Le Docteur Balique affirme qu’une catastrophe sanitaire est en cours à cause des vaccins et de l’obligation vaccinale

Dans une lettre ouverte datée du 2 Octobre 2021 et adressée aux sénateurs et députés, le docteur Jean-Gabriel Balique, membre de l’académie de chirurgie,  alerte sur les conséquences désastreuses du vaccin et invite à la remise en cause d’une obligation qui n’a aucun effet  sur l’immunité collective escomptée et qui en plus semble exposer les vaccinés à des Covids plus virulents, voire mortels et à une contagiosité plus importante. Il est clair que le vaccin ne répond pas vraiment à son objectif de protection, d’autant plus qu’il faut multiplier les doses !

Le docteur Balique cite Israël en exemple pour démontrer que désormais ce sont les doublement, voire les triplement vaccinés qui occupent les lits d’hôpitaux, ce qui remet en cause  la stratégie sanitaire reposant uniquement sur les vaccins, à l’exclusion de tout traitement curatif !  Le Portugal et l’Islande très vaccinés ont des résultats équivalents à Israël. Il ne comprend pas comment on peut encore continuer à imposer une vaccination qui ne fonctionne pas et qui a le terrible désavantage de provoquer de graves blessures, d’engendrer des maladies invalidantes et même des décès qui ne sont pas suffisamment remontés à la pharmacovigilance.

Il dénonce  » les complications graves, mortelles, inadmissibles et éthiquement insupportables  » et le rejet du serment d’Hippocrate dans toutes ses composantes : « primum non nocere » (avant tout ne pas nuire), le secret médical, le consentement libre et éclairé…dont le gouvernement se rend responsable et coupable. Le docteur Balique s’appuie sur l’agence européenne du médicament qui au 2 Octobre recensait 26 523 décès liés formellement au vaccin et 2 millions de complications, dont 1 million graves, et affirme que de nombreux cas ne sont pas du tout répertoriés.

Il souligne que parallèlement chez les non vaccinés sans co-morbidité, il n’y a aucun décès du Covid, alors pourquoi rendre encore obligatoire un « remède » plus dangereux que la maladie chez les personnes sans risques  ?

L’ignorance du principe de précaution ne va-t-il pas conduire à  un potentiel scandale à venir ? Comme de nombreux citoyens en France, le Docteur Balique a constaté la censure et le muselage des soignants auxquels on interdit de s’exprimer alors que nous sommes dans le pays des droits de l’homme ! Ces soignants qui redoutent à juste raison un vaccin dont ils observent dans leur pratique les effets néfastes  sur les vaccinés accueillis à l’hôpital ou dans leur cabinet.

Pour toutes ces raisons, le docteur Balique demande la suppression du Pass sanitaire et l’arrêt de la propagande mensongère  » tous vaccinés = tous protégés « .  La pandémie ne s’accompagne que d’une mortalité de 0, 05 %, uniquement représentée par les personnes à risque et dont la moyenne d’âge des décès est de 83 ans.

Intervenant au nom des victimes du vaccin et des soignants qui le refusent, le docteur Balique insiste sur le fait que ceux qui auront pris la responsabilité de l’obligation vaccinale conduisant à de graves complications auront été prévenus, et  sous entend que le jour où la vérité éclatera, car elle éclatera, ils ne pourront pas se défausser de leurs responsabilités ni des dommages qu’ils auront engendré par leurs décisions.

Je suis heureuse que ce médecin exprime exactement ce que j’ai pensé, analysé et expérimenté de la situation depuis la mise en place du scandaleux Pass sanitaire et des mesures incroyablement liberticides et attentatoires aux droits humains et citoyens accordés à tous sans aucune discrimination ni conditions. J’en ai porté témoignage et j’ai alerté à maintes reprises dans de nombreux articles dès le lendemain de l’allocution incendiaire du 12 juillet 2021 d’Emmanuel Macron, en m’exposant à des critiques très injustes, infondées et peu amènes alors que je ne gagne strictement rien à alerter mes concitoyens des risques graves encourus avec ces injections, qui rapportent beaucoup d’argent aux laboratoires et qui détruisent bien plus de santé et de vies que le virus lui-même !

Ci-dessous la lettre ouverte du docteur Jean-Gabriel Balique :

Professeur Jean Gabriel Balique

Membre de l’Académie Nationale de Chirurgie
jgbalique@gmail.com

À propos du projet d’obligation vaccinale
Lettre ouverte                                                                                                     Le 2 octobre 2021

Mesdames les Sénatrices, Messieurs les Sénateurs,
Mesdames les Députées, Messieurs les Députés,

Au moment où vous allez discuter de l’obligation vaccinale, il est de mon devoir en tant que médecin, père et grand-père, de vous alerter sur la catastrophe sanitaire qui se déroule sous nos yeux, à l’ombre des autorités de tutelle. Je précise d’emblée que je ne suis ni complotiste ni anti-vaccins (je me fais régulièrement vacciner contre la grippe et je n’ai pas des a priori envers les vaccins «classiques » rendus obligatoires dans notre pays).

Le vaccin contre la Covid 19, en novembre 2020, devait nous sauver et nous ramener à une vie normale. Maintenant que nous avons du recul, il devient plus « facile » de faire le bilan du bénéfice-risque de la stratégie vaccinale. La première constatation qui s’impose est que le « vaccin » ne protège pas et n’empêche pas de contaminer (cf. déclaration du Ministre de la Santé Olivier Véran devant le Conseil d’État au mois d’avril 2021). L’exemple d’Israël que nos autorités ont pris comme modèle  montre que les hospitalisations et les réanimations sont débordées de personnes vaccinées !
On ne cite plus Israël actuellement ! Une étude parue dans European Journal of Epidemiology le 30 septembre 2021 confirme que les pays où le pourcentage de population vaccinée est le plus élevé, ont un nombre de cas de Covid-19 pour 1 million d’habitants plus élevé (exemple Israël, Portugal, Islande…). Nous n’avons jamais vu en médecine imposer un traitement  ou une vaccination qui ne marche pas (sauf pour les personnes à risque où la balance  bénéfice/risque est différente).

Ceci ne serait pas dramatique si cette stratégie n’était pas à l’origine de complications graves, mortelles, inadmissibles et éthiquement insupportables pour tout médecin qui, tous les jours, se bat, pour soulager et soigner des patients. Les médecins « du terrain » croient encore au serment d’Hippocrate qui a été leur guide depuis des siècles et que les politiques les obligent à bafouer. Les principes fondamentaux du serment dont « primum non nocere » (avant tout ne pas nuire), le secret médical, le consentement libre et éclairé… ont été rejetés d’un revers de main.

Comme vous le savez, ce vaccin est en cours de phase d’expérimentation, phase 3 de mise au point d’un médicament. Maintenant que cette phase, déclenchée au niveau mondial, a du recul, les médecins du terrain voient apparaître de nombreuses complications. Au 2 octobre 2021, l’agence européenne du médicament, l’EMA, recensait 26 523 décès liés formellement au vaccin et 2 millions de complications dont 1 million graves. Ces chiffres ne représentent qu’une partie des cas observés. En France, l’Agence nationale du médicament (ANSM) dans son rapport du 16 septembre 2021 rapporte 22 559 cas graves parmi lesquels des décès. De nombreux cas ne sont pas rapportés pour différentes raisons.

En France, l’expérience du terrain rapportée par les médecins de ville et hospitaliers montre clairement l’accroissement des complications survenant dans les semaines suivant la vaccination : de nombreux cas de paralysie faciale, de myocardite et péricardite dans les suites précoces de la vaccination, des complications cardio-vasculaires (Infarctus, AVC) chez des sujets relativement jeunes et pas forcément à risque cardio-vasculaire, de nombreux cas de thrombose veineuse et d’embolie pulmonaire. Les médecins signalent une élévation fréquente des marqueurs de thrombose (D-Dimères) parfois à des taux anormalement élevés, une fatigue et altération de l’état général accélérée chez les patients âgées, des cancers jusque là contrôlés, explosent après vaccination, des maladies auto-immunes comme des polyarthrites, des thyroïdites se dérèglent dans les semaines qui suivent la vaccination. L’ANSM indique comme « signaux confirmés » la myocardite et la péricardite de  survenue précoce après la vaccination avec les vaccins Comirnaty (Pfizer/BioNTech) et Moderna sans donner le nombre exacts de malades et en minimisant la pathologie alors que les complications et les séquelles à long terme peuvent être graves.

