Taxe d’apprentissage : les critères d’attribution inscrits dans la loi et non plus dans un décret

Emploi_93Dans sa décision rendue publique le 29 décembre 2013, le Conseil constitutionnel a invalidé les dispositions relatives à la répartition du produit de la taxe d’apprentissage entre les Régions, les centres de formations d’apprentis et les écoles délivrant des formations professionnelles initiales. Tirant les conséquences de la décision du Conseil constitutionnel, le Gouvernement proposera donc d’inscrire dans la loi – et non plus dans un décret – les critères d’affectation de la taxe d’apprentissage.

A la suite d’une large concertation avec les partenaires sociaux, les Régions, les réseaux consulaires et de nombreux autres acteurs de l’apprentissage, le Gouvernement a proposé une réforme de la taxe d’apprentissage, votée dans la loi de finances rectificative. Cette réforme vise à orienter des financements supplémentaires vers l’apprentissage, afin de développer cette voie de formation particulièrement efficace pour l’insertion professionnelle des jeunes.

Dans sa décision rendue publique le 29 décembre 2013, le Conseil constitutionnel a validé une partie de cette réforme, en particulier la fusion entre la taxe d’apprentissage et la contribution au développement de l’apprentissage, et l’affectation du produit de la contribution supplémentaire à l’apprentissage aux centres de formation d’apprentis.

En revanche, il a invalidé les dispositions relatives à la répartition du produit de la taxe entre les Régions, les centres de formations d’apprentis et les écoles délivrant des formations professionnelles initiales au motif d’une incompétence négative du législateur. Etait renvoyée en effet à un décret la fixation des parts respectives du produit de la taxe d’apprentissage allouées à chacun des acteurs, comme c’est le cas aujourd’hui dans le droit en vigueur.

Dans un communiqué  commun publié le 31 décembre, le Ministre du Travail Michel Sapin et le Ministre du Budget Bernard Cazeneuve réaffirment  « la volonté du Gouvernement de mener à bien la réforme de l’apprentissage dont notre pays a besoin pour développer cette voie de formation et d’insertion des jeunes et atteindre l’objectif ambitieux de 500 000 jeunes en apprentissage d’ici 2017. Elle est un élément clef de la bataille pour l’emploi ».

Le projet de loi relatif à la formation professionnelle, l’emploi et la démocratie sociale sera ainsi présenté au Conseil des ministres le 22 janvier prochain.

Cette réforme, pour être efficace, devra porter aussi sur la taxe d’apprentissage et sa répartition. Tirant les conséquences de la décision du Conseil constitutionnel, le Gouvernement proposera donc d’inscrire dans la loi – et non plus dans un décret – les critères d’affectation de la taxe d’apprentissage, afin que la réforme du financement de l’apprentissage puisse être mise en œuvre dans sa globalité, comme prévu, au 1er janvier 2015.

Publié le 8 janvier 2014, dans Actualité, Emploi, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :