Archives de Catégorie: Handicap

Découvrez le programme complet de la journée du 12 juin au sein de la semaine Intégrathlon à Aulnay-sous-Bois

Vous trouverez ci-dessous le programme complet de la semaine Intégrathlon à Aulnay-sous-Bois le 12 juin 2021 :

A Aulnay-sous-Bois, on dit halte aux idées reçues sur l’autisme !

Aujourd’hui, c’est la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. Tout au long de la journée, les agents de la Mission Handicap d’Aulnay-sous-Bois vont dire halte aux idées reçues sur les réseaux sociaux officiels.

Non, l’autisme ça ne se voit pas L’autisme fait partie des handicaps dit « invisibles ». On parle de troubles du spectre de l’autisme, c’est un trouble neuro-développemental qui peut altérer le comportement social, la communication et le langage.

Non, ce n’est pas la faute des parents On ne connait pas les causes de l’autisme mais on parle de multiplicités factorielles (neurobiologiques, environnementales ou psychologiques). Il n’y a personnes à blâmer.

Non l’enfant n’est pas capricieux L’autisme perturbe le traitement sensoriel & cela engendre des difficultés au quotidien. Un enfant autiste peut avoir une aversion pour des choses banales: bruit, odeur, aliment… Il a dû mal à gérer ses émotions.

Non, un autiste n’est pas bête Il existe plusieurs types d’autisme. Certains enfants sont surdoués, d’autres sont ordinaires, d’autres encore peuvent avoir un retard mental.

Non, l’autisme n’est pas contagieux L’autisme n’est pas une maladie et encore moins contagieux. C’est un trouble du développement qui apparaît souvent dans la petite enfance, de multiples manières. Il y a autant d’enfants autistes que d’autisme.

Non, tous les autistes ne vont pas en centre spécialisé Aujourd’hui les enfants autistes vont à l’école. Certains intègrent un cursus scolaire normal avec ou sans AESH. D’autres enfants vont en classe ULIS au sein d’écoles traditionnelles.

Des créneaux piscine pour les enfants en situation de handicap à Aulnay-sous-Bois et Villepinte

La Mission Handicap et l’association Sport Alim proposent des créneaux piscine pour les enfants en situation de handicap dans le cadre de l’Atelier Passerelle. Une 1ère session a déjà eu lieu il y a quelques semaines à la piscine de Villepinte.

Intégrathlon à Aulnay-sous-Bois du 6 au 9 avril

Depuis onze ans, l’Intégrathlon rassemble sur les mêmes terrains de sport valides et personnes en situation de handicap pour cinq jours de pratique sportive partagée. Quatre sont dédiés aux scolaires des huit communes de Paris Terres d’envol. Coup d’envoi des festivités le 6 avril prochain !

C’est l’une des grandes manifestations sportives du territoire et un événement de référence du sport partagé. Créé en 2010, l’Intégrathlon rassemble chaque année 5 000 personnes, valides et en situation de handicap, pour découvrir ensemble une trentaine de sports. La manifestation, qui durera six jours, est découpée en deux temps : 4 jours pour les scolaires et 2 pour le grand public. L’objectif ? Encourager les personnes en situation de handicap à oser pousser la porte du club de sport de leur ville et renforcer les liens entre valides et personnes en situation de handicap.

Depuis dix ans, en s’appuyant sur l’Intégrathlon, le Territoire a entamé un vrai travail de fond pour améliorer l’inclusion des personnes en situation de handicap dans le sport. « Des clubs ouvrent des créneaux spécialisés pour les personnes en situation de handicap et organisent des événements sportifs de sport partagé. Via des partenariats, certains encadrants sportifs se déplacent aussi dans des centres spécialisés (IME, foyers de vie) pour proposer des séances de karaté par exemple », confirme Julie Tajan, de l’agence KCO, qui coordonne l’organisation de l’Intégrathlon. Dans ce travail, la sensibilisation des plus jeunes est essentielle. Quatre jours leur sont ainsi dédiés et, depuis 10 ans, près de 20 000 jeunes des communes de Paris Terres d’Envol ont déjà été sensibilisés.

Quatre journées dédiées aux scolaires

Cette année, Covid oblige, l’organisation a été adaptée. Les journées des scolaires auront lieu du 6 au 9 avril et le grand public sera convié juste avant l’été. Des ateliers sport-handicap se dérouleront de manière individuelle dans les établissements scolaires (des petits groupes, non brassés entre classes). Au programme : échanges avec des athlètes handisport, atelier sportif (boccia, parcours fauteuil, cécifoot…), visionnage de reportage sur le handisport… Des classes des associations sportives de l’UNSS 93, de l’UGSEL et de l’USEP 93 seront aussi embarquées les 7 et 9 avril, encadrées par des étudiants en APA-S (Activité physique adaptée et santé) de l’Université Paris 13 de Bobigny.

Pour préparer ces journées, des kits pédagogiques sont mis à disposition des établissements, associations et services des sports des huit villes. Les jeunes des accueils de loisirs participeront eux-aussi depuis leurs centres. Au centre de loisirs Rabelais de Dugny, par exemple, Pascale Gayet, sa responsable, a prévu des ateliers de sensibilisation au handicap visuel (parcours en fauteuil roulant, avec canne, construction d’une tour les yeux bandés par la seule indication verbale…) « C’est la 3e année qu’on participe. Il est primordial de rendre nos jeunes plus tolérants à la différence. Le 7 avril, nous avons prévu des parcours à réaliser une fois en tant que valide, et une seconde fois en se glissant dans la peau d’une personne handicapée. Les jeunes noteront ensuite leurs ressentis dans un petit livret ». Environ 1 000 élèves devraient ainsi participer à l’événement cette année. Le grand public devra attendre, pour sa part, les 26 et 27 juin prochains.

Source et article complet : Paris Terre d’Envol

Sensibilisation au handicap dans les écoles maternelles d’Aulnay-sous-Bois

La Mission Handicap de la ville d’Aulnay-sous-Bois mène des actions de sensibilisations en direction des enfants de moyennes et grandes sections 2 à 3 fois par mois (lecture d’un livre sur le handicap, parcours en fauteuil roulant, dessiner avec une main dans le dos, …).

Sensibilisation à l’intégration d’élèves handicapés à l’école Charles Perrault à Aulnay-sous-Bois

Une action de sensibilisation pour faciliter l’intégration d’élèves handicapés a eu lieu à l’école Charles Perrault. Autour du livre «Vivre avec un handicap» et en participant à un atelier de motricité, les élèves ont été sensibilisés aux différents handicaps.

10 mois de prison ferme requis contre un éducateur aux Pavillons-sous-Bois pour torture sur un autiste

©La 1ère

Les faits se sont déroulés en juin 2019 mais la sanction n’est tombée qu’hier : le procureur a requis 10 mois de prison ferme contre un éducateur pour avoir frappé violemment un autiste de 29 ans, Tédrick, avec un baton. Contre sa collègue, aide psychologique, le parquet a requis six mois de prison avec sursis et une interdiction d’exercer pendant cinq ans.

Si le jugement est attendu le 26 février, la vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux avait beaucoup ému. Tédrick aurait été agité ce jour là selon l’éducateur, ce qui l’aurait poussé à lui donner des coups de baton sur la cuisse et sur les bras. Des aveux qui ont profondément choqué les enquêteurs.

Les dirigerants de l’association Cap’Handi Kids attendent toujours des actes de la municipalité d’Aulnay-sous-Bois

Nos demandes en tant qu’association émises à la ville ont été en grande partie validée par la municipalité pour la rentrée 2020/2021 mais jamais honorées. Les exemples sont flagrants :

  • Demande que les pictogrammes discriminant dans le guide des sports soit retirés…. ( ils sont toujours présents)
  • Souhait que tous les enfants en situation de handicap puissent avoir accès au sport de leur choix dans les associations sportives. Cet accès ne serait validé bien entendu après quelques séances d’essai, même encadrées par une auxiliaire de la mission handicap (accepté mais jamais mis en pratique)
  • Souhait de former les ATSEMs sur les outils de communication type PECS. Nous n’avons jamais été appelés pour mettre cela en place
  • Demande de poser des codes couleur dans les écoles ayant des enfants en situation de handicap pour se repérer dans l’espace (accepté mais jamais vu la couleur
  • Demande pour que des animateurs puissent accompagner les élèves en situation de handicap qui en nécessitent le besoin sur le temps de la pause méridienne (accepté mais on n’a jamais vu d’animateur malgré des notifications MDPH)
  • Nous nous sommes proposés de fabriquer des emplois du temps visuels ainsi que des supports afin de faciliter l’enfant sur son temps de classe (Accepté mais personne ne nous a relancés pour qu’on puisse mettre cela en place)
  • Souhait que l’appellation des auxiliaires d’intégration change pour auxiliaire d’inclusions (l’appellation n’a jamais été changée)
  • Souhait que des affichages soient mis devant les écoles pour alerter des signes de l’autisme (accepté mais nous n’avons jamais rien vu devant aucune école)
  • Souhait d’avoir une aire de jeux inclusive (il y a eu plusieurs conseils municipaux et jamais ces aires de jeux n’ont été évoquées)

La seule chose pour laquelle ils ont tenu parole c’est de retirer l’AEEH du calcul du quotient familial et le tarif au prorata des enfants acceuillis au centre de loisir.

Monsieur le Maire disait que tous les petits Aulnaysiens sans exception iraient à l’école. En l’occurrence nous avons eu un enfant TSA exclu de son école et je n’ai vu aucun politicien intervenir.

Hormis le local pour lequel vous n’avez pas tenu la moindre parole il y a aussi toutes ces choses que je viens de citer. Et vous voulez, après nous avoir menti pour obtenir notre soutien, que je vous laisse tranquillement faire votre politique ? La blague !

Une parole c’est une parole, surtout pour améliorer le cadre de vies des enfants en situation de handicap !!!

Source : présidente de l’association Cap’Handi Kids

L’association Cap’Handi Kids recherche un local à Aulnay-sous-Bois pour accueillir les enfants autistes

L’association cap’handi kids (pour les enfants TSA et leur familles) recherche un local en location surface minimum de 70m², avec plusieurs pièces séparées. Pour que l’association puisse rentrer dans son budget, elle espère un loyer maximum de 600 € par mois.

Cette association n’a pas trop de moyens financiers mais souhaite se développer pour atteindre ses objectifs.

Pour rappel, l’association avait mis fin temporairement à ses activités suite à un dénigrement systématique de certaines personnalités politiques locales.

Sylvie Billard propose des solutions pour l’amélioration de la prise en charge des personnes en situation de handicap

Cher.e.s aulnaysien.ne.s,

Aujourd’hui 3 décembre, c’est la journée internationale des personnes handicapées. Beaucoup de choses existent, mais il reste tant à faire.

Le 5 octobre 2018, j’ai animé un atelier débat intitulé « Handicap : état des lieux et perspectives locales ». Les intervenants et participants ont élaboré des propositions qui sont malheureusement toujours d’actualité. Je les partage donc avec vous ci-dessous, ainsi que le compte-rendu en pièce jointe. Vous trouverez également le lien vers le débat sur le handicap de ce soir :

https://www.facebook.com/AulnayEnCommun/videos/690641231814537 .

Mobilisons-nous pour que nos concitoyen.ne.s en situation de handicap disposent des places nécessaires, de revenus décents, jouissent pleinement de leurs droits et d’une vie facilitée au quotidien.

Mobilisons-nous aussi pour nos concitoyen.ne.s aidant.e.s.

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les aulnaysien.ne.s

Propositions des intervenants et des participants à l’atelier débat 5 octobre 2018 intitulé « Handicap : état des lieux et perspectives locales » :

  • Prise en charge en établissements et services médico-sociaux
    • Arrêter les placements en Belgique
    • Exiger l’égalité de traitement pour la Seine Saint-Denis par rapport aux autres départements
    • Créer des places complémentaires dans le département
      • en structure de soins type CMP, SSESAD, CAMSP, SSESD, CMP et en hébergement tant en mode de fonctionnement de jour que de nuit
      • Prendre en compte les TSA (troubles du spectre de l’autisme)
    • Favoriser un suivi médical précoce en s’appuyant sur les PMI et en renforçant l’offre de pédopsychiatrie
    • Assurer la généralisation des prises en charge
    • Assurer la continuité des parcours
    • Ouvrir des structures adaptées aux personnes âgées handicapées différentes de celles des personnes âgées non handicapées
  • MDPH
    • Respecter le délai réglementaire de traitement des dossiers de quatre mois
    • Améliorer la démocratie dans la prise de décision notamment en matière de recours
    • Améliorer la qualité de service
    • Respecter les droits des usagers
  • ARS/CNSA/Département
    • Arrêter la montée en puissance du privé lucratif comme pour les maisons de retraite qui se traduit par une régression de la qualité de service
    • Augmenter le nombre de places
  • Scolarisation en milieu ordinaire et spécialisé
    • Eviter les ruptures de parcours avec retour au domicile
    • Faciliter les passages entre les cycles (maternelle, primaire, collège, lycée et études supérieures) grâce à une meilleure anticipation
    • Augmenter les places en ULIS et en milieu spécialisé
    • Favoriser les accueils mixtes en milieu ordinaire et spécialisé
    • Créer des internats dans le département et revoir la tarification de nuit pour qu’ils soient rentables
    • Développer l’aide médicalisée dans les établissements scolaires adaptés
      • Profiter des rénovations et des créations d’écoles primaires, de collèges et de lycées pour développer la mixité dans les milieux ordinaires et spécialisés en aménageant notamment des espaces médicaux et paramédicaux
    • Développer l’offre de transport pour accéder aux établissements scolaires
    • Rompre avec la précarisation des AVS
    • Former les assistants de vie scolaire et le enseignants du milieu ordinaire à la prise en charge d’enfants présentant notamment des trouves psychiques
      • Faciliter l’accès à des stages de formation continue
      • Permettre l’accès aux formations diplômantes
    • Réduire le nombre d’enfants par AVS
    • Accélérer la mobilisation des AVS qui arrivent parfois trop tard ce qui retarde la scolarisation des enfants
    • Etendre l’accompagnement des enfants par les AVS à tous les jours de la semaine
    • Anticiper en fin de cursus scolaire l’orientation professionnelle en fonction du type de handicap :
      • Travailler les projets de chacun
      • Développer les partenariats avec le CIO, les ESAT et SAS afin d’évaluer les capacités de travail des jeunes sortis d’école, d’améliorer l’orientation et la prise en charge
    • Adultes accompagnants
      • Développer une offre de services pour leur permettre de souffler, de se ressourcer, de s’occuper d’eux grâce à la prise en charge de leur enfant
        • Organiser des séjours de rupture et des accueils familiaux
        • Organiser des Groupes de parole pour les parents et les fratries
        • Développer les partenariats avec les centres sociaux (ACSA) et la CAF
      • Renforcer -en lien avec le Conseil Départemental et la Mission Handicap- l’offre de formation des adultes accompagnants à Aulnay-sous-Bois (car il leur est difficile se déplacer sur Paris ou en Ile de France à cause des problèmes de garde d’enfant et autres fratries)
    • Vie sociale des enfants et adultes handicapés
      • Créer un café culturel mixte valides/invalides à Aulnay-sous-Bois
      • Prévoir des colonies adaptées aux différents types de handicap
      • Faciliter l’accès aux activités culturels et sportives et aux activités extrascolaires
      • Renforcer l’accessibilité des lieux d’activité sportives et culturelles :
        • Travailler avec la direction des sports et les associations culturelles et sportives, conditionner les subventions à la prise en compte de l’accueil des personnes en situation de handicap
      • Mobilité
        • Favoriser l’égalité de traitement entre les différents types de handicap en fonction d’objectifs ciblés : scolarisation, emploi, accès à la culture, aux loisirs et aux sports
        • Améliorer le niveau de service du PAM (et donc son fonctionnement interne)
        • Attribuer des minibus adaptés pour les sorties régulières et occasionnelles
      • Logements adaptés
        • Faciliter l’accès aux logements adaptés notamment grâce à un partenariat avec les bailleurs
      • Citoyenneté
        • Garantir le droit de vote de plein droit des handicapés
      • Changer le regard sur la différence
        • Sortir de la vision médicalisée de la personne malade ou en situation de handicap
        • Ne pas réduire la personne à son handicap
%d blogueurs aiment cette page :