Archives du blog

Grève au McDonald’s d’Aulnay-sous-Bois en soutien à une employée victime de pressions judiciaires

Les McDonald’s de la ZAC Paris Nord 2 et d’Aulnay-sous-Bois étaient en grève hier matin ! En cause, la persécution judiciaire (plaintes, interrogations, garde à vue) contre une salariée ayant dénoncé le harcèlement moral d’un superviseur contre elle et plusieurs collègues.

A l’origine de ces plaintes, le franchisé Hervé Clément et le harceleur lui même ! Le harceleur, malgré son licenciement suite à une enquête du CSE, est donc toujours en position de nuire à sa victime. Où est donc la politique de protection des victimes de McDonald’s ? Comment peut-on tolérer qu’une victime subisse une telle répression judiciaire pour avoir dénoncer son harceleur? Les grévistes exigent l’abandon immédiat des poursuites contre leur collègue.

La grève devrait se poursuivre aujourd’hui.

Source : Collectif McDroits

Le mouvement de grève dans la petite enfance a été bien suivi à Aulnay-sous-Bois !!!

Plus de 60 agents en grève et 50 % des structures fermées sur la ville !

Cette grève avait pour objet la suppression du projet de décret de réforme des modes d’accueils déposé par Adrien Taquet, Secrétaire d’État à l’Enfance et aux Familles.

FO revendique aussi que les secteurs de l’enfance et de la petite enfance bénéficient d’une augmentation de 183 € par mois comme dans la Fonction Publique Hospitalière.

Cette mobilisation a été exemplaire et les agents se sont aussi saisis de ce mouvement de grève pour faire valoir leurs revendications locales :

  • Embauche de personnel,
  • Amélioration des conditions de travail,
  • Augmentation du régime indemnitaire.

Un grand merci à tous ces agents qui se sont mobilisés, nous continuons le combat et nous tiendrons nos camarades au courant des évolutions de ce dossier.

Source : Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois

Des salariés de Carrefour en grève au centre commercial O’Parinor à Aulnay-sous-Bois

Hier, plusieurs employés de Carrefour à O’Parinor étaient en grève pour réclamer une hausse des salaires et des embauches. Ce mouvement s’inscrit dans un contexte national dans la mesure où la CGT et la CFDT avaient appelé à la grève dans les enseignes Carrefour partout en France.

Cela n’a cependant pas eu d’impact pour la clientèle qui a pu se rendre dans l’enseigne sans trop de difficulté.

Petite enfance à Aulnay-sous-Bois, appel à la grève le 30 mars 2021 pour l’abandon du projet Taquet

Texte intégral de la FNAS FO et la Fédération des Services Publics et des services de Santé FO :

Après les grèves de janvier et février 2020, Adrien Taquet, Secrétaire d’État à l’Enfance et aux Familles est resté sourd aux revendications des salariés de la Petite Enfance. Il maintient son projet de décret de réforme des modes d’accueils.

C’est pourquoi, la FNAS FO et la Fédération des Services Publics et des services de Santé FO appellent tous les salariés et agents publics du secteur petite enfance à la grève le 30 mars 2021.

  • Nous refusons la dégradation de nos conditions de travail. Nous refusons le taux de 15 % d’enfants accueillis en surnombre en crèche tous les jours.
  • Nous refusons les dérogations à 5,5 m² en « zone dense » à la surface minimale par enfant. Nous refusons la présence d’un professionnel pour 6 enfants avec l’inclusion des apprentis dans le calcul du taux d’encadrement à hauteur de 15 %.
  • Nous refusons la 1/2 heure de temps d’analyse de la pratique par mois en crèche et rien de tangible pour les assistant.e.s maternel.le.s.
  • Nous refusons la possibilité pour les Éducateurs de Jeunes Enfants, sans expérience professionnelle, de diriger tout type d’Établissement d’Accueil du Jeune Enfant (EAJE) de moins de 40 enfants.
  • Nous refusons l’augmentation des capacités des micro-crèches à 12 enfants.
  • Nous revendiquons la suppression de l’accueil des enfants en surnombre.
  • Nous revendiquons une surface minimale de 7 m² par enfant partout. Nous revendiquons une qualité d’accueil garantie par 1 professionnel(le) pour 5 enfants, des ratios d’encadrement à 50/50, hors apprentis.
  • Nous revendiquons un temps d’analyse de la pratique de 2 heures /mois partout.
  • Nous revendiquons une expérience professionnelle exigée pour diriger tout type d’Établissement d’Accueil du Jeune Enfant.
  • Nous revendiquons le maintien de la capacité d’accueil des micro-crèches à 10 enfants.
  • Nous revendiquons le financement de postes de personnel qualifié à hauteur des besoins.
  • Nous revendiquons la revalorisation des rémunérations.
  • Nous revendiquons un plan ambitieux de formation continue des professionnels(les) des modes d’accueil collectifs et individuels.

FO reste déterminée pour que les secteurs de l’enfance et de la petite enfance bénéficient de l’augmentation de 183 € par mois comme dans la Fonction Publique Hospitalière.

Source : FO Communaux d’Aulnay-sous-Bois

Toutes les écoles d’Aulnay-sous-Bois ouvertes pendant la grève du 26 janvier 2021

Un préavis de grève a été déposé par les organisations syndicales de l’Education Nationale pour le mardi 26 janvier 2021.

Concernant les écoles présentant un nombre supérieur à 25% de grévistes, la Ville organisera un Service Minimum d’Accueil (SMA).

Toutes les écoles d’Aulnay-sous-Bois seront ouvertes et en capacité d’accueillir les élèves dans le respect du protocole sanitaire. L’accueil périscolaire sera maintenu (garderies du matin et du soir, cantine, étude).

Cette grève vise à demander la création de postes, de revoir la politique éducative, à revaloriser les salaires et à améliorer les conditions de travail.

Une grève et des perturbations à prévoir sur le RER B ce jeudi

Un mouvement social à la RATP, mené par les syndicats CGT, UNSA, SUD et FO, va entraîner la suppression d’un RER B sur deux ce jeudi. Une grosse journée de galère est donc à prévoir sur toute la ligne avec des retards. 

Cette grève est, selon les syndicats, une protestation contre des « pressions managériales constantes » et une « non-reconnaissance financière » pour les conducteurs.

Covid-19, grève dans les écoles à Aulnay-sous-Bois ce mardi 10 novembre, service minimum instauré

Un préavis de grève a été déposé par les organisations syndicales de l’Education Nationale pour le mardi 10 novembre 2020. Concernant les écoles présentant un nombre supérieur à 25% de grévistes, la Ville organisera un Service Minimum d’Accueil (SMA).

Toutes les écoles d’Aulnay-sous-Bois seront ouvertes et en capacité d’accueillir les élèves dans le respect du protocole sanitaire en vigueur.

L’accueil périscolaire sera maintenu (garderies du matin et du soir, cantine, étude).

Découvrez la liste des écoles concernées par la mise en place du service minimum d’accueil

Ecoles maternelles

  • Louis Aragon
  • Bourg
  • Jean D’Ormesson
  • Jules Ferry
  • Savigny 2

Ecoles élémentaires

  • Ambourget 1
  • Paul Bert
  • Bourg 2
  • Anatole France
  • Jean D’Ormesson
  • Prévoyants
  • Croix Rouge 2
  • Croix Saint Marc
  • Fontaine des Près 1
  • Fontaine des Près 2
  • Petits Ormes

Lofti Baushih, boulanger à Aulnay-sous-Bois, grand gagnant de la grève nationale

Lofti Baushih, boulanger à Aulnay-sous-Bois, au nord-est de la capitale, a vu ses ventes tripler au premier jour de la grève, vendant pain et pâtisseries aux Aulnaysiens restés sur place pour une fois – en congé ou télétravail. « Nous avons travaillé comme des fous », résume-t-il avec un joyeux sourire.

Source et article complet : Le Courrier Picard

Tous ensemble pour défendre notre système de retraite solidaire par répartition !

Les organisations syndicales de la Seine-Saint-Denis réaffirment leur rejet du plan Macron-Delevoye sur les retraites, qui supprimerait les régimes existants pour instaurer un « système universel de retraite par points ».

Cette réforme porte la baisse généralisée des pensions, comme le démontre le système suédois que souhaite copier la réforme Delevoye-Macron. Nous sommes face à un projet injuste et dangereux pour la cohésion sociale, particulièrement dans notre département, qui connaît le plus faible niveau de vie en France métropolitaine et où la population subie le chômage et la précarité.

Ce projet entraînerait un recul de l’âge de départ à la retraite à 64 ans et des pensions amputées, des conditions plus drastiques pour bénéficier d’une pension de réversion diminuée, les périodes de maladie, chômage, maternité qui sortiraient des droits à la retraite, l’augmentation des inégalités Femmes/Hommes, la fin des régimes spéciaux. En outre, la valeur du point serait révisable chaque année, par le gouvernement. Le niveau des retraites ne serait en clair plus garanti. Une incertitude et une casse des droits qui ouvriraient en grand la porte de la retraite par capitalisation.

Le texte Macron est donc bien au service de la finance, dont les dernières crises ont pourtant démontré toute la nocivité économique et sociale.

Le gouvernement tente de décourager la montée de la mobilisation, dans une sorte d’aveu de la nocivité de cette réforme, en proposant de basculer dans le nouveau système uniquement les générations nées à partir de 1975 ! Il fait clairement le choix de sacrifier la jeunesse déjà durement frappé par la précarité ! La clause du « Grand-père » est la clause de la honte ! Ce pouvoir projette ainsi de fragmenter notre société et de briser la solidarité intergénérationnelle en faisant supporter la régression sociale aux futures générations ! A rebours de ces logiques il y’a plus que jamais besoin de renforcer notre système de retraite par répartition à la fois contributif et solidaire !

Les moyens existent mais supposent de privilégier les politiques d’emplois, des salaires, de solidarité, d’investissements, au détriment du service de la finance comme s’y emploie ce pouvoir dont les liens avec des fonds de pensions ont été révélés par la presse.

Pour ces raisons, les organisations syndicales de la Seine-Saint-Denis exigent le retrait du plan Macron- Delevoye, le maintien de tous les régimes existants et le retour à la retraite à taux plein à 60 ans. L’ampleur des mobilisations, des grèves enclenchées depuis le 5 décembre, des manifestations départementales des 11 et 19 décembre démontrent que les salariés rejettent massivement cette réforme. Aussi les organisations syndicales départementales appellent à renforcer et élargir encore la mobilisation par la grève et la reconduction de celle-ci, et pour ce faire à organiser dans les entreprises et les administrations des Assemblées Générales dans l’unité. Elles appellent :

  • Jeudi 9 janvier 2020 : Manifestation unitaire 13h30 Place de la République à Paris.
  • Samedi 11 janvier 2020 : Manifestation unitaire 13h30 Place de la Nation à Paris.
  • Samedi 11 janvier 2020 : Grande soirée de solidarité avec les grévistes du 93 à partir de 19h ; Gymnase Nelson Mandela à Saint-Denis 6 rue Francis de Préssensé (RER D et B Stade de France, Bus 139, 153, 173, M° Porte de Paris).

Retraite, Salaires, emplois, Services publics… TOUS ENSEMBLE !

Source : La CGT SOPROREAL

Un car en partance d’Aulnay-sous-Bois pour la manifestation du jeudi 9 janvier 2020

Depuis plus d’un mois des salariés se battent de toutes leurs forces contre un projet de réforme des retraites injuste et malhonnête !

Aujourd’hui, personne ne peut dire qu’il n’a pas compris ce qui est en train de se passer, une escroquerie monumentale .Un gouvernement au service des puissances financières veut offrir notre régime de retraite à des fonds de placements, aux assurances, aux banques, et en même temps exonérer les grandes entreprises de plusieurs milliards de cotisation par an !

Il veut abaisser le taux de cotisation des hauts revenus au-dessus de 10000 euros à 2,8% ce qui induira une baisse des recettes de 4,5 milliards par an, 72 milliards en 15 ans ce qui créera un déficit dans le régime !!!! Et le pire c’est que même sans cotiser, ces privilégiés toucheront leur retraite, quelle escroquerie !

Et qui paiera tous cela ? C’est nous« LES PETITES GENS ».

Réveillez vous,nous sommes les plus concernés car derrière cette stigmatisation des cheminots( 3% des salariés) et leur soit- disant régimes spéciaux, ce sont les 97% des autres salariés qui intéresse le gouvernement !!!!

Ce gouvernement manipule tout le monde pour imposer sa réforme et veut nous monter les uns contre les autres ; il donne comme argument l’universalité mais on constate qu’au contraire c’est un projet de spécificité ; il lâche du lest pour les corporations influentes et font des arrangements : police, pilote, danseur, marin, routier etc… pour accabler la majorité silencieuse des autres secteurs !

Le plus grave est que nos enfants, les futures générations devraient être sacrifiées pour assouvir la cupidité de certains ; nous avons le devoir de nous battre pour empêcher cela !

N’ACCEPTONS PAS L’INACCEPTABLE !!

A l’usine, nous ne pourrons pas travailler jusqu’à 64 ans ou plus car déjà bien avant 60 ans beaucoup sont épuisés, malades et au bout du compte pour toucher une pension de retraite de misère ! Trop peu se sont mobilisés lors des derniers appels et c’est primordial de réagir et de prendre ses responsabilités pour la suite du mouvement.

Nous appelons à la grève et la manifestation pour le retrait du projet de réforme des retraites le jeudi 9 janvier. Nous proposons un bus au vieux pays à Aulnay sous-bois pour aller à la manifestation.

SOYEZ COURAGEUX BATTEZ VOUS !

Rendez vous le : 09 janvier à la Bourse du Travail (19, rue jacques Duclos – 93600 Aulnay Sous Bois), À partir de 11h00 pour un départ groupe par autocar vers le lieu de la manifestation sur Paris.

Source : communiqué CGT

%d blogueurs aiment cette page :