Archives du blog

Compte rendu du Conseil Municipal d’Aulnay-sous-Bois du 15 décembre 2021 des élus PS, PCF et citoyens

Pour la majorité c’est oui pour les caméras, l’armement de la PM, les LBD lanceurs de balles de défense (balles en caoutchouc) mais la prévention est sacrifiée !

La Municipalité met fin à une convention tripartite entre la ville, le Département et l’association Grajar, une association spécialisée dans l’accompagnement de jeunes souvent livrés à eux-mêmes et qui menait des dizaines d’actions en faveur de la prévention et de la protection de l’enfance dans plusieurs quartiers d’Aulnay. Il faut dire que le Département, devant le nombre d’actions et de postes à financer, souhaite que les villes qui ne contribuaient pas énormément participent au minimum à hauteur 10 % du montant global. Pour Aulnay le département propose de passer de 56 000 € à 86 000 € ce qui ne représente malgré tout que 10 % de la participation globale.

La ville qui ne veut pas augmenter sa participation préfère mettre fin à la convention comme elle l’a fait pour d’autres conventions avec le département (services sociaux : fermeture des antennes sociales en 2015, réduction des heures de médecine en planification familiale). Elle met en place une convention bipartite en éjectant le département en gardant un montant de 56 000 € par an. Avec ce montant on ne financer qu’un poste et demi. Comment imaginer qu’avec 1 poste et demi le Grajar pourra poursuivre ses actions à la Cité de l’Europe, au Gros Saule, à la Rose des Vents, aux Etangs, Mitry… ?

Pour votre parfaite information les 30 000€ en demandés par le département équivaut à l’installation de deux caméras (achat, ingénierie et pose de la caméra coûte entre 15000 € et 18000€) sur notre commune.

Respect des droits des élu.e.s de l’opposition

Le Maire a fièrement affirmé et assumé bafouer les droits des élu.e.s de l’opposition. Pour rappel depuis les dernières élections, maintenant 18 mois, Beschizza refuse de nous créer une adresse mail @aulnay-sous-bois.com, de nous remettre notre carte d’élu.e de la République, de mettre nos photos sur le site internet de la ville et de nous convier à tous les événements organisés par la ville.

De quoi le Maire a-t-il peur ?

Le Préfet de la Seine-Saint-Denis est prévenu. Nous ne lâcherons rien tant que nous ne serons pas considérés comme des conseillers municipaux à part entière.

Privatisation du service propreté

Depuis des mois, nous alertons sur le mal-être au travail des agents du service de la propreté qui déplorent des conditions de travail difficiles, par tous les temps, avec des effectifs insuffisants, du matériel défectueux et non remplacé pendant 18 mois… Mais il semblerait que les agents communaux ne font pas bien leur travail. Le personnel est pointé du doigt alors qu’il fait ce qu’il peut avec le matériel qu’il a. Conséquence : certains quartiers sont bien entretenus au détriment d’autres. On vous laisse découvrir lesquels.

Plutôt que d’améliorer ce service municipal, le maire a décidé tout bonnement de privatiser le service propreté, sans en discuter avec les premiers concernés, ni avec l’ensemble des élu.e.s. C’est pour la mairie, une nouvelle occasion de gérer moins de personnel mais tous les agents seront- ils repris par le privé et dans quelles conditions ?

Augmentation de 25 % du prix des bateaux sur voirie pour les propriétaires !

Pour avoir devant chez soi un bateau pour entrer ou sortir un véhicule, tout.e propriétaire va devoir débourser la somme de 1500€ au lieu de 1200 € car cet aménagement ne sera plus réalisé par les agents municipaux du service voirie mais par une entreprise privée. Là encore, le travail des agents communaux laissait-il à désirer ? Le passage au privé a une conséquence immédiate pour les usagers : le service sera 25 % plus cher.

Application des 1607 h sans concertation ni négociation

La loi du 6 août 2019 portant sur la transformation de la fonction publique oblige les agentes et les agents à temps complet à effectuer 1607 h annuelles, effectives à compter du 1er janvier 2022. La municipalité avait 2 ans pour lancer les discussions et les négociations mais elle a attendu le 21 octobre 2021 pour soumettre sa proposition aux syndicats et aux agents communaux. D’où le fort mécontentement provoqué par ce passage en force.

Ce mépris du personnel et de leurs représentants n’est pas acceptable et doit cesser. Nous avons indiqué notre attachement au service public, aux agentes et agents qui le font vivre chaque jour. Nous avons fait des propositions pour tenir des conditions difficiles dans certains corps de métier : prise en compte de la pénibilité, du travail en décalé et pour tous, paiement systématique des heures supplémentaires.

Soutien au personnel de la petite enfance

Nous nous associons aux revendications des personnels de la petite enfance dans leur globalité qui ne cessent d’alerter sur leurs difficultés, le manque criant de moyens humains et financiers pour accueillir les enfants sereinement et dans de bonnes conditions. Les revendications ont été portées en mairie et une manifestation avec une centaine de grévistes a eu lieu devant l’Hôtel de Ville, manifestation fraîchement accueillie par la municipalité.

Aulnay-sous-Bois n’est que le reflet d’un problème national qui ne reconnaît pas ce corps de métier à sa juste valeur, un métier exercé à 98 % par des femmes, essentiel en cette période de crise sanitaire où les équipes ont été en première ligne et sans relâche malgré l’épidémie.

La revalorisation sociale et salariale n’est que justice, c’est même une nécessité absolue. Il faut également des moyens humains supplémentaires pour accueillir les enfants dans les meilleures conditions possibles, pour garantir l’épanouissement de ces adultes de demain.

Oui pour lutter contre les déserts médicaux mais pour une lutte efficace !

La ville a vendu à l’hôpital privé de l’Est Parisien les terrains situés 41 rue Charles Floquet qui abritent aujourd’hui des services municipaux ainsi que les bureaux des élu.e.s de l’opposition afin que cet établissement construise une maison de santé.

Nous sommes favorables à l’augmentation et à la diversification médicale car la situation est de plus en plus alarmante à Aulnay. Des médecins décédés ou partis à la retraite ne sont pas remplacés et leurs collègues ne prennent plus de nouveaux patients. Par ailleurs, il y a une inégalité flagrante entre l’offre de soins au nord par rapport au sud de la ville : la désertification médicale est de plus en plus alarmante dans toute la ville d’Aulnay et encore plus dramatique dans les quartiers prioritaires qui comptent 7 fois moins de médecins au nord qu’au sud et 10 fois moins de spécialistes.

Pour cette raison, il était plus logique que ce nouveau centre de santé s’installe dans le nord de la ville.

Une autre délibération concernant la santé a attiré notre attention : l’aide exceptionnelle de la ville à un médecin qui envisageait de quitter Aulnay pour des difficultés financières. Cette aide est permise lorsqu’une ville possède des quartiers prioritaires… Ce médecin n’est cependant pas installé dans l’un de ces quartiers mais au sud de la ville…

Nous avons demandé au cours du conseil municipal si cette aide est exceptionnelle ou si la municipalité envisageait de la reconduire pour tout médecin libéral afin d’empêcher les départs.

Toutefois, multiplier les aides pour quelques médecins libéraux qui « menacent » de quitter la ville ne réglera pas le problème crucial de mauvaise répartition des professionnels de santé sur la ville.

Le fiasco de la nouvelle piscine continue !

Après les manquements en termes d’hygiène, la fermeture pendant une semaine lors des vacances de la Toussaint et maintenant durant les deux semaines de Noël, la municipalité valide les augmentations proposées par le gestionnaire de la piscine.

Les tarifs augmentent pour les associations, les clubs, les centres de loisirs et les établissements scolaires :

Pour les associations et clubs nous passons de 2,20 € à 2,35 €

Pour les centres de loisirs de 2,50 € à 2,70 € Pour les écoles primaires de 3,10 € à 3,35 € Pour les collégien.ne.s de 2,50 € à 2,70 €

Les tarifs des activités de loisirs sont exorbitants, inaccessibles pour les familles modestes ou moyennes. Le tarif préférentiel pour les aulnaysien.ne.s disparaît, il augmente pour s’aligner sur les tarifs des personnes extérieures à la ville. C’est du jamais vu, la double peine pour les aulnaysien.ne.s qui devront payer pendant 25 ans leur chère piscine dont le coût de construction final n’est plus de 32 mais de 40 millions.

Les terrains de la Croix-Blanche (ex centre des impôts )

Le projet de l’ancienne municipalité de G. Segura était de construire sur ce terrain 45 logements dont des F1 et F2 afin de favoriser l’intergénérationnel, d’offrir un toit à des personnes seules, des seniors ou de jeunes couples. La hauteur maximale était de 11 m (respect du PLU), places de parking en sous-sol, la mairie annexe était intégrée dans l’ensemble et les arbres centenaires étaient sauvegardés.

La municipalité de Bruno BESCHIZZA a visiblement beaucoup de mal avec la transparence. Même la lecture de la délibération au dernier conseil municipal n’a pas permis de deviner le projet final.

En réalité, il n’y a pas de nouvelle offre de logements. C’est tout simplement le transfert des résidents du foyer Les Cèdres dont la convention avec le Département va prendre fin prochainement.

Le nouveau foyer sera un peu plus conséquent : 97 logements au lieu des 74 du foyer actuel, 6 places de parking en sous-sol , une hauteur maximale de 13 m et la mairie annexe reconstruite ailleurs. Quant aux arbres, ils ne sont plus que 3 sur 11 et fortement menacés.

Il est certain que le devenir du foyer Les Cèdres devait être envisagé mais c’était l’occasion de penser plutôt à ce qui se fait de nos jours, c’est à-dire des lieux intergénérationnels.

Bien des questions restent sans réponse : problème de parking dans la rue, problème de la mairie annexe, problème du devenir de l’ancien foyer.

Permis à louer

La lutte contre les logements indignes loués par des marchands de sommeil doit être fermement menée. Après 7 ans d’hésitation et de non intervention, la ville a enfin mis en place l’obligation pour les propriétaires de déposer une autorisation préalable à la mairie avant mise en location ainsi qu’une convention avec la CAP pour fluidifier les échanges d’informations.

Ainsi nous pourrons nous assurer que les biens loués sont décents et aux normes pour assurer la sécurité des locataires.

Source : communiqué des élus PS, PCF et citoyens d’Aulnay-sous-Bois

L’association Un Toit Pour Elles sanctionnée pour être trop proche d’un groupe d’opposition à Aulnay-sous-Bois ?

Les déboires de l’association Un Toit Pour Elles, dont le siège se trouve dans un pavillon du sud de la ville d’Aulnay-sous-Bois, interpellent. Car si certains parlent d’acharnement, il semblerait que les actions de la municipalité d’Aulnay-sous-Bois soient une sorte de rétorsion contre une collusion avec le groupe politique Aulnay En Commun.

Un groupe politique prompt à faire la promotion de l’association

L’association Un Toit Pour Elles a un objectif louable : héberger, aider et réinsérer les femmes victimes de violence, de pression pour leur donner une seconde chance. Ces femmes qui ont bien souvent sacrifié leur carrière pour fonder un foyer et qui se retrouvent à la rue du jour au lendemain à cause d’un mari violent ou volage méritent d’être secourues. L’association a donc, de prime abord, une mission d’intérêt général.

Cependant, et pour des raisons qui restent assez floues, cette association semble avoir des liens étroits avec le groupe politique Aulnay En Commun. Non seulement ce groupe communique énormément sur les activités de cette association (pour rappel, il y a de nombreuses associations à Aulnay-sous-Bois qui aident les plus fragiles et qui ne bénéficient pas d’une telle couverture médiatique), mais le canal de communication MonAulnay, également tenu par des membres proches de ce groupe politique, n’hésite pas à battre le pavé pour défendre cette association coûte que coûte.

Bien entendu, il n’est nullement question de remettre en cause cette proximité qui est, dans le monde associatif, naturelle. Même si les associations non politiques se doivent d’avoir un devoir de réserve et éviter toute liaison « dangereuse » avec des groupes ou des mouvements politiques, il n’est pas rare de voir des affinités apparaître en fonction de la constitution des bureaux. Ainsi à Aulnay-sous-Bois, certaines associations culturelles, sportives ou éducatives n’hésitent pas à transgresser leurs statuts et à faire l’éloge de la municipalité ou d’un groupe d’opposition, ou à critiquer ouvertement l’un des camps. Ceci n’est pas propre à Aulnay-sous-Bois et certaines associations le font de manière plus ou moins intelligente en fonction de la qualité des membres de leur bureau.

Une municipalité qui ne transige pas avec le « manque de loyauté » ou de neutralité

Certains affirmeront que des associations – et pas des moindres – n’hésitent pas à soutenir, d’une manière plus ou moins rusée, la municipalité en place. Il ne faut pas oublier que la ville d’Aulnay-sous-Bois subventionne un grand nombre d’associations dont le rôle est primordial pour le lien social et l’activité des administrés quelle que soit leur génération. De cette subvention, la ville s’attend au minimum à une neutralité sur le plan politique.

Cependant, certaines associations ou certains collectifs – qui ne bénéficient pas forcément de subventions – ont, sans forcément apporté de preuves tangibles, fait part de mesures de rétorsion suite à des rapprochements de personnalités proches ou faisant partie de l’opposition. Sans juger sur le fond, il est important de noter que ce type de pratique n’a rien d’illégale et est appliquée quasiment partout en France.

La majorité municipale à Aulnay-sous-Bois est toute puissante. Même si très peu d’Aulnaysiens se sont rendus aux urnes aux municipales 2020 – le début de l’épidémie de Covid aidant -, la victoire de Bruno Beschizza est sans appel. Et en l’absence d’une opposition plus structurée et surtout plus proche des « vrais gens » – et non sur les réseaux sociaux – le Maire peut espérer renouveler son mandat pour quelques lunes encore, comme le dirait le très célèbre blogueur local P’tit Louis.

L’association Un Toit Pour Elles a t-elle été victime de la trop forte proximité de son bureau avec le groupe d’opposition Aulnay En Commun ? S’il est difficile de répondre à cette question dans la mesure où plusieurs paramètres subjectifs entrent en jeu, il est fort à parier que la municipalité aurait été un peu plus conciliante si cette association avait montré, dans la forme principalement, plus de distance avec le microcosme politique local.

Première édition du journal des élus d’Aulnay En Commun

Vous pouvez découvrir le premier numéro du journal des élus d’Aulnay En Commun en cliquant ici.

Aulnay En Commun s’adresse aux agents communaux de la ville pour les soutenir

Mesdames, Messieurs les agent.es municipaux-ales de la ville d’Aulnay-sous-Bois,

Au moment où nous traversons une grave crise sanitaire, économique et sociale nous souhaitons vous adresser cette lettre. Dans l’intérêt des aulnaysien-nes, nous avons demandé au maire et à sa majorité de mettre en place une cellule de crise comprenant les forces vives de la ville et l’ensemble des élu.e.s de la majorité et de l’opposition, en espérant être entendues.

Notre ville doit être une ville où il fait bon vivre dans tous les quartiers, à tous les âges de la vie. Pour atteindre cet objectif, nous voulons nous appuyer sur votre expérience, vos connaissances et vos analyses, pour construire un service municipal fort, de qualité, accessible à toutes et à tous, et pour connaître plus particulièrement les besoins des personnes vulnérables.

En discutant avec bon nombre d’entre vous, nous sommes intimement convaincus que vous disposez d’ores et déjà des solutions pour répondre aux nombreuses difficultés rencontrées par les Aulnaysien.ne.s. Il est évident que les élu.e.s doivent être attentifs au bien-être au travail de celles et ceux qui œuvrent au quotidien pour atteindre les objectifs qu’ils ont fixés.

Or, certain.e.s d’entre vous déplorent le manque d’écoute, de bienveillance, d’équité, de transparence et de co-construction des projets. Dernier exemple en date la mise en place du télétravail pour l’ensemble des service. Les syndicats attendent depuis maintenant plusieurs mois la mise en œuvre de ce dispositif conformément aux décisions gouvernementales.

Ces valeurs nous sont chères et soyez assurés de notre respect et de notre reconnaissance pour les agent.e.s municipaux-ales que vous êtes. Chaque élu.e se doit d’être exemplaire en termed’attention aux agent.e.s, de dialogue, et de bienveillance. Si nous voulons un service  municipal attentionné et humain, il faut que l’ensemble des élu.e.s donne l’exemple !

Par ailleurs, toute l’équipe municipale cherche à améliorer l’efficacité des services publics, c’est un objectif légitime, mais depuis des années, les choix budgétaires du maire et de ses élu.e.s conduisent à une baisse continue des moyens humains et financiers et à une réorganisation des services.

Cette réorganisation, si elle est nécessaire, ne doit pas se faire avec des méthodes brutales ou autoritaires mais au contraire dans le respect des règles et des instances et dans le dialogue constant avec vos représentant.e.s élu.e.s, garant.e.s du respect de vos droits.  Un agent.e écouté.e, créatif.ve, valorisé.e, est un agent.e heureux.se ! Nous avons indiqué aux syndicats que nous avons rencontrés que nous soutenons leurs revendications pour davantage de transparence et d’équité dans les décisions d’avancement, que nous sommes favorables à un personnel mieux formé au management, à une action sociale qui profite à tous, à des reclassements organisés et planifiés et des métiers équitablement considérés.

Le non remplacement des postes alors que les missions augmentent régulièrement et la privatisation inquiétante des services doivent cesser dès à présent ! Nous savons que votre engagement professionnel dans le service public municipal est porté par des valeurs républicaines, sociales et humanistes. C’est pour ces raisons que nous avons tenu à vous faire part de nos réflexions, de notre soutien et à vous remercier chaleureusement pour votre dévouement auprès des administré.e.s.

Nous vous prions de croire en notre très sincère et respectueuse considération.

Source : les élus d’Aulnay En Commun

Leïla Abdellaoui interpelle le maire d’Aulnay-sous-Bois sur le non-respect de son opposition

Monsieur Le Maire,

Lors de votre discours d investiture, vous avez indiqué vouloir être le maire de toutes les aulnaysiennnes et tous les aulnaysiens.

J’ai beaucoup de respect pour la fonction que vous occupez, et je garde surtout en tête que dans notre ville les Maires qui vous ont précédé ont toujours eu un minimum de respect pour leurs opposants. Pourtant, depuis plusieurs années, vous avez décidé d’écraser des années de démocratie dans notre ville, alors que vous vous dites républicain et respectueux.

Vous ne cessez de répéter que vous avez été élu à 60% et que les aulnaysiens sont plus que satisfaits de votre bilan, mais l’orientation de vos décisions n’est pas celle d’un dirigeant serein, fort et convaincu que tout est bien, bon et beau dans notre ville.

Peut-être est-ce parce que vous savez qu’en croisant une personne dans la rue, vous avez moins d’une chance sur dix de tomber sur quelqu’un qui a voté pour vous.

Aujourd hui vous refusez une quelconque visibilité à l opposition municipale, alors qu’elle représente aussi des aulnaysiens.

En prenant cette décision de minorer encore plus la représentation des élus d’opposition, vous décidez de couper toute forme de dialogue.

Monsieur Beschizza, Quand on est le Maire d’une grande ville, quand on est le président d’un territoire qui regroupe des villes de toutes sensibilités politiques, on ne se comporte pas de cette manière.

Le groupe d’élus Aulnay plus fière plus forte prend cette décision, une fois de plus, comme un aveu de faiblesse.

Réaction des élus d’opposition de gauche à Aulnay-sous-Bois suite au tract de la majorité municipale

La majorité municipale dirigée par Bruno Beschizza experte sur les fakes news et les polémiques de tout genre vient de sortir un document de 4 pages tirant à boulet rouge sur les élus de l’opposition et sur toutes celles et ceux qui n’ont pas voté Bruno Beschizza.

Après la campagne électorale et les sourires de façade, les masques tombent. Le Maire souhaite écraser et bâillonner toutes celles et ceux qui ne relaieront pas sa propagande.

Pendant que le Maire et sa majorité méprisent et caricaturent, nous préférons parler du fond et des faits ! Dès le 16 mars, les 5 élus de gauche, écologistes et citoyens : Aulnay en commun se sont positionnés comme des élus force de propositions, sans posture ni parti-pris, mais avec des valeurs et des convictions dont la seule boussole est la défense de l’intérêt général et des services publics forts.

Rappelons que nous avons envoyé plusieurs lettres et effectué de nombreuses propositions concrètes, comme un Plan été ambitieux pour tous les âges et tous les quartiers, des mesures fortes pour les familles en difficulté, des interventions en faveur des soignants et des agents communaux, un vœu contre les violences policières et le racisme…Bref, des idées pour tous les Aulnaysiens !

Il est évident que ces actions tranchent avec la caricature méprisante présentée par la majorité ! Mais toutes nos propositions furent balayées d’un revers de main. Nous regrettons fortement le sectarisme du Maire. Étonnant pour un Maire qui réclame à qui veut l’entendre que son parti c’est Aulnay , celui qui veut être le Maire de tous les Aulnaysiens.

En réalité, c’est un Maire qui gère notre ville brutalement, sans écoute, ni respect pour les Aulnaysiens. Il est dans la lignée de son mentor N. Sarkozy et de ses amis P. Balkany, C. Guéant, J.F Copé, B.Hortefeux…

Nous le réaffirmons avec force, vous pouvez compter sur des élus combatifs, déterminés, sereins, qui agissent et agiront pour l’ensemble des habitants.

Nous voulons servir les Aulnaysiens et non pas nous servir des Aulnaysiens comme le fait de façon pitoyable le Maire et sa majorité.

Oussouf Siby, Conseiller municipal, Président du groupe des élus de gauche, écologistes et citoyens
Anne-Sophie Carton, Conseillère municipale
Alain Amedro, Conseiller municipal
Sylvie Billard, Conseillère municipale
Fleury Drieu, Conseiller municipal

Les Amis de la Majorité Municipale d’Aulnay-sous-Bois communiquent et tirent à boulets rouges sur l’opposition

La victoire sans appel de Bruno Beschizza à Aulnay-sous-Bois en mars 2020 permet à ce dernier de critiquer, non sans ironie, une opposition chancelante et qui a du mal à se reconstruire après la récente débacle.

Dans un tract de l’association pro-Beschizza A2M, l’édile se permet de constater l’absence des élus de l’opposition sur les marchés dans le monde associatif. Il ironise encore plus en indiquant que l’opposition se concentre dans le monde virtuel, sur les réseaux sociaux, sans avoir réellement d’impact sur le lectorat.

Ce tract revient également sur les promesses de campagne en mettant l’accent sur les projets comme l’installation d’une usine à gaz naturel sur le site PSA, la végétalisation de certains espaces et la rénovation annoncée des crèches et des écoles. Deux nouvelles crèches sont ainsi annoncées.

Vous pouvez lire le contenu de ce tract en cliquant ici ou sur l’image ci-contre.

Des tensions entre les anciens colistiers Aulnay En Commun

En politique, la défaite est parfois amère. Il y a également les promesses qui ne sont pas tenues, la parole qui est bafouée et les calculs qui laissent certaines personnes de côté.

La liste Aulnay En Commun n’y déroge pas. Une membre éminente de la liste qui a souhaité pour l’instant garder son anonymat nous affirme avoir coupé les ponts avec les dirigeants de la liste. Elle évoque plusieurs failles et dysfonctionnement au sein de cette liste, comme :

  • Un vote opaque et des résultats surprenants qui ont mis de côté des membres de la première heure et qui ont pourtant œuvré pour le projet
  • Un système de parrainage avec des colistiers proches de responsables de parti que l’on a positionné en haut dans la liste alors que ces personnes n’ont quasiment jamais participé aux ateliers
  • Une tête de liste administrative qui aurait dû se désister une fois les élections passées mais qui se maintient contre toute attente comme conseiller municipal
  • Le leader proclamé Alain Amédro qui aurait manqué de leadership et qui aurait été bien plus calculateur que leader
  • Des frictions qui ont mis à mal la cohésion de l’équipe avec des propos proférés contre l’une des colistières qui ont jeté l’effroi sur une partie de la liste
  • La mise à l’écart de Hadama Traoré qui avait tenté un rapprochement mais qui s’est vu opposer toute discussion

Un communiqué officiel nous sera envoyé prochainement pour signaler tous les mécontentements. Apparemment, même si cette liste avait une singularité notable avec une approche totalement différente d’une liste monolithique, les dérapages ont subsisté.

%d blogueurs aiment cette page :