Archives du blog

La Seine-Saint-Denis touchée par les guerres des bandes

Si le département de la Seine-Saint-Denis n’est pas le seul touché par les guerres de bandes qui font des ravages parmi les jeunes, 3 villes du départements se sont liguées pour dire stop à ces conflits mortels : Romainville, Les Lilas et le Pré-Saint-Gervais.

Mercredi dernier, un jeune s’est fait poignarder aux Lilas, mais sa vie n’est pas en danger. Pour lutter contre ce fléau obscure et déroutant, les 3 villes entendent sensibiliser les jeunes, faire des stages famille et faire en sorte à ce que les quartiers ne se fassent plus la guerre.

A Aulnay-sous-Bois, il y a eu par le passé quelques guerres de bande notamment en 2014, comme l’en atteste la vidéo choquante ci-dessous.

A Romainville, le stationnement est aussi chaotique

Romainville_Stationnement_1Un Aulnaysien en visite à Romainville nous fait remarquer que le stationnement sur la rue Pierre Curie est très chaotique. Les automobilistes n’hésitent pas à stationner leur véhicule sur des zones pourtant interdites à cet effet. Certains n’hésitent même plus à stationner sur des passages piétons.
Romainville_Stationnement_2

Les ordures jonchent aussi la sortie Romainville sur l’autoroute A3

Ordures_RomainvilleUn Aulnaysien nous fait remarquer que sa ville n’est pas la seule à subir les indélicatesses de personnes peu scrupuleuses : la sortie Romainville sur l’autoroute A3 est également souillée de déchets.

Visite surprise de Manuel Valls dans la tour de la drogue à Romainville

Manuel_VallsIl est arrivé à pied, surveillé par des policiers en civils cachés dans des voitures banalisées. Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls s’est invité hier soir dans le hall de la tour A de la cité Gagarine de Romainville, un bâtiment empoisonné par de très jeunes squatteurs qui y vendent de la drogue en toute impunité.

Hier vers 21 h 30, les habitants ont répété leur ras-le-bol. Ici, les squatteurs qui occupent le hall de la tour jour et nuit, fument joint sur joint, laissent leurs détritus sur le sol, trafiquent sous les yeux des locataires, crachent par terre, détruisent les boîtes aux lettres, taguent les murs, urinent dans les escaliers, insultent ceux qui osent les déranger et, parfois, brûlent une voiture.

« Ici le deal, c’est perpétuel », soupire une maman. « Ces derniers jours ma fille de trois ans était même étonnée de ne pas voir de dealeurs dans l’entrée », s’alarme une autre. Le préfet Philippe Galli a expliqué que les « dizaines d’interpellations » n’avaient servi à rien et que bon nombre des acteurs de ces trafics étaient des mineurs.

« Nous allons réfléchir à une solution, pour une présence policière renforcée », a proposé le ministre. « Le commissariat a un trop gros secteur », a fait remarquer la maire (DVG), Corinne Valls, qui était venue la veille occuper les lieux avec le reste de la majorité municipale. « La seule visite du ministre ne va pas régler les choses », glisse alors l’officiel. « Oui, mais c’est symbolique et c’est important que tu sois là », répond Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, qui a lui aussi pris part à ce déplacement surprise.

Tout est parti d’un coup de fil passé hier soir à Manuel Valls par Philippe Guglielmi, 1 er adjoint à la maire et patron du PS 93, pris à partie par des jeunes alors qu’il occupait les lieux avec les autres élus. « Il m’a réveillé ! », glisse le ministre.

La tour A de la cité Gagarine est devenue depuis quelques jours le centre d’attraction de la commune. Hier après-midi, les CRS ont élu domicile au pied de la tour. C’est un article publié dans l’hebdomadaire « Marianne » la semaine dernière, qui décrit le quotidien des habitants effrayés par les dealeurs, qui a mis le feu aux poudres.

Source : Le Parisien du 21/02/2014

Aulnay-sous-Bois et Romainville militent pour la rénovation de leurs quartiers

Rose_des_Vents_Amenagement_AulnayLes élus des deux communes ont interpellé François Lamy, ministre délégué à la Ville, en visite hier dans le département, afin d’obtenir de nouveaux crédits.

Des tours de la cité Gagarine à Romainville, à la barre du Galion à Aulnay-sous-Bois, la balade en Seine-Saint-Denis a duré quatre heures. François Lamy, ministre délégué à la Ville, était venu parler d’emploi. Le dispositif des emplois francs, censé lutter contre la « discrimination à l’adresse » et déjà expérimenté à Clichy-sous-Bois depuis juin, le sera désormais à Aulnay et Sevran. Il s’agit de verser une aide forfaitaire de 5000 € aux employeurs embauchant des jeunes diplômés issus de quartiers dits « sensibles ». Mais, guidé à travers le 93 par le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, le ministre était aussi venu observer de près les résultats de la rénovation urbaine, lancée en 2004 à Aulnay et en 2007 à Romainville.

Si les opérations programmées alors sont presque achevées, les deux communes espèrent décrocher de nouveaux crédits pour une deuxième vague de travaux. « La rénovation urbaine a été critiquée, mais on voit que cela fonctionne bien, martelait hier François Lamy. Il faut continuer maintenant, avec une nouvelle génération de projets de rénovation urbaine. »

Au plan national, on sait déjà qu’une enveloppe de cinq milliards sera dévolue à ce que beaucoup appellent l’Anru 2. « L’enveloppe sera divisée en trois, pour les grosses opérations, les finitions et des opérations isolées, à la marge des zones urbaines sensibles, pour raccommoder le tissu urbain », note le ministre.

Mais le texte de loi sera adopté mi-novembre, et il faudra donc patienter pour connaître la liste des quartiers bénéficiant de ces crédits. Hier, à Romainville comme à Aulnay, on a pris comme un signe positif cette venue de François Lamy. Et on a tout fait pour convaincre.

Source : Le Parisien du 24/09/2013

%d blogueurs aiment cette page :