Archives du blog

Vidéo, des jeunes volent des Playstation 5 dans un camion à Aulnay-sous-Bois

Certains se demandent pourquoi on voit autant d’annonces de Playstation 5 (PS5) sur Leboncoin ? Peut-être parce que des petits malins ont eu la brillante idée d’attendre l’arrivée du camion pour voler quelques unes de ces fameuses consoles de jeux vidéos.

Dans une vidéo accessible en cliquant sur l’image ci-dessous, des jeunes sont pris en flagrant délit de vol de PS5 dans les quartiers Nord de la ville. Finalement, il n’y en aura pas pour tout le monde…

Accident spectaculaire avec un camion qui se renverse sur l’autoroute A104 à Aulnay-sous-Bois

@Actu.fr

Un camion s’est renversé au niveau de l’échangeur A104 / A3 situé sur la commune d’Aulnay-sous-Bois, non loin de l’ancien terrain PSA. Ce tragique accident a eu lieu vers 15h00 et a eu des répercussions énormes, comme la fermeture de l’accès à la D170 (Gonesse) et des automobilistes qui ont tenté de couper leur trajet en passant par la RN2 à Aulnay-sous-Bois.

A cause de l’augmentation du trafic sur la RN2, le rond-point de l’Europe était complètement saturé  (1h30 d’attente).

Parmi les 39 cadavres de vietnamiens retrouvés dans le camion de l’horreur au Royaume-Uni, 4 venaient d’Aulnay-sous-Bois

En octobre 2019, 39 cadavres de migrants vietnamiens sont découverts à l’arrière d’un camion au Royaume-Uni. Après des mois d’enquête, les policiers français ont mis au jour le rôle d’une vaste filière d’immigration clandestine.

La mort était au bout du « chemin Noold Straete ». Une allée sans issue, comme un présage du périple tragique qui attendait ces candidats à l’exil, perdue au fond d’une zone industrielle de Bierne (Nord). C’est dans cette commune près de Dunkerque que, le matin du 22 octobre 2019, 39 migrants vietnamiens ont embarqué à bord de ce qui sera surnommé « le camion de l’horreur ». La nuit suivante, tous seront retrouvés morts asphyxiés dans le semi-remorque frigorifique à son arrivée près de Londres (Royaume-Uni). 31 hommes et 8 femmes, âgés de 15 à 44 ans, qui avaient fui la misère de leurs villages au Viêt Nam pour un pays perçu comme l’Eldorado en matière d’emplois.

Neuf mois après ce drame qui a ému le monde, l’enquête a mis en évidence l’implication d’un vaste réseau criminel implanté en France. Une filière d’acheminement de clandestins vietnamiens vers l’Angleterre qui opérait avant la tragédie, s’est mise en sommeil après celle-ci, puis a repris ses activités peu avant le confinement. Organisateurs, hébergeurs, chauffeurs : sept personnes ont été mises en examen le 29 mai puis quatre autres le 3 juillet à Paris pour diverses infractions dont « homicides involontaires » et « traite des êtres humains en bande organisée ». « Si j’avais su qu’ils pouvaient risquer la mort, si je n’avais pas été aussi naïf, je n’aurais pas accepté de faire quoi que ce soit », a regretté l’un des suspects en garde à vue.

Les investigations françaises ont débuté discrètement le 6 novembre dernier sous le nom de code « Butterfly ». Grâce aux données du traceur GPS du camion-charnier fournies par les autorités britanniques, les policiers de l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers sans titre (OCRIEST) découvrent que le véhicule est arrivé au port de Calais (Pas-de-Calais) le 16 octobre au soir en provenance du comté anglais du Kent. Il effectue les jours suivants plusieurs allers-retours entre la France et la Belgique. D’après le bornage de sa ligne téléphonique, c’est Eamonn Harrison, un Irlandais de 23 ans inculpé outre-Manche, qui est au volant.

«Ils paraissaient tous jeunes, moins de 35 ans»

Les enquêteurs ont la conviction que le conducteur a chargé les 39 victimes au bout de la zone commerciale de Bierne, près d’un corps de ferme caché par la végétation. Car le 22 octobre, il y stationne de 10h50 à 12h01 avant de filer droit vers la frontière belge et le port de Zeebruges, où il déposera la remorque avec ses passagers clandestins entassés et suffoquant à l’intérieur dans un bateau pour l’Angleterre. La propriétaire de la ferme française étant âgée de 88 ans et handicapée, les policiers interrogent son auxiliaire de vie. Elle se souvient d’avoir été intriguée, ce matin-là, par le passage d’un taxi venu déposer neuf personnes de type asiatique. Ces migrants se sont aussitôt réfugiés dans un hangar agricole de l’autre côté de la rue.

« Puis j’ai vu arriver un grand camion blanc de type frigorifique, sans inscription avec de longues barres sur la porte arrière, depuis le cul-de-sac, raconte la Dunkerquoise aux enquêteurs. Les migrants sont sortis du hangar de manière précipitée, ils ont ouvert la porte arrière de la remorque et sont montés à l’intérieur. Il y avait une dame portant une doudoune beige matelassée. Ils paraissaient tous jeunes, moins de 35 ans. Le camion est reparti sans que le chauffeur en descende. »

L’aide-soignante avait même alerté les gendarmes qui, à leur arrivée, avaient seulement retrouvé deux Vietnamiennes et un Albanais perdus et mutiques sur leur sort : sans doute des clients ayant raté le convoi et sauvés in extremis de la mort…

Un ballet express de taxis

Les caméras de surveillance d’entreprises installées à Bierne montrent bien l’arrivée du semi-remorque immatriculé GTR1 28D mais la zone de chargement des clandestins n’est pas visible. En visionnant les images, les enquêteurs font en revanche une découverte de taille : neuf taxis au total — six Français et trois Belges — passent dans le même créneau horaire. Un ballet express qui suppose des déposes de passagers. Pour tenter d’identifier les chauffeurs, les policiers vont, cette fois, analyser les déplacements des téléphones des victimes retrouvées dans le camion de l’horreur.

On y apprend que vingt-et-une d’entre elles sont arrivées le matin à Bierne de Créteil (Val-de-Marne), quatre d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), sept du nord de la France sans que la localisation ait pu être précisée, deux du XIIIe arrondissement de Paris et deux de Belgique. Deux migrants vietnamiens venaient d’arriver tout juste en France par l’aéroport de Roissy quand d’autres séjournaient depuis des semaines un peu partout : Marne, Pays de la Loire, Paca.

Source et article complet : Le Parisien

Horrible accident de la route sur l’autoroute A1 à Aulnay-sous-Bois avec un camion détruisant une voiture

Un accident s’est produit entre une voiture et un camion dans le sens Province-Paris, à hauteur d’Aulnay-sous-Bois. Les secours sont présents sur place et une voie a été fermée à la circulation.

Des temps de parcours rallongés

Cet accident donne lieu à un bouchon très important dans les deux sens de circulation. Il faut compter plus de 40 minutes de trajet entre Aulnay et la porte de Bagnolet.

Du côté de l’A1 c’est aussi difficile à cause d’un accident entre une voiture et une moto dans le virage du Stade de France, dans le sens Province-Paris. Une voie a été fermée à gauche le temps de l’intervention des secours.

Source : Actu.fr

Un camion bloque la rue Anatole France à Aulnay-sous-Bois

Il y a parfois des situations qui se passent de commentaires…

La police municipale d’Aulnay-sous-Bois appelée pour faire dégager un camion stationné n’importe comment

Un camion s’était arrêté devant le passage piétons du lycée l’Espérance à Aulnay-sous-Bois, empêchant toute circulation et gênant les piétons. Une lectrice a tenté de raisonner le chauffeur qui n’a rien voulu savoir.

Heureusement la police municipale est intervenue rapidement pour faire dégager le malotru.

Source : lectrice du site Aunaycap

Offre d’emploi chauffeur Poids Lourd pour travailler sur Aulnay-sous-Bois

Un lecteur cherche un chauffeur de camion pour travailler sur Aulnay-sous-Bois dans la zone industrielle de Garonor.

Si vous êtes intéressé, vous pouvez contacter le recruteur au 06.51.18.31.51

Plateforme de transit ligne 16 du Grand Paris à Aulnay-sous-Bois : déblaiement par trains ou par camions ?

Nous vous proposons de découvrir un avis délibéré du CGEDD sur la plateforme de transit des déblais du  tunnel de ligne 16 du Grand Paris en cliquant ici. Cet avis pourrait relancer l’utilisation de la voie mère ( page 10 ).

Le dossier d’enquête publique sur la plateforme de transit devra intégrer les recommandations du CGEDD et aborder l’avenir de la voie mère puisque celle-ci doit relier le SMR-SMI d’Aulnay au RFN .

A noter une remarque surprenante :

« Le dossier indique que le site PSA répond à ces critères. Il indique également que l’utilisation de l’embranchement ferroviaire situé à proximité aurait présenté un bilan défavorable par rapport au transport par camion envisagé. Ce bilan n’étant ni présenté ni détaillé, l’affirmation n’est pas étayée.« 

Est-ce plus écologique de transporter des déblais par camion que par train ? Les écologistes Aulnaysiens vont-ils se saisir du dossier ?

Une voiture se gare n’importe comment rue Auguste Renoir à Aulnay-sous-Bois et bloque un camion

Parfois, les images sont plus parlantes qu’un article bien étayé. Il n’est pas rare de voir des automobilistes se garer en double-file alors que des places de parking libres se trouvent à 10 mètres maximum. Il n’est pas rare de trouver des automobilistes s’arrêter juste devant le commerce, toujours en double-file, alors que quelques minutes de marche suffisent et ce sans perturber la circulation.

Où est donc le sens du civisme ?

Source : #SLAPC

Un camion volé et course poursuite dans la ville d’Aulnay-sous-Bois ?

Cette information est à prendre avec précaution car au moment de la rédaction de cet article, nous n’avons pas pu corroborer les faits. Un lecteur nous annonce :

« Une petite information pour les Aulnaysiens, 2 individus ont volé un poids lourd hier dans la nuit, une course poursuite s’est engagée avec les forces de l’ordre et le poids lourd est venu s’enfoncer vers notre pavillon aux alentours de 2h45 dans la zone pavillonnaire les Ormes. 2 arbres et des haies ont été détruites, par ailleurs 1 individu a été rapidement interpellé.« 

La photo ci-contre montre le camion en question. Si ce fait divers n’est pas improbable, nous attendons la confirmation de la police.

%d blogueurs aiment cette page :