Quand l’utilisation de mort du jeune enfant Aylan Kurdi tourne au sordide

aylan_kurdiLes drames humains en méditerranée se multiplient avec l’arrivée de « migrants » (nom donné aux immigrés clandestins et aux réfugiés qui tentent de rejoindre l’Europe Occidentale) en provenance du Moyen-Orient, de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique de l’Ouest.

Face à cette déferlante, l’opinion publique européenne s’est montrée particulièrement hostile à l’accueil de ces migrants. Des centres de réfugiés ont été incendiés en Allemagne, la Hongrie, la République Tchèque et la Slovaquie ont montré leur réticence et ont même évoqué un possible « suicide de l’Europe ». La Slovaquie évoquant même ne vouloir accueillir que quelques centaines de réfugiés à condition qu’ils soient chrétiens (l’immense majorité des migrants est de confession musulmane sunnite).

Face à cette peur habilement récupérée par l’extrême-droite, les autorités françaises et allemandes tentent en vain de fédérer l’Europe pour accueillir plus de personnes qui tentent de fuir leur pays.

Qui sont ces migrants ?

La majorité des migrants viennent de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan et de la Corne de l’Afrique (Somalie, Érythrée…). Ils quittent leur pays pour différentes raisons (guerre, pauvreté, dictature, oppression). A ces migrants s’ajoute une immigration économique, principalement des Balkans et et Turquie, qui tentent d’atteindre l’Eldorado européen et ses avantages sociaux. A noter que si la majorité des Syriens indique vouloir fuir l’avancée de l’Etat Islamique, une partie non-négligeable de ces migrants viennent de régions non concernées par ce fléau (Idlib, Damas, Kurdistan Syrien loin des lignes de front).

Le drame d’Aylan Kurdi et la récupération médiatique

Des centaines voire des milliers de migrants meurent tous les mois en tentant de traverser la méditerranée. Mais c’est sur le drame d’Aylan Kurdi, enfant de 3 ans mort noyé à proximité des côtes Turques de la mer Égée, que le monde s’est tourné. Cet enfant est mort lorsque son embarcation a chaviré, aux côté de son frère aîné et de sa mère. Son père a survécu. Cette famille vient de Kobane, très célèbre ville du Nord de Syrie qui est parvenue, avec l’aide de la coalition internationale, à repousser l’Etat Islamique. Aujourd’hui, tout le canton de Kobane est sous contrôle d’une milice kurde (YPG) qui rêve d’une autonomie substantielle du Kurdistan Syrien, au Nord du pays. Cette milice est sous le collimateur de la Turquie (qui a peur des revendications kurdes sur son territoire et qui accuse cette milice de purification ethnique en expulsant les populations d’origine Arabe et Turkmène).

Alors que la famille du petit Aylan se trouvait dans une partie libérée du territoire Syrien, celle-ci entrepris un périple très risqué qui l’a totalement anéantie. Les médias occidentaux, friands de ce genre d’histoire macabre et tentant (en vain ?) de faire prendre conscience du drame à une population européenne majoritairement hostile, n’ont pas hésité à surfer sur ce drame, sans pour autant exposer le fond du problème. Chose assez étrange, le père du petit Aylan, sensé fuir une contrée hostile et en guerre, décida de revenir à Kobane pour enterrer sa famille disparue. Contradiction qui n’est pas restée inaperçue par plusieurs médias d’extrême droite.

Si le drame du petit Aylan est choquant, combien de jeunes enfants ont succombé dans la traversée de la méditerranéenne cette année, sans susciter de vives réactions ?

Le retour incongru de Bernard Henri Levy

La Syrie et la Libye sont un pays en guerre où les milices islamistes contrôlent de larges pans de territoire. Surfant sur le « Printemps Arabe » de 2011, ces milices, avec l’appui des occidentaux dont la France, ont combattu des régimes certes dictatoriaux mais relativement stables. En Libye, Mouammar Kadhafi a été exécuté lorsqu’il tenta de fuir son dernier bastion, pilonné par l’aviation franco-britannique et bombardés par les milices Libyennes constituées de nombreuses factions islamistes. 3 ans après la chute du dictateur, le pays s’enfonce dans une guerre civile interminable, où les « laïques » et anciens partisans de Kadhafi affrontent d’un côté une mouvante islamiste qui contrôle Tripoli (la capitale) et de l’autre l’Etat Islamique, qui a fait son apparition il y a de cela 1 an. En Syrie, la guerre qui a fait plus de 200 000 morts perdurent avec différentes factions qui s’affrontent et qui tantôt s’allient. La France et d’autres pays occidentaux appuient les « rebelles » qui, pour la plupart, prônent la Charia (juridiction islamique) et ont montré leur hostilité aux minorités religieuses (Alaouites, Chrétiens, Chiites…). Les Chiites et les Alaouites sont généralement exécutés alors que les Chrétiens sont pris en otage et monnayés.

Une grande partie du contingent formé par les Américains et les Turques, sensée combatte à la fois le gouvernement de Bashar el Assad et l’Etat Islamique, a rejoint les factions islamistes parfois très radicale (Front Al Nosra, filiale d’Al Qaida en Syrie) et même l’Etat Islamique lui-même. Ironie ou pas, des armes françaises sophistiquées de type missile Milan ont été retrouvées dans les mains d’islamistes du Front Al Nosra, à la frontière avec le Liban.

Bref, dans ces pays, l’instabilité et la guerre se sont installées et ce pour longtemps. L’Europe et les Etats-Unis sont en grande partie responsable de cette situation, en favorisant l’instabilité et l’approvisionnement en armes des groupes dont les objectifs sont à 100 lieues des valeurs prônées par l’Occident. Et clou du spectacle, notre cher Bernard Henri Levy (BHL, ne pas confondre avec un très célèbre transporteur) revient sur le devant de la scène, surfant sur l’émotion de la mort du petit Aylan et faisant ses traditionnelle leçons de morale. Si d’autres se seraient cachés après le fiasco Libyen, BHL, en manque de notoriété et de reconnaissance, se fait le chevalier blanc du Moyen-Orient en demandant une intervention plus forte pour détruire le restant d’Etat en Syrie. BHL veut aider les peuples pris dans une instabilité qu’il a lui même contribué. Est-ce que le monde Arabo-Musulman aurait finalement trouvé son Tartuffe ?

La coupable inaction des pays du Golfe et de la Chine

Si Bashar el-Assad et son gouvernement sont loin d’être fréquentables (même si Bashar-al-Assad a déjà été l’invité d’un ancien président de la république française), est-ce que la Syrie d’autrefois était un état totalitaire beaucoup plus hostile à son peuple que certains pays amis comme la Chine (qui réprime toute contestation au Tibet ou au Xinjiang) ou l’Arabie Saoudite (qui possède un système judiciaire très discutable) ? Alors que ces pays jouissent d’une bonne stabilité et d’une économie certes vacillante mais qui tient debout, aucun n’a souhaité faire partie de cet élan de solidarité pour accueillir ces centaines de milliers de réfugiés qui habitent parfois à même le sol dans des camps de fortune. L’Arabie Saoudite, le Qatar ou d’autres pays prospères de la région n’auraient pas pu aider la Jordanie et le Liban dans la gestion de la crise Syrienne, en proposant aux familles qui le souhaitaient de les héberger ? La Chine, pays frontalier avec l’Afghanistan, ne pourrait pas également faire partie de cet élan de générosité ? Est-ce que seule l’Europe doit supporter cette souffrance en ouvrant en grand les frontières comme certains le suggèrent ?

Ce drame humain ne pourrait pas être géré au niveau mondial ? Le Canada semble montrer l’exemple en indiquant vouloir accueillir des milliers de réfugies. Les Etats-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les pays du Golfe, les pays du Sud-Est Asiatique ne peuvent pas également contribuer à donner à ces migrants une vie meilleure, en sécurité ? Cette question n’a à ce jour pas été posée…

Publié le 4 septembre 2015, dans Actualité, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 14 Commentaires.

  1. Juste une info, je posterai un commentaire plus tard.

    La tante de l’enfant trouvé échoué sur une plage turque a délivré son témoignage sur Skynews, depuis Vancouver où elle habite.

    Si le père de l’enfant a voulu rejoindre l’Occident, c’est pour se payer des implants dentaires, avec l’aide financière de sa soeur de Vancouver (curseur à partir de 5′).

    Que la situation sécuritaire, économique etc de Kobané ne soit pas idéale, personne n’en doute. Mais cette famille précise ne fuyait pas les combats.

  2. La décence devant la mort d’un enfant, quelle qu’en fut la cause réclame un peu de retenue

    Salutations républicaines et humanistes

  3. JEAN LOUIS KARKIDES

    Pour certains,il n’y a pas d’enfants, pas de femmes,pas d’hommes, juste des dangers……
    Pas de ceux que vivent tous ces migrants, juste de petits dangers pour son petit bien être….

  4. RW

    Vous êtes inhumain même devant l’absurde vraiment vous mériter mépris et vous êtes dangereux comme homme pire dire que vous représenter l’Etat par vos fonctions vraiment vous êtes nul

  5. JEAN LOUIS KARKIDES

    Tous ceux qui ne cherchent qu’à opposer l’homme à l’homme sont avides de désinformation:
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/09/04/sur-le-web-images-manipulees-et-rumeurs-pour-casser-l-elan-de-solidarite-envers-les-refugies_4746189_4355770.html

    Plus anecdotique mais révélateur comme ce membre important du F Haine qui brûle des voitires pour faire croire à l’insécurité:
    http://www.leparisien.fr/acheres-la-foret-77760/mitry-mory-l-ex-numero-2-du-fn-en-garde-a-vue-10-06-2015-4849841.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F

  6. J aimerai que certains réfléchisse à cela.

    Plus particulièrement le point 6 (et le 7 pour certains :-))
    Il n’est pas dans mes habitudes de défendre une soit disant théorie du  »complot » mais la manipulation existe el et bien.
    Si vous êtes doués de la faculté d’analyse et de compréhension, ce dont je ne doute pas, vous reconnaitrez le bien fondé de cette démonstration (cette phrase est aussi une manipulation)

    Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les média. Nous la reproduisons ici. Elle détaille l’éventail, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation jusqu’à maintenir le