Publicités

Les opposants au projet Europa City communiquent de nouveau

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées autour d’une soupe d’automne place de la République, à Paris, pour défendre les terres agricoles du Triangle de Gonesse, menacées de destruction par le projet de mégacomplexe commercial et de loisirs EuropaCity.

« Des radis, pas des caddies », « Des terres, pas d’hypers », a scandé le cortège, qui a défilé le long du canal Saint Martin. Des brouettes et des carrioles remplies de potirons, de pommes de terre et de carottes ont été convoyées place de la République, où les légumes ont été transformés en soupe, servie gratuitement aux passants.

« Cette récolte prouve  la grande qualité nourricière des terres du Triangle de Gonesse », a déclaré Bernard Loup, président du CPTG. Depuis le 21 mai dernier, un champ situé dans le Triangle est cultivé par les opposants au projet de centre commercial et de loisirs porté par le groupe Auchan.

Le rassemblement a été l’occasion de présenter au public un contre-projet pour les 670 hectares du Triangle de Gonesse. Baptisé CARMA, il prévoit de se substituer au projet Europacity, peu créateur d’emplois pour les actifs locaux. « Le projet CARMA est un véritable catalyseur pour le territoire, qui permettra de sauver les terres fertiles de Gonesse, mais aussi de développer de nombreuses activités dans toutes les filières de la transition énergétique », a précisé Robert Spizzichino, ingénieur-urbaniste et coordinateur du projet.

Le rassemblement de dimanche intervient alors que s’intensifient les débats autour du financement des lignes du Grand Paris Express, et notamment de la gare de la ligne 17 initialement prévue pour desservir le projet EuropaCity. L’annonce d’un dérapage budgétaire de 8 milliards d’euros par rapport aux 27 milliards estimés début 2013 pousse le gouvernement à une remise à plat de ses projets d’investissement.

Par ailleurs, la nécessité d’accorder la priorité aux besoins existants aboutit à une remise en cause de la ligne 17 nord du Grand Paris Express, dont la déclaration d’utilité publique signée le 14 février 2017 a été contestée en justice par le CPTG. En effet, le nombre d’actifs du Grand Roissy (parties Val d’Oise et Seine-St-Denis) travaillant sur le pôle aéroportuaire ne représente plus en 2013 que 16200 actifs sur un total de 250 000 résidants ayant un emploi, soit 6,5%. Avec 70% d’emplois postés à Roissy, cela réduit à moins de 5000 personnes les salariés potentiels pouvant utiliser régulièrement les transports en commun pour s’y rendre. Nous observons aussi que sur 7 gares de la ligne 17 nord, cinq ne desservent aucun habitant dans un rayon de 800 m autour (Triangle de Gonesse, Parc des Expositions de Villepinte, deux gares de l’aéroport Charles-de-Gaulle, Le Mesnil-Amelot).

« Pour les habitants, il serait plus utile de moderniser le RER D, de prolonger le tramway T5 Sarcelles-Saint-Denis vers Villiers-le-Bel, d’accélérer la Tangentielle Nord (liaison ferrée transversale, en zone urbaine dense, reliant tous les RER en radiale du nord de l’Île-de-France) et de raccorder, en gare de Saint-Denis-Pleyel, la ligne H au réseau Grand Paris Express et à la ligne 14 prolongée », déclare Jacqueline Lorthiois, socio-économiste …

Source : communiqué du Collectif Pour le Triangle de Gonesse

Publicités

Publié le 10 octobre 2017, dans Associations, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :