Co-éducation : La Seine-Saint-Denis montre l’exemple

seine-saint-denisFlorence Robine, rectrice de Créteil, et Stéphane Troussel, président du Conseil général de Seine Saint-Denis, ont signé le 2 octobre un Projet éducatif territorial qui concrétise une volonté de gérer ensemble l’effort éducatif dans le département. Il prévoit des mesures en faveur des élèves, des parents et des personnels. La Seine Saint-Denis et l’Etat vont tenter une première : travailler ensemble à la réussite des collégiens.

S’il est un endroit où les besoins éducatifs sont immenses c’est la Seine Saint-Denis. Le département a une population particulièrement jeune. Il a aussi du mal à conserver dans les collèges publics une certaine mixité sociale.

Une nouvelle étape se dessine avec le Projet éducatif territorial présenté le 2 octobre. Associant l’Etat, à travers l’académie, et le département, il vise « à renfrocer l’articulation des actions du département et de la direction académique » dans le respect des compétences de chacun.

Concrètement, le texte prévoit 4 axes d’action. Le principal concerne les élèves. Il envisage de renforcer le soutien numérique apporté aux collèges, de soutenir l’action pédagogique et sociale. Enfin de soutenir la lutte contre le décrochage, un point fort dans ce département où les élèves exclus, par exemple, sont attentivement encadrés.

Le projet n’oublie pas les parents. Etat et région s’engagent à développer la « mallette des parents », un dispositif simple qui facilite la compréhension du collège par les parents. La formation des parents délégués est aussi prévue. Le Projet prévoit aussi la cogestion des ouvertures de collèges dans le département et une réflexion commune sur la carte scolaire. Enfin il envisage aussi des mesures pour le personnel. Les enseignants seront accompagnés dans leur prise de fonction et la découverte des singularités du département.

Le projet envisage aussi le développement de projets innovants particulièrement dans le domaine des jeux sérieux, un point fort de l’académie, et des TIC. Il donne la priorité aux projets pluridisciplinaires et qui s’articulent sur le lien école collège ou collège lycée.

Encouragée par la loi d’orientation, la co-éducation est en place dans les communes qui appliquent les nouveaux rythmes scolaires. Pour les autres collectivités locales, ces dernières années ont plutôt été marquées par des
 relations difficiles avec l’Etat. C’est dans ce contexte que le Projet éducatif territorial du 93 prend toute sa valeur.

Publié le 24 octobre 2013, dans Education, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :