Archives du blog

Vidéo, des policiers agressés à Sevran par plusieurs individus, jet de projectile et crachats

Jeudi soir, alors que le couvre-feu venait de commencer, une patrouille de police a été prise à partie par un individu connu des services de police. Cet individu s’en est pris à la voiture des policiers, donnant plusieurs coups en défonçant la porte.

Les policiers ont alors procédé à l’interpellation de cette personne, entraînant la réaction hostile de jeunes venus à sa rescousse. Selon les policiers, la patrouille aurait subi des crachats ainsi qu’un jet de trotinnette.

Pour voir la vidéo de l’interpellation et la réaction hostile de certains jeunes, cliquer sur l’image ci-dessous :

Deux blessés graves après une rixe entre bandes à Aulnay-sous-Bois à coup de marteaux !

Les faits se sont déroulés à Aulnay-sous-Bois le dimanche 14 mars 2021, dans la soirée. Une rixe entre bandes rivales a éclaté.

Selon une source proche du dossier, cette dispute qui s’est envenimée entre plusieurs individus allant jusqu’à la rixe serait liée à un trafic de stupéfiants. 

Deux individus gravement blessés

Les premiers éléments indiquent que les individus étaient munis de barres de fer et de marteaux. Les coups ont été très violents, deux individus ont été gravement blessés.

Selon nos informations, ils ont tous les deux été hospitalisés, l’un a été touché à la tête et l’autre aux poumons. Une enquête a été ouverte pour comprendre ce qu’il s’est passé.

Source : Actu.fr

Un jeune exclu du collège Jean Renoir à Bondy pour des coups de couteau bientôt réintégré

Le 23 novembre dernier, un élève de 3ème du collège Jean Renoir à Bondy, apparemment sans histoire, a asséné des coups de couteau dans la cuisse d’un élève de 5ème, provoquant son exclusion. Le collège Jean Renoir est classé réseau d’éducation prioritaire.

Suite à son passage au conseil de discipline et à son exclusion, le fautif a été placé dans un autre établissement. Cependant, sa famille avait déposé un recours et apparemment, elle a obtenu gain de cause. Le jeune va pouvoir réintégrer son établissement, mais cela provoque de vives inquiétudes chez les syndicats enseignants. Pour les élèves, cette histoire ne semble pas trop les préoccuper, certains affirment même qu’il s’agirait d’un élève qui ne pose pas de problème particulier.

Les deux auteurs présumés de l’horrible agression de policers à Aulnay-sous-Bois remis en liberté

Malgré les preuves vidéos, malgré la violence des coups et l’ITT de 90 jours concernant l’un des gardiens de la paix, les deux agresseurs présumés ont été remis en liberté. Les faits s’étaient déroulés le dimanche 3 janvier dans la cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois. Deux policiers de la Compagnie de sécurisation et d’intervention de la Seine-Saint-Denis (CSI 93) avaient été attaqués par plusieurs individus durant un contrôle routier.

Les deux personnes qui étaient mises en cause ont été présentés au tribunal correctionnel de Bobigny ce mercredi pour être jugés. Selon une source proche de l’enquête, une commission rogatoire a été ouverte dans ce dossier, notamment pour exploiter une vidéo. Hélas, les avocats des prévenus n’en avaient pas eu la copie.

Ces derniers ont réclamé le report de l’audience et la remise en liberté de leurs clients. Les deux hommes ont été libérés et leur procès a été renvoyé au 2 juin prochain. Les suspects étaient incarcérés depuis le 8 janvier dernier.

Source : Actu17

De la prison ferme pour un jeune qui a tiré des mortiers sur la police en Seine-Saint-Denis

@ROBERTO SALOMONE / AFP

Dans certaines cités de France, les policiers ne sont pas accueillis en héros, mais plutôt comme une force hostile. Il arrive que des jeunes leur jettent des cailloux et, plus récemment, les attaquent au mortier.

Hier, le tribunal de Bobigny, pourtant connu pour sa relative clémence contre les contrevenants, a condamné un jeune de 18 ans à 3 mois de prison ferme. Il devra également payer 500 € à chaque policier attaqué.

Ce jugement pourrait donc refroidir les ardeurs de certaines personnes qui n’hésitent plus à défier les autorités, pour des motifs variés.

Hervé Suaudeau contre Bruno Beschizza, vers une nouvelle claque judiciaire pour le Maire d’Aulnay-sous-Bois ?

Bruno Beschizza poursuivait Hervé Suaudeau, personnalité politique locale Aulnaysienne et blogueur, pour avoir pointé du doigt les liens de financement entre la mairie et les associations faisant la promotion du salafisme. Absent au tribunal, mais représenté par son avocate, il demandait 8000€ de dommages et intérêt en sus du remboursement des frais d’avocats.

Lors de l’audience qui a eu lieu cet après midi, le procureur a requis la relaxe. Il estime que « les propos ne relèvent pas de la diffamation et s’inscrivent dans la libre expression » . Le jugement a été mis en délibéré et sera rendu le 2 avril 2021 à 13h30.

Lors du précédent procès dont l’audience a eu lieu il y a deux semaines, le procureur avait aussi requis la relaxe. Le jugement de cette première affaire sera rendu le 18 mars.

Il y a en ce moment 4 procédures en cours entre Bruno Beschizza et Hervé Suaudeau. Bruno Beschizza bénéficie de sa protection fonctionnelle, Hervé Suaudeau utilise ses propres deniers.

Plusieurs individus d’Aulnay-sous-Bois interpellés pour le braquage d’un dépôt de tabac à Ludres en Meurthe-et-Moselle

Illustration

Le 4 juin 2020, un immense dépôt de tabac à Ludres dans le département de la Meurthe-et-Moselle (54) avait été attaqué par plusieurs individus masqués. 5 personnes avaient été séquestrées, dont 2 avait reçu des coups de cross en pleine tête. Après avoir récupéré leur butin, les malfaiteurs ont pris la fuite et ont été appréhendés par la gendarmerie.

Après plusieurs mois d’enquête, 7 personnes ont été appréhendées notamment en Seine-Saint-Denis, plusieurs individus ayant leur lieu de résidence à Aulnay-sous-Bois. Cette fois-ci, le crime n’a pas payé…

Vidéo, la police attaquée à coup de mortiers dans le quartier des 3000 à Aulnay-sous-Bois !

En Seine-Saint-Denis, des policiers d’Aulnay-sous-Bois ont été hier la cible de tirs de mortiers d’artifice. Personne n’a pour l’heure été interpellé. On ignore pourquoi il y a une recrudescence des tensions, certains parlent du ras-le-bol du couvre-feu.

Ci-dessous, la vidéo de ces affrontements :

Un chien American Staff saute sur les élèves de l’école Savigny à Aulnay-sous-Bois risquant de les blesser !

Un témoignage surprenant sur les réseaux sociaux nous apprend qu’un chien American Staff, qui appartient à un couple qui habite en face de l’école maternelle Savigny 2, donne bien des émotions aux parents. Laissé sans surveillance, ce chient saute sur tout le monde, y compris les enfants.

Une maman a eu une sueur froide quand ce chien tout fou a sauté sur sa poussette, risquant de faire tomber son bébé. Contactée, la propriétaire du chien affirme que celui n’est pas dangereux et qu’il ne veut que jouer. Ce chien a pourtant provoqué le blocage de l’école, les enfants ne pouvant plus rejoindre l’école depuis la cour provisoire de peur d’avoir affaire à ce chien. Le canidé a d’ailleurs sauté sur une dame aujourd’hui, provoquant l’émoi dans le quartier.

Faut-il euthanasier ce chien ? Doit-on attendre qu’il fasse une victime grave pour intervenir ? Est-ce que la propriétaire de ce chien est protégée ? Beaucoup de questions aujourd’hui sans réponse.

Source : #SLAPC

Alain Ramadier, député d’Aulnay-sous-Bois, veut attaquer pénalement trois directeurs d’administration pour fraude

Quatre députés ont adressé mercredi 16 septembre une lettre au président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, afin de saisir le procureur de la République contre trois dirigeants d’administration. Patrick Hetzel (Bas-Rhin, LR), Pascal Brindeau (Loir-et-Cher, UDI), Alain Ramadier (Seine-Saint-Denis, LR) et Michel Zumkeller (Territoire de Belfort, UDI) souhaitent concrètement voir appliquer le code de procédure pénale, qui identifie des infractions propres aux fautes commises par les agents publics dans l’exercice de leurs fonctions.

Dans le document, que Le Figaro a pu consulter en exclusivité, les signataires relèvent des faux témoignages lors de la commission d’enquête sur la fraude aux prestations sociales, qui vient de rendre ses travaux. Les parlementaires, qui faisaient partie de cette commission, condamnent sans égard les personnes auditionnées : «Toutes ces affirmations erronées ou contradictoires, délivrées sous serment par de hauts responsables administratifs, ne sont pas seulement la marque d’une désinvolture inadmissible à l’égard de la représentation nationale : elles sont également constitutives du délit de faux témoignage», affirment-ils. Des mensonges qui concerneraient à chaque fois le comptage des cartes Vitale, indispensable pour jauger des éventuelles fraudes aux prestations sociales.

Source et article complet : Le Figaro

%d blogueurs aiment cette page :