Marche des terres des 9 et 10 octobre à Gonesse

Gonesse, Saclay, Thoiry, Val-Bréon : des quatre coins de la région parisienne, des citoyens marcheront vers Matignon pour obtenir un moratoire immédiat sur la destruction des terres nourricières, menacées par des projets d’infrastructures inutiles, coûteux, et néfastes pour les écosystèmes et la qualité de vie.

Malgré les discours du gouvernement et de la Région sur la nécessité de lutter contre l’artificialisation des sols, les projets aberrants se multiplient en Île-de-France : gares inutiles du Grand Paris Express, infrastructures olympiques surdimensionnées, entrepôts de logistique, data centers, stockage de déchets inertes …

Le samedi 9 octobre, quatre marches partiront, du Triangle de Gonesse (95), de Val Bréon (77), du Plateau de Saclay (91) et de Thoiry (78) et arriveront à proximité d’une porte de Paris.


Le dimanche 10 octobre matin par deux itinéraires distincts les marches convergeront pour arriver vers midi place de l’Hôtel de Ville à Paris puis se rendront en manifestation commune à Matignon. 

A Gonesse, dans le Val-d’Oise, depuis l’abandon du mégacentre commercial Europacity en novembre 2019, le Premier ministre Jean Castex a annoncé le maintien de la construction d’une gare de métro automatique (sur la ligne 17 nord) au milieu des champs et l’urbanisation d’une partie du Triangle agricole, pourtant Interdite à l’habitat en raison du bruit des aéroports du Bourget et de Roissy-Charles-de-Gaulle. Le gouvernement y a annoncé la construction d’une cité scolaire, d’un internat et d’une administration de l’Etat. Le terminus de la ligne 17, prévu au Mesnil-Amelot, viendrait urbaniser des terres fertiles autour d’un village actuellement peuplé de 1100 habitants, accélérant ainsi l’étalement urbain.

A Aubervilliers, en Seine-Saint-Denisles pelleteuses ont déjà commencé à détruire des jardins ouvriers centenaires pour y construire un solarium et une salle de sport prévus dans le cadre d’une piscine d’entraînement olympique.

A Saclay, dans l’Essonne, au nom d’un « intérêt national » jamais soumis à débat public, c’est l’ensemble des 4000 hectares du plateau, dont 2300 de terres agricoles, qui est à présent menacé d’urbanisation via le projet de la ligne 18 du Grand Paris Express, infrastructure surdimensionnée et inadaptée aux besoins. Plateformes de logistique, centres de données et dépôts de gravats du Grand Paris se multiplient au détriment des terres cultivées.


À Val Bréon, en Seine-et-Marne, aux portes d’un village rural, 150 hectares de terres nourricières sont menacées de destruction par un projet de plateforme logistique. En les achetant au prix fort (17 250 000 €) et en maintenant cette opération illégale, puisque l’urbanisation est subordonnée à la réalisation d’une gare qui n’est pas programmée, la Communauté de Communes ouvre la porte à la spéculation foncière sur les terres agricoles avoisinantes.

Dans les Yvelines, ce sont des hectares d’Espaces boisés classés (EBC) et de bonnes terres agricoles qui sont menacés par des projets autoroutiers : « Voie Nouvelle » de la Vallée de la Mauldre (Axe Nord/Sud) – déviation de la  route départementale 154 à Verneuil-sur-Seine, Vernouillet et Chapet, ainsi qu’un projet de pont à Achères, que va justifier ce nouveau flux de véhicules. Sur l’ensemble du département, c’est le mitage de terres agricoles par des constructions illégales, des défrichements sauvages ou l’apport de milliers de tonnes de déchets dits « inertes » venus des travaux du Grand Paris comme à Thoiry. Ailleurs, on brade le patrimoine public, l’agro-écologie et la biodiversité, comme à Grignon. Partout, les zones humides, les EBC, les trames vertes et bleues inscrites au SDRIF (schéma directeur régional de la Région Île-de-France) ne sont pas respectées et les règlementations bafouées.

Il est urgent de stopper ces projets inutiles, coûteux, destructeurs de la biodiversité et du climat. Il est encore temps de protéger les terres agricoles pour que les objectifs de la COP 21 soient enfin honorés. 

Faut-il rappeler les deux derniers rapports du GIEC (janvier 2020, août 2021), qui réaffirment le rôle des terres agricoles dans la séquestration du CO2, dans la prévention des sécheresses, et dans la régulation des pluies, de plus en plus diluviennes ?

Faut-il rappeler que les emplois créés par les zones de logistique et les centres commerciaux s’accompagnent de nombreuses destructions d’emplois dans les centres-villes et les commerces de proximité Une transition écologique tournée vers les besoins des habitants crée d’ores et déjà de nombreux emplois non délocalisables, dans des secteurs tels que la production et la transformation agricoles, les déplacements non polluants, l’écoconstruction et la rénovation thermique des bâtiments.

Enfin, faut-il rappeler les besoins, criants en Île-de-France, d’amélioration des transports du quotidien ? A l’exception de la ligne 15, le Grand Paris Express ne répond pas aux besoins des Franciliens, qui subissent chaque jour l’absence de rénovation du réseau existant. Et les coûts de la construction explosent, passant de 19 milliards à près de 39 milliards d’euros (source : Cour des comptes).

Face à ce désastre annoncé, la contestation s’amplifie. C’est pour faire comprendre au gouvernement l’importance vitale de sauver les terres agricoles et les forêts, ainsi que la nécessité d’arrêter la construction d’infrastructures coûteuses, qui empêchent d’investir dans la transition écologique, que la marche citoyenne partira du Triangle de Gonesse, du plateau de Saclay, de Thoiry, et de Val Bréon, le samedi 9 octobre, pour arriver devant Matignon le dimanche 10 octobre.

Source : Collectif Pour le Triangle de Gonesse (CPTG)

Publié le 8 octobre 2021, dans Associations, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :