Publicités

Archives du blog

L’ancienne piscine de la ville d’Aulnay-sous-Bois bientôt entièrement rasée

La page d’histoire se tourne en attendant le nouveau stade nautique. Les pelleteuses en ont bientôt fini avec l’ancienne structure, comme l’en atteste la photo du compte twitter officiel de la ville d’Aulnay-sous-Bois.

Publicités

La devise à Aulnay-sous-bois : Circulez, y’a rien à voir !

Vous êtes effrayés par la prolifération des constructions sous une municipalité qui a promis tout le contraire ? Vous voulez consulter et étudier les permis de construire ?

Sachez que tout sera fait pour vous décourager !

Exemple : le secrétaire général d’Aulnay Environnement et le permis de construire du parking Abrioux.

17 décembre : le permis est signé. L’association dispose de deux mois pour déposer un recours,  à partir du moment où ce permis est affiché.

27 décembre : demande de copie du permis.

4 janvier : sans réponse, nouvelle demande, par mail et par téléphone.

9 janvier : nouvelle relance.

10 janvier :  lettre du service juridique donnant les conditions pour la copie. Elle est payante, on doit préciser combien de copies on veut, en noir ou en couleur. La ville établira alors un « décompte des sommes dont le règlement sera effectué par chèque. Une fois que ce paiement sera effectué, l’exemplaire sera communiqué. »

C’est ce qui s’appelle de la simplification administrative. On peut compter sur le zèle du bureau des permis pour faire durer les choses encore quelques semaines, le temps que le délai pour le recours soit dépassé.

On nous dira : pourquoi ne pas se contenter de consulter sur place ?

Sous les précéntes municipalités, le service des permis n’était fermé que 2 demi-journées par semaine. À présent, c’est l’inverse : il n’est plus accessible au public que 2 demi-journées. Autrefois, on était reçu dans le bureau même. À présent, on doit prendre un ticket à l’accueil et attendre le bon vouloir des responsables. L’attente peut être interminable pour l’associatif ou le riverain. Le promoteur, lui, prendra rendez-vous.

Voilà comment on peut vider de son contenu l’obligation de publicité.

Autre exemple : l’affichage du permis de démolir de l’ancienne piscine.

Le permis a été signé le 18 octobre. L’affichage sur les lieux n’a été effectif qu’en janvier, pour une démolition qui doit commencer le 21 janvier. Aucune autre annonce nulle part. Cette fois, l’obligation de publicité a été clairement ignorée.

Restreindre au  maximum l’accès à l’information au profit de la communication la plus biaisée possible est devenu une pratique si systématique qu’on parvient à créer des problèmes qui n’auraient pas lieu d’être. Si la population du quartier avait été correctement informée, aurait-on laissé s’entasser les sacs de déchets d’amiante à proximité de l’école Paul Eluard ? N’aurait-il pas été préférable de veiller à ne pas nourrir l’angoisse légitime des parents, et à ne pas réveiller le traumatisme du l’usine CMMP, avec un écho jusque dans les colonnes du Parisien ? Comprendra-t-on enfin combien ces pratiques si peu démocratiques sont finalement contre-productives?

Cette pratique du pouvoir fondée sur le mépris des citoyens n’est plus supportable !

Aulnay bouge, mais pas pour vous !

Source : communiqué Aulnay Environnement

Une piscine pour les riches à Aulnay-sous-Bois ? Que c’est dur à entendre !

Mercredi 12 décembre, réunion à l’École Fontaine des Prés sur le Centre Nautique, avec une quarantaine d’Aulnaysiens du quartier.

Le sujet : le calendrier des travaux et leurs nuisances. Mais bien sûr, les questions de l’assistance ont permis d’aborder beaucoup d’autres sujets, qui auraient intéressé tous les Aulnaysiens.

D’abord parce que les responsables de la construction (SPIE Batignolles) et ceux de l’exploitation (une filiale de SPIE Batignolles) ont tenu à présenter leur travail et leur fonctionnement. De ces professionnels, on apprend toujours plus que des élus. Ce sont des gens qui ont compris que communiquer objectivement vaut toujours mieux que de laisser la voie libre à toutes les interrogations. Et qui respectent les intéressés.

Notre rôle n’est pas de répercuter tout ce que nous ont dit les professionnels.

 C’est à la municipalité d’offrir une information qui ne soit pas verrouillée par la propagande, dans des réunions où la parole et donc le questionnement, sont libres.

Sur les aspects qui nous interrogent, nous pouvons retenir :

  • Que le financement du projet incombe à SPIE Batignolles, et que toutes les subventions de l’Etat, de la Région et du Département serviront à alléger la charge de cette entreprise privée.
  • Que la filiale exploitante, selon la logique de la Délégation de Service Public, percevra les droits d’entrée, la commune participant aux frais d’exploitation, dont une location pour les scolaires.
  • Le montant de ces droits (les plus élevés de tous les environs) est fixé par la municipalité, selon la logique suivante : cela correspond aux services proposés, ceux d’un vaste centre « aqualudique ». Peu importe que l’on ne soit intéressé que par le bassin de nage, on paie aussi l’accès aux installations de loisir (mais pas au fitness !).
  • Une partie de l’assistance insiste sur le fait que ces prix sont trop élevés pour beaucoup de familles avec plusieurs enfants. Il est répondu qu’il faut comparer ce coût à celui d’une place de cinéma ou d’un abonnement téléphonique. La qualité du produit, cela se paie. En d’autres termes, si l’on se veut bons parents, et que le budget est serré, il faudra choisir ! On n’est pas là pour faire du social, que diable !
  • Pour les élus, entendre dire (en substance) qu’il s’agit là d’une piscine pour les riches « cela fait mal » !

      Eh oui ! Il paraît qu’il n’y a que la vérité qui blesse…  

En résumé, ce sera un très bel équipement, très bien conçu, qui permettra  le retour de clubs de haut niveau, attirera des compétitions et redorera le blason de notre ville, mais dans une commune comme la nôtre, dans un département comme le nôtre, la dimension sociale d’un tel équipement ne peut être ainsi ignorée.

Source : communiqué Aulnay Environnement

Une piscine à l’énergie éolienne dès cet été à Aulnay-sous-Bois !

C’était une urgence éducative et sociale dans la plus  grande ville de France durablement sans piscine. Avoir un faible taux d’apprentissage de la natation n’est pas une fatalité. L’intensité fraternelle et éducative de la municipalité a suscité un sursaut remarquable d’ingéniosité.

L’exemple est venu d’une commune d’ile de France de 45 000 habitants (Saint-Germain en Laye). Son unique centre nautique est actuellement en rénovation complète (photo ci-dessous). Des locaux temporaires y accueillent le public et permettent notamment la poursuite des cours de natation.

A Saint Germain en Laye, la piscine reste ouverte pendant la rénovation complète du bâtiment principal contenant le bassin couvert de 50 m (photo ci-dessus). L’accueil du public est maintenu dans une structure provisoire couvrant une piscine extérieure de 25 mètres (voir : http://www.sisgel.fr/index.php/PISCINE?idpage=13).

Pour la Mairie de Saint Germain en Laye, il était indispensable d’être inventif pour assurer la continuité d’un service public. En politique, comme à la plage, c’est à marée basse que l’on reconnait ceux qui se baignent à poil !

A Aulnay, l’exemple sera même amélioré par une innovation écologique,  selon une technologie expérimentée aux Etats-Unis sous la nouvelle administration Trump : la force éolienne fera l’objet d’une récupération. Cette énergie 100 % recyclable, 100 % aulnaysienne permettra à la structure modulaire d’être auto suffisante, au minimum jusqu’au printemps 2020, puis par cycle renouvelable de 6 ans.

Une brigade nautique sera chargée d’y vérifier la conformité des maillots de bain selon le critère du respect des bonnes mœurs, déjà mis en avant dans un arrêté municipal. Le bikini, c’est comme les statistiques et les plans de financement, ça donne des idées mais ça ne cache que l’essentiel ! La vidéo surveillance aquatique sera expérimentée avec une efficacité garantie par un slogan évocateur : « chassez le naturiste, il revient au bungalow ! ».

Vous hésitez entre la danse classique et la natation : à Aulnay, tout devient possible !

Source : contribution externe fiable

Un enfant de quatre ans d’Aulnay-sous-Bois a failli se noyer dans une piscine

Un drame a été évité de justesse dans une résidence de vacances en Bretagne : un enfant de 4 ans arrivé avec sa famille est tombé dans le grand bassin et a failli se noyer. Le maître-nageur, puis les pompiers et les médecins, ont prodigué les premiers secours. L’enfant a pu être réanimé.

Il a été conduit à l’hôpital Morvan à Brest.

Source : Le Télégramme.

Le maire d’Aulnay-sous-Bois tente d’empêcher une manifestation familiale festive cet après-midi ?

Le maire d’Aulnay-sous-Bois, tente d’empêcher une manifestation familiale festive (« apéro-pique-nique nautique ») qui ne faisait que demander l’ouverture des bassins extérieurs de la piscine municipale.

Dans une lettre portée hier à 23h25 par des policiers municipaux en armes au président de notre association, Bruno Beschizza nous indique que les jardins de l’Hôtel de Ville ne sont pas ouverts à ce type d’activités familiales et pacifiques. Il nous propose de nous réunir sur un endroit bien plus adapté pour un pique-nique… le bitume du parking du centre administratif !

Les jardins de l’Hôtel de Ville, notre maison commune, ne seraient donc pas accessibles… Le dossier piscine doit sans doute continuer à rester symboliquement à distance des élus comme c’est le cas depuis 3 ans.

Pas de bol pour le maire embarrassé par quelques objets de natation gonflables, la manifestation soutenue par 10 organisations, est autorisée par la préfecture de 18h45 à 21h. Notre association, comme les autres, ne compte donc pas rester au bord du bassin…

Libérons notre maire de ses peurs nautiques en venant nombreux pour dire oui à l’ouverture des bassins extérieurs !

Source : communiqué VME

3 ans de fermeture de la piscine : inadmissible pour le PCF Aulnay-sous-Bois

Cela fait 3 ans que la piscine de Coursaille à Aulnay est fermée.

Cela fait 3 ans que l’enseignement de la natation est supprimé dans la plupart des écoles élémentaires d’Aulnay. C’est le 3ème été que les aulnaysiens qui ne peuvent partir en vacances, et tout particulièrement les jeunes et les enfants, seront privés d’une installation nautique de proximité.

Cela fait trois ans que les élus municipaux communistes demandent à minima l’ouverture des bassins extérieurs pendant la période estivale.

C’est une question de bon sens, c’est une question de justice sociale ! Au lieu de cela d’autres préoccupations animent la majorité municipale de droite : construire un stade nautique de grand standing qui sera donné à la gestion d’investisseurs privés plus soucieux de rentabiliser leurs investissements que de promouvoir l’apprentissage de la natation ou de favoriser l’accès de ceux et celles qui n’ont que les installations de proximité pour y trouver quelques loisirs durant leurs congés d’été.

Oui la municipalité doit entendre cette demande juste. Elle doit sans délai, prendre les dispositions techniques qui permettront à
des milliers d’aulnaysiens, jeunes, enfants, seuls ou en familles de pouvoir se baigner durant l’été !

Les élus communistes ont voté, il y a peu, contre le projet de DSP (délégation de service public) nourri par la majorité municipale pour le développement d’un nouveau projet de piscine à Aulnay. De cette question aussi, il faudra bien que les citoyens, les associations de quartiers s’emparent si nous voulons gagner des solutions pérennes répondant aux besoins et aux conditions d’accessibilité de tous à un équipement nautique.

Dès aujourd’hui : ouverture des bassins extérieurs de la piscine de Coursaille !
Dès demain : portons ensemble un nouveau projet pour qu’une piscine gérée par le service public soit à nouveau à disposition de la population rapidement !

Source : communiqué PCF Aulnay-sous-Bois

Capade ne s’associe pas à la manifestation du 28 juin à la Mairie d’Aulnay-sous-Bois pour la piscine

Plusieurs associations et mouvements politiques ont convergé sur l’initiative de l’association politique VME de manifester ce mercredi 28 juin à la Mairie d’Aulnay-sous-Bois. Objectif : faire entendre l’idée de réouverture des bassins extérieurs du stade nautique de Coursaille, fermés depuis septembre 2014.

Alain Boulanger, président de l’association Capade, a été contacté pour savoir s’il s’associait à cette manifestation. La réponse fut catégorique : NON !

M. Boulanger estime en effet que le débat n’a pas eu lieu et que différents facteurs techniques doivent être pris en compte avant de réouvrir les bassins à la hâte. Ainsi, il évoque :

  • Des problèmes de sécurité par rapport à l’accès des lieux et à la remise en marche des circuits de traitement des eaux, dont certains locaux techniques se trouvent à l’intérieur du bâtiment qui menace de s’effondrer
  • Des problèmes sanitaires, avec un doute sur la qualité des eaux si les bassins ne sont pas suffisamment nettoyés
  • Un manque d’ambition, avec la nécessité d’un équipement à la hauteur d’Aulnay, capable de satisfaire les besoins des sportifs de haut niveau comme celles et ceux qui veulent apprendre à nager.

De ce fait, Capade n’appellera pas à manifester demain.

Des politiques et associatifs envahissent les terrains de la Mairie d’Aulnay-sous-Bois le 28 juin pour réclamer une piscine

Il a fait chaud, et les nerfs sont à vif. L’association VME l’a bien compris, et souhaite capitaliser sur l’exaspération d’une partie de la population Aulnaysienne pour mobiliser le maximum de personnes et manifester au travers d’un pic-nique festif et nautique devant la Mairie. Objectif avéré : ré-ouvrir les bassins extérieurs du centre nautique de Coursaille, quartier Tour Eiffel.

On ne sait pas quelle sera la mobilisation. L’association Aulnay Environnement et le mouvement politique Aulnay Insoumise, dont fait partie quelques membres de VME, se joindront à la manifestation.

Le rendez-vous festif est prévu à 18h45 devant la Mairie, ce mercredi 28 juin. Ce devrait être bon enfant, les autorités municipales ayant tout intérêt à ce que ça se passe sans encombre.

Mais l’opposition ne devrait pas venir de la police municipale ni de la garde rapprochée du Maire Bruno Beschizza : comble de l’ironie, il devrait pleuvoir ce mercredi, alors que de nombreuses personnalités réclamaient l’ouverture des bassins extérieurs lors de la période caniculaire. Comme quoi, comme aux élections législatives, Bruno Beschizza arrive toujours à trouver des alliés de circonstance…

Aulnay Environnement réclame également la réouverture de la piscine d’Aulnay-sous-Bois

Plusieurs associations demandent l’ouverture des bassins extérieurs du centre nautique fermé depuis 3 ans.

Nous nous sommes mobilisés les premiers pour alerter les Aulnaysiens face à l’opacité de la municipalité sur le devenir du Centre Nautique. Nous avons estimé que dès la fermeture, la municipalité aurait dû proposer une séance publique sur ce sujet, et consulter les habitants sur le devenir des installations. Nul doute que l’ouverture des bassins extérieurs aurait été demandée.

Notre action a essentiellement porté sur la localisation des équipements, et la municipalité a fini par abandonner les projets sur lesquels nous avions  exprimé notre désaccord.

Le premier épisode caniculaire de l’été a montré combien l’absence d’un centre nautique est criant, et source de désordres et délits de toutes sortes.

Nos édiles devaient anticiper tout cela, et organiser l’accès provisoire aux installations extérieures.

Même si le début des travaux est promis pour l’année prochaine, nous nous devons de mettre en relief le décalage entre les attentes de la population et une municipalité qui décide sans jamais se donner les moyens d’écouter les habitants et se contente d’annoncer ses décisions sans concertation digne de ce nom.

C’est pourquoi Aulnay Environnement invite ses membres à participer à l’apéro-pique-nique festif et nautique

Mercredi 28 juin à 18h45  dans les jardins de l’hôtel de Ville.

Source : communiqué Aulnay Environnement

%d blogueurs aiment cette page :