Archives du blog

Sauvons les terres fertiles de Gonesse, la ville d’Aulnay-sous-Bois doit s’engager !

Alors que de tensions fortes sont apparues avec la crise sanitaire de la Covid-19 sur l’approvisionnement en fruits et légumes, alors que l’aide alimentaire a connu une expansion significative avec des centaines de familles concernées, le gouvernement et la présidente de l’EPFIF Valérie Pécresse ont fait évacuer les défenseurs des terres agricoles du triangle de Gonesse. Nous condamnons vivement de tels agissements !

Il faut au contraire protéger ses terres pour permettre aux habitants de se nourrir mieux et local, et adapter nos territoires aux dérèglements climatiques, notamment aux fortes chaleurs et aux canicules.

Le gouvernement et la Région doivent renoncer définitivement à urbaniser le triangle de Gonesse, étudier les scénarios alternatifs du rapport Rol-Tanguy demandé par Emmanuel Macron. Il doit abandonner les travaux de la gare en plein champs du Triangle de Gonesse, à 1700 m de la première habitation qui serait « un gâchis d’argent public sans précédent » comme le dénonce la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut).

Valérie Pécresse, présidente de Région doit se mettre en cohérence avec son propre “Plan régional pour une alimentation locale durable et solidaire” dont le but serait notamment d’alimenter les Francilien·ne·s en fruits et légumes de qualité, en circuits courts. Sortir des mots pour agir en cohérence.

Nous soutenons le programme ambitieux Carma qui prévoit notamment d’y développer de l’agriculture maraîchère, un centre de première transformation de la production, une plateforme de compost et un réseau destiné à mettre en synergie les initiatives territoriales liées à la transition agroalimentaire. Nous proposons ainsi dès maintenant :

  • un soutien financier au projet Carma et un travail avec ses experts bénévoles
  • un engagement foncier avec le projet Carma pour assurer la concrétisation de ce projet agricole permettant de nourrir sainement les enfants du territoire du Val-d’Oise comme de Seine-Saint-Denis : achat ou location de terres, aides à la formation…
  • Mise en place d’une régie de l’alimentation au niveau de la commune d’Aulnay et du territoire

Les élu·e·s de terrains que nous sommes perçoivent chaque jour les besoins alimentaires des ha- bitant·e·s et notre objectif doit être de « nourrir chaque enfant avec des aliments de qualité », agir pour la santé en luttant contre la malbouffe. Nous portons cette ambition environnementale et sociale indispensable et urgente.

Source : Les élu·e·s Aulnay En Commun

Les policiers interviennent dans la ZAD du triangle de Gonesse

Faut-il choisir des activités porteuses d’emploi ou maintenir des terres agricoles ? C’est un sujet de société récurrent où aucune réponse exacte n’est possible. En tout cas, l’occupation par les ZADistes des terres de l’EPFIF où doit voir le jour une nouvelle gare vit certainement ses dernières heures, les policiers sont en cours de déploiement dans la zone.

Le tribunal ordonne en référé l’expulsion de la ZAD de Gonesse

Sur demande de l’EPFIF – Établissement Public Foncier d’IDF, le tribunal judiciaire de Pontoise, en référé, a ordonné ce 19 février 2021 en fin de journée, l’expulsion de la ZAD de Gonesse et a assorti son ordonnance du paiement d’une astreinte de 500 € par jour – ainsi qu’à 2 000 € pour les frais de justice. 

L’EPFIF, et sa présidente, Valérie PÉCRESSE, ont fait valoir le « droit de la propriété » : L’EPFIF est « propriétaire » de ce terrain, occupé par des citoyennes et citoyens qui veulent par cette action, défendre les terres de Gonesse de toute urbanisation. Par cette action en justice, elle criminalise les militant·es qui agissent pour le bien commun.

Contrairement à ce qu’a exprimé Valérie PÉCRESSE dans une interview à CNews le 18 février 2021, l’occupation de cette petite parcelle ne se situe pas à l’emplacement prévu pour le creusement du puits permettant la descente du tunnelier et ne met absolument pas en danger les travaux de l’ensemble de la ligne 17 Nord du GPE (Grand Paris Express) comme elle tente de le faire croire.

Elle affirme que cette ligne est indispensable aux 1,5 millions de Val d’Oisiens (chiffre supérieur à la population totale du Val d’Oise qui compte 1,244 million d’habitants !), comme si toute la population du Val d’Oise viendrait prendre le métro dans les champs du Triangle de Gonesse 

La gare Triangle de Gonesse, ne ferait pas « entrer le Val d’Oise dans le réseau du Grand Paris Express » comme l’affirme la présidente du Conseil départemental, Madame CAVECCHI mais c’est l’interconnexion de la ligne H avec les nouvelles lignes 14, 15, 16 et 17 à la gare de Saint Denis Pleyel qui le permettra. 

Pourquoi cette ZAD ?

Après avoir épuisé les différentes voies traditionnelles d’action pour alerter le gouvernement sur l’absurdité de cette gare en plein champ (pétitions, rassemblements, marche de Gonesse à Matignon, argumentaires, tribunes et articles de presse, émissions…), la décision de créer une ZAD prise par une vingtaine de militant·es de différentes organisations est apparue comme la « tentative de la dernière chance » pour se faire entendre et interpeller le Gouvernement.

En novembre 2019 le gouvernement a abandonné le projet EuropaCity, ce mégacomplexe commercial et de loisirs, qui prétendait accueillir 31 millions de visiteurs. Mais il n’a rien dit sur la gare du triangle qui y était adossée. Or l’abandon de ce projet puis celui du terminal 4 de Roissy font que cette gare n’a plus aucun sens, aucune utilité. Elle doit donc être abandonnée !

Le gouvernement n’a toujours pas rendu public le rapport remis en juillet 2020 par le haut-fonctionnaire Francis Rol-Tanguy, qu’il avait nommé pour faire des propositions pour ce territoire. Néanmoins, ce rapport a été publié par la presse et la solution proposée ayant sa faveur est de maintenir les terres en agriculture.

Aujourd’hui, le gouvernement a le choix :

    • Soit il décide l’abandon de la gare et la non urbanisation des 280 ha de terres agricoles. Ainsi en permettant le lancement du projet CARMA, il donne un signal politique en faveur de la transition écologique.

    • Soit il décide d’expulser par la force les militant.es de la ZAD. Ainsi il renonce au passage du discours aux actes.

Aujourd’hui le soutien au CPTG est immense. L’expulsion de la ZAD ne serait pas la fin de la lutte menée depuis plus de 10 ans pour sauver ces terres agricoles !

Source : communiqué CPTG

Comment sauver les terres de Gonesse ? VME répond à cette question le 23 février prochain sur Facebook

La ZAD en danger, les bulldozers et les procès

Madame, Monsieur, Cher·e ami·e,

Depuis le 7 décembre une « Zone À Défendre » s’est installée sur le Triangle de Gonesse, dont les terres parmi les plus fertiles d’Europe, en bordure d’Aulnay, sont menacées par la construction de la gare en plein champs à 1 700 m de la première habitation. Mais les bulldozers commencent déjà leur travail et Valérie Pécresse poursuit en justice ceux qui s’opposent ainsi à cette destruction de terres nourricières. Il est donc temps de faire ensemble le point sur la mobilisation :

  • Triangle de Gonesse : Terre fertile aux portes de Paris ; défis agricoles, climatique et de biodiversité
  • 10 ans de luttes, de propositions, d’interpellations, de victoires et… une ZAD
  • Carma : une alternative au bétonnage, un projet qui répond aux enjeux du climat, alimentaires et sociaux

Venez en discuter, Mardi 23 février 2021 de 19h à 20h30, en ligne, sur la page Facebook de VME : https://www.facebook.com/VivreMieuxAulnay

Posez vos questions en direct.
Avec Jean-Yves SOUBEN, Collectif Pour les Terres de Gonesse, et Robert SPIZZICHINO, CARMA

La rencontre-débat sera filmée et retransmise en direct sur Facebook où vous pourrez poser vos questions.

Source : communiqué VME

Vous pouvez signer en faveur du serment du triangle pour sauver les terres agricoles autour de Gonesse

Après l’abandon en novembre 2019 d’EuropaCity, projet climaticide de mégacentre commercial et de loisirs qui prévoyait une piste de ski artificielle sur des terres agricoles d’excellente qualité, les citoyennes et citoyens d’Ile-de-France espéraient le Triangle de Gonesse définitivement sauvé de l’étalement urbain. Erreur ! 

La Société du Grand Paris a annoncé le démarrage dès le mois de février de la construction d’une gare en plein champ, dite gare du « Triangle de Gonesse », initialement promise aux promoteurs d’EuropaCity (qui tablaient sur la venue de 31 millions de visiteurs). La construction de cette gare rendrait inéluctable l’urbanisation des terres fertiles du Triangle de Gonesse, alors qu’il n’y a aujourd’hui aucun projet à desservir : les premières habitations sont situées à 1,7 km de l’emplacement prévu.

Dans l’urgence, le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) a organisé un rassemblement le dimanche 17 janvier dernier, à Gonesse. Plus de 500 citoyennes et citoyens ont bravé le froid et la boue pour dire leur détermination à sauver ce patrimoine commun en signant « Le Serment du Triangle », s’engageant ainsi à défendre ces terres fertiles contre toute tentative d’artificialisation.

Urbaniser aujourd’hui des centaines d’hectares en Ile-de-France est une aberration, d’autant plus que :

la loi EGalim, (issue des Etats Généraux de l’ALIMentation), adoptée par le Parlement le 2 octobre 2018, oblige toutes les collectivités à proposer au 1er janvier 2022, au moins 50% de produits de qualité et durables, dont au moins 20% de produits biologiques, dans tous les services de restauration collective (écoles, hôpitaux, maisons de retraite, prisons, etc.)

ces champs à proximité de Paris et de la zone dense de la petite couronne constituent un « puits de fraicheur » pour diminuer les températures pendant les canicules estivales (8° d’écart entre ces champs et la Place de l’Hôtel de Ville à Paris en juillet 2019)

le Val d’Oise est déjà à la traîne pour le développement de l’agriculture biologique par rapport aux autres départements franciliens (entre 2 % et 3 % des terres agricoles cultivées, contre 5 % ailleurs).

La communauté scientifique et la Convention citoyenne sur le climat clament l’absolue nécessité de ne plus porter atteinte aux terres agricoles : toute nouvelle bétonisation accroît la menace sur notre avenir en matière d’approvisionnement alimentaire et de climat.

POUR SAUVER LES TERRES AGRICOLES DU TRIANGLE DE GONESSE

le CPTG appelle toutes les personnes à exprimer leur indignation et leur détermination à préserver ces terres nourricières en signant le « Serment du Triangle » 

Le Serment est mis sous la forme d’une pétition qui vient d’être lancée sur le site de l’association « Agir Pour l’Environnement » :              

Cliquer ICI 

Source : CPTG

Serment du Triangle dimanche 17 janvier 2021 à 13h sur les terres menacées de Gonesse

Vous pensiez que les terres agricoles du Triangle de Gonesse étaient sauvées suite à l’abandon du centre commercial EuropaCity. ERREUR ! La Société du Grand Paris annonce les travaux d’une gare au milieu des champs dès février ! Contrairement à la fausse image verte que cet organisme promeut, cette gare est un cheval de Troie de l’urbanisation des terres nourricières de la région.

Contre tous les avis sollicités, dont celui de Francis Rol-Tanguy dont le rapport sur l’avenir du Triangle n’a toujours pas été rendu public, le gouvernement s’entête à bétonner les terres. Le 13 janvier dernier, en réponse à une question de la députée Clémentine Autain, Emmanuelle Wargon, ministre du logement, a répondu : « En ce qui concerne la ligne 17, je peux vous confirmer que sa réalisation est maintenue telle qu’elle est prévue au schéma d’ensemble du Grand Paris ». Le gouvernement refuse ainsi de prendre une décision sur la gare du Triangle, non seulement inutile en l’absence de tout projet d’aménagement concret, mais aussi dangereuse pour notre environnement et notre alimentation, et dispendieuse des deniers publics. Pourtant le projet CARMA, qui permet d’assurer la vocation agricole du Triangle, est prêt à démarrer…

Pour stopper les travaux et pousser le gouvernement à acter la protection de ces terres agricoles, 

retrouvez-nous le dimanche 17 janvier 2021 de 11h à 16h dans le Triangle de Gonesse.

A 13h, nous prêterons le « Serment du Triangle », comme l’ont fait les députés du Tiers-Etat le 20 juin 1789 lors du Serment du Jeu de Paume. Le texte du Serment sera dévoilé le jour même.

Source : CPTG

Le 17 janvier, le Serment du Triangle pour sauver les terres agricoles de l’urbanisation par la Société du Grand Paris

Triangle de Gonesse : où en est-on ?

Le 7 novembre 2019, le gouvernement annonçait l’abandon du projet de méga-centre commercial et de loisirs EuropaCity dans les terres du Triangle de Gonesse. Il déclarait alors ne plus vouloir « laisser perdurer un étalement urbain qui depuis des décennies se fait au détriment de ces terres et des espaces naturels. »

Pourtant le 18 décembre 2020, contre toute attente (et contre l’avis du Rapporteur public, de l’Autorité environnementale, de la Commission départementale pour la protection des aires naturelles, agricoles et forestières, ainsi que du Commissaire-enquêteur en charge de l’enquête publique), la Cour administrative d’appel de Versailles annonçait le rétablissement du Plan local d’urbanisme (PLU) de Gonesse, rendant possible l’urbanisation de 280 hectares du Triangle agricole. 

Cinq jours plus tard, la Société du Grand Paris (SGP) annonçait une reprise du chantier de la gare du Grand Paris Express en plein milieu de ces terres, et ce dès le mois de février, ignorant ainsi les préconisations de la Convention citoyenne pour le climat, les actions juridiques en cours, et surtout sans attendre les décisions du gouvernement suite au travail de Francis Rol-Tanguy, rapporteur du gouvernement, sur l’avenir du Triangle de Gonesse.

Rappelons que ce rapport, toujours tenu secret mais dont le contenu a fuité, explore trois scénarios pour le Triangle. Il montre qu’il n’y a pas de véritable projet d’urbanisation sur le Triangle et favorise la destination agricole de toutes les terres du Triangle de Gonesse pour améliorer l’autonomie alimentaire de la région Ile-de-France.

« Monsieur le Président, après la décision d’arrêter EuropaCity, ne laissez pas détruire l’espoir que cette décision a fait naître. Ne laissez pas bétonner les terres agricoles du Triangle de Gonesse”, demande Bernard Loup, président du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG). « La décision, dans le prolongement du ‘One Planet Summit’ réuni cette semaine à Paris, de placer l’année 2021 sous le signe de la biodiversité, doit s’accompagner d’une décision exemplaire pour le Pays de France. La cohérence est à ce prix. »

C’est sur ce territoire qu’a été signé en décembre 2015 l’« Accord de Paris » sur la lutte contre les changements climatiques. Or, que veut faire la Société du Grand Paris, en contradiction totale avec les recommandations de la Convention citoyenne pour le climat, qui demandent l’arrêt de l’étalement urbain ? Elle cherche à passer en force, pour construire une gare située en plein champ pour la ligne 17 Nord. C’est un cheval de Troie de l’urbanisation qui ne trompe personne. 

Pourtant, de nombreuses communes d’Ile-de-France sont aujourd’hui à la recherche de terres fertiles, de fermes et de maraîchers pour s’alimenter et pour respecter la loi : dès 2022, les communes devront être approvisionnées à 50% en produits bio ou sous label de qualité (loi EGalim du 30 octobre 2018).

Le projet CARMA (carmapaysdefrance.com), qui permet d’assurer la vocation agricole du Triangle, est prêt à démarrer. À l’heure où les citoyenn.es plébiscitent les aliments produits localement et sans produits chimiques, à l’heure où les crises sanitaires et les canicules à répétition exigent de développer l’autonomie alimentaire et de protéger les sols, CARMA donnera un avenir aux terres du Triangle et enclenchera, au sein du Pays de France, des dynamiques pour l’emploi et pour la santé alimentaire de tous.tes. 

De leur côté, la SGP et certains élus du conseil départemental du Val d’Oise s’obstinent à proposer des projets incohérents, vides de toute substance, dans le seul but de démarrer la construction d’une gare coûteuse et inutile et d’urbaniser le Triangle. 

Réagir face à ce déni de bon sens est indispensable. Comme nous le dit Rob Hopkins, initiateur du mouvement international des Villes en transition : “Un projet du XXe siècle au XXIe siècle est quelque chose qui doit absolument être rejeté.”

C’est pourquoi nous invitons la presse et les Francilien.nes à nous rejoindre le dimanche 17 janvier de 11 h à 16 h au potager de la résistance du Triangle de Gonesse. A 13 h, nous prêterons le serment du Triangle avec des personnalités engagées pour un avenir durable (liste à venir).

Comment venir ? 

Chemin de la Justice, Gonesse : RER B ou D, arrêt Parc des Expositions ou Villiers-le-Bel Gonesse Arnouville, puis bus 20, arrêt exceptionnel à demander au chauffeur : la Patte d’Oie de Gonesse.

Source : Communiqué du CPTG

Retour sur la 4e Fête des terres de Gonesse le 19 septembre 2019

Presque un millier de personnes étaient présentes samedi 19 septembre  2020 à la 4e Fête des terres de Gonesse qui mettait à l’honneur la convergence des luttes, puisque la fête était co-organisée par le collectif citoyen « Non au Terminal 4 » (contre l’agrandissement de  l’aéroport de Roissy) et l’association « Retrouvons le Nord de la Gare du Nord » (RN2GN)

Oui vraiment la Fête fut belle, un seul regret : la pluie qui a écourté l’admirable soirée musicale.

Merci à celles et ceux qui ont répondu à notre appel à volontaires, sans elles et eux la Fête n’aurait pas existé. Merci aux collectivités et associations qui nous ont prêté du matériel. Merci aux intervenant.es des tables rondes et de la clôture. Merci aux collectifs en lutte qui nous ont apporté leur soutien. . Merci aux chanteuses, chanteurs, musiciennes et musiciens. Merci à celles et ceux qui sont venus, à celles et ceux qui n’ont pas pu venir mais ont eu une pensée pour l’avenir du Triangle de Gonesse.

Les enregistrements audio des deux tables rondes du samedi après-midi, « La transition agricole : un nouveau devenir pour les territoires ? » (projet CARMA) et « Terminal 4 », seront disponibles ici : https://ouiauxterresdegonesse.fr/agir/debat-agir/tables-rondes-du-19-septembre-apres-midi/

Source : Collectif Pour le Triangle de Gonesse

Spécial 4ème Fête des Terres de Gonesse le 19 septembre 2020 sur le Triangle

Cette année, la 4e Fête des Terres de Gonesse rassemblera, le samedi 19 septembre de 10h à 21h trois Collectifs qui s’opposent à trois grands projets franciliens incompatibles avec la protection du climat, de l’environnement et des habitants : la rénovation de la gare du Nordl’urbanisation du Triangle de Gonesse – malgré l’abandon d’EuropaCity -, et l’extension de Roissy.

Ces trois infrastructures sont emblématiques d’un modèle de développement qui ne respecte ni les habitants ni l’environnement, et qui est rendu d’autant plus obsolète par la crise du Covid.

Elles ont aussi en commun de se situer dans le nord-est parisien.

Au programme :

  • 10h-12h30 : stands, animations, deux tables rondes simultanées à partir de 11h (Agriculture et les Grands projets inutiles et imposés)
  • À partir de midi : buvette et restauration sur place, votre pique-nique est bienvenu.
  • 14h-15h30 : stands, animations, deux tables rondes simultanées (le projet Carma et le Terminal 4)
  • 15h30-16h30 : chaîne humaine (avec respect des gestes-barrières), intervention des « génies ».
  • 16h30 : prises de parole des responsables associatifs et politiques (Yannick Jadot, Clémentine Autain, Aurélie Trouvé, Julien Bayou, Karima Delli, Jean-François Julliard, Didier Mignot…)
  • 17h30 : point presse
  • 18h-21h : concerts et restauration

Le programme détaillé avec l’ensemble des personnalités intervenantes est disponible sur le site https://ouiauxterresdegonesse.fr

Les ZADistes investissent Gonesse ce week-end

Ce week-end on enracine le triangle sur la Zad à Gonesse. Samedi dès 19h, apero et pique nique partagé, jeux de théâtre forum, ballade en
gopro au coucher de soleil. Le camping sera ouvert, nous sommes déjà quelques unes à vouloir camper. Si vous ne souhaitez pas camper vous pouvez toujours venir avec nous passer une bonne soirée et soutenir les campeurs.

Dimanche dès 10h30, jardinage, apero et pique nique partagé, atelier créatif « génie » pour la 4eme fête des terres de Gonesse, suite du chantier participatif pour préparer le terrain. Il y a toujours besoin de bras, même si vous n’avez pas de matériel, on vous en prêtera.

C’est important d’être le plus nombreux ses possible pendant ces deux jours pour montrer que nous sommes présent sur le terrain.

Source : Collectif Pour le Triangle de Gonesse

%d blogueurs aiment cette page :