Compte rendu du Conseil Municipal d’Aulnay-sous-Bois du 15 décembre 2021 des élus PS, PCF et citoyens

Pour la majorité c’est oui pour les caméras, l’armement de la PM, les LBD lanceurs de balles de défense (balles en caoutchouc) mais la prévention est sacrifiée !

La Municipalité met fin à une convention tripartite entre la ville, le Département et l’association Grajar, une association spécialisée dans l’accompagnement de jeunes souvent livrés à eux-mêmes et qui menait des dizaines d’actions en faveur de la prévention et de la protection de l’enfance dans plusieurs quartiers d’Aulnay. Il faut dire que le Département, devant le nombre d’actions et de postes à financer, souhaite que les villes qui ne contribuaient pas énormément participent au minimum à hauteur 10 % du montant global. Pour Aulnay le département propose de passer de 56 000 € à 86 000 € ce qui ne représente malgré tout que 10 % de la participation globale.

La ville qui ne veut pas augmenter sa participation préfère mettre fin à la convention comme elle l’a fait pour d’autres conventions avec le département (services sociaux : fermeture des antennes sociales en 2015, réduction des heures de médecine en planification familiale). Elle met en place une convention bipartite en éjectant le département en gardant un montant de 56 000 € par an. Avec ce montant on ne financer qu’un poste et demi. Comment imaginer qu’avec 1 poste et demi le Grajar pourra poursuivre ses actions à la Cité de l’Europe, au Gros Saule, à la Rose des Vents, aux Etangs, Mitry… ?

Pour votre parfaite information les 30 000€ en demandés par le département équivaut à l’installation de deux caméras (achat, ingénierie et pose de la caméra coûte entre 15000 € et 18000€) sur notre commune.

Respect des droits des élu.e.s de l’opposition

Le Maire a fièrement affirmé et assumé bafouer les droits des élu.e.s de l’opposition. Pour rappel depuis les dernières élections, maintenant 18 mois, Beschizza refuse de nous créer une adresse mail @aulnay-sous-bois.com, de nous remettre notre carte d’élu.e de la République, de mettre nos photos sur le site internet de la ville et de nous convier à tous les événements organisés par la ville.

De quoi le Maire a-t-il peur ?

Le Préfet de la Seine-Saint-Denis est prévenu. Nous ne lâcherons rien tant que nous ne serons pas considérés comme des conseillers municipaux à part entière.

Privatisation du service propreté

Depuis des mois, nous alertons sur le mal-être au travail des agents du service de la propreté qui déplorent des conditions de travail difficiles, par tous les temps, avec des effectifs insuffisants, du matériel défectueux et non remplacé pendant 18 mois… Mais il semblerait que les agents communaux ne font pas bien leur travail. Le personnel est pointé du doigt alors qu’il fait ce qu’il peut avec le matériel qu’il a. Conséquence : certains quartiers sont bien entretenus au détriment d’autres. On vous laisse découvrir lesquels.

Plutôt que d’améliorer ce service municipal, le maire a décidé tout bonnement de privatiser le service propreté, sans en discuter avec les premiers concernés, ni avec l’ensemble des élu.e.s. C’est pour la mairie, une nouvelle occasion de gérer moins de personnel mais tous les agents seront- ils repris par le privé et dans quelles conditions ?

Augmentation de 25 % du prix des bateaux sur voirie pour les propriétaires !

Pour avoir devant chez soi un bateau pour entrer ou sortir un véhicule, tout.e propriétaire va devoir débourser la somme de 1500€ au lieu de 1200 € car cet aménagement ne sera plus réalisé par les agents municipaux du service voirie mais par une entreprise privée. Là encore, le travail des agents communaux laissait-il à désirer ? Le passage au privé a une conséquence immédiate pour les usagers : le service sera 25 % plus cher.

Application des 1607 h sans concertation ni négociation

La loi du 6 août 2019 portant sur la transformation de la fonction publique oblige les agentes et les agents à temps complet à effectuer 1607 h annuelles, effectives à compter du 1er janvier 2022. La municipalité avait 2 ans pour lancer les discussions et les négociations mais elle a attendu le 21 octobre 2021 pour soumettre sa proposition aux syndicats et aux agents communaux. D’où le fort mécontentement provoqué par ce passage en force.

Ce mépris du personnel et de leurs représentants n’est pas acceptable et doit cesser. Nous avons indiqué notre attachement au service public, aux agentes et agents qui le font vivre chaque jour. Nous avons fait des propositions pour tenir des conditions difficiles dans certains corps de métier : prise en compte de la pénibilité, du travail en décalé et pour tous, paiement systématique des heures supplémentaires.

Soutien au personnel de la petite enfance

Nous nous associons aux revendications des personnels de la petite enfance dans leur globalité qui ne cessent d’alerter sur leurs difficultés, le manque criant de moyens humains et financiers pour accueillir les enfants sereinement et dans de bonnes conditions. Les revendications ont été portées en mairie et une manifestation avec une centaine de grévistes a eu lieu devant l’Hôtel de Ville, manifestation fraîchement accueillie par la municipalité.

Aulnay-sous-Bois n’est que le reflet d’un problème national qui ne reconnaît pas ce corps de métier à sa juste valeur, un métier exercé à 98 % par des femmes, essentiel en cette période de crise sanitaire où les équipes ont été en première ligne et sans relâche malgré l’épidémie.

La revalorisation sociale et salariale n’est que justice, c’est même une nécessité absolue. Il faut également des moyens humains supplémentaires pour accueillir les enfants dans les meilleures conditions possibles, pour garantir l’épanouissement de ces adultes de demain.

Oui pour lutter contre les déserts médicaux mais pour une lutte efficace !

La ville a vendu à l’hôpital privé de l’Est Parisien les terrains situés 41 rue Charles Floquet qui abritent aujourd’hui des services municipaux ainsi que les bureaux des élu.e.s de l’opposition afin que cet établissement construise une maison de santé.

Nous sommes favorables à l’augmentation et à la diversification médicale car la situation est de plus en plus alarmante à Aulnay. Des médecins décédés ou partis à la retraite ne sont pas remplacés et leurs collègues ne prennent plus de nouveaux patients. Par ailleurs, il y a une inégalité flagrante entre l’offre de soins au nord par rapport au sud de la ville : la désertification médicale est de plus en plus alarmante dans toute la ville d’Aulnay et encore plus dramatique dans les quartiers prioritaires qui comptent 7 fois moins de médecins au nord qu’au sud et 10 fois moins de spécialistes.

Pour cette raison, il était plus logique que ce nouveau centre de santé s’installe dans le nord de la ville.

Une autre délibération concernant la santé a attiré notre attention : l’aide exceptionnelle de la ville à un médecin qui envisageait de quitter Aulnay pour des difficultés financières. Cette aide est permise lorsqu’une ville possède des quartiers prioritaires… Ce médecin n’est cependant pas installé dans l’un de ces quartiers mais au sud de la ville…

Nous avons demandé au cours du conseil municipal si cette aide est exceptionnelle ou si la municipalité envisageait de la reconduire pour tout médecin libéral afin d’empêcher les départs.

Toutefois, multiplier les aides pour quelques médecins libéraux qui « menacent » de quitter la ville ne réglera pas le problème crucial de mauvaise répartition des professionnels de santé sur la ville.

Le fiasco de la nouvelle piscine continue !

Après les manquements en termes d’hygiène, la fermeture pendant une semaine lors des vacances de la Toussaint et maintenant durant les deux semaines de Noël, la municipalité valide les augmentations proposées par le gestionnaire de la piscine.

Les tarifs augmentent pour les associations, les clubs, les centres de loisirs et les établissements scolaires :

Pour les associations et clubs nous passons de 2,20 € à 2,35 €

Pour les centres de loisirs de 2,50 € à 2,70 € Pour les écoles primaires de 3,10 € à 3,35 € Pour les collégien.ne.s de 2,50 € à 2,70 €

Les tarifs des activités de loisirs sont exorbitants, inaccessibles pour les familles modestes ou moyennes. Le tarif préférentiel pour les aulnaysien.ne.s disparaît, il augmente pour s’aligner sur les tarifs des personnes extérieures à la ville. C’est du jamais vu, la double peine pour les aulnaysien.ne.s qui devront payer pendant 25 ans leur chère piscine dont le coût de construction final n’est plus de 32 mais de 40 millions.

Les terrains de la Croix-Blanche (ex centre des impôts )

Le projet de l’ancienne municipalité de G. Segura était de construire sur ce terrain 45 logements dont des F1 et F2 afin de favoriser l’intergénérationnel, d’offrir un toit à des personnes seules, des seniors ou de jeunes couples. La hauteur maximale était de 11 m (respect du PLU), places de parking en sous-sol, la mairie annexe était intégrée dans l’ensemble et les arbres centenaires étaient sauvegardés.

La municipalité de Bruno BESCHIZZA a visiblement beaucoup de mal avec la transparence. Même la lecture de la délibération au dernier conseil municipal n’a pas permis de deviner le projet final.

En réalité, il n’y a pas de nouvelle offre de logements. C’est tout simplement le transfert des résidents du foyer Les Cèdres dont la convention avec le Département va prendre fin prochainement.

Le nouveau foyer sera un peu plus conséquent : 97 logements au lieu des 74 du foyer actuel, 6 places de parking en sous-sol , une hauteur maximale de 13 m et la mairie annexe reconstruite ailleurs. Quant aux arbres, ils ne sont plus que 3 sur 11 et fortement menacés.

Il est certain que le devenir du foyer Les Cèdres devait être envisagé mais c’était l’occasion de penser plutôt à ce qui se fait de nos jours, c’est à-dire des lieux intergénérationnels.

Bien des questions restent sans réponse : problème de parking dans la rue, problème de la mairie annexe, problème du devenir de l’ancien foyer.

Permis à louer

La lutte contre les logements indignes loués par des marchands de sommeil doit être fermement menée. Après 7 ans d’hésitation et de non intervention, la ville a enfin mis en place l’obligation pour les propriétaires de déposer une autorisation préalable à la mairie avant mise en location ainsi qu’une convention avec la CAP pour fluidifier les échanges d’informations.

Ainsi nous pourrons nous assurer que les biens loués sont décents et aux normes pour assurer la sécurité des locataires.

Source : communiqué des élus PS, PCF et citoyens d’Aulnay-sous-Bois

Publié le 24 décembre 2021, dans Conseil Municipal, Politique, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Pour le médecin si c’est le centre rue Louise Michel le docteur restant doit se retrouver tout seul à payer les loyers et les frais c’est peut-être mieux d’aider un médecin on n’en a de moins en moins

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :