Archives du blog

Le centre dentaire de la sécurité sociale d’Aulnay-sous-Bois ferme en fin d’année

Un lecteur nous informe qu’au 31 décembre 2017, le centre dentaire de la sécurité sociale d’Aulnay sous-Bois fermera définitivement ses portes. Il est situé rue Marcel Sembat.

L’assurance maladie selon Benoît Hamon

Benoit_HamonL’Assurance Maladie obligatoire au sein de la Sécurité sociale est sans doute la plus belle création que la France ait engendré depuis l’après-guerre. Fille de la Résistance, elle permet l’accès aux soins pour tous et donne chaire à la solidarité car chacun y contribue en fonction de ses moyens et reçoit selon ses besoins. Au contraire des assureurs privés, elle ne trie pas les personnes en fonction de leur profil de risque et de leur pouvoir d’achat. Vouloir l’écarter de certains soins jugés à tort comme mineurs serait non seulement injuste pour celles et ceux qui devraient en supporter les conséquences financières, mais serait de plus une grave erreur de santé publique tant on sait qu’une maladie bénigne mal soignée ou prise en charge trop tardivement peut avoir de très graves conséquences.

A rebours de ce projet de régression sociale que propose la droite, je souhaite consolider l’Assurance Maladie en luttant avec la plus grande détermination contre l’érosion de ses ressources que représente la fraude aux cotisations et prestations. Je considère nécessaire de revoir notre politique du médicament pour ne plus rembourser les traitements inefficaces et faire baisser les prix anormalement élevés exigés par certains laboratoires producteurs de médicaments innovants. La Sécurité Sociale doit également être à la pointe de la prévention et des innovations en santé. Je pense notamment à la prise en charge de ce soin insuffisamment utilisé en France, qui a pourtant fait ses preuves, qu’est l’activité physique adaptée lorsqu’elle est prescrite par un médecin pour les personnes souffrant de maladies chroniques. Enfin, j’estime qu’au lieu d’augmenter toujours plus les aides publiques pour l’acquisition d’une complémentaire santé, il serait préférable d’aider l’Assurance Maladie obligatoire à mieux rembourser certains soins (dentaires par exemple) ou dispositifs médicaux (audioprothèses par exemple).

Article proposé  par Catherine Medioni

Jean-Vincent Placé en visite à la sécurité sociale d’Aulnay-sous-Bois en compagnie de Bruno Beschizza

Place_Beschizza_Secu_AulnayTout sourire, Secrétaire d’Etat en charge de la Réforme de l’Etat et de la Simplification, a été reçu en grandes pompes à Aulnay-sous-Bois pour inaugurer officiellement le nouvelle agencement de la Sécurité Sociale située rue Marcel Sembat. Le Maire Bruno Beschizza était apparemment ravi de voir M. Placé donner autant d’importance à cet événement. La visite eu lieu vendredi matin.

L’espace accueil d’Aulnay-sous-Bois Sécurité Sociale rue Marcel Sembat à Aulnay-sous-Bois de nouveau ouvert

Bus_Sembat_Secu_Sociale_AulnayAprès avoir provisoirement fermé ses portes entre le 7 et le 21 mars, l’espace accueil Sécurité Sociale situé rue Marcel Sembat à Aulnay-sous-Bois a de nouveau ouvert ses portes le mardi 22 mars 2016.

L’espace accueil a été complètement réaménagé avec deux espaces dédiés, afin d’améliorer la qualité de service et réduire le temps d’attente.

Pour plus de précision, cliquer ici.

Assurance Maladie et Sécurité Sociale : et si l’on était obligé de s’orienter vers le modèle Suisse ?

comparateur_CAFMis en place au lendemain de la seconde guerre mondiale, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) est un organisme lié à la santé et exerçant une mission de service public en France, lié à . Avec l’augmentation de l’espérance de vie, le budget de la Sécurité Sociale a été mis à mal avec un déficit constant et des dettes difficiles pour l’état à résorber.

L’état providence issu de la seconde moitié des années 40s est-il en train de s’effondrer ? Chez notre voisin Suisse, la situation est bien différente. Un résident Suisse a le choix de sa propre couverture maladie et peut changer de caisse maladie à tout moment. Un comparateur caisse maladie existe notamment pour déterminer quelles sont les prestations couvertes, le coût annuel et les contraintes éventuelles. Chaque année, plus de 700 000 Suisses changent de caisse maladie afin de profiter de tarifs abordables, mais aussi de prestations complémentaires.

Ce qui peut sembler aberrant dans l’hexagone semble être devenu la routine chez nos voisins helvétiques. Des sociétés telles que We Group SA se livrent une bataille acharnée pour attirer de nouveaux clients alors qu’en France, le monopole imposé en 1945 garantit les mêmes tarifs pour tout le monde. A noter que, jusqu’à récemment, les frontaliers qui travaillent en Suisse pouvaient se soustraire à ce monopole et obtenir une couverture santé Helvétique bien moins chère.

A l’heure où tous les monopoles sont en train de s’effondrer et où les acquis obtenus à une époque bien différente sont parfois remis en question, le devenir de la Sécurité Sociale et des CPAM restent d’actualité. La libéralisation à outrance et la volonté pour l’Union Européenne d’uniformiser les prestations pour plus d’égalité au sein du territoire européen pourraient, sur le long terme, nous amener à nous orienter vers le modèle Suisse. Bien entendu, cette question tabou reste pour l’instant dans les cartons, mais qui aurait imaginé en 1950 que le rail, le téléphone, l’électricité ou même le gaz allaient être libéralisés, offrant à différents fournisseurs d’appliquer leurs propres tarifs et leurs propres conditions ?

Alerte arnaque : des faux agents de la Sécurité Sociale sillonnent la Seine-Saint-Denis

Police_AulnayFaites attention à qui vous remettez vos documents, pièces d’identité et numéro de sécurité sociale : des faux agents de la Sécurité Sociale font actuellement du Porte-à-Porte, ciblent généralement des personnes âgées et demandent tout un tas d’information en vue de falsifier des documents.

Cette imposture a été constatée au Blanc-Mesnil et à Épinay-sur-Seine. Soyez vigilant, en cas de doute, contacter la sécurité sociale directement.

Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 : présentation en Conseil des ministres

Bus_Sembat_Secu_Sociale_AulnayLe projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2015 a été présenté au Conseil des ministres du mercredi 8 octobre 2014 par la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, le ministre des finances et des comptes publics et le secrétaire d’État chargé du budget.

De quoi s’agit-il ?

Ce texte prévoit un certain nombre de mesures concernant la famille, les retraites ou encore la santé, parmi lesquelles :

  • la modulation de la prime à la naissance en fonction du rang de l’enfant (réduite à partir du 2e enfant),
  • l’alignement de la date de versement de l’allocation de base de la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) sur celle des autres prestations familiales (le versement devant commencer au début du mois suivant la naissance de l’enfant),
  • le renforcement de la progressivité des aides à la garde du jeune enfant (renforcement de la modulation du complément de libre choix du mode de garde),
  • le report au 1er janvier 2015 du remplacement du complément de libre choix d’activité (CLCA) par la prestation partagée d’éducation de l’enfant (Preparee) avec une durée du congé parental portée à un an pour le 1er enfant,
  • le décalage à 16 ans (contre 14 ans actuellement) de la majoration des prestations familiales,
  • la revalorisation exceptionnelle de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) portée à 800 euros pour une personne seule à compter du 1er octobre 2014,
  • l’autorisation de cumul entre l’Aspa et les revenus d’activité dans la limite de 0,3 Smic,
  • le versement d’une prime annuelle exceptionnelle de 40 euros au début de l’année 2015 pour les assurés dont les retraites totales sont inférieures à 1 200 euros mensuels,
  • la mise en place du tiers payant intégral pour les bénéficiaires de l’aide à la complémentaire santé (ACS),
  • l’amélioration de la prise en charge santé des personnes détenues,
  • l’indemnisation du parent survivant en cas de décès de la mère au cours du congé maternité,
  • la modification du calcul du montant du capital décès.

À noter : certaines mesures seront mises en oeuvre par voie réglementaire.

Source : Services Publics

La Sécurité Sociale de la Seine-Saint-Denis aurait écarté des demandes d’aides

Bus_Sembat_Secu_Sociale_AulnayDes associations accusent la caisse primaire d’assurance maladie de Seine-Saint-Denis (CPAM 93) d’avoir écarté volontairement des demandes d’aide médicale d’Etat (AME) afin de désengorger ses services. L’AME permet une prise en charge de frais médicaux des étrangers en situation irrégulière résidant en France depuis plus de trois mois consécutifs et en situation précaire. Dans une lettre ouverte adressée à la ministre de la Santé Marisol Touraine, l’Observatoire du droit à la santé des étrangers (ODSE), regroupant une vingtaine d’associations, assure qu’une consigne écrite a circulé à cette fin au sein de la CPAM 93. « Nous avons eu confirmation orale qu’une note interne de la CPAM demande à ses services de ne pas traiter les demandes d’aide médicale d’Etat déposées et non encore instruites au 6 décembre 2013 , écrit l’ODSE. En refusant d’examiner les demandes des usagers, qui ne sont ni informés ni mis en position d’exercer des recours, la CPAM démissionne purement et simplement de son obligation de service public. »

La CPAM de Seine-Saint-Denis n’a pas pu être jointe hier après-midi. Selon Jean-François Corty, directeur des missions France à Médecins du Monde, 300 à 400 demandes d’AME ont été déposées à la CPAM du 93 entre le 10 octobre et le 5 décembre, dont 140 domiciliées au sein de l’association.

Source : Le Parisien du 22/02/2014

Sécurité Sociale : soigner mieux en dépensant moins ?

francois_hollandeLe gouvernement n’entend pas réduire la prise en charge des dépenses de santé des Français, a assuré samedi Marisol Touraine. «Nous ne devons pas, et ce n’est pas la politique du gouvernement, aller vers la réduction de la prise en charge, la multiplication des forfaits et des déremboursements», a déclaré la ministre de la Santé sur Europe 1. «C’est ce qu’a fait le gouvernement précédent et on voit que ça n’a pas servi à grand chose (…) puisque le déficit a continué de se creuser», a-t-elle ajouté.

Lors de ses voeux aux Français mardi soir, François Hollande s’est dit déterminé à réduire les dépenses publiques et a estimé que la Sécurité sociale devait en finir avec «les excès» et «les abus». La Sécu comprend cinq branches (maladie, retraites, famille, accidents du travail, cotisations/recouvrements), mais c’est celle dédiée à la maladie qui est la plus déficitaire.

Le président n’a jusqu’à présent donné aucun détail sur les modalités de son plan d’économies, ni sur quelles branches elles porteraient plus particulièrement. «Des réformes de structure sont indispensables. Il s’agit de faire mieux en dépensant moins», s’est-il contenté de souligner vendredi lors de ses voeux au gouvernement.

«Mieux soigner en dépensant moins»

Mme Touraine a rappelé les «priorités» du gouvernement pour «mieux soigner tout en dépensant moins» : renforcer la part des médicaments génériques, inciter les patients à aller chez un médecin de proximité plutôt qu’à l’hôpital quand ce n’est pas nécessaire et développer la chirurgie ambulatoire (opération sans hospitalisation).

Ces priorités s’inscrivent dans la stratégie nationale de santé de la ministre, annoncée fin septembre, dans le prolongement de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014 . Cette loi prévoit des économies d’un montant de 4,4 milliards d’euros, dont 2,9 milliards pour la branche maladie (baisse des tarifs de certains médicaments et examens, gestion des hôpitaux, réduction des dépenses de fonctionnement…).

L’ensemble des mesures doit permettre de ramener le déficit du régime général de la Sécurité sociale – celui des salariés du privé – à 12,8 milliards d’euros en 2014, en recul de 3,4 milliards d’euros par rapport à 2013 (16,2 milliards). Le gouvernement, qui a déjà annoncé en 2013 des mesures d’économies sur la famille et les retraites en vue de réduire les déficits de ces branches respectives, mise sur un déficit du régime général et du fonds de solidarité vieillesse ramené à 4 milliards à l’horizon 2017.

La Sécu, «chance extraordinaire» pour la France

Marisol Touraine a qualifié samedi l’assurance maladie de « chance extraordinaire » pour la France, qui a permis des avancées en termes de santé, notamment sur le plan de l’espérance de vie et de la réduction des risques face au cancer.

«Je veux rompre un peu avec le discours que j’entends, parfois, de fatalisme qui présente la Sécurité sociale, l’assurance maladie comme une forme de bateau ivre qui serait condamné au déficit et condamnée à être un fardeau pour notre population», a-t-elle ajouté.

Sécurité sociale : quelles mesures pour 2014 ?

Bus_Sembat_Secu_Sociale_AulnayLa loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été publiée au Journal officiel du mardi 24 décembre 2013.

Parmi les nombreuses mesures contenues dans ce texte, service-public.fr retient notamment celles concernant la santé, la famille, la fiscalité et le particulier employeur.

Santé

  • amélioration de la couverture santé des étudiants et simplification de l’accès à la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) pour les étudiants en situation précaire,
  • mise en oeuvre du tiers-payant pour les actes en lien avec la prescription d’un contraceptif à une mineure d’au moins 15 ans,
  • renforcement de l’aide au sevrage tabagique pour les personnes ayant un traitement de substitution nicotinique,
  • fixation de limites de prix sur les soins dispensés en cure thermale aux bénéficiaires de la CMU-C et de l’aide à l’acquisition d’une assurance complémentaire santé (ACS),
  • expérimentation de la délivrance à l’unité de médicaments appartenant à la classe des antibiotiques,
  • expérimentations du déploiement de la télémédecine pour la réalisation d’actes concernant des patients pris en charge en médecine de ville et en structures médico-sociales.

Famille

  • modulation de l’allocation de base de la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) selon le niveau de revenu des familles et alignement progressif de son montant sur celui du complément familial,
  • suppression du complément de libre choix d’activité (CLCA) majoré,
  • suppression de la condition d’un revenu minimal d’activité pour le complément de libre choix du mode de garde (CMG),
  • majoration du complément familial pour les familles sous le seuil de pauvreté.

Fiscalité

  • réforme du calcul des prélèvements sociaux sur les produits de placement exonérés d’impôt sur le revenu (application du taux de 15,5 % sur les contrats d’assurance vie).

Particulier employeur

  • possibilité, dans le cadre du chèque emploi service universel (Cesu), d’effectuer le versement de l’indemnité de congés payés au moment de la prise effective des congés dès lors que le salarié est occupé au-delà d’un certain nombre d’heures.
%d blogueurs aiment cette page :