Archives du blog

La France Insoumise à Aulnay-sous-Bois fait des propositions sur les transports dans le cadre des élections départementales 2021

La France Insoumise à Aulnay-sous-Bois défend quelques pistes pour améliorer les transports dans le département de la Seine-Saint-Denis, propositions que nous vous proposons de découvrir ci-dessous :

Se faire transporter pour se faire vacciner à Aulnay-sous-Bois, c’est possible !

Les Aulnaysiens de plus de 65 ans peuvent bénéficier d’un service de transport à la demande payant et sur réservation afin d’effectuer leurs déplacements quotidiens.

Qui peut bénéficier du transport à la demande ?

Tous les Aulnaysiens(nes) de plus de 65 ans, sans critères de revenu.

Pour quels déplacements

  • Pour tous déplacements (médicaux, administratifs, courses, etc.) sur la commune d’Aulnay-sous-Bois.
  • Les déplacements pour raisons médicales seront priorisés lors de la réservation.

Combien coûte ce service ?

  • 7 € par aller/retour (1 seule destination par trajet). Vendu par 5 tickets, soit 35€ .
  • Une course est valable pour une personne seule ou avec un accompagnateur.

Informations importantes

  • Le transport à la demande est un service destiné aux personnes ne présentant pas de problèmes importants de mobilité (pas de déambulateur ni de fauteuil roulant).
  • Ce dispositif est éligible au crédit d’impôt à la hauteur de 50% des dépenses.

Renseignements

Centre communal d’action sociale (CCAS)
Tél : 01 48 79 40 18

Source : site de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Galère dans les transports en commun à Aulnay-sous-Bois avec de nombreux bus à l’arrêt

Les transports en commun étaient au point mort ce matin à Aulnay-sous-Bois avec des arrêts de bus non desservis à cause de la neige. La route verglacée et les températures extrêmement basses ont poussé les autorités à la prudence.

Il est d’ailleurs conseillé de ne pas prendre la route pour éviter les accidents. Le couvre-feu à 18h est maintenu.

Avec l’augmentation du télétravail, vers une baisse de l’offre de transport dans la région Île-de-France

Les confinements et l’épidémie de Coronavirus auront-ils raison de l’offre de transports en commun dans la région Île-de-France ? C’est ce qu’annonce Valérie Pécresse dans Les Echos. Une baisse de la fréquentation des usagers provoque une baisse des revenus pour un coût de maintien toujours aussi important. Pour ajuster l’offre et la demande, la présidente de la région Île-de-France pourrait ainsi tailler dans le vif.

Reste à savoir quelles seront les lignes touchées. Compte-tenu de ses rames bondées, il est peu probable que le RER B soit impacté.

Forfait anti-pollution à 3,80 € pour utiliser tous les transports d’Île-de-France pendant la canicule

Vendu 3,80 euros, le Forfait antipollution vous permet de vous déplacer de façon illimitée dans toute l’Île-de- France en utilisant tous les modes de transport en commun sauf Orlyval. À acheter en gare, ou à charger sur passe Navigo et smartphone.

Autant que faire se peut, n’utilisez pas la voiture, et prenez les transports !

Il faut accélérer la renovation du RER B

En Seine-Saint-Denis, et en Île-de-France, les transports publics sont indispensables pour aller travailler, étudier ou pour la vie sociale.

L’absence d’un véritable aménagement du territoire avec des distances toujours plus grande entre les lieux d’emplois et de logements accroît sans cesse le besoin de transports. Le confinement a stoppé presque totalement l’utilisation des transports publics, juste maintenus pour permettre aux soignants et aux professions essentielles, si mal reconnue et mal rémunérées, de servir le pays avec la peur au ventre quotidienne.

À coup de milliards le gouvernement a annoncé des plans de soutien aux filières automobiles et aériennes, largement plus polluante que les transports du quotidien et utilisées par une infime minorité de franciliens (Chaque jour 5 000 000 dans les transports du quotidien, 400 000 pour les TGV et 200 000 pour l’aérien). Les usagers des transports publics n’ont pas à payer, transportés dans de très mauvaises conditions ils sont tentés de prendre leur voiture.

À part la ligne A en partie modernisée, les lignes de RER et de Transilien sont peu fiables, principalement les lignes B et D. E Macron a indiqué à l’occasion de l’inauguration de nouvelles lignes à grande vitesse que la priorité était désormais aux « déplacements du quotidien ».

La crise sanitaire a paralysé les chantiers, sauf celui du CDG Express « le train des riches » qui ne sera utilisé que par moins de 20 000 voyageurs par jour, traversera la Seine-Saint-Denis sans s’arrêter.

Nous demandons que la priorité totale aux transports du quotidien soit réaffirmée. En ne prenant pas position contre les travaux du CDG Express la majorité régionale et V Pécresse cautionnent ce choix au détriment du quotidien. Ils sont complices des choix intolérables et méprisants de E Macron et d’ADP.

Dans le « monde d’après », avec une crise sanitaire et la désastreuse crise sociale et de l’emploi, les incertitudes pour l’aérien la priorité ne peut pas rester à la desserte de l’aéroport CDG ? Évoquant le projet de terminal 4 de Roissy des économistes souhaitent qu’un bilan soit fait sur le coût / les avantages au regard des nouvelles exigences environnementales et de la réalité du trafic aérien.

Il faut un plan de soutien des transports publics et de ses industries et la réaffirmation de la priorité aux transports du quotidien en utilisant notamment les 2,1 milliards du CDG Express.

Cela suppose que contrairement aux annonces faites pour le RER B, il faut au plus vite commander les nouvelles rames qui augmenteront la capacité de 20 à 30 %, et ne pas reporter leurs mises en service à 2026.

Il faut également mettre en service au plus tôt le système d’exploitation Nexteo qui rendra le RER quasi automatique sur les tronçons équipés. Ce système doit permettre de faire rouler les RER automatiquement et à grande vitesse, avec un freinage plus tardif, pour gagner en cadence et en capacité. Nextéo coûterait 900 millions d’euros pour améliorer les conditions de déplacement de 2 millions de voyageurs quotidiens.

Ne pas retarder les travaux d’infrastructures prévus au sud de la ligne B pour permettre la circulation des rames a deux voies.

C’est tout simplement le report de l’investissement le plus utile et efficace pour les usagers quotidiens des RER B et D, les lignes les plus saturées d’Île de France. Ces reports sont inacceptables au regard de la priorité accordée au chantier du CDG Express pour les passagers de l’aérien, L’amélioration du RER B suppose aussi le bouclage en les deux lignes : Roissy CDG /Mitry-Mory

La ré-humanisation des gares et des trains.

Ensemble exigeons l’amélioration de notre quotidien, L’argent existe.

Source : MNLE 93

Des bus bondés en Seine-Saint-Denis qui peuvent provoquer une deuxième vague du Covid-19

Depuis lundi, de nombreux chauffeurs de bus s’alarment que leur véhicule devient rapidement bondé. Résultat : plus de geste barrière possible et un risque de contamination accru.

Les chauffeurs de bus refusent de faire la police et comptent sur le civisme des usagers. Pourtant, pour beaucoup de Séquano-Dyonisiens, le bus est le seul moyen de transport, avec le RER, pour aller sur son lieu de travail.

Vidéo, le RER B complètement bondé malgré les risques du Covid-19

Malgré les directives gouvernementales qui nous demandent d’appliquer des gestes barrières et une distanciation d’un mètre, il est quasiment impossible de respecter ces consignes dans le RER B. A l’intérieur, les rames sont souvent pleines. Les usagers portent bien le masque mais les risques sont là.

La vidéo ci-dessous, transmise par notre lectrice Alya, montre un instant hallucinant au sein d’une des rames du RER B. Les usagers semblent dépités.

Les transports en commun seront gratuits la nuit du Nouvel An en Île-de-France

Comme chaque année, les transports en commun seront gratuits pour la soirée du Nouvel An, à partir de 17h, et jusqu’au lendemain matin 12h.

Certaines lignes de métro et de RER circuleront toute la nuit. Pour plus d’information, cliquer ici pour télécharger le dépliant expliquant en détail les lignes concernées et les stations desservies.

La Fnaut dénonce la hausse des prix des transports publics

voiture_bus_bloque_615_aulnay

Vidéo

La Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut) a dénoncé, jeudi 2 janvier,  l’augmentation de prix des transports publics, conséquence de l’augmentation de la TVA que le gouvernement vient de porter dans le secteur de 7 % à 10 %.

« Cette hausse intervenue au 1er janvier 2014, très supérieure au taux de l’inflation, est inacceptable », a affirmé dans un communiqué la Fnaut qui rassemble 160 associations d’usagers en France. 
« Elle pénalise fortement les usagers les plus modestes, souvent captifs du transport collectif qui est pour eux un service de première nécessité », ajoute la Fnaut.

L’augmentation de la TVA dans les transports avait été décidée en décembre 2013 pour financer le crédit d’impôt accordé aux entreprises. La dernière augmentation de la TVA sur les transports collectifs remonte à 2011 lorsque le taux était passé de 5,5 % à 7 %.

La Fnaut estime par ailleurs que cette augmentation de la TVA limitera la capacité des entreprises de transports publics à répercuter la hausse de leurs propres coûts liés à l’inflation, au risque de provoquer des réductions dans les services.

%d blogueurs aiment cette page :