Assurance Maladie et Sécurité Sociale : et si l’on était obligé de s’orienter vers le modèle Suisse ?

comparateur_CAFMis en place au lendemain de la seconde guerre mondiale, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) est un organisme lié à la santé et exerçant une mission de service public en France, lié à . Avec l’augmentation de l’espérance de vie, le budget de la Sécurité Sociale a été mis à mal avec un déficit constant et des dettes difficiles pour l’état à résorber.

L’état providence issu de la seconde moitié des années 40s est-il en train de s’effondrer ? Chez notre voisin Suisse, la situation est bien différente. Un résident Suisse a le choix de sa propre couverture maladie et peut changer de caisse maladie à tout moment. Un comparateur caisse maladie existe notamment pour déterminer quelles sont les prestations couvertes, le coût annuel et les contraintes éventuelles. Chaque année, plus de 700 000 Suisses changent de caisse maladie afin de profiter de tarifs abordables, mais aussi de prestations complémentaires.

Ce qui peut sembler aberrant dans l’hexagone semble être devenu la routine chez nos voisins helvétiques. Des sociétés telles que We Group SA se livrent une bataille acharnée pour attirer de nouveaux clients alors qu’en France, le monopole imposé en 1945 garantit les mêmes tarifs pour tout le monde. A noter que, jusqu’à récemment, les frontaliers qui travaillent en Suisse pouvaient se soustraire à ce monopole et obtenir une couverture santé Helvétique bien moins chère.

A l’heure où tous les monopoles sont en train de s’effondrer et où les acquis obtenus à une époque bien différente sont parfois remis en question, le devenir de la Sécurité Sociale et des CPAM restent d’actualité. La libéralisation à outrance et la volonté pour l’Union Européenne d’uniformiser les prestations pour plus d’égalité au sein du territoire européen pourraient, sur le long terme, nous amener à nous orienter vers le modèle Suisse. Bien entendu, cette question tabou reste pour l’instant dans les cartons, mais qui aurait imaginé en 1950 que le rail, le téléphone, l’électricité ou même le gaz allaient être libéralisés, offrant à différents fournisseurs d’appliquer leurs propres tarifs et leurs propres conditions ?

Publié le 13 octobre 2015, dans Santé, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Sur ces sujets qui m’intéressent depuis 20 ans (je suis économiste de la santé), il ne faut pas confondre deux types de transfert :
    – la privatisation totale des cotisations aux choix des prestations à des assureurs privés
    – la délégation sur la base d’un cahier des charges de prestations, avec des cotisations demeurant nationales. Cette deuxième solution est celle par exemple en vigueur en santé aux pays bas, mais également en France pour les indépendants en France (RSI) ou dans le domaine du téléphone mobile en France.
    Seule la deuxième possibilité a été un temps en débat en France (projet AXA en 1999) pour mettre en concurrence la gestion des CPAM avec celle d’assureurs santé. Pour info dans ce modèle, les coûts de gestion du RSI sont les plus bas en France (/CPAM et MSA). Le service est également le moins bon.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :