Archives du blog

L’identification numérique mène-t-il à l’enfer ?

Le Centre pour les droits de l’homme et la justice globale de la faculté de droit de l’université de New York vient de publier un rapport d’une centaine de pages sur l’identification numérique et les pièges de l’utilisation de cette technologie, qui se répand  désormais et malheureusement  dans de nombreux endroits du monde.

Le rapport intitulé « Paving a Digital Road to Hell », examine  du point de vue des droits de l’homme, les systèmes d’identification numérique et biométrique, encouragés par des institutions comme la Banque mondiale, qui organise un vaste réseau mondial de promotion de l’identité numérique ».

Outre les gouvernements tels que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, le soutien financier comprend des investissements de la Fondation Bill et Melinda Gates et du réseau Omidyar.

Demandez-vous pourquoi au passage on retrouve la fondation Bill et Mélinda Gates dans la promotion des vaccins et dans celle de l’identification numérique …. !!!  Le lobbying  insupportable qu’ils exercent est contraire à toutes les démocraties qui se voient privées de leur souveraineté à décider de leur avenir et à exercer sans pression ni contraintes abusives leur libre arbitre ! Sous l’alibi fallacieux de faire le bien, en réalité, Bill et Melinda Gates font le mal et spolient les peuples de leurs droits fondamentaux les plus inaliénables.

Toutes les lois nationales et internationales interdisent les actes médicaux non consentis ! Or la fondation Gates est derrière toutes les décisions gouvernementales et l’OMS pour contraindre par tous moyens, chantage et pressions inclues, à la vaccination contre le covid 19 ! Elle pèse de tout son poids pour mettre en place l’identification numérique qui viole la vie privée, le secret médical et les libertés individuelles, à laquelle les citoyens du monde entier n’ont strictement aucun intérêt !

Les promoteurs de l’identification numérique la présentent  de façon positive comme un outil permettant d’accélérer le développement, mais en réalité elle camoufle des objectifs bien moins louables que les peuples devraient catégoriquement refuser !

Outre la banque mondiale, les parties qui font le plus pression pour le recours à cette technologie et pour l’introduction de ces systèmes sont les gouvernements, les vendeurs et les sociétés de conseil – à savoir, ceux qui sont susceptibles d’en tirer le plus grand profit – soit financièrement, soit, dans le cas des gouvernements, en obtenant un contrôle accru et en introduisant un niveau plus élevé de surveillance de masse.

Mais quels sont les citoyens ou les peuples qui veulent être contrôlés et surveillés par leurs dirigeants ? N’avons-nous pas là les indices inquiétants du totalitarisme qui se met en place ?

En plus de ceux mentionnés dans le rapport de l’université de New York, le Forum économique mondial (FEM) et l’Organisation des Nations unies (ONU)qui ne sont pas élus démocratiquement et qui usurpent des pouvoirs non conférés par les peuples , sont d’autres partisans majeurs de l’identification numérique à laquelle, je le répète, les citoyens n’ont aucun intérêt car ils seront par ce biais, aliénés dans leurs droits fondamentaux et dans leurs libertés individuelles.

Ces systèmes d’identification sont présentés comme des outils positifs et utiles, mais en réalité, il s’agit là d’une façon de masquer l’objectif principal : celui de l’utilisation croissante de la biométrie pour vous tracer, vous traquer et vous surveiller, le suivi et le contrôle monétaire et physique des citoyens pour réduire drastiquement vos droits et libertés.

Les peuples sont-ils conscients de ce qu’il se trame contre leurs droits fondamentaux … ?

Article rédigé  le  23  juillet  2022  par  Catherine  Medioni

%d blogueurs aiment cette page :