Archives du blog

La députée à Aulnay-sous-Bois Nadège Abomangoli estime que Carole Delga a des biais racistes sur les personnes noires

Léger dérapage de Carole Delga (présidente de la région Occitanie) ou bourde monumentale ? Le fait d’avoir assimilé Yannick Noah et Kylian Mbappé à des personnes immigrées alors qu’eux-mêmes et au moins un de leurs parents sont Français a provoqué un séisme politique.

Malgré quelques excuses sur la maladresse, des personnalités politiques comme Nadège Abomangoli ne sont pas allées avec le dos de la cuillère. Dans des tweets, elle s’exprime ainsi :

« Au bout de combien de générations Mme Delga nous autorise-t-elle, nous qui sommes noirs, à être considérés comme Français ?

Lutter contre la stigmatisation, dit-elle !
Non merci, pour lutter, on se passera des biais racistes de ceux qui disent « j’ai un ami noir » ou « j’aime Noah.

Considérer des gens comme moins Français du fait de leur couleur de peau, c’est perpétuer des clichés racistes et une vision fermée de la citoyenneté et de notre pays. L’inverse de la République.

Que le PS tolère cela, c’est un problème politique« 

A Gauche, ça tire à belles réelles…

Bilan de mandat des élus PS, PCF et citoyens à Aulnay-soys-Bois

Vous trouvez le bilan de mandat des élus de l’opposition de Gauche à Aulnay-sous-Bois en cliquant sur l’image ci-contre.

Christiane Taubira gagnante de la Primaire populaire pour tenter de battre Emmanuel Macron

Christiane Taubira a été désignée par les votants à la Primaire populaire ce dimanche soir comme candidate à l’élection présidentielle.

L’écologiste Yannick Jadot se classe en deuxième position, devant « l’insoumis » Jean-Luc Mélenchon puis l’eurodéputé Pierre Larrouturou. La maire de Paris Anne Hidalgo arrive en cinquième position.

C’est une très grosse surprise pour les cadres mais pas pour les militants.

Le Parti Socialiste en pleine déshérance dans les quartiers populaires d’Aulnay-sous-Bois ?

Le média d’extrême gauche Médiapart revient sur la lente agonie du Parti Socialiste dans les quartiers populaires en Île-de-France. Il est vrai que depuis 2014 avec la vague bleue provoquée par le rejet de la politique de François Hollande, la Gauche et le Parti Socialiste (PS) en particulier continuent une lente descente aux enfers avec des revers électoraux locaux, laissant libre champ à une Droite qui n’hésite plus à jouer sur le communautarisme pour sécuriser des voix.

A Aulnay-sous-Bois, alors que Gérard Ségura, Maire contesté au sein même de sa famille, avait réussi à conserver une avance sur le tout fraîchement parachuté candidat Bruno Beschizza (UMP puis LR) dans les quartiers populaires, ce dernier est arrivé en tête dans tous les bureaux de vote, y compris dans les quartiers considérés comme des fiefs de la Gauche.

Comment expliquer ce désastre ? Plusieurs facteurs :

  • La Gauche au pouvoir entre 2012 et 2017 a préféré mettre l’accent sur des thèmes abscons voire polémiques plutôt que de mettre l’accent sur la lutte contre les inégalités, son principal cheval de bataille. Le « Mariage pour tous » a été salué par une minorité de « bobos » mais la classe ouvrière des cités populaires et les communautés d’origine étrangères n’ont pas apprécié ce combat, notamment chez les personnes pieuses religieusement
  • L’absence, à Aulnay en tout cas, d’une personnalité charismatique à Gauche, capable de rassembler et surtout d’être crédible notamment dans les quartiers Nord. Depuis 2014, la Gauche à Aulnay se cherche et fait plus peine à voir que trembler le tout puissant clan Beschizza. D’autant plus que les nombreuses démissions au conseil municipal montrent que des personnalités politiques ne se présentent que par opportunisme et non pour défendre de réelles convictions
  • Le virage de la Droite opéré à partir de 2010 pour charmer l’électorat musulman en s’appuyant sur des « hommes forts » de quartier ou des associations de grande importance. Il est loin le temps du RPR au discours similaire à celui du RN d’aujourd’hui (sauf sur l’Europe) et de la droite séquano-dionysienne de feu Eric Raoult, ouvertement très à droite et ne souhaitant aucun compromis avec les associations cultuelles ou les caïds de cité

A Aulnay-sous-Bois, le comme dit un pirate local très célèbre, les Aulnaysiens vont avoir Bruno Beschizza comme Maire pour quelques lunes. Même avec un gros scandale, il gagnerait haut la main, tout comme Patrick Balkany à Levallois-Perret. La majorité des séniors souhaitent un semblant de tranquillité et ne veulent pas d’un changement de Maire, surtout à Gauche. Et une partie de la communauté Musulmane, qui votait traditionnellement à Gauche ou s’abstenait, voit en Bruno Beschizza l’assurance de pouvoir continuer à se développer au travers d’un tissu associatif cultuel plutôt proche de l’édile.

La Gauche est-elle définitivement morte à Aulnay-sous-Bois ? Certainement. Mais le plus triste pour la démocratie locale, c’est qu’aucun parti, aucun mouvement ne semble pouvoir faire de l’ombre à M. Beschizza, LREM pâtissant du bilan plus que mitigé du gouvernement Macron et les partis de droite nationaliste n’ayant aucune assise locale, incapable d’infléchir leur discours pour attirer vers eux des personnes issues de l’immigration dont le poids électoral est crucial pour peser dans la balance…

Bruno Beschizza estime qu’une partie de la Gauche colporte la haine contre la police et signe une tribune dans Valeurs Actuelles

Ce week-end, le Maire d’Aulnay-sous-Bois et conseiller régional Île-de-France Bruno Beschizza publie une tribune dans Valeurs Actuelles aux côtés de Frédéric Péchenard et de Vincent Jeanbrun pour dénoncer les propos tenus par des élus de gauche accusant la police de tuer des citoyens. Pour Bruno Beschizza, nos policiers méritent bien mieux !

Une partie de la Gauche se réclamant du Wokisme adopte une attitude anti-policière en s’alliant avec des mouvements parfois peu recommandables. Dans certaines villes de Gauche, l’insécurité est florissante et les citoyens sont exaspérés.

Elections du 27 juin 2021, Les républicains d’Aulnay diffament la gauche qui répond

Christelle Chat, Artiste et Ingénieure en informatique, candidate suppléante de la liste de rassemblement de la gauche et des écologistes

Bonjour Christelle Chat. Vous êtes candidate suppléante sur la liste de la gauche solidaire et écologiste pour les départementales. Pourriez vous vous présenter au lectorat d’Aulnaycap ?

Habitante de Seine-Saint-Denis depuis toujours, je trouve qu’il est important pour tous les citoyens de s’engager, chacun à son niveau dans la vie politique, au sens de la vie de la cité. Je me suis engagée en tant qu’élue des parents d’élèves au collège et au lycée, j’ai pu soutenir les élèves, les parents et les professeurs à conserver un cadre éducatif juste et adapté à notre territoire. Ensuite, J’ai souhaité m’engager dans un cadre démocratique innovant pour les élections municipales et je veux participer maintenant, au niveau départemental, à remettre l’humain et la nature au centre des décisions.

Pourquoi vous être engagée sur la liste de gauche écologiste ?

Le projet porté par la liste de rassemblement de la Gauche et des écologistes me semble juste et adapté, et je souhaite que cette union, déjà à l’œuvre depuis plusieurs années au Département, puisse continuer ses actions. A mon sens, les écologistes sont les plus à même de répondre aux alertes des scientifiques sur le dérèglement du climat, la mise en danger de la biodiversité, et donc du vivant. Il est de notre devoir de nous engager pour nos enfants, leur santé et la nôtre.

Il semble que vous soyez très sensible aux problématiques écologiques. Quelles sont vos propositions en ce domaine ?

La transition écologique doit être vue comme un pilier de la justice sociale. Nous souhaitons porter le développement des mobilités douces par un réseau cohérent sur tout le Département, soutenir également la protection des terres agricoles, ainsi qu’une alimentation saine et de proximité dans nos collèges et nos crèches.

La pandémie a mis en évidence des fractures au sein de notre société et placé sur le devant de la scène des populations davantage fragilisées.  Quel bilan tirez vous de ce constat ?

La crise sanitaire nous a effectivement démontré l’importance de la solidarité envers les jeunes et les séniors. Le Département est déjà acteur de cette solidarité, et souhaite aller encore plus loin pour soutenir financièrement les jeunes par un RSA qui leur serait dédié. Les séniors seront aidés dans leurs démarches par une « Maison de l’autonomie et des aidants ».

A Aulnay sous Bois en particulier, les citoyens de la société civile engagés dans leur citoyenneté se plaignent de n’être jamais associés aux grandes décisions de leur ville ni consultés sur des projets qui vont pourtant impacter leur quotidien. Proposez vous une autre méthodologie pour que les habitants ne se sentent plus écartés des décisions qui les concernent ?

L’écologie est un système complet, qui inclut naturellement la démocratie et la citoyenneté. Les citoyens et les citoyennes doivent être inclus et incluses dans les prises de décisions, avec davantage de démocratie participative et d’intelligence collective et donc moins de cumul de mandats.

L’écologie ne concerne pas que l’environnement, le vivant et la nature, mais également la manière d’envisager les relations humaines, et dans ce cas en effet, on parle d’écologie relationnelle, une notion souvent absente des discours de droite….

Toutes les raisons que je viens d’évoquer me semblent effectivement suffisamment fortes pour que nous votions pour le rassemblement de la gauche et des écologistes, pour Oussouf Siby, Adélaïde Gandji, Boubeka Mehdaoui et moi-même, pour conserver un Département écologique, solidaire et démocratique.

Encore un dernier mot, Christelle Chat.  Avant de nous quitter,  pourriez-vous évoquer votre pratique artistique ?

Élève pendant 15 ans de l’Ecole d’Arts Claude Monet, je pratique maintenant dans mon propre atelier, et je présente mon travail, essentiellement des portraits, lors d’expositions collectives.

Merci Christelle Chat pour cette Interview accordée à Aulnaycap.

Propos recueillis le  16  mai  2021  par  Catherine  Medioni

Le tract des Amis de la Majorité Municipale d’Aulnay-sous-Bois fait polémique chez les sympathisants de Gauche

A l’approche des élections départementales 2021 qui devraient, à Aulnay-sous-Bois, voir triompher la paire LR, les attaques sont de retour avec, pour une pas changer, des propos polémiques visant à cracher des voix auprès d’électeurs indécis.

Et pour le pas changer également, Bruno Beschizza et ses disciples ne tarissent pas de critiques vis-à-vis de la Gauche et de son programme au niveau national. Comme à chaque élection, la Droite Aulnaysienne agite le torchon rouge de la théorie du genre, théorie utilisée par les fondamentalistes musulmans et une partie de l’extrême-droite catholique pour faire peur aux parents sur le futur de l’éducation de leurs enfants à l’école. Cette stratégie avait remarquablement bien fonctionné en 2014, alors pourquoi par en 2021 ?

Il est vrai que l’on peut se demander, à en croire le tract, pourquoi la Gauche au niveau national se tire une balle dans le pieds en attaquant des fondamentaux qui sont ancrés dans la culture de France (suppression des crèches et des sapins de Noël, suppression de la viande à la cantine pour des motifs religieux…). Cependant, le tract des Amis de la Majorité Municipale d’Aulnay aurait été plus juste s’il avait également mis en évidence les dérives au Centre et à Droite contre l’unité nationale et l’ordre régalien (Yves Jégo, alors Maire de Montereau-Fault-Yonne et membre de l’UDI, avait voulu imposer le menu végétarien car, selon lui, il s’agirait d’un repas laïque. Egalement, le Maire LR d’Etampes avait organisé, aux frais du contribuables, une marche blanche en l’honneur de deux délinquants multirécidivistes qui se sont tués en roulant à contresens sur la RN20 en voulant fuir les gendarmes). Une analyse des dérives politiques de tous bords confondus aurait pu faire de ce tract un véritable plaidoyer pour les valeurs de la république et de la France. Dommage…

 

En Seine-Saint-Denis, l’union de la Gauche sans le PCF et LFI pour les départementales 2021

La Gauche partira presque unie aux prochaines élections départementales en Seine-Saint-Denis. En effet, le Parti Communiste Français (PCF) et La France Insoumise (LFI) n’ont pas participé à la déclaration commune. Mais sur certains cantons, il y aura des accords au cas par cas. C’est le cas de celui de Tremblay-En-France ou un duo LFI-PCF sera soutenu par Stéphane Troussel, le président de la Seine-Saint-Denis.

Plusieurs cantons stratégiques seront à observer (notamment celui de Saint-Ouen). Le risque de bascule à Droite est bien réel.

Oussouf Siby et Adélaïde Gandji pour défendre les couleurs de la Gauche aux départementales 2021 à Aulnay-sous-Bois

La Gauche à Aulnay-sous-Bois (qui ne comprend pas La France Insoumise) fait confiance au duo Oussouf Siby / Adélaïde Gandji pour ravir le canton à la Droite (LR). Les suppléants sont Christelle Chat et Boubeka Mehdaoui. Dans leur lettre de candidature, les candidats évoquent la crise du Covid-19 et font appel aux abstentionnistes dégoûtés de la politique.

Pour prendre connaissance du tract, cliquer sur l’image ci-dessous :

%d blogueurs aiment cette page :