Archives du blog

L’ordre donné à la police de ne pas intervenir lors d’un match de foot à Aulnay-sous-Bois fait réagir

Le match de football organisé dans le city-stade de la Rose des Vents a non seulement occasionné des nuisances sonores importantes pour les riverains, mais également provoqué des incidents à la fin de la rencontre, lundi soir. Plus de 400 personnes se sont rassemblées autour d’un match non autorisé, sans le respect des consignes sanitaires liées à l’épidémie de Covid-19.

Alors que des véhicules ont été incendiés, les forces de l’ordre ont eu pour consigne de ne pas intervenir, laissant se faire les larcins, à la plus grande surprise des habitants. Aucune interpellation n’a eu lieu, donnant un sentiment d’impunité pour ces individus chez qui la valeur matérielle n’a que peu d’importance.

Deux poids deux mesures ?

Ce curieux épisode a donné lieu à de multiples remarques sur les réseaux sociaux. Si certains déplorent qu’une partie du territoire Aulnaysien semble désormais hors de contrôle de l’autorité régalienne, d’autres se demandent pourquoi la police est si prompte à donner des amendes aux automobilistes qui font un léger excès de vitesse ou oublient de mettre la ceinture.

Pour d’autres, l’image des gilets jaunes violemment interpellés vient à l’esprit alors que pour d’autres manifestations comme celle de lundi dernier, la police semble un brin laxiste et contemplative.

Le plus grave est que cette manifestation aurait pu déboucher sur un drame, avec des riverains qui auraient pu en venir aux mains avec toutes les conséquences qui vont avec. Pourquoi la police semble t-elle ne plus contrôler la situation dans un quartier d’une ville si proche de Paris, capitale française ?

Deux méthodes qui s’affrontent

Il y a quelques jours, l’ancien commissaire d’Aulnay Vincent Lafon était épinglé dans le journal Le Parisien pour ses méthodes musclées et son tempérament volontaire. Commissaire au moment de l’affaire Théo, Vincent Lafon était connu pour vouloir intervenir et rétablir l’ordre sur la zone qui lui était confiée, quitte à utiliser des méthodes parfois brutales en donnant lieu à des interpellations musclées. Ce profil semblait ne pas plaire à tout le monde, y compris chez les personnalités politiques. Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, avait en effet pris parti en faveur de Théo Luhaka, alors que la première adjointe Séverine Maroun regrettait les interventions des hommes de M. Lafon, qui empêchaient ensuite la police municipale d’intervenir dans le quartier pendant plusieurs jours de peur de représailles.

A l’opposé de cette méthode, la police semble désormais vouée à contempler les dégâts et ne pas intervenir pour éviter tout incident et des émeutes. Est-ce que le quartier en sortira grandi ? Est-ce que la police municipale pourra patrouiller dans le quartier sans être prise à partie ? Est-ce la bonne méthode pour ne pas froisser les jeunes qui, selon toute vraisemblance, souhaitaient exprimer bruyamment leur joie d’une manifestation post-confinement ?

A l’heure où les forces de police sont prises à partie dans les médias suite à l’affaire George Floyd, est-ce que certains quartiers vont définitivement être hors de contrôle, avec toutes les conséquences que cela impliquent ?

Violents débordements à Aulnay-sous-Bois après un match de foot sauvage avec des voitures brulées

Entre 300 et 400 personnes étaient présentes dans le city stade de la cité des 3000. Fumigènes et banderoles hostiles à la police ont été sortis et des voitures ont été brûlées.

On se pressait lundi soir au city stade dans la cité des 3000 à Aulnay. Le terrain avait peine à contenir les centaines de jeunes qui devaient assister à un match improvisé entre les 3000 et le quartier des Mille Mille.

Des spectateurs étaient juchés sur les grilles, un halo de fumée diffusé par des fumigènes planait sur le terrain. Et accrochées aux clôtures du city stade, des banderoles hostiles à la police ou en faveur d’Adama Traoré et de Théo pavoisaient. Vers 21 heures, la tension est montée d’un cran.

Les policiers «avaient ordre de ne pas intervenir»

Des conteneurs ont été poussés au milieu de la rue et incendiés. Deux véhicules ont également pris feu. Lorsque les premiers véhicules de police locaux se sont approchés des lieux, des tirs de mortier ont retenti. Ils ont rebroussé chemin.

Un policier confie : « Les effectifs avaient ordre de ne pas intervenir. On a donc dû laisser brûler les voitures. Dès que nous approchions nous étions visés par des tirs de mortier. C’était complètement préparé ».

Il n’y a eu aucun blessé, ni interpellation. Vers 23 heures, le calme est revenu dans la cité. « Nous sommes dans la suite logique de ce qui se passe au niveau national et international », constate ce fonctionnaire de police faisant allusion aux campagnes contre les violences policières et au climat de défiance global contre les forces de l’ordre.

Source et article complet : Le Parisien

Des violentes détonations à Aulnay-sous-Bois…pour des matchs de foot !

Ce soir, de nombreux Aulnaysiens ont témoigné à la Rédaction que des détonations étaient perceptibles dans plusieurs quartiers. Que ce soit le quartier du Vélodrome ou de Mitry, des tirs de mortier et des pétards ont perturbé la quiétude des habitants.

Pas de panique : il ne s’agit ni d’une émeute ni d’une altercation. En effet, un tournoi de football est organisé dans le secteur et les jeunes s’en donnent à coeur joie pour supporter leur équipe fétiche.

Pour certains supporters, c’est comme si la coupe du monde revenait en France plus de 20 ans après l’exploit des bleus avec Zinedine Zidane.

Dans la vidéo ci-dessous, on voit des supporters déchaînés dans une ambiance festive. Qui a dit que l’on avait peur du Coronavirus ? :

Le Béton pour le football a sauvé les jeunes de la Cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois

Alors que les clubs de foot professionnels et amateurs demeurent « fermés » au moins jusqu’au 2 juin prochain, le football de rue a repris, malgré les consignes sanitaires. A la “Cité des 3000”, le terrain municipal situé Rue Edgar Degas en banlieue parisienne, accueille des matches tous les soirs depuis le 11 mai. Mais il ne s’agit pas seulement de football ici : le “Béton” est le cœur social du quartier.

Il est 15h et des poussières. Semaine de déconfinement. A l’angle des rues Edgar Degas et Auguste Renoir , dans un quartier d’Aulnay Sous-Bois (93), se trouve une aire de sport urbain, couverte de goudron mal entretenu, comme on en voit dans toutes les villes de France. Deux paniers de basket. Deux poteaux de foot. Seul signe particulier : à l’entrée du terrain, des rubans de chantier rayés de rouge et de blanc gisent par terre, à moitié déchirés. « La police les avait mis quelques semaines après le début du confinement, ils n’ont pas tenu longtemps », témoigne Vikram, un voisin résidant juste en face. C’est qu’il est difficile de contenir le désir de football à Aulnay. 

Source et article complet : FranceInfoTV

NDLR : il est dommage que le journaliste de France Info ne sache pas que le nom du quartier a changé depuis plusieurs décennies (Rose des Vents). Qui appelle encore Lutèce la ville de Paris ?

Trois jeunes d’Aulnay-sous-Bois ont lancé la compétition de la CAN des quartiers sur PS4

En lieu et place du tournoi de foot populaire qui a rassemblé des milliers de personnes l’an dernier, trois jeunes d’Aulnay-sous-Bois ont lancé la compétition… sur console. Objectif : inciter les gens à rester chez eux.

« Othman, monte, monte ! Les gars, non, comment il passe leur attaquant là, vous êtes deux sur lui… Faut bien défendre sur ce match. Encore un but et on est qualifiés ! » Maillot du Maroc sur le dos, Mbark y croit. Hélas : ballon perdu d’un coéquipier, passe laser du numéro 10 de la Côte d’Ivoire… et but pour les orange et vert. L’attaquant nargue, Mbark bout.

Nous ne sommes pas sur un terrain de football, mais dans le salon du jeune homme de 20 ans, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Casque sur les oreilles et manette de Playstation en main, Mbark dispute sur le jeu Fifa 20 la « Coupe d’Aulnay des nations ».

Un événement inspiré de la CAN des quartiers, ce tournoi de foot très populaire dans les cités —lui-même inspiré de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) — mettant aux prises des habitants d’origine africaine sur un city-stade pendant un mois. L’an dernier, il avait rassemblé 18 000 personnes à Aulnay-sous-Bois !

Source et article complet : Le Parisien

Charles Traoré, footballeur talentueux d’Aulnay-sous-Bois, bientôt à l’Olympique de Marseille ?

Le club mythique de l’Olympique de Marseille est ne quête d’un latéral gauche pour renforcer son effectif pour la saison prochaine. Charles Traoré, le natif d’Aulnay-sous-Bois qui joue actuellement à Nantes, pourrait bien obtenir une offre pendant le mercato d’été.

Une aubaine pour ce jeune talent prometteur qui pourrait bien porter l’OM au sommet !

Un probable futur champion de football Malien recherche un agent à Aulnay-sous-Bois ou alentours

Ousmane a 17 ans. Il est footballeur Malien et a du talent dans les crampons. Afin de faire décoller sa carrière, il souhaiterait pouvoir évoluer dans l’un des clubs d’Aulnay-sous-Bois, ou dans le département de la Seine-Saint-Denis.
Si vous connaissez un agent qui parviendra à lui faire atteindre son objectif professionnel, n’hésitez pas à contacter la rédaction.

L’ancien jeune footballeur d’Aulnay-sous-Bois Daniel Yves Kamy évolue à l’international

J’ai commencé comme beaucoup en bas de chez moi, à Aulnay-sous-bois dans la cité des Gros saules. J’ai intégré le club de l’Espérance d’Aulnay à 9 ans, puis rejoint le CSC Aulnay l’année suivante. Ensuite, nous avons déménagé à Epinay-sur-Seine, j’ai donc poursuivi ma formation à l’AFE jusqu’en U17, mais rien de sérieux c’était davantage pour m’amuser et retrouver mes potes. En U19, j’ai décidé d’aller à l’Entente Sannois-Saint-Gratien, club un peu plus huppé au sein duquel j’ai effectué deux saisons. Le problème est que je savais que je n’allais pas intégrer la CFA comme c’était bouché. Mon père m’a alors demandé ce que je comptais faire de ma vie, je venais d’avoir mon Baccalauréat mais je ne savais pas vers quoi m’orienter, je lui ai donc répondu que le foot m’intéressait, il m’a dit qu’il me soutiendrait quelque soit mon choix. Via un de ses contacts, il m’a trouvé un essai en D2 Bosniaque, j’étais réticent mais d’un autre coté je ne voulais pas rester au quartier, ma famille m’a finalement convaincu d’y aller.

Source et article complet : Actufoot

Ces africains qui font tourner la planète football comme Bakari Sanogo originaire d’Aulnay-sous-Bois

Bakari Sanogo, l’agent aussi discret qu’influent

Natif d’Aulnay-sous-Bois, en banlieue parisienne, mais originaire du Mali, Bakari Sanogo est l’agent de nombreux joueurs africains, parmi lesquels Moussa Sissoko, qui évolue à Tottenham, ou Hassane Kamara, latéral gauche du club de Reims. Découvreur de talents, réputé proche de ses joueurs, Sanogo endosse volontiers auprès d’eux le rôle de « grand-frère », en ayant à cœur d’éviter à ses poulains les mauvaises fréquentations. Influent dans de nombreux clubs de Ligue 1, notamment à Nantes, l’agent fait également office de véritable passerelle entre le foot africain et les clubs français et britanniques. Discret, il n’en a pas moins largement participé au développement du football africain au cours des dernières années.

Source et article complet : Afrique-Centrale.fr

Le CSL Aulnay se met à l’heure américaine avec l’arrivée de joueuses de Sacramento

Jolie rencontre cette semaine pour les féminines du CSL Aulnay avec l’accueil sur leurs terres d’une formation composée de joueuses américaines qui sont arrivées tout droit de Sacramento en Californie.

Présentes sur le sol français afin de suivre de près leur équipe nationale féminine, en marge de la Coupe du Monde 2019, elles en ont profité pour rencontrer au stade Vélodrome les jeunes aulnaysiennes. Il y a aussi eu un plateau composé de joueuses américaines, de celles du club local ainsi que d’une équipe du Sevran United Futsal.

Source : ActuFoot

%d blogueurs aiment cette page :