Archives du blog

Le quartier de Nonneville à Aulnay-sous-Bois se transforme avec la bétonisation et la construction d’immeubles

Le quartier de Nonneville à Aulnay-sous-Bois était un joli quartier pavillonnaire du sud-ouest de la ville avec des maisons atypiques. S’il y avait quelques immeubles, on voyait surtout de beaux pavillons avec des jardins remarquables, apportant un véritable bol d’air frais l’été.

Mais depuis la révision du PLU de 2008-2009, rien ne va plus. les constructions abusives sans permis de construire réglementaire poussent sur tous les terrains. Des riverains constatent l’aménagement d’anciennes dépendances qui servaient de remises. 3 murs plus solides un toit et hop deux chambres en plus…

Des constructions qui atteignent des hauteurs pas possibles, avec un vis-à-vis sur les petits jardins où les habitants étaient si tranquilles. Comble de l’ironie, l’éclairage extérieur reste bien souvent allumé toute la nuit impactant la faune nocturne.

D’énormes voitures encombrent les stationnements… Les exemples ne manquent pas pour constater ce qu’il se passe dans le quartier : sur un petit terrain où il y avait une petite maison s’élève maintenant un énorme pavillon. Plus de jardin, du béton et combien de logements ? On le verra au nombre de boîtes aux lettres…

Tous les pavillons vendus sont agrandis et le quartier perd peu à peu de son charme. C’est un véritable désastre ! Et toutes ces belles maisons rasées pour faire des immeubles…

Merci à notre lectrice pour ce témoignage édifiant.

Souhaits exprimés par les Aulnaysiens sur l’urbanisme de leur ville, concernant les balcons et les hauteurs

Lorsque Gérard Ségura a commencé à accorder des permis de construire pour autoriser l’édification d’immeubles de grande hauteur dans des zones où se trouvaient des pavillons entourés de jardins, beaucoup d’Aulnaysiens affolés se sont mobilisés pour comprendre comment des élus pouvaient prendre de telles décisions sans même consulter les riverains ni les Aulnaysiens ! C’est ainsi que des réunions sur le sujet ont vu le jour dans les différents quartiers de la ville, sous la pressions des administrés eux-mêmes. Que ce soit en zone, UA, UD ou UG, les habitants entendaient bien faire entendre leurs revendications pour ne pas voir leur ville connue pour la beauté et le charme de ses zones pavillonnaires et champêtres et sa qualité de vie se transformer en une ville sans âme et bétonnée à des hauteurs démentielles !

Parmi les revendications exprimées à chaque réunion, la volonté d’interdire les balcons au-dessus des trottoirs et de la voie publique, ressentis comme un étouffement visuel de l’espace commun, une agression et une menace lors des arrosages de plantes, un envahissement privant même les piétons de ciel, de lumière, de vue et de soleil !

Ci-dessus, un immeuble de 4 étages avec balcons proéminents rue du 14 juillet

Immeuble de belle facture situé à l’angle de l’avenue Louis Barrault, sur la place Jean-Claude Abrioux qui a obtenu l’autorisation par nos élus de construire des balcons au dessus de la voie publique ! La hauteur de 5 étages a fait l’objet de bien des contestations parmi les Aulnaysiens ! Pourquoi les élus se permettent d’autoriser ces hauteurs décriées sans le consentement des aulnaysiens ? Pour satisfaire les appétits pécuniaires des promoteurs ? Depuis quand les intérêts des promoteurs seraient supérieurs et prioritaires par rapport aux intérêts des administrés qui paient les indemnités de leurs élus ?

  • Il est pourtant bien précisé dans tous les PLU qui concernent les différentes zones de la ville, que les futures constructions doivent s’insérer dans le paysage existant afin de ne pas rompre l’harmonie ni l’unité architecturale et paysagère de l’environnement. Pourquoi voyons nous sur la photo ci-dessous que l’immeuble nouvellement construit ( à droite de l’image ) a eu l’autorisation de construire cinq étages alors que l’immeuble voisin immédiat n’en comporte que trois ? En quoi l’unité architecturale et paysagère est-elle respectée ?

La vue sur les 3 immeubles en enfilade de la place Abrioux montre que la nouvelle construction surplombe les deux autres et ne satisfait aucunement les Aulnaysiens qui ont toujours souhaité limiter les hauteurs des bâtiments et l’ont exprimé dans toutes les réunions sur le PLU ! Pourquoi donc nos élus s’évertuent à déplaire et à froisser les Aulnaysiens qui défendent la beauté et la qualité de leur ville ? Pourquoi cèdent-ils aux désidératas des promoteurs immobiliers, plutôt qu’aux administrés qui les font vivre ? Cela est ressenti comme une trahison et un mépris de leur point de vue ! En quoi les décisions unilatérales de nos élus devraient-elle être considérées comme respectant la démocratie puisque qu’il n’est pas tenu compte des souhaits des Aulnaysiens ?

La photo ci-dessous illustre exactement ce que les Aulnaysiens n’ont jamais voulu voir édifier sur leur ville : Des immeubles en enfilade à des hauteurs rivalisant avec les immeubles parisiens sur des rues étroites dont le stationnement est déjà problématique, et donc la circulation et les embouteillages vont être mécaniquement augmentés par l’afflux de nouvelles populations, dans une ville qui n’est pourtant pas extensible : ici la rue Anatole France !

Cette photo montre un condensé de tout ce que les Aulnaysiens qui aiment leur ville détestent : Absence de recul végétalisé des immeubles de la voie publique pour éviter la sensation d’étouffement et de manque d’espace, de trop nombreux balcons au dessus des trottoirs, une hauteur inadéquate par rapport à l’étroite largeur de la rue ! Restera à examiner l’esthétique de la façade une fois son ravalement réalisé…

Sous Ségura, on parlait de  » mastodontes de béton  » érigés à marche forcée et sans aucune considération pour le patrimoine immobilier des tiers et des riverains, mais nous constatons que Beschizza et son adjoint à l’urbanisme semblent faire pire encore et de manière terriblement accélérée ! Atteindre les 100 000 habitants apparait être leur seul objectif pour éponger la dette colossale qu’ils ont accumulée par leur gestion délétère révélée par les alertes récurrentes de Benjamin Giami, que cette équipe municipale fait peser sur les épaules de chaque Aulnaysien….

Photos et article rédigé le 25 Avril 2021 par Catherine Medioni

 

Le Conseil municipal et les futures constructions à Aulnay-sous-Bois

La piscine

Comme nous l’avons déjà démontré, ce centre nautique sera le plus cher des environs, sa rentabilité est donc loin d’être assurée. Or, sans parler de la part d’investissement incombant à la municipalité, chaque année, par contrat, la ville paiera un loyer et ce sera aux Aulnaysiens de couvrir le déficit d’exploitation. Le bilan risque d’être très lourd pour une commune parmi les plus endettées. Rappelons que c’est grâce à l’insistance d’Aulnay Environnement (saisie du CADA) que la municipalité a fini par communiquer le dossier d’expertise permettant de voir qu’une réparation était possible, et qu’il aurait été pertinent d’ouvrir un débat sur le choix de réhabiliter ou de reconstruire.

Le projet d’un nouveau commissariat

Il repose sur un échange de terrains entre la municipalité (4605 m2  avenue du Maréchal Juin) et l’État qui restitue le site de l’ancien commissariat rue Barrault (2500 m2). Or, en plus du préfabriqué réservé à l’accueil du public, s’élève sur cette parcelle la Villa Chansonia, entourée d’un parc à réhabiliter comprenant plusieurs beaux arbres remarquables. Ce bâtiment patrimonial, autrefois propriété d’un directeur de music-hall parisien et vestige d’une époque où Aulnay était un lieu de villégiature, doit être préservé et bénéficier à tous les Aulnaysiens. Quel équipement ouvert au public pourrait abriter la Villa Chansonia ?

Le terrain de la Compagnie de Sécurisation avenue du 14 Juillet

Dans cette même opération, l’État transmet également à la commune ce terrain dont la superficie n’est pas communiquée. Elle est cependant considérable, car elle comprend aussi une parcelle avenue de la République. (environ 2000 m2 au total) La municipalité compte-elle, comme à son habitude, vendre ce terrain à un promoteur ? En effet, ce terrain se trouve à la limite de la zone UD (hauteur maximale 15 mètres, mais seulement 13 mètres sur les 15 mètres de large en bordure de la zone). Dans ce cas on risque de voir surgir un vaste ensemble de nouveaux immeubles de 3 étages + attique, comme dans la parcelle limitrophe. Dans un quartier où le réseau viaire est déjà notoirement surchargé à certaines heures, on peut craindre le pire. Mais on pourrait aussi conserver les locaux de la CSI qui sont récents et les consacrer à un établissement municipal qui bénéficierait de l’actuel grand parking.  

L’avenir du legs Pecoroni, place Abrioux.

La délibération du Conseil municipal a lancé « un appel à manifestation d’intérêt » « permettant de satisfaire aux dernières volontés du défunt en réalisant un équipement public scolaire ou périscolaire ». Aulnay Environnement appelle les citoyens à donner leur avis et répondra à cet appel. En effet, dans ce quartier déjà marqué par une forte vocation scolaire et qui est l’objet d’un projet de transformation profonde avec de nouveaux immeubles d’habitation, les implications sociales et environnementales de l’utilisation de  cet ensemble de parcelles sont importantes. 

Les questions sur lesquelles nous aimerions en savoir plus :

  • Où en sont les promesses électorales : médiathèque, salle des fêtes ?
  • Quel projet pour le terrain de la Croix Blanche, à présent que le garage Peugeot est fermé ?
  • Rue Marcel Sembat : un courrier recommandé a été adressé au Maire concernant le projet d’immeuble et le respect de l’alignement avec l’immeuble voisin en retrait. Sans réponse à ce jour.
  • PSA-FIFTY : le projet logistique serait abandonné. La commune, inspirée par le besoin de relocalisation des activités industrielles, s’orienterait dans une direction dont on vient de découvrir l’urgence. Une start-up spécialisée dans la production de batteries serait sur les rangs.
  • La « Fosse à la Barbière » : la volonté de la municipalité serait de transformer cette zone. Elle a entrepris de racheter les terrains. L’emprise du boulevard Georges Braque (plus de 60 mètres) pourrait être réduite au profit de nouvelles constructions. Des projets de lien avec « Les Mardelles » sont dans les cartons depuis très longtemps.

La friche PSA vouée aux seules activités industrielles, les habitations prévues sur Ballanger reportées autour du boulevard George Braque, autant de propositions formulées par Aulnay Environnement lors de la « concertation » Val Francilia. Comment ne pas se réjouir de voir la municipalité valider nos propositions ? 

Source : communiqué Aulnay Environnement

La Seine-Saint-Denis, un eldorado pour les investisseurs immobiliers

Les jeunes ménages du Nord-Est parisien s’exilent vers les communes limitrophes en pleine transformation, mais les banques les obligent à revoir leurs prétentions.

Avec la flambée des prix parisiens, les jeunes ont pris l’habitude de franchir le périphérique en direction du « neuf-trois », pivot des projets d’aménagement du Grand Paris. Mais pour s’offrir une pièce en plus ou un petit extérieur, la première couronne se fait à son tour de moins en moins accessible. Avec la crise annoncée post-Covid, les banques se montrent intraitables sur l’apport et le taux d’endettement, ce qui commence à avoir pour effet d’exclure une bonne part de la clientèle. La demande reste toutefois importante, et les acquéreurs doivent être patients et réactifs.

Nouvelle vie à Aulnay-sous-Bois, cauchemar sans parole ou presque

Depuis 1954 une vue …HUMAINE

.

Octobre 2018 une vue encore plus …DEGAGEE

MAIS

Janvier 2020, une vue définitivement…BOUCHEE

Adieu ciel, Adieu soleil , Adieu intimité, et … Adieu investissement

Source : contribution externe

Les derniers pavillons du Centre-Gare d’Aulnay-sous-Bois, vestiges d’un passé révolu ?

Jusqu’au début des années 2000, le centre-gare d’Aulnay-sous-Bois était principalement constitué de maisons bourgeoises remarquables, de petites maisons coquettes et d’immeubles construits avant et peu après la seconde guerre mondiale. Malgré une gare très active considérée comme un hub de premier plan en Seine-Saint-Denis, le centre-gare d’Aulnay avait échappé à la bétonisation, comme ce fut le cas à Levallois-Perret, Issy-les-Moulineaux ou encore Puteaux.

Mais depuis 2007, date de l’application du Plan Local d’Urbanisme, les constructions s’enchaînent et les pavillons remarquables laissent place à des immeubles de qualité banale, sans véritable accroche à l’histoire urbanistique de la ville. De gros projets ont certes été avortés (par exemple, le quartier du Centre Administratif qui devait se transformer en véritable caserne avec un gros bloc de logements).

Est-ce que le Centre-Gare est voué à disparaître pour laisser place à des monstres de béton ? Au nom de la sacro-sainte écologie en concentrant la population à proximité des transports, est-ce que les derniers jardins doivent laisser place aux petits espaces verts partagés envahis d’ombre par les immeubles à proximité ?

Plusieurs collectifs ont en vain tenté de contrer ces projets, en vain. Dans 20 ans, à quoi ressemblera le centre-gare d’Aulnay-sous-Bois ?

Source : contribution externe.

 

Le programme immobilier atroce situé le long de la RN2 à Aulnay-sous-Bois

Chers Habitants, il y a urgence 

J’ai vous fait part, de l’ aboutissement d’un programme immobilier, que je nommerai, de par sa laideur, des « verrues », qui donne cette impression  de submerger les riverains de bâtiments.

Voilà,  le paysage que l’on aura désormais tout le long de la RN2 dominée par des immeubles hauts de 5/6 étages et qui nous plonge dans l’ombre.

Ce programme immobilier n’est pas fini et s’étalera jusqu’à l’entrée de la Francilienne, et concerne des centaines de Logements.
C’est ensemble, quelque soit nos divergences, d’alerter le plus grand nombre d’habitants sur la folie immobilière que traverse notre Ville.

Nos enfants et parents fragiles, la santé, l’éducation, le cadre de vie, la sécurité, notre écologie, passent avant les Promoteurs immobiliers, qui n’ont que faire de l’amour que l’on porte pour Aulnay.

Source : Samy

Le programme immobilier monstrueux de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois

Le Quartier des 3000 verra encore de nouveaux immeubles se construire.

On peut constater sur ces clichés prises en ce début du Mois de Juin 2020, une avancée des travaux, d’un énième projet de bétonnisation, du mandat de Bruno Beschizza.

Ce Programme immobilier face au Parc Robert Ballanger prévoit 4 immeubles de 5 étages.

Ces quartiers extrêmement difficiles sont confrontés a une surpopulation avec des problématiques chroniques  alors a quoi bon, reproduire les erreurs du passés Mr Beschizza ?

NDLR: j’invite l’auteur de cet article, à se faire connaitre et à le signer de son nom.

Source : un lecteur

 

  • Photos: Photos d’illustrations

Programme immobilier Boulevard Marc Chagall à Aulnay-sous-Bois

Chers Habitants,

Je suis un electeur en colère, je n’en peux plus de ces Élus, voilà,  encore un énième Programme immobilier de Beschizza :

Je suis un électeur écœuré et déçu de la politique de nos Élus, en effet, je vous annonce avec tristesse être tombé sur un chantier de 5 hideux gros immeubles de 6 étages,  Boulevard Marc Chagall sur la RN2 (ci-contre les photos).

Ces Bâtiments ont été construits par Promoteur immobilier donc seront vendus, ils totalisent 250 Logements, c’est énorme !!
Les travailleurs sur place m’ont informé, qu’un second chantier débuterait en Septembre 2020 avec un nouveau Promoteur.
Encore pire, ce second Programme immobilier titanesque concernera 400 Logements sur ce même Boulevard qui finirait a hauteur du Carrefour Jean Monnet.

A quoi jouent nos Élus ???? confondent-ils Aulnay et Dubaï ? Pour quelles raisons,  veulent-ils impérativement avoir 150 000 Habitants ? 
Donc faire de la politique, c’est construire des immeubles ? Les bouchons, la pollution, on y pense ?

Les habitants de Sevran et Villepinte, passent par ce Boulevard pour regagner leurs Villes, cela va engendrer des embouteillages monstres dans la partie Nord de la Ville !!!!

La route qui longe ce Boulevard n’est pas en capacité d’accueillir tout ce flux d’automobilistes , par conséquent, on fonce droit vers une catastrophe.

Il faut que les habitants se réveillent pour mettre un terme à se massacre écologique et urbain, mais a t-on anticipé réellement les conséquences néfastes de ces Programmes ?

Un Électeur en colère !

Un électeur interroge le Maire d’Aulnay-sous-Bois de la mandature 2014/2020 sur ses prévisions de projets urbanistiques

Lettre à Monsieur le Maire

Pendant votre mandature de 6 ans, vous avez besogné à la construction d’un immense parc immobilier à Aulnay sous bois en commençant le plus souvent par démolir l’existant …là où votre prédécesseur s’est fait congédier par les Aulnaysiens pour avoir seulement amorcé quelques premières bâtisses alors qu’hier il était très loin du promoteur que vous aurez été .

Mars 2020, vous sollicitez une reconduction de votre mandat pour 6 ans avec une équipe qui semble même plus féroce que vous ne l’êtes vous-mêmes, …des intérêts personnels à n’en point douter.

Or l’électeur que je suis, concerné et soucieux du devenir d’Aulnay sous bois, apprécierait,  avant de déposer son bulletin dans l’urne, connaître vos futurs projets urbanistiques, et savoir si une accalmie est en perspective ou non car très inquiet. Vous n’êtes peut être pas sans connaître les nuisances sur la vie quotidienne que cette boulimie de constructions a entraîné au cours de ces dernières années à Aulnay sous bois, même si vos alliés ne se sentent pas bien préoccupés par un tel enjeu .

Donc, j’aurais souhaité connaître dans un premier temps vos intentions concernant les TERRAINS  qui étaient destinés  à des constructions sous la précédente mandature créant tant de polémiques avant 2014 mais que vous avez totalement abandonnés, les laissant le plus souvent en friches parfois au cœur d’Aulnay alors que vous détruisiez ailleurs pour reconstruire ? Il s’agit donc :

Des terrains de la croix blanche (ex impôts) abandonnés

Des terrains de la rue J.Princet (ex garage WV), abandonnés

Des terrains de la rue des Saules (ex resto du cœur) , abandonnés, il paraîtrait que … ?

Du projet rue des Pavillons (ex Monnier) abandonné…

Et peut être d’autres inconnus, tant les secrets qui concernent pourtant les Aulnaysiens sont bien gardés ?

A noter d’ailleurs que les opposants à ces projets auprès de l’ancienne municipalité étaient le plus souvent des habitants, des  partenaires … de votre élection de 2014, et même des élus de votre majorité actuelle alors qu’aujourd’hui, ils approuvent votre politique urbanistique, s’y opposant avant …..d’être élu, les vestes sont réversibles? Avouez que c’est surprenant.

Sans oublier d’indiquer dans votre programme à venir toutes les prévisions de futures constructions au chaud actuellement et qui sortiront subitement du chapeau , en attente de votre prochaine session ? On parlerait  aussi de 2500 logements sur le site de PSA , impressionnant ?  et pourquoi le promoteur Verrechia désormais particulièrement implanté à Aulnay sous Bois sous votre bénédiction a déjà occupé le local d’un ancien fleuriste fermé place de la gare ? Une reconversion ?

Les Aulnaysiens sont devenus de simples témoins sans possibilité de partager le devenir de leur ville devant vos décisions unilatérales.

Donc, vous en tant que candidat, nous en tant qu’électeurs aulnaysiens confrontés à ces interrogations ,  il serait de votre devoir en toute honnêteté de nous informer très clairement de vos intentions avant le 15 mars 2020, même si vos électeurs acquis à votre cause ne se posent pas les questions essentielles. Autiste à une telle information fondamentale serait de votre part un signe de confirmation de la poursuite de votre œuvre de bétonnage sur Aulnay sous bois.  

Bien à vous.

%d blogueurs aiment cette page :