Publicités

Archives du blog

Collectif CPTG : Ligne 17, stop aux mensonges !

A deux reprises vous avez invité vos équipes municipales à prendre les cars mis gracieusement à leur disposition pour vous accompagner devant Matignon et accréditer l’idée que la ligne 17 Nord et particulièrement la gare en plein champ du Triangle de Gonesse représentent un espoir pour les habitants de Gonesse et de l’Est du Val d’Oise en général. A cette occasion, paré-e-s de vos écharpes tricolores, vous avez répété devant les micros et les caméras les mensonges auxquels vous nous avez habitués.

Dans le même temps vous avez abondamment relayé l’énorme campagne de publicité orchestrée dans Le Monde, Libération, Le Parisien, Les Échos, Le Figaro, etc. par un financeur non identifié en appelant à votre tour à signer une pétition en faveur de la même ligne 17-Nord dont chacun sait qu’elle conditionne la réalisation du grand projet inutile, EuropaCity, imaginé par Auchan.

NON, la gare du Triangle de Gonesse dans une zone dont la proximité des aéroports interdit toute construction d’habitations ne répondrait pas à la fonction principale des gares du futur Grand Paris, à savoir aider les Franciliens à se loger correctement en Ile-de-France par le développement de zones denses de logements à proximité des gares du métro du futur Grand PARIS.

NON, aucune campagne de publicité dans les journaux ne fera oublier que sur la ligne 17 Nord, 5 gares sur 7 ont zéro habitant dans un rayon de 800 m.

OUI, il est nécessaire de permettre aux Gonessiens d’aller à Roissy en moins d’1 h ½. Mais aucune campagne de publicité ne fera oublier qu’il existe déjà 4 possibilités de s’y rendre en transports en commun en 30 ou 40 mn et l’on peut douter que la jeune beauvillésoise dont vous utilisez le visage ait déjà emprunté le bus ou le RER pour se rendre à Roissy ! Le Parisien du 17 octobre nous apprend que cette jeune femme de 20 ans, étudiante en licence économique et gestion et animatrice à Villiers-le-Bel, défend la ligne 17 parce que « pour aller à Roissy, on doit repasser par Paris alors que nous sommes à 30 minutes en voiture mais tout le monde n’a pas de véhicule. » Il s’agit là d’une publicité totalement mensongère, puisque le bus 22 ainsi que le transport à la demande Filéo fonctionnant 24 h/24 et 7 jours /7 permettent d’atteindre Roissy en une demi-heure environ, sans parler de la ligne 20 mise en service depuis un an entre la gare du RER D Villiers-le-Bel-Arnouville et la gare du RER B Parc des Expositions –Villepinte permettant aussi de rejoindre Roissy via le RER B en 30 à 45 minutes avec une fréquence rare (6′ entre 2 bus) et une rapidité exceptionnelle propre aux bus à haut niveau de service (BHNS) circulant sur des voies dédiées et donc non soumis aux aléas de la circulation routière.

NON, avec 18 000 emplois supprimés en 5 ans, il n’est plus vrai que la zone aéroportuaire de Roissy soit un secteur en fort développement. Seuls 6,5 % des 220 000 actifs du Territoire du Grand Roissy travaillent à Roissy. La priorité est donc bien de s’occuper des 93,5 % restants.

OUI, il est judicieux d’ouvrir les lignes 16 et 17 sur la portion jamais remise en cause Saint-Denis-Pleyel – Le Bourget par La Courneuve pour relier l’Est du Val d’Oise et le Nord de la Seine-Saint-Denis au réseau du Grand Paris.  

NON, les habitants de Gonesse, Villiers-le-Bel, Aulnay-sous-Bois, Sevran, etc. ne peuvent pas attendre 2024. C’est dès maintenant qu’ils ont besoin d’une amélioration des RER B et D bien sûr, mais aussi des lignes de bus et de tramways :

  • prolongation vers Villiers-le-Bel du T5 qui relie Saint-Denis à la gare RER D de Garges-Sarcelles,
  • prolongation du T11 qui relie Épinay sur Seine (gare du RER C) et Le Bourget (gare du RER B) : la portion ouverte en juillet 2017 peut être prolongée vers Sartrouville en passant par Argenteuil à l’Ouest et vers Noisy-le-Sec à l’Est : en utilisant les voies existantes de la grande ceinture cette tangentielle-nord une fois achevée faciliterait potentiellement la vie de plus de 3 millions d’habitants.

OUI, ces améliorations des transports du quotidien peuvent être réalisées très rapidement et pour beaucoup moins cher que ces lignes nouvelles de métro imaginées par les grands groupes du BTP et de l’immobilier.

OUI, le moment est venu pour vous d’entendre enfin les habitants de votre territoire et d’écouter l’Association des Usagers des Transports / FNAUT Ile-de-France qui dans son communiqué de presse du 26 octobre dernier a eu le courage de recommander l’abandon de la ligne 17 et l’affectation complète des économies réalisées à la modernisation du réseau existant.

Source : communiqué du Collectif Pour le Triangle de Gonesse

Publicités

Les opposants au projet Europa City communiquent de nouveau

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées autour d’une soupe d’automne place de la République, à Paris, pour défendre les terres agricoles du Triangle de Gonesse, menacées de destruction par le projet de mégacomplexe commercial et de loisirs EuropaCity.

« Des radis, pas des caddies », « Des terres, pas d’hypers », a scandé le cortège, qui a défilé le long du canal Saint Martin. Des brouettes et des carrioles remplies de potirons, de pommes de terre et de carottes ont été convoyées place de la République, où les légumes ont été transformés en soupe, servie gratuitement aux passants.

« Cette récolte prouve  la grande qualité nourricière des terres du Triangle de Gonesse », a déclaré Bernard Loup, président du CPTG. Depuis le 21 mai dernier, un champ situé dans le Triangle est cultivé par les opposants au projet de centre commercial et de loisirs porté par le groupe Auchan.

Le rassemblement a été l’occasion de présenter au public un contre-projet pour les 670 hectares du Triangle de Gonesse. Baptisé CARMA, il prévoit de se substituer au projet Europacity, peu créateur d’emplois pour les actifs locaux. « Le projet CARMA est un véritable catalyseur pour le territoire, qui permettra de sauver les terres fertiles de Gonesse, mais aussi de développer de nombreuses activités dans toutes les filières de la transition énergétique », a précisé Robert Spizzichino, ingénieur-urbaniste et coordinateur du projet.

Le rassemblement de dimanche intervient alors que s’intensifient les débats autour du financement des lignes du Grand Paris Express, et notamment de la gare de la ligne 17 initialement prévue pour desservir le projet EuropaCity. L’annonce d’un dérapage budgétaire de 8 milliards d’euros par rapport aux 27 milliards estimés début 2013 pousse le gouvernement à une remise à plat de ses projets d’investissement.

Par ailleurs, la nécessité d’accorder la priorité aux besoins existants aboutit à une remise en cause de la ligne 17 nord du Grand Paris Express, dont la déclaration d’utilité publique signée le 14 février 2017 a été contestée en justice par le CPTG. En effet, le nombre d’actifs du Grand Roissy (parties Val d’Oise et Seine-St-Denis) travaillant sur le pôle aéroportuaire ne représente plus en 2013 que 16200 actifs sur un total de 250 000 résidants ayant un emploi, soit 6,5%. Avec 70% d’emplois postés à Roissy, cela réduit à moins de 5000 personnes les salariés potentiels pouvant utiliser régulièrement les transports en commun pour s’y rendre. Nous observons aussi que sur 7 gares de la ligne 17 nord, cinq ne desservent aucun habitant dans un rayon de 800 m autour (Triangle de Gonesse, Parc des Expositions de Villepinte, deux gares de l’aéroport Charles-de-Gaulle, Le Mesnil-Amelot).

« Pour les habitants, il serait plus utile de moderniser le RER D, de prolonger le tramway T5 Sarcelles-Saint-Denis vers Villiers-le-Bel, d’accélérer la Tangentielle Nord (liaison ferrée transversale, en zone urbaine dense, reliant tous les RER en radiale du nord de l’Île-de-France) et de raccorder, en gare de Saint-Denis-Pleyel, la ligne H au réseau Grand Paris Express et à la ligne 14 prolongée », déclare Jacqueline Lorthiois, socio-économiste …

Source : communiqué du Collectif Pour le Triangle de Gonesse

Bruno Beschizza et Thierry Meignen au Novotel d’Aulnay-sous-Bois le 11 juillet pour une conférence de presse sur Europa City

Europa_CityLe débat public sur Europa City est terminé. Pour en tirer les appréciations à partir desquelles le Collectif sur le Triangle de Gonesse tente de rebondir, ce collectif invite à une conférence de presse organisée au NOVOTEL d’Aulnay le lundi 11 juillet à 10 h 30.

Seront présents Bruno BESCHIZZA, Maire d’Aulnay-sous-Bois, et Thierry MEIGNEN, Maire du Blanc-Mesnil. Seront également présents les directeurs d’O’Parinor et d’Aéroville.

Source : communiqué d’Alain Boulanger, Président de CAPADE et Porte parole du commerce du Territoire Paris Terre d’Envol, Co-Président du CPTG

Alain Boulanger clarifie la situation au sein du Collectif pour le Triangle de Gonesse

Alain_Boulanger_Casher_EpicerieIl y a quelques jours, un article du Parisien mettait en évidence les tensions entre, d’une part, Bernard Loup, co-président de Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) et fervent militant écologiste et, d’autre part, Alain Boulanger, le bouillant omni-président de l’association CAPADE et également co-président du CPTG.
Cet article montrait un Alain Boulanger dépité, vindicatif et apparemment esseulé au sein d’un collectif où son courant de pensée est devenu minoritaire et, d’autre part, un Bernard Loup plutôt conciliant, voire pacificateur, à la recherche d’une collaboration intelligente.

Au lieu de paraphrasé l’article du Parisien, la rédaction a contacté Alain Boulanger, qui semble de plus en plus mal dans un collectif dont il semble ne plus maîtriser la direction.

Alain Boulanger a ainsi souhaité clarifié les choses via un communiqué que vous pouvez découvrir ci-dessous :

« Ma différence avec la majorité des membres du CA du CPTG est liée à une priorité qui est la mienne, à savoir l’impact d’Europa City sur le commerce et sur l’emploi, ce qui ne m’a pas empêché de devenir co-président de notre collectif début 2016 par le fait de mes relations dans le 93 avec les édiles et la société économique concernée. Cette différence était totalement surmontable au moins jusqu’à la fin du débat public qui devait amener, comme rappelé par Madame Brevan, la Présidente de CPDP, à porter notre action sur l’impact du projet du groupe Auchan sans s’occuper de ce que pourrait être le « bon projet alternatif », source potentielle de divergence avec la région IDF, le CD 93 et l’EPT Paris Terre d’Envol dont je partage l’idée d’un aménagement du Triangle de Gonesse , en vertu d’un SDRIF voté en 2013 à l’initiative d’Alain Amedro (EELV), vice-président à la région jusqu’en 2015.

La réaffirmation régulière qu’il est inenvisageable d’étendre notre collectif à des personnes sortant du cadre restreint actuel (qui s’expriment à titre individuel au nom de leur parti politique en faveur du maintien du Triangle en terres agricoles) marginalise ceux dont l’engagement est purement associatif donc apolitique.

Les études qui viennent d’être réalisées permettront peut-être de recentrer le débat sur ce qui devrait être notre préoccupation n° 1 avant toutes les autres. Les différences qui existent peuvent ne pas se transformer en divergences si nous restons à se fédérer sur le plus petit dénominateur commun qui est Europa City. A contrario, à vouloir élargir le champ de notre action conduit inexorablement à perdre de nombreux soutiens avec comme perspectives de se rabougrir en un collectif constitué de personnes engagées politiquement à gauche et à l’extrême gauche ».

 

5 € pour financer la lutte contre EuropaCity

europa_city_donsLes amis de la terre du Val d’Oise se sont associés au Collectif Pour le Triangle de Gonesse (CPGT) pour faire entendre une autre voix lors du débat public portant sur EuropaCity.  Le débat public est l’opportunité de faire entendre des voix citoyennes différentes. En face de nous les grands moyens sont mobilisés : campagnes de communication, éditions de luxe, vidéos en 3D, livrets pédagogiques pour les enfants …

Pour s’assurer que les habitants, commerçants, associations et porteurs d’une autre vision de société soient entendus, leur action, tout au long de ce débat consiste à mobiliser, étudier et enrichir les arguments afin de mettre les citoyens, Auchan et les acteurs publics en face de la réalité.

C’est pourquoi ils ont lancé cet appel aux dons ! Ils ont pour objectif de réunir 25 000 euros, répartis en divers postes pour être plus présents dans le débat, auprès des citoyens, mais aussi sur les scènes médiatique et politique. Il leur manque 15 000. Si chacun donne 5 €, ils pourront atteindre cette somme.

Plus d’information et explications sur comment faire un don, cliquer ici.

Premier bilan pour le collectif pour le Triangle de Gonesse

Europa_CityEnsemble nous avons permis que la voix des opposants puisse se faire entendre à côté de celle des experts en communication et des soutiens politiques réunis par Auchan, même s’il reste beaucoup de travail pour obtenir l’égalité de temps de parole et de traitement des interventions des uns et des autres.

Grâce à vous et à beaucoup d’autres que nous découvrons au fur et à mesure de l’avancée de ce débat, nous sommes bien partis pour apporter la preuve que ce projet ne répond à aucun des besoins réels des populations locales et à ce titre ne mérite pas le moindre soutien populaire.

Au cours de ces premières semaines de débat public nous avons réussi à montrer toute la diversité des oppositions qui font entendre des arguments de mieux en mieux relayés par la presse et par les réseaux sociaux. A l’opposé les partisans du projet, hormis les spécialistes en communication et les experts dûment appointés par Auchan, ne sont pas nombreux à assumer leur engagement en faveur d’EuropaCity et, quand ils sont contraints de s’expliquer, c’est plutôt la vacuité de leurs arguments qui saute aux yeux de tous.

Source : communiqué du Collectif pour le Triangle de Gonesse

%d blogueurs aiment cette page :