Archives du blog

Vidéo : Un policier au Blanc-Mesnil encerclé par des individus agressifs tire et blesse l’un des assaillants

Illustration

Un banal contrôle routier a failli tourner au drame : des policiers de Drancy ont tenté d’interpeller un homme en scooter hier, mais ce dernier n’a pas voulu obtempérer et a tenter de fuir.

Sur la commune du Blanc-Mesnil, le fuyard percute un policier qui se retrouve aussitôt au sol. C’est alors que plusieurs individus surgissent de nulle part et foncent sur le policier au sol, et commencent à lui asséner des coups de pied.

C’est alors que, pour se sortir de cette situation désespérée, qu’il use de son arme, blesse l’un des lascars, provocant la fuite des autres.

L’homme en scooter (qui a été confisqué) est toujours en fuite. La vidéo ci-dessous explique les faits :

Vidéo : les nids de frelons asiatiques deviennent un véritable fléau

L’hiver aidant, les grands arbres perdent leurs feuilles et, en plus des nids de corbeaux ou de pies, on découvre de véritables ballons de basket qui ne sont que des nids de frelons asiatiques.

A cette époque, tous les frelons sont morts (hormis les reines qui se cachent au chaud sous les tuiles ou dans le sol en attendant le printemps). Ces nids servent de garde-manger pour les pies et autres espèces de corvidés car il reste quelques larves à l’intérieur.

Le frelon asiatique est une espèce invasive, qui n’a pas de prédateur et qui se nourrit d’abeillers et autres insectes, ainsi que de larves de mouches. Son nid est bien plus gros que celui du frelon européen. C’est une espèce également agile, rapide et plus agressive, qui n’hésite pas à attaquer une menace au-delà d’un périmètre supérieur à 20 mètres (là où le frelon européen tend à se calme dès que l’on s’éloigne de 10 mètres du nid).

Il y a eu plusieurs attaques parfois mortelles en 2019. Quasiment toute la France est touchée (le frelon ne s’aventure pas au-dessus d’une certaine altitude).

Ci-dessous, une vidéo impressionnante d’un nid de frelons asiatiques :

Un homme tué de plusieurs coups de couteau chez lui à Sevran Beaudottes

Selon les premiers éléments de l’enquête, son agresseur aurait accédé à l’appartement, situé dans le quartier des Beaudottes à Sevran, par le balcon.

Un homme de 54 ans est mort lardé de coups de couteau, ce jeudi à Sevran. Le drame, dont l’enquête de police déterminera les circonstances exactes, s’est déroulé entre 17 heures et 18 heures dans le quartier des Beaudottes.

Ce sont des riverains qui ont appelé le 17 à la vue d’un homme debout sur un balcon, couteau à la main, les mains et le visage en sang.

Selon une source policière, les fonctionnaires ont interpellé le suspect dans la foulée et retrouvé la victime allongée au sol de l’appartement, « de multiples plaies à l’arme blanche sur le corps, dont au moins une au cou ». Les pompiers sont également intervenus pour réaliser un vain massage cardiaque.

Selon les premiers éléments de l’enquête, l’agresseur, âgé de 41 ans, était son voisin de palier. Il aurait accédé à l’appartement par le balcon.

Le suspect a été placé en garde à vue pour homicide volontaire, d’après le parquet de Bobigny. Une autopsie devait être pratiquée ce vendredi matin sur le corps de la victime. L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.

Source : Le Parisien

Un policier d’Aulnay-sous-Bois suspendu après une interpellation controversée et musclée à Sevran

Vidéo

La vidéo de l’interpellation d’un jeune homme à Sevran a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux. Les collègues du policier suspendu estiment eux la sanction « injustifiée ».

Un fonctionnaire de police a été suspendu de ses fonctions « afin d’établir les circonstances exactes de cette interpellation », à la demande du préfet de police Didier Lallement. Une décision qui intervient au lendemain de l’interpellation controversée d’un jeune homme dans une rue de Sevran (Seine-Saint-Denis). Sur les images, qui ont suscité la polémique sur les réseaux sociaux, on voit le policier frapper à plusieurs reprises la victime.
Plusieurs dizaines de policiers se sont rassemblés devant le commissariat d’Aulnay-sous-Bois en signe de protestation contre sa suspension qu’ils jugent « injustifiée »

Source et article complet : RTL

Vidéo ci-dessous :

Booba et son équipe attaqués lors du tournage d’un clip à Aulnay-sous-Bois, des coups de feu tirés et blessés par balles

Ils étaient une quinzaine à vouloir en découdre. Dans la nuit du 20 au 21 août, des individus armés ont débarqué sur le tournage d’un clip de la star du rap Booba, qui se déroulait dans un entrepôt désaffecté d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), selon les informations de nos confrères d’Europe 1, confirmées par RTL. 

Les agresseurs ont ouvert le feu sur un spectateur qui assistait au tournage. Blessé aux jambes, il a été hospitalisé. Deux autres personnes dont le réalisateur du clip ont quant à elles été rouées de coups à l’aide d’une batte de base-ball. Leurs jours ne sont pas en danger mais elles ont également été hospitalisées. Booba avait lui déjà quitté les lieux au moment de l’irruption des suspects et n’a donc pas été touché. 

Aucune interpellation n’a pu avoir lieu sur place, les individus ont réussi à prendre la fuite avant l’arrivée des forces de l’ordre. Une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny. Une certitude pour le moment selon nos informations, le tournage était parfaitement légal, l’équipe du rappeur ayant eu toutes les autorisations nécessaires.

Source : RTL

Affaire communiqué de Jordan Bardella : Le blog Aulnaycap relaxé

Un jugement de la cour d’appel de Paris était rendu aujourd’hui concernant l’affaire du communiqué de Jordan Bardella (RN) qui contenait un propos sur une prétendue « illégalité » de cumul des mandats de M. Beschizza pendant quelque mois en 2015-2016 (Maire, Conseiller Départemental, Conseiller Régional). La 17ème chambre du tribunal de Paris avait relaxé M. Bardella et, par la même occasion, Arnaud Kubacki, alors directeur de publication du site Aulnaycap qui avait relayé le communiqué.

La cour d’appel a confirmé la relaxe pour Messieurs Bardella et Kubacki. La justice a donc considéré que le blog Aulnaycap n’avait pas enfreint la loi en publiant ce communiqué, le blog aillant l’habitude de relayer des communiqués de personnalités locales toutes tendances confondues.

M. Beschizza peut toujours se pourvoir en cassation.

Un élève du collège Victor Hugo à Aulnay-sous-Bois frappe violemment une AED à la tête

En raison de faits de violence à l’encontre d’une AED perpétrés par un élève au collège Victor Hugo d’Aulnay-sous-Bois mardi 14 mai 2019, l’ensemble de la vie scolaire et des enseignants ont décidé d’exercer leur droit de retrait.

L’incident a eu lieu sur le temps du repas, à la cantine. L’élève a d’abord saisi l’AED à la gorge avant de la frapper à la tête avec un plateau. L’AED s’est rendue à l’hôpital pour une plaie ouverte à la tête nécessitant des points de suture.

En réaction à ce geste d’une extrême brutalité, qui s’inscrit dans un climat de violence permanente au sein du collège, la vie scolaire a décidé d’exercer son droit de retrait. Les enseignants ont choisi de les soutenir dans cette démarche.

Une réunion s’est tenue au cours de laquelle nous avons fait le constat d’un manque de personnels pour encadrer les élèves. Nous demandons pour notre établissement :

  •  la création de 4 postes supplémentaires d’AED,
  •  le retour du poste de psychologue clinicien supprimé en juin dernier par la mairie d’Aulnay,
  •  la mise en place de formations sur la gestion de la violence pour tous les personnels,
  •  la création au niveau national d’une prime pour les AED exerçant en éducation prioritaire. 

Les AED seront en grève ce mercredi 15 mai, tandis que les enseignants se retrouveront avant le début des cours pour décider de la suite du mouvement.

Source : Sud Education 93

Le commissariat d’Aulnay-sous-Bois la cible d’un futur attentat islamiste ?

C’est ce qu’affirme RTL : un commissariat d’Aulnay-sous-Bois a fait l’objet de repérages par des personnes radicalisées en vue d’une attaque au début du mois de Ramadan. L’enquête est en cours, cette affaire serait liée au projet d’attaque de l’Elysée toujours par des personnes radicalisées.

18 mois de prison ferme après l’agression de deux Roumains à Aulnay-sous-Bois

Depuis les agressions visant des familles d’Europe de l’Est, c’est le premier procès où les victimes sont présentes. Gheorg et Marcus* ont été pris pour cible parce qu’ils étaient en camionnette immatriculée en Bulgarie.

A l’entrée du palais de justice de Bobigny, Marcus* est fébrile. « Cela fait quinze ans que je vis en France et c’est la première fois que je vis ça », se désole ce père de famille de 45 ans, tabassé avec un compatriote Roumain à Aulnay-sous-Bois, le 26 mars. Cheveux et yeux clairs, ils sont nés en Roumanie, mais ne sont pas roms.

Les deux hommes de belle stature (plus d’1 m 90 pour une centaine de 100 kg) avaient été sortis de leur camionnette, rue de Savigny, puis frappés par « une quinzaine de jeunes gens de 15 à 20 ans ». Marcus avait réussi à trouver de l’aide chez les pompiers. La police a pu identifier les voitures des agresseurs grâce aux caméras de la ville.

Un « nord africain avec une barbe importante » est resté introuvable. Cinq autres suspects ont échappé aux poursuites grâce à un solide alibi. Reste ce jeune, imberbe, contractuel d’une collectivité locale, âgé de 19 ans, qui comparaît seul. Il a écopé, ce lundi, de 18 mois de prison ferme.

« Je suis fatigué et effrayé »

Marcus, l’une des deux victimes, a tellement peur qu’il renonce finalement à assister au procès. Gheorg*, lui, reste. Agé d’une trentaine d’années, il a découvert la France il y a deux mois. « Je suis fatigué et effrayé », dit-il en préambule alors que le président lui demande de s’avancer pour voir son visage en pleine lumière. Un hématome violet et quelques points de suture lui couvrent l’œil. Ses blessures ont été évaluées à 10 jours d’ITT.

« Ce camion rouge là était suspect, je voulais me rassurer… »

« Il était là, affirme Gheorg par la voix d’une interprète. Mais je ne sais pas s’il a frappé, moi j’étais accroupi en train de me protéger. » Il a entendu « sales bulgares, tsiganes roumains », mais n’a pas compris la raison de ce déferlement de violence. Il accompagnait Marcus pour sa quotidienne distribution de prospectus.

Source et article complet : Le Parisien

Un élève victime d’une agression et d’une tentative de vol devant le collège Christine de Pisan à Aulnay-sous-Bois

Vendredi dernier, le 30 novembre 2018, un élève s’est fait agresser avec tentative de vol de portable devant le collège Christine de Pisan à Aulnay-sous-Bois. Les parents de la victime ont porté plainte.

Suite à l’appel de l’élève en détresse à ses parents, ces derniers ont informé l’établissement pour demander des sanctions exemplaires et un changement de collège.

Aujourd’hui, je jeune élève est traumatisé et ne va plus au collège. Les parents ont alors exigé un changement de collège, notamment en faveur du collège Gérard Philippe. Hélas le responsable du collège Christine de Pisan a indiqué que le transfert était impossible et qu’il était obligatoire pour l’élève de retourner dans l’établissement tant redouté.

Les parents se disent révoltés et souhaiteraient que les choses évoluent. 

L’enfant présente des séquelles physiques (au niveau des cotes). L’agresseur, élève également du collège Christine de Pisan, a été exclu ce lundi jusqu’à lundi prochain. Mais le conseil de discipline n’aura lieu qu’en janvier au plus tôt, et une décision clémente est redoutée par les parents de la victime.

Les parents ont rendez-vous ce vendredi après-midi à la Mairie pour discuter de cette affaire et demander un transfert vers un autre établissement pour l’élève.

Source : père de la victime

%d blogueurs aiment cette page :