blogueurs aiment cette page :