Archives de Catégorie: Insolites

La place de la gare d’Aulnay-sous-Bois déjà à l’heure de Noël !

La blogueuse Aurore Buselin nous transmet une photo de la place de la gare d’Aulnay-sous-Bois où les décorations de Noël sont déjà en cours d’installation.

Insolite : une personne demande au Maire d’Aulnay-sous-Bois de fermer le centre commercial O’Parinor définitivement

En ce vendredi qui annonce un week-end plutôt calme, quelques informations surprenantes peuvent faire réagir. Et l’une qui peut apparaître bien surprenante concerne une pétition qui demande la fermeture du centre commercial O’Parinor à Aulnay-sous-Bois, rien que ça !

Cette personne affirme que les musulmans seraient maltraités en accusant l’établissement de racisme (sic). Dans un français qui ferait pâlir les professeurs et les apôtres de la langue de Molière, le « pétitionneur » se lâche et souhaite tout simplement que ce centre commercial mette la clé sous la porte. Il demande même au Maire Bruno Beschizza d’intervenir pour accélérer cette fermeture. M. Beschizza saura t-il se montrer à l’écoute ?

Pour lire cette impressionnante pétition (et la signer si le coeur vous en dit), cliquer ici.

Le quotidien Le Monde pense que Sevran-Beaudottes est à Aulnay-sous-Bois

La ville d’Aulnay-sous-Bois s’agrandie avec l’acquisition du quartier Sevran Beaudottes. C’est en tout cas ce que prétend le très sérieux journal Le Monde dans un article relatif au RER B :

« Il faut à peine une demi-heure en RER depuis Châtelet, au centre de Paris, pour rejoindre Sevran-Beaudottes, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), près de la cité des 3000, où a grandi Alice Diop. Vingt-sept minutes pour relier des mondes que tout sépare. La cinéaste reconnaît volontiers une « fascination cinématographique » pour ce train, qui traverse souvent ses films et tisse la trame de son dernier documentaire, Nous. Elle prend le temps d’y arpenter la ligne B pour rendre compte des vies de ceux qui habitent alentour (le film est programmé sur Arte à la rentrée). Récompensée cette année au Festival international du film de Berlin, Alice Diop raconte « son » RER et, à travers lui, comment elle cherche à relier ceux qui s’ignorent par « un cinéma qui prend soin de ceux qu’il filme ».« 

Source : Le Monde

Colette, le paon devenu la mascotte de l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois

Un patient inattendu à l’hôpital Ballanger d’Aulnay-sous-Bois. Vendredi dernier, une femelle paon a été repérée sur la pelouse en face de l’établissement de santé.

Impossible de savoir comment l’animal a atterri ici, d’où il vient, ni qui est son propriétaire. Mais les équipes de l’hôpital ont bien pris soin du paon. « Elle est bien tombée ici, on l’a nourri, on l’a choyée et donné un petit nom : Colette ! », explique dans une vidéo publiée par la Fondation 30 millions d’Amis, Angèle, employée au service des admissions. 

Mais comme ses collègues, elle craignait que le volatile se fasse écraser par une voiture. Finalement, l’hôpital a contacté la Fondation 30 millions d’amis qui est venu récupérer Colette cette semaine. Elle a été transférée vers un refuge à Saint-Hilliers (Seine-et-Marne). Un départ qui soulage mais qui attriste aussi un peu les équipes. « Pour les patients c’était cool, ça donnait une bouffée d’oxygène », « c’est la mascotte de l’hôpital », affirme Angèle.

La paon est considéré comme un animal domestique. Depuis 2010, la réglementation exige qu’il soit déclaré et identifié. 

Source : France Bleu

Noisy-le-sec : question signalisation, on a de l’humour

Les faits se sont produits en cette fin de semaine. A Noisy-le-sec,  on a le sens de l’humour au point de pouvoir figurer dans le meilleur bêtisier de l’année. 

Est-ce un défaut d’arrêté de l’autorité administrative ou bien un manque de volonté à le faire respecter par l’entreprise, nul ne le sait. Une voiture immatriculée en Espagne empiétait sur la zone de chantier. 

Quoi qu’il est soit, la société en charge de cette réfection de marquage au sol pour ce passage piétons  situé face au 76 rue Carnot à Noisy-le-sec (Seine-Saint-Denis) ne s’est pas posée plus de problème que cela et s’est adaptée à la situation en emputant une partie du marquage.

Le résultat, aussi humoristique soit-il, n’en témoigne pas moins d’une certaine incompétence.  Cela pourrait être plaisant si tout cela n’était pas financé avec de l’argent public.

A.O.F.

Qui est ce militant écologiste à Aulnay-sous-Bois qui ne respecte pas les règles ?

C’est bien connu, les réseaux sociaux sont l’endroit privilégié pour régler ses comptes et vieilles querelles et de tout mettre sur la table. Il y a quelques année, un internaute Aulnaysien bien connu du microcosme local commentait énormément sur les blogs pour dénoncer les violences, l’insécurité, la montée du radicalisme musulman et déplorer la situation dans les quartiers nord de la ville. Ce commentateur un brin provocateur mais toujours rigoureux en ajoutant un maximum de liens pour étayer sa démonstration avait été rapidement banni d’un blog de gauche, puis par l’ancienne rédactrice en chef sur le blog d’Aulnaycap (qui affirma à l’époque avoir subi des pressions).

Ce commentateur n’habite plus Aulnay mais continue d’y faire référence, notamment en critiquant l’attitude des écologistes. Les attaques y sont ciblées, parfois drôles, parfois surprenantes. Dernièrement, ce commentaire a mis en cause l’attitude d’un écologiste Aulnaysien à vélo qui ne respectait pas les consignes de traversée du tunnel de la gare. Information étonnante et pas vraiment intéressante, si ce n’est que nous sommes vendredi, à quelques semaines du déconfinement et à une journée de la fête du travail. Si nous n’avons pas identifié cet écolo peu scrupuleux des règles de circulation, nous saluons cet Aulnaysien qui, à défaut d’être d’accord sur ses analyses, apportait une contradiction et un autre regard sur la ville d’Aulnay-sous-Bois.

Une balayeuse dérange une habitante d’Aulnay-sous-Bois un dimanche matin avec un chauffeur au téléphone

C’est bien connu, le dimanche matin est sacré pour de nombreux actifs qui recherchent la quiétude pour récupérer d’une semaine bien chargée. Cependant, la propreté de la ville d’Aulnay nécessite parfois que les services techniques et de voirie interviennent pour procéder à un nettoyage urgent compte-tenu des impératifs sanitaires en vigueur.

Il était 7h30 du matin quand une balayeuse a surpris une habitante dans son repos. Très critique, celle-ci a posté une vidéo sur le groupe #SLAPC se plaignant du bruit et de l’inutilité de cette action, la rue étant propre. Elle critique également le fait que le chauffeur soit au téléphone pendant l’opération (même si le véhicule circule à vitesse réduite).

Faut-il privilégier le confort et le repos de certains habitants ou nettoyer les rues et obtenir une ville propre ? Faut-il privilégier l’intérêt individuel à l’intérêt collectif ? Faut-il faire de la récupération politique en disant que le véhicule est intervenu trop tôt alors que le personnel travaille un dimanche pour rendre la ville plus agréable sans pour autant avoir un salaire important ? Faut-il plaindre ces désagréments sachant que certains quartiers de la ville réclament activement un passage plus fréquent de cette balayeuse ? Chacun pourra choisir en son âme et conscience.

Pour visionner la vidéo, cliquer sur l’image ci-dessous :

Les chevaux de la police municipale à Aulnay-sous-Bois défèquent dans le quartier des mille-mille

Récemment, la police municipale a rendu visite aux habitants du quartier de Mitry, appelé également quartier des mille-mille, pour le plus grand plaisir des enfants. Mais si cette impressionnante garde montée patrouille pour la sécurité des riverains, leurs équidés sont loin d’avoir acquis les bonnes manières avec des déjections fécales sur la chaussée.

Alors que les propriétaires de canidés peuvent se voir imposer une amende s’ils ne ramassent les déjections de leur meilleur ami sur 4 pattes, qu’en est-il de la police municipale ? Certaines mauvaises langues diront que que les néo-citadins imposent aux locaux un mode de vie qui n’est pas les leur, au contraire des néo-ruraux qui n’aiment pas le chant du coq ou le bruit infernal du carillon.

En tout cas, ce crottin aurait peut-être été plus utile dans les jardins de la ville car il est peu probable qu’un arbre pousse en plein milieu de la voie.

Vidéo, une impressionnante fuite d’eau détruit le commissariat à Bobigny !

Ce commissariat a moins de 20 ans et pourtant, des défauts de fabrication ont provoqué la rupture d’une canalisation. Une fuite impressionnante a littéralement détruit le plafond qui s’est effondré. Ce n’est apparemment pas la première fois qu’une canalisation cède.

Heureusement plus de peur de que mal. L’électricité a été coupée pour éviter une électrocution, et le bâtiment a été fermé. Beaucoup de personnes s’interrogent sur la qualité de l’édifice. Ne fallait-il pas payer plus pour avoir du beau, du solide, du fonctionnel ?

Ci-dessous la vidéo de cette impressionnante fuite :

Source : Linda Kebbab, Gardienne de la Paix

Une grosse bagarre entre jeunes pour un différent virtuel évitée de justesse devant la Gare d’Aulnay-sous-Bois

Plusieurs individus s’étaient donnés rendez-vous aujourd’hui 13h pour en découdre devant la gare d’Aulnay-sous-Bois. Si le contexte reste un peu flou, les premières informations dont nous disposons montrent qu’un jeune Aulnaysien s’était « embrouillé » pour une histoire dont la genèse se trouve sur le réseau social Twitter.

Sans rentrer dans le détail de cette histoire ubuesque, l’un des jeunes à Aulnay-sous-Bois semblait avoir manqué de respect pour les jeunes filles Marocaines avec des propos peu élogieux sur leur vertu. Un jeune, qui n’habite pas à Aulnay-sous-Bois, a donc voulu jouer les justiciers. D’un commun accord, les deux jeunes hommes s’étaient fixés rendez-vous pour un duel à l’image de ce qu’il se passait sous l’ancien régime.

Finalement, l’un des protagonistes a déclaré forfait, la partie adverse attendant patiemment que le jeune homme daigne se battre. Peut-être parce qu’en face, contrairement à la philosophie des duels de l’époque où le combat devait se faire à un contre un, plusieurs personnes avaient répondu au rendez-vous.

Ci-dessous, le message peu élogieux d’un des protagonistes, qui attendait dans le froid pour pouvoir s’adonner au pugilat :

Moralité de cette histoire rocambolesque ? Rien ne sert de s’énerver pour une histoire de tweets sur Internet. En venir aux mains pour une simple insulte sur le Net, est-ce vraiment raisonnable ? C’est un peu comme si les blogueurs Aulnaysiens se crêpaient le chignon pour des histoires de popularité. C’est tout bonnement inimaginable et surtout puéril.

%d blogueurs aiment cette page :