Depuis le début de la vaccination des 12-18 ans, 206 cas d’effets indésirables graves (dont des décès) ont été rapportés avec le vaccin Comirnaty et 18 cas graves avec Moderna alors que nous sommes à peine à 3 mois et demi de vaccination dans ce groupe d’âge. Il s’agit de jeunes qui n’étaient pas à risque de forme grave ni de décès du Covid mais qui vont garder probablement à vie des séquelles de la vaccination. Ces derniers jours, deux adolescentes sans facteurs de risques viennent de décéder et un jeune a été amputé d’une jambe, 15 jours après le vaccin. N’est-ce pas un sacrifice que la société fait et quel est le prix à payer ? À partir de combien de décès d’adolescents diriez-vous STOP à la vaccination des jeunes qui n’ont rien à gagner car ils sont à faible risque de forme grave et de décès du Covid ?


Chez les femmes, des troubles des règles, des fausses couches ou des morts du fœtus in utero au cours des grossesses sont observés. Comment se fait-il que la Direction Générale de la Santé autorise la vaccination dès le premier trimestre de la grossesse alors que les données sur la sécurité du vaccin chez les femmes enceintes sont limitées et incomplètes ?  Où est le principe de précaution ?

Toutes ces complications surviennent précocement après la vaccination chez des personnes sans antécédent ayant une vie normale. Elles surviennent aussi chez des sportifs qui ont dû arrêter leur activité après avoir été vaccinés, hypothéquant leur carrière : Jérémy Chardy, Christophe Lemaitre en sont les exemples les plus célèbres… Parallèlement dans la même population de personnes sans co-morbidité, non vaccinées il n’y a aucun décès du Covid, seules sont exposées les personnes à risque, c’est pour cette population là que le « vaccin » peut avoir une certaine protection.

Malheureusement ces complications sont passées sous silence, elles ne remontent pas aux tutelles ou celles-ci ne veulent pas les voir. Ce drame humain sanitaire ne va faire qu’empirer avec la persistance de cette vaccination et la multiplication probable des doses. La mise au point d’un essai de vaccin anti H1N1 a été arrêté pour beaucoup moins de complications.  Aucun des vaccins obligatoires n’a entrainé de telles complications. Actuellement les médecins voient plus de patients en consultations pour des complications du vaccin que du COVID lui-même. La balance bénéfice/risque n’est pas en faveur du « vaccin » dans cette population. Pourquoi voulez-vous encore rendre obligatoire un « remède » plus dangereux que la maladie chez les personnes sans risques !

Il est urgent d’en tirer les conséquences, au moment où l’immunité naturelle se développe, où le variant Delta s’avère beaucoup moins agressif et que l’épidémie décroît. Ne recommencez pas le syndrome de Tchernobyl où l’on nous a affirmé que le nuage nucléaire radio-actif s’était arrêté à la frontière. N’oubliez pas le scandale du Sang contaminé. À ce sujet, savez-vous que l’Établissement français du sang exige un délai de 28 jours après vaccination avec vaccin atténué (Rougeole, Rubéole, Oreillons, Fièvre jaune…) mais ne prend aucune précaution quant aux donneurs de sang récemment vaccinés avec ces nouveaux vaccins dont on connaît incomplètement la biodistribution dans le corps. N’est-ce pas encore une fois une ignorance du principe de précaution et un potentiel scandale  à venir ?

Même si vous n’êtes pas médecin, regardez autour de vous ce qui se passe, recherchez l’information. Vous avez le droit de vous informer car vous êtes nos représentants.


La vérité commence à éclater. Déjà le vaccin Astra Zeneca a été interdit chez les moins de 55 ans à la suite de thromboses (c’est dire l’innocuité de ces vaccins !) puis récemment le Janssen et progressivement on voit des États remettre en cause la vaccination généralisée :


• Au Royaume Uni, la vaccination est interdite aux moins de 15 ans et ils viennent de renoncer à la vaccination obligatoire. Au Texas la vaccination des jeunes est interdite.


• Au Danemark, seules sont vaccinées les personnes à risques et il y a une liberté totale retrouvée sans pass sanitaire.


• En Afrique, on observe une mortalité 10 fois inférieure à la nôtre alors qu’il n’y a que 2 % de vaccinés (on annonçait une catastrophe sanitaire !)

Tous ces soignants, médecins, infirmières, aides-soignants mais aussi pompiers qui sont montrés du doigt ne sont pas des antivaccins mais redoutent les effets d’un « vaccin » encore en expérimentation dont ils voient dans leur pratique directement les effets néfastes.

Ces soignants « du terrain » voient des vrais malades, les médecins des plateaux télé extrapolent à partir de chiffres des probabilités dont la grande majorité se sont avérées erronées.

Dans cette crise il ne doit pas y avoir de couleur politique mais un consensus pour défendre la santé des français qui vous ont élus.

Au nom de toutes les victimes, au nom de tous ces soignants muselés qui ne peuvent pas s’exprimer sous peine de sanctions, du jamais vu dans un pays soit disant de liberté, je vous demande de regarder au-delà des chiffres officiels totalement manipulés et de refuser la vaccination obligatoire, à plus forte raison pour les enfants dont on met en danger l’avenir.

• Faites au minimum un moratoire, au cours duquel vous pourrez entendre l’avis de nombreux médecins, scientifiques et autres qui essayent de se faire entendre mais qui sont systématiquement boycottés quand leur avis va à l’encontre de la politique sanitaire  gouvernementale. Il faut aussi réévaluer la fiabilité des tests utilisés, discuter des traitements actuellement proposés.           
                                                                                                                                                                          • Supprimer le passe sanitaire et faite arrêter la propagande honteuse et mensongère sur la vaccination : « tous vaccinés = tous protégés » slogan complètement faux, on le sait  maintenant !
                                                                                                                                                                          • Lever les sanctions de tous les soignants non vaccinés interdits d’exercer alors qu’ils sont passionnés par leur vocation et qui ne sont pas devenus plus dangereux le 15 septembre que le 15 juin. Certains hôpitaux malgré l’interdit continuent à juste titre d’employer des personnels non vaccinés pour pouvoir maintenir leur activité sans aucune conséquence sanitaire mais en créant une inégalité criante par rapport à ceux qui ne peuvent pas travailler. Rappelez-vous que vous les avez encensés lors de la première vague et qu’un certain nombre d’entre eux sont morts pendant cette vague faute de masques et de moyens de protection.
                                                                                                                                                                          La stratégie imposée est déconnectée de la réalité : c’est une pandémie qui s’accompagne d’une mortalité de 0.05 %, représentée par les personnes à risque, la moyenne d’âge des décès est de 83 ans, un peu moins actuellement car les personnes les plus fragiles sont décédées lors de la première vague. Que l’on propose une vaccination est logique à condition d’avoir un vrai vaccin ce qui n’est pas encore le cas et en respectant la volonté de chacun (il ne s’agit pas d’ Ebola, d’une méningite ou de la variole…). En attendant, en cas de maladie, il est possible de proposer, à un stade précoce, des traitements. De nombreux médecins les ont prescrits avec succès. Ils peuvent même être proposés à titre préventif chez les personnes à risque. Ces personnes sont connues et peuvent donc être protégées isolément (notamment par ce « vaccin » dont c’est la seule indication) sans pénaliser le reste de la population.
                                                                                                                                                     

Sachez que vous aurez été informé et que le moment venu, lorsque la vérité éclatera, car elle éclatera tôt ou tard compte tenu de l’accumulation des données scientifiques et des données du terrain sur les complications, votre responsabilité risque d’être engagée.
                                                                                                                                                                   

En espérant être entendu au nom des victimes du vaccin et des soignants qui refusent cette expérimentation et en restant à votre disposition, je vous prie de croire, Messieurs et Mesdames les élus (es), en mes respectueuses salutations.

Professeur Jean Gabriel BALIQUE
Membre de l’Académie Nationale de Chirurgie

                                                                                                                                                       

Article  rédigé  les 10  et 11  Octobre 2021  par  Catherine  Medioni

Publié le 11 octobre 2021, dans Santé, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 18 Commentaires.

  1. Le docteur Balique n’est pas sur la liste des membres de l’académie de chirurgie.Il prétend beaucoup de choses tout en disant qu’il n’a pas accès aux études. Qu’en pensent ses collègues de l’académie dont il fait soi disant parti.
    C’est une fake news.

    • Catherine Medioni

      @ Loreal | 11 octobre 2021 à 18 h 34 min

      Il n’ y a pas que ce médecin qui se plaint de ne pas avoir accès aux données de pharmacovigilance. Quantité de professionnels soignants s’en plaignent et cela dans tous les pays, ce qui n’est absolument pas normal. Trop de faits sont cachés et / ou travestis et vous n’aurez jamais le pouvoir d’empêcher que des citoyens se posent des questions ou doutent du narratif contradictoire et parfois incohérent du gouvernement.

      Le docteur Balique parle en son nom et en a parfaitement le droit, même si vous voudriez vous octroyer le droit de le faire taire. Il a le même droit que tous ces dirigeants qui nous balancent des mensonges à longueur de journée et qui nous font une vie pourrie depuis un peu trop longtemps !

      Et attention à ce que vous proférez qui peut s’interpréter comme de la diffamation et des accusations calomnieuses. Quelle autorité êtes vous donc, bien camouflé par un pseudo, pour déclarer que le docteur Balique profère des fausses informations ?

      Sa lettre ouverte est pleine de bons sens et d’analyses pertinentes qui mettent en évidence la gestion calamiteuse de ce virus par nos dirigeants.

    • [NDLR : partie modérée] espèce de troll. et va te renseigner correctement, c’est toi le fale news

    • Tu es un véritable pauvre type, un collabo du crime, tu es méprisable.

  2. Il y en a marre de ces abrutis qui croient être plus scientifiques que les véritables scientifiques ou médecins, [NDLr : partie modérée]

    Le docteur Balique voilà sa fiche

    https://www.academie-chirurgie.fr/presentation/annuaire-des-membres/48

    @Arnaud merci de filtrer toutes ces fripouilles suppôts du gouvernement et des politiques h

    • Catherine Medioni

      @ Jean Christophe | 11 octobre 2021 à 19 h 00 min

      Merci d’avoir remis à leur place ceux qui se permettent de salir des soignants dévoués et honorables. J’avoue que je ne comprends pas pourquoi vous avez été modéré. Peut-être parce que vous avez employé des termes blessants…

      Je comprends toutefois votre colère et ressens la même face à des personnes en position d’autorité qui ont la prétention de penser et de décider à la place du peuple. Je ne supporte plus cette forme de gouvernance qui date d’un autre âge et qui ne pourra provoquer que des indignations et même des révoltes!

      Personnellement je ne délègue aucun de mes pouvoirs à de pseudos  » sachants  » autoproclamés ou adoubés par un pouvoir menteur et manipulateur que je ne reconnais surtout pas comme tel en ce qui concerne des décisions qui me reviennent de plein droit, surtout en matière de santé et de soins ! Quant à ceux de mes concitoyens qui font le choix de s’aplatir comme des carpettes et de renoncer à leur souveraineté devant un gouvernement, je refuse de les imiter et d’adopter leurs comportements serviles à souhaits.

      Ces gens là vont même jusqu’à insulter et diffamer ceux qui ne veulent pas emboîter le pas de leur intégrisme radical insupportable et pesant, en les accusant d’ultracrépidarianisme, un mot fort pompeux et faussement savant pour discréditer et désigner des personnes qui revendiquent leur droit d’expression et d’opinion même s’ils ne sont pas bac +10 en médecine. Nul n’a besoin de telles études pour savoir ce qu’il veut pour lui-même et pour sa santé ! Et aucun chef d’état n’a le pouvoir ni le droit d’enfreindre ce droit !

      Et c’est bien là tout le drame de cette société déliquescente qui marche totalement sur la tête et qui s’est laissée moutonnisée et conditionnée sans même y prendre garde, et où l’on voudrait nous persuader que des personnes supérieures à nous-mêmes seraient plus qualifiées pour décider ce que nous devrions faire de notre personne, de notre vie, et de notre santé ! En bien NON ! Nul n’est supérieur à nous mêmes pour décider de ce qu’il convient de faire, a fortiori concernant une substance que l’on voudrait nous imposer et nous inoculer de force et sur laquelle nous n’avons aucun recul ni aucune certitude quant à sa parfaite innocuité !

      Je m’insurge donc contre cette idéologie qui fabrique des pleutres et des gens qui abdiquent devant l’autoritarisme de dirigeants qui sont dans l’imposture totale en abusant excessivement de leurs pouvoirs auxquels ils ajoutent des prérogatives indues, contraires aux droits du peuple à disposer d’eux-mêmes et de leurs libertés !

      Et le plus inquiétant et dangereux dans cette dystopie épouvantable que nous joue Macron et ses sbires, ce sont les concitoyens qui tels les Kapos serviles et zélés de cette dictature sanitaire totalement illégale et inadéquate, qui encouragent à la délation pour accusation calomnieuse de  » complotisme  » ou de  » conspirationnisme  » alors qu’il ne s’agit que de l’usage légitime du droit d’expression et d’opinion, et qui tels des Renaud Muselier ou des Emmanuel Lechypre voudraient vacciner de force tous les réfractaires légitimes à ce qui n’est pas un vaccin, mais un bidouillage dangereux touchant l’intégrité de notre ADN / ARN ! Ces comportements intolérants et odieux puent le nazisme à plein nez et donnent envie de vomir !

      Ils ont choisi leur camp, j’ai choisi le mien, et je ne veux surtout pas être associé de près ou de loin à ces individus là !

  3. Dîtes moi @Arnaud Kubacki, pourquoi me censurer quand je cite le vol d’identité d’une grande entreprise française « L’Oréal » détourné par un énergumène vraisemblablement de la majorité municipale, plus imbéciles qu’eux ça n’existe pas. Ces jeanfoutres élus par 20% d’entre nous ?

    Il est certain que cet olibrius le troll n’a rien à voir avec cette firme. Pourquoi vous n’avez pas filtré cet idiot diffuseur de fake

    @Madame Medioni bravo pour votre réponse

    Merci

  4. Bonjour,

    Si je résume, les arguments du Professeur sont les suivants :
    – Le virus n’est que très peu létal,
    – Le virus est létal en présence de « comorbidité »,
    – Le vaccin ne protège pas,
    – Le vaccin n’empêche pas la contamination,
    – Le vaccin génère des effets secondaires importants et parfois mortels (la source serait l’European Medecine Agency),
    – Beaucoup de ces effets secondaires ne seraient pas remontées ou pas traitées par les différentes structure nationales dédiées),
    – Il existe d’autres traitements précoces.

    1) Le virus n’est que très peu létal.
    Comment le Professeur explique que l’INSEE a constaté en 2020 une augmentation de 55000 décès par rapport à 2019 ? (Je rappelle en 2020 nous avons connus 2 confinements. Quel aurait été la mortalité sans ces 2 confinements ?)

    2) Le virus est létal en cas de présence de comorbidité. C’est exact, et c’est d’ailleurs pourquoi les chiffres quotidiens font références aux personnes décédés « avec » le virus et pas forcément « du virus ».
    C’est la raison pour laquelle les données annuelles de l’INSEE me paraissent la meilleure manière d’évaluer l’impact du virus.
    Cette question mérite cependant d’être entendue.

    3) Le vaccin ne protège pas.
    Les données de Santé Publique France font état ce soir des données suivantes sur la protection.
    – Tests positifs : Non vaccinés 123 cas pour 100 000 personnes, personnes vaccinés 16,
    – Entrés en réanimation : Non vaccinées 13,83 pour 1 million de personnes, personnes vaccinées 1,32.
    Il est donc clair que sur ces 2 indicateurs les personnes non vaccinées sont entre 8 et 10 fois plus nombreuses que les personnes vaccinés.

    J’observe cependant que les chercheurs se posent encore la question de la durée de la protection de ces vaccins. Soyons donc toujours prudents et vigilants sur ce sujet.

    4) Le vaccin n’empêche pas la contamination.
    C’est exact, mais elle semble quand même la réduire.

    5) Le vaccin génère des effets secondaires nombreux et mortels.
    Je répète ici ce qui a déjà été plusieurs fois exprimés. L’ANSM en France et l’EMA au niveau de l’Europe :
    – recensent les effets secondaires (attention pour une même personne il peut y avoir plusieurs signalement)
    – et ensuite qualifient ces signalements en cas « avérés ».
    J’ai lu le dernier rapport de l’EMA. Je n’ai pas retrouvé le passage que cite le Professeur sur les cas « mortels avérés (point à vérifier)?

    L’ANSM publie des documents tous les 15 jours.
    Le dernier bulletin signale notamment pour plus de 50 millions de personnes vaccinées, 96217 cas dont 25 % de cas graves.
    L’ANSM, tient un compte à part pour les vaccins sur les 12 18 ans. Pour l’instant, il ne semble pas y avoir de différences significatives sur cette nouvelle population.
    Il semble qu’un cas mortel soit en cours d’investigation.
    L’ANSM signale bien le fait qu’au Danemark en autre la vaccination des jeunes via le vaccin Moderna a été suspendue.

    Je suis d’accord pour dire que ces communications gagneraient à être plus claire.

    6) Beaucoup de cas ne seraient pas remontés ou pas traités par l’ANSM.
    Je respecte cette question mais je manque d’information pour avoir un avis tranché, car le qualificatif « beaucoup » par définition n’est pas précis.
    Par contre, je me refuse a priori à considérer que :
    – les médecins, pharmaciens, ne sont pas intellectuellement honnêtes, et refuseraient de remonter les cas dont ils ont connaissance,
    – les salariés de l’ANSM refuseraient de valider des cas qui seraient avérés.
    Je m’appuis pour cela également sur leur conscience professionnelle, et sur le fait qu’au sein de cette organisme il existe depuis 2012 un « déontologue » indépendant de la Direction Générale qui fait des contrôles internes et qui peut être saisi en interne par toute personne qui estimerait recevoir des « pressions » contraire à sa mission.
    Je comprends que l’on puisse ne pas être de mon avis.
    Par contre, si le Professeur a des éléments concrets et factuels, je ne comprends pas qu’il se satisfasse d’une simple « lettre ouverte » ? Pourquoi ne pas faire un signalement détaillé au Procureur ?

    7) Autres traitements précoces.
    Pas de problèmes sur ce point. Toutes nouvelles avancées médicales sont les bien venues

  5. @Catherine J’ai simplement cité le pseudo de cet énergumène qui veut se faire passer pour un érudit. Sûrement que le modérateur de ce blog a une main sur la télécommande de la TV, l’autre où il tient un verre d’un quelconque alcool, libérant l’une ou l’autre, il a été pris tout d’un coup d’un coup de gomme façon Monaulnay.

    Ce n’est pas grave vous avez su répondre à ce gugusse avec brio

    Encore un tordu d’A2M à tous les coups. Je dis ça car certains ont la lâcheté de ne pas assumer leurs véritables identités

  6. Pour ce qui concerne les 55000 décès supplémentaires en 2020 rapport à 2019 , écoutez décodez l’éco d’un statisticien compétent : la population augmentant et surtout la part des personnes âgées étant de plus en plus importante , il est normal de constater une augmentation des décès. Mais ce statisticien vous l’expliquera beaucoup mieux que moi

    • Catherine Medioni

      @ Blanc mona | 12 octobre 2021 à 9 h 02 min

      A vos observations très pertinentes, il faut ajouter le fait que tous les décédés durant la période Covid ont été déclarés morts du Covid alors qu’ils sont morts de leur maladie ! Ce phénomène très malhonnête à été encouragé par le cash que les hôpitaux recevaient du gouvernement pour chaque décès du Covid déclaré.

      Cela porte le nom de corruption et les plus coupables ne sont pas les hôpitaux que nos différents gouvernements ont laminé à coup de suppressions de lits et de soignants et rendus exsangues, mais les dirigeants corrupteurs qui se servent de l’argent des contribuables pour inciter les hôpitaux à engranger les moyens financiers qui leur font tant défaut depuis des années !

      Autant j’excuse les hôpitaux qui ont fait passer l’intérêt des malades avant toute considération politique, autant je conspue et désapprouve les dirigeants corrompus et corrupteurs qui les ont méthodiquement placés dans l’indigence et les pires conditions de travail ! Je ne suis pas du tout du côté de nos dirigeants malfaisants qui ont une imagination débordante pour pourrir la vie des soignants et des patients, mais je suis résolument du côté de tous nos soignants qui se battent pour maintenir nos services publics, notre bien commun.

  7. Blanc Mona,

    Vous avez raison, mon message n’était pas assez précis. Désolé.

    Vous trouverez ci dessous les nombres de décés constaté par l’INSEE entre 2020 et 2017

    Année Nombre de décès variation
    2020 (p) (r) 669 000 55 757
    2019 (p) 613 243 3 595
    2018 (p) 609 648 3 374
    2017 606 274.

    Comme vous pouvez le constater, l’augmentation des décès entre 2020 et 2019 semble fortement « anormale ».

  8. Patrice Combien de morts de la Grippe chaque années??? Jusqu’à 30 000 décès par an sont dus à la grippe… Combien en 2020 ??? Santé publique explique qu’il est difficile d’établir un bilan total de la grippe car « peu de certificats de décès mentionnent « la grippe » en cause principale de mortalité ». Pour arriver à leurs fins, les autorités sanitaires se fient plutôt à la surmortalité qui peut lui être attribuée.
    D’où les doutes des faux morts étiquetés « covid ». Donc ces chiffres sont erronés.

    • Catherine Medioni

      @ Paula Marqués | 13 octobre 2021 à 9 h 01 min

      Je suis d’accord avec vous sur le fait que l’on ne peut plus accorder aucune confiance ni foi aux chiffres trafiqués par des biais de présentation et des omissions fort utiles pour fausser le jugement de l’opinion publique et présentés par nos dirigeants et leurs complices de pseudos scientifiques ! Et une confiance perdue est difficilement récupérable.

      De même j’estime que les recommandations de l’OMS ne sont plus fiables parce que beaucoup trop soumises à l’influence et aux orientations données par le faux philanthrope dénommé Bill Gates qui ne cache même plus son goût immodéré pour la dépopulation, les nanotechnologies introduites sous la peau par les  » vaccins  » et qui permettront la surveillance et le contrôle de chaque individu.

      Je vomis la société qui se profile…..Avec le consentement coupable des aveugles qui semblent pour l’instant seulement être légions, du moins en apparence !

    • Je me suis mal fait comprendre.

      Les dernières infos transmises viennent de l’INSEE et pas de santé publique France.
      Il n’est aucunement fait référence aux causes des décès.
      Les données donnent une augmentation de la mortalité en France en 2020 de 55757 cas.

      Les 2 années précédentes, cette augmentation était inférieure à 4 000 cas.
      En terme statistique, l’année 2020 a donc été « anormale ».

      Pour ce qui est de la grippe, il me semble qu’elle causse annuellement entre 8000 et 13000 cas.

  9. Bravo ! Vous avez tout résumé.
    Merci infiniment pour votre implication à la défense des citoyens !!! 😁👍🙏

    • Catherine Medioni

      @ Marielle PLATHEY | 17 octobre 2021 à 18 h 21 min

      Étant moi-même une simple citoyenne de la société civile, je porte la voix des  » sans voix,  » de ceux que le gouvernement méprise et maltraite par des lois liberticide et des droits humains fondamentaux piétinés.

      Les citoyens doivent user de leur droit de veto contre cette tyrannie sanitaire ! Aucun chef d’état n’a le droit ni le pouvoir d’imposer un acte médical non consenti et nous sommes nombreux à ne pas y consentir. Notre corps nous appartient et nul ne doit porter atteinte à son intégrité.

      Le virus a été fabriqué en laboratoire et a servi de point de départ à toute cette machination contre les citoyens parmi lesquels se trouvent des pleutres qui se sont littéralement couchés devant les injonctions abusives étatiques. Ceux qui acquiescent au Pass sanitaire et à la vaccination obligatoire sont ceux qui concourent à faire perdre les libertés et droits constitutionnels si durement acquis par nos ancêtres et par nos ascendants.

      Merci pour votre gratitude et vos encouragements.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :