Archives du blog

Ces quelques chiffres prêtent à réfléchir concernant les élections municipales à Aulnay-sous-Bois

AULNAY SOUS BOIS : 84 000 habitants (à l’époque ? ) dont 44 883 VOTANTS (mais 19 491 ABSTENTIONS)

Résultats :

  • M.Beschizza  14 547 voix   60, 7 % des votants représentant 32, 41% des inscrits
  • Ségura        9 417 voix    39,29%  des votants représentant 20,98% des inscrits
  • Liste Beshizza : 43 élus
  • Liste Ségura :    10 élus

Or,  si l’on fait une répartition équitable, à la proportionnelle, nous aurions :

  • Liste Beschizza : 32 élus au lieu de 43
  • Liste Ségura :  20 élus au lieu de 10

Bien sûr mais la loi électorale ce n’est pas tout à fait la proportionnelle, c’est ceci :

  • M.Beschizza a été le maire d’Aulnay de 2014 à 2020 pour ses 14 547 Aulnaysiens

Donc le Maire de 84 000 habitants avec 43 élus, soit un peu plus de 4 fois que M.Ségura (pourtant pas 4 fois moins d’électeurs)

Bien entendu, ce n’est pas spécifique à Aulnay-sous-Bois, la loi est la même pour tous, on peut juste s’interroger sur la démocratie représentative.

Source : contribution externe

Hadama Traoré affirme que l’ancien Maire d’Aulnay-sous-Bois Gérard Ségura soutient Benjamin Giami

Emmanuel Macron S’ORGANISE À L’ÉCHELLE MUNICIPALE

L’ancien maire Ps Gérard Segura qui a dirigé la ville d’Aulnay-sous-bois de 2008 à 2014 en amenant le diable (clientélisme) à Aulnay-sous-bois, à quitté le PS pour soutenir la liste d’un vassal de Macron. Dans toutes les villes les capitalistes s’organisent et nous ?

L’organisation et la stratégique seront des clés d’une révolution durable. La révolution est en marche et personne ne pourra l’arrêter.

Source : Hadama Traoré, leader de La Révolution Est En Marche

Bruno Beschizza veut un nouveau commissariat pour Aulnay-sous-Bois sur l’avenue du Maréchal Juin

commissariat_aulnay

Vidéo

Le commissariat actuel est vétuste et n’est plus réellement aux normes. Plusieurs personnes en garde-à-vue ont même exprimé un mécontentement quant au confort offert par l’actuel bâtiment.

Alors que Gérard Ségura, Maire de 2008 à 2014, souhaitait un nouveau commissariat sur la RN2, au niveau de Bricoman, Bruno Beschizza souhaite quant à lui le voir implanter sur l’avenue du Maréchal Juin, à 2 pas de l’Hôtel de Ville.

Sera t-il suivi par l’Etat ? Manuel Valls avait apporté son soutien quelques mois avant les élections municipales de 2014 pour le nouveau commissariat.

A noter qu’à Droite, il y a quelques petites divergences, puisque Frank Cannarozzo, autrefois conseiller municipal d’opposition, souhaitait le nouveau commissariat en lieu et place du parking qui recouvre le terrain de l’ancienne usine d’amiante, sur la Départementale 115.

La rédaction vous invite à (re)découvrir l’intérieur de l’actuel commissariat d’Aulnay en cliquant sur l’image ci-contre.

Situation financière désastreuse à Aulnay-sous-Bois : l’ex-adjointe aux finances sous Gérard Ségura répond

francoise_bovais_liegeoisAdjointe aux finances à Aulnay-sous-Bois entre 2008 et 2014, Françoise Bovais-Liégeois a pris connaissance, comme beaucoup, du communiqué dramatique de Bruno Beschizza sur la situation financière de la ville. Nous nous sommes entretenus avec elle et nous a fait de nombreuses révélations, certaines ne pouvant être écrites sur ce site.

Une situation connue dès 2011

Lorsque Madame Bovais-Liégeois pris à bras le corps la délégation d’ajointe aux finances en 2008, elle a trouvé une ville en sérieux manque d’investissement, aux finances déjà très fragiles bénéficiant d’une masse salariale bien supérieure à la moyenne nationale par rapport aux villes de même strate. Dès 2009, des emprunts furent réalisés pour couvrir ce manque d’investissement et poursuivre la réalisation du Plan de Rénovation Urbaine.

François Bovais-Liégeois était parfaitement au courant que la ville d’Aulnay-sous-Bois allait droit à la catastrophe, dès 2011, si la municipalité ne freinait pas les investissements nécessitant de gros emprunts et si une cure drastique de baisse des frais de fonctionnement n’était pas entreprise. Soulignant le professionnalisme et le pragmatisme de Laurent Maubon (directeur des finances à la Mairie) qui avait également alerté de la situation, ainsi que le support de Philippe Palomo dans la démarche, Françoise Bovais-Liégeois nous indique que le Maire Gérard Ségura avait fait fi de toutes les alertes levées. « Il voulait appliquer son programme coûte que coûte« , souligna t-elle, précisant que ses alliés communistes faisaient également pression sur les investissements sans tenir compte de la réalité financière. C’est ainsi que deux écoles (Solbès et Ambourget) ont bénéficié de travaux via des emprunts très importants, qui mettaient à termes la ville dans une situation critique.

De plus, Madame Bovais-Liégeois précise que Gérard Ségura, réélu Conseiller Général et ayant obtenu le poste de Vice-Président chargé du développement économique dans le département, ne pouvait pas ne pas savoir quelles étaient les contraintes réelles des réformes des collectivités territoriales et des baisses de dotation.

Des efforts ruinés par une politique interne d’embauche à tout va

Questionnée sur les efforts entrepris pour baisser le train de vie de la ville, François Bovais-Liégeois admet avoir participé à une commission, avec Aline Benhamou (ex-adjointe ayant en charge le personnel), pour libérer quelques postes et ainsi réduire la voilure. Au total, près de 20 postes par an ont été libérés. Hélas, elle admet également qu’à chaque fois un poste fut libéré, une embauche était réalisée, souvent sous l’impulsion d’Ahmed Laouedj (ex-adjoint monde associatif) ou de Leila Abdellaoui. Ces embauches ne passaient pas, selon elle, par l’approbation d’Aline Benhamou (ce qui la faisait enrager, dixit Madame Bovais-Liégeois, car ne passant pas en commission de recrutement, toujours selon Madame Bovais-Liégeois). De plus, les profils ne correspondaient pas toujours aux responsabilités supposées de ces postes. Les postes concernaient surtout la jeunesse et les espaces verts. 

François Bovais-Liégeois a fait d’ailleurs l’allusion sur le recrutement des Frères Belhoucine qui, selon ses propos, avait suivi un processus « bizarre ».

Des peaux de banane internes et une mauvaise ambiance

A la fin de l’entretien, Françoise Bovais-Liégeois nous informe que ses relations avec certains membres de l’ex-majorité municipale n’étaient pas au beau fixe. Elle regrette qu’Ahmed Laouedj et Gérard Ségura ne l’ont pas soutenue dans sa démarche de préserver les finances de la ville. Elle indique que l’ambiance générale s’est soudainement dégradée avec l’arrivée de Guy Challier dans la majorité municipale (en 2010, pour remplacer Sarah Aït Kedache, qui démissionna). Elle regrette à ce dernier son côté arriviste, n’hésitant pas à utiliser tous les stratagèmes pour « déglinguer » la personne devant lui.

Elle affirme également que Latifa Bezzaouya-Cotrie a beaucoup fait pour se frayer un chemin, en appliquant les mêmes méthodes que Guy Challier. Elle décrit également Gérard Ségura comme une personne colérique, qui n’a pas hésité à la fustiger sèchement et ce parfois à la connaissance du public.

Enfin, sa fin de mandat s’est effectuée sous la pression et des menaces notamment pour avoir soutenu les femmes de ménage. Elle avait obtenu à l’époque la protection fonctionnelle, mais ce qui n’avait pas empêché quelques personnes malveillantes de lui crever à maintes reprises ses pneus de voiture. Elle a également perdu 2 chats de race (dont un a été retrouvé mort aux Blanc-Mesnil, proche de Drancy) même si elle n’a pas pu prouver le lien direct entre ces menaces et la perte de ses chats. Elle souhaite aujourd’hui tourner la page et ne plus penser à cette mauvaise période qui l’a beaucoup tourmentée.

Michel Cadart : Ils ont voulu contester la démocratie à Aulnay-sous-Bois…. Echec cuisant !

Sans titre 2A Aulnay sous bois ville de 84 000 âmes, en mars 2014 les électrices et électeurs se sont prononcés à une très grande majorité pour un retour à une ville « Gagnante » et « Respectueuse » Le résultat au 2nd tour de l’élection des Municipales était sans appel, la liste de Bruno Beschizza (UMP) avait réuni 60.7 % des suffrages exprimés. Le PS local venait de prendre un énorme camouflet après 6 ans de gestion hasardeuse et contestée par ses méthodes brutales du Nord au Sud de la ville

En 2008, la liste « Aulnay Renait » menée par le PS ex-Trotskyste Gérard Ségura, aidée en cela par le PRG, le parti Communiste et des membres du parti des « Verts » l’avait emporté dans des conditions particulières, un recours avait été fait à l’époque, mais rien n’y fit.

L’affaire du « Canard Enchainé » dont on se demande comment un député obscur (ce n’est pas lui faire injure) s’était vu reprocher une prétendue escroquerie aux ASSEDIC, cet homme respectable donné en pâture à la vindicte populaire, montré du doigt, humilié a vu le doute de ses fidèles électeurs mettre en cause son honnêteté. Le coup fumant avait réussi, plusieurs centaines de sympathisants de droite et du centre, ne se sont pas rendus aux urnes, et ce malgré que l’organisme lui-même l’avait dédouané un mois avant les élections Municipales. Le résultat a été que la liste Socialiste a devancé celle de Droite de 204 voix seulement

Pourtant la pseudo affaire du « Canard Enchainé » qui était bien une « cabale » politique contre un homme honorable, et Député-Maire sortant n’avait pas empêché de dormir les quelques moralisateurs (alliés de l’époque et par opportunisme des Socialistes) qui débattent de Blogs en blog en donnant les leçons de morale habituelles. Surement système de défense des humiliés, qui n’ont pas su convaincre les administrés en dépit de campagnes arrogantes pour s’attribuer le monopole du cœur et de la bienséance ! Les Mesdames et Messieurs « Propres » de la politique se sont vus refouler à la porte des 2nd tour des dernières élections (Municipales 2014 tout d’abord avec un curieux équipage hétéroclite, allant du centre gauche aux anarchistes du NPA et ensuite aux départementales 2015, mêlés cette fois aux Communistes et autres extrême gauches)
En 2010 une partie de cette majorité (du groupe les Verts) avaient décidé de quitter la majorité municipale pour divers désaccords avec l’équipe Socialiste.

Lire la suite

Michel Cadart : Dans la série des contradictions Socialistes au moment des élections à Aulnay-sous-Bois…

Sans titre 1Mais il est où le commissariat promis ?  On nous aurait menti ? (Cliquez sur la photo)

  • L’histoire d’une mise en scène avec la complicité de Manuel Valls (actuel 1er ministre) et de Daniel Goldberg (Député de la 10ième circonscription du 93)

Cette histoire révèle une incroyable manipulation politique. C’est l’histoire d’un  boomerang qui finit toujours par revenir dans la tronche à celui qui l’a lancé.

La localisation souhaitée (ou désignée) par l’ancien maire d’Aulnay Gérard Ségura était d’une part plus que contestée par les policiers eux-mêmes. On peut donc supposer qu’il s’agissait  d’un leurre destiné à attraper dans les filets de l’oiseleur tous ceux qui piaffaient d’impatience d’être enfin en sécurité…

Rappelons qu’Aulnay-sous-Bois dotée d’une Police Municipale, pour l’État la construction de ce commissariat de police nationale n’était donc pas un projet primordial, faute de crédit également.

Rappelons que la construction d’un commissariat dépend du ministère de l’intérieur, et pas d’une annonce à des fins électorales d’un élu qui sentait sa fin arriver.

D’autant plus que la ville de Sevran (même commandement, dépend du Divisionnaire d’Aulnay-sous-Bois) doit avoir ses nouveaux locaux, rue Gabriel-Péri (à côté de la salle des fêtes) prévus fin 2014. Il n’y aura vraisemblablement pas de déménagement avant l’été 2015, et faute de crédit sur Aulnay…. On va devoir attendre !

Quoiqu’il en soit Mr Beschizza, nouveau maire et lui-même ancien policier, a compris depuis longtemps que la sécurité des biens et des personnes était importante, et  a tenu sa promesse de rétablir la Police Municipale 24h/24 et 7j/7.

Rappelons également qu’une affaire toute récente a été élucidée grâce aux moyens apportés à la dite PM par le nouveau maire (UMP), ce dont les fonctionnaires municipaux se réjouissent.
Voir article ici https://aulnaycap.com/2015/03/07/la-cftc-police-municipale-daulnay-sous-bois-felicite-les-agents-ayant-interpelle-un-braqueur-et-souligne-les-progres-grace-a-bruno-beschizza

Adresse Police Municipale : 5 Avenue Kléber, 93600 Aulnay-sous-Bois
Téléphone : 01.48.69.04.64 ou numéro vert 08.00.39.93.93 (appel gratuit)

Commissariat central Police Nationale 28 Avenue Louis Barrault, 93600 Aulnay-sous-Bois
Téléphone : 01.48.19.30.00

Ici un article détaillé sur la promesse tenue du candidat Beschizza aux dernières Municipales 2014
https://aulnaycap.com/2014/09/20/aulnay-sous-bois-revient-a-une-securite-100-au-service-des-citoyens/

Le maire socialiste sortant Gérard Ségura  avait organisé, à un moment donné juste avant les Municipales 2014, un simulacre de cérémonie officielle concernant la vidéoprotection, alors que les moyens dont manque Aulnay sont criants. Lui-même à l’époque vice-président du Conseil Général, savait pertinemment que ce n’était pas dans les attributions de financer.

Finalement on peut l’affirmer maintenant : L’ACTION DU MAIRE A PAYE
Cliquez ici pour découvrir la surprise >>> http://oi59.tinypic.com/2114al0.jpg

Encore une promesse tenue par le candidat UMP Bruno Beschizza !

Cliquez ici >>> http://oi60.tinypic.com/33zcww2.jpg

Gérard Ségura, ancien Maire d’Aulnay-sous-Bois : « Il faut passer le témoin et mettre en avant les jeunes »

seguraEcouter le cuisinier Thierry Marx raconter ses débuts japonais dans une conférence plénière noire de monde, puis empoigner le micro devant un auditoire bien plus réduit pour présenter de jeunes entrepreneurs du 93, tout en guettant la visite du ministre de l’Economie Emmanuel Macron..

Voilà aussi les occupations d’un vice-président du conseil général en charge du développement économique. La semaine dernière, le socialiste Gérard Ségura était au salon des entrepreneurs, à Paris.

L’ancien maire d’Aulnay, battu en mars dernier par l’UMP Bruno Beschizza, vit ses dernières semaines d’élu départemental. Entré en 1998 au conseil général, il fait partie de ceux qui ne brigueront pas un nouveau mandat. La décision n’a pas l’air de lui avoir trop coûté. Avant de la prendre, il a consulté son entourage politique — dont Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, qui garde un œil attentif sur le département.

« Me représenter n’aurait eu de sens que dans l’optique des prochaines municipales, en 2020, affirme d’un ton dégagé l’ancien enseignant de 66 ans. Mais je l’avais dit dès le soir du deuxième tour à Aulnay : nous avons formé une nouvelle génération de militants, il faut passer le témoin et mettre en avant les jeunes. » Les jeunes, ce sont en l’occurrence deux élus PS d’Aulnay : Guy Challier, ex-maire adjoint à l’urbanisme, 47 ans, et Latifa Bezzaouya-Cotrie, 43 ans.

Source et article complet : Le Parisien

« Mehdi et Mohamed Belhoucine étaient totalement insoupçonnables » selon Gérard Ségura, ancien Maire d’Aulnay-sous-Bois

belhoucine_aulnayInjoignable jeudi, Gérard Ségura, l’ancien maire PS d’Aulnay, a tenu à s’exprimer à la suite de l’article paru hier dans « le Parisien », concernant Mehdi et Mohamed Belhoucine. Ces deux personnes recherchées entre-autre pour complicité dans les attentats liés à Charlie Hebdo courent toujours.

Mehdi, le plus jeune, est apparu auprès d’Hayat Boumeddiene – la compagne du terroriste – sur les images de vidéosurveillance à l’aéroport d’Istanbul en partance pour la Syrie. Les deux frères Belhoucine ont sans doute eu un rôle plus étoffé que celui de simples gardes du corps de la compagne d’Amédy Coulibaly. Le passé de ces deux hommes dont la famille est installée à Aulnay-sous-Bois milite dans ce sens.

Omniprésent sur les forums islamistes, il avait ainsi été repéré par ceux qui allaient l’intégrer à leur filière. Féru en informatique, capable aussi de faire des montages vidéo qu’il diffusait sur le Net, parlant l’anglais et l’arabe, Mohamed Belhoucine, dont le discours s’était radicalisé, présentait pour l’équipe un profil intéressant. Mais ce dernier a-t-il pu aussi s’ériger en conseiller en armement auprès des combattants de son groupe.

Bruno Beschizza, actuel Maire d’Aulnay-sous-Bois, espère que l’on va s’intéresser à l’environnement professionnel des deux anciens employés afin de vérifier s’il y a eu ou non des connexions avec le milieu islamique radical par l’intermédiaire d’autres agents au sein des services de la ville. «Comment et par qui ont-ils été recrutés?» s’interroge l’édile, qui a pris ses fonctions à Aulnay en 2014, quand les deux frères n’y travaillaient déjà plus. «Mon réflexe a été d’en informer, mercredi et dès que je l’ai su, le préfet, qui m’a renvoyé auprès des services spécialisés. Et depuis, pas de retour», indique l’élu.

De 2011 à 2012 et en cumulant des contrats à durée limitée, Mehdi Belhoucine s’occupait d’animation périscolaire, en intervenant notamment au club de loisirs de la ville. Il avait par ailleurs décroché des missions pour s’occuper des espaces verts.

Détenteur d’un master en science et technologie niveau 1, Mohamed Belhoucine a, quant à lui, été embauché au travers de divers contrats de 2010 à 2014 et a travaillé dans les centres de loisirs de la ville. Il s’occupait également de l’aide aux devoirs. Pourtant, dès 2010, il avait été inquiété par les services de police qui avaient repéré ses activités en rapport avec la filière d’acheminement pakistano-afghane.

Bruno Beschizza réclame aujourd’hui une procédure d’information destinée aux employeurs pour les avertir du profil des candidats postulant à divers postes. «Il y a Mohamed Belhoucine et il y a eu le parcours de Farid Benyettou, tout juste révélé la semaine dernière», rappelle-t-il. Benyettou, l’ex-mentor religieux des frères Kouachi, s’est lancé dans des études d’infirmier à la Pitié-Salpêtrière sans que la direction ait été, manifestement, avisée de la lourdeur de son casier judiciaire. «Les employeurs ne doivent plus méconnaître ce type de passé», insiste l’élu d’Aulnay.

Gérard Ségura quant à lui se défend en insistant qu’il ne connaissait en rien des activités jihadistes de ses employés. Insoupçonnables selon lui, les deux frères avaient pu travailler, côtoyer des enfants, faire du soutien scolaire, sans éveiller les soupçons des services de la ville. Une déclaration inquiétant qui montre les failles énormes dans les recrutements effectués sous l’ancienne équipe municipale.

Source : Le Parisien, Le Figaro et Aulnaycap

Les élus socialistes d’Aulnay-sous-Bois pour les protestations concernant les REP+ Collèges Christine de Pisan et Victor Hugo

socialistes_manifestation_aulnay

vidéo

Certains reprochent aux élus socialistes d’Aulnay-sous-Bois de supporter aveuglément le gouvernement de Manuel Valls et ses réformes parfois controversées. Pourtant, lors de la manifestation du 13 décembre pour demander plus de moyens aux collèges Victor Hugo et Christine de Pisan, quelques élus socialistes participaient discrètement dans le cortège (Evelyne Demonceaux, Gérard Ségura, Guy Challier…). Pourtant, des élus socialistes avaient refusé de voter un voeux aux Conseil Municipal notamment pour dénoncer les mesures proposées par la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem. Allez comprendre !

Pour visionner la vidéo prise lors de la manifestation, cliquer sur l’image.

A Aulnay-sous-Bois, Gérard Ségura a d’autres casquettes et voyage beaucoup

Gerard_SeguraLa défaite ne semble pas l’avoir déstabilisé. Le socialiste Gérard Ségura, battu par l’UMP Bruno Beschizza à Aulnay, n’en a pas pour autant déserté le conseil municipal, où il prend fréquemment la parole, pour défendre son bilan ou critiquer les orientations de la nouvelle majorité. Serait-il prêt à tenter de reconquérir son fauteuil, lors des prochaines municipales ? « Ce n’est pas un objectif que je me suis fixé pour l’instant », assure-t-il.

Au soir du second tour des municipales, l’élu PS de 66 ans saluait déjà l’émergence d’une « nouvelle génération de militants », auxquels il veut « apporter mon expérience et mon savoir-faire ». Mais Gérard Ségura a d’autres casquettes. Vice-président du conseil général en charge du développement économique et de l’aménagement urbain, également président de la société d’économie mixte Séquano Aménagement, il a désormais le temps… de voyager. Vendredi dernier, il s’est envolé pour Shanghai (Chine), afin d’assister au séminaire organisé par l’alliance Hubstart Paris région (qui regroupe acteurs publics et privés pour promouvoir le territoire du Grand Roissy). Il devait également « en profiter pour y rencontrer 80 chefs d’entreprise chinois, pour leur faire découvrir le potentiel de la Seine-Saint-Denis ». L’élu est aussi récemment allé à Genève (Suisse) pour un salon dédié à l’aviation d’affaires. De l’échelon communal au départemental, la priorité s’est clairement inversée : « Je m’investis pour le développement du territoire, et je consacre une partie de mon temps aux questions locales. »

Source et image : Le Parisien du 30/06/2014

%d blogueurs aiment cette page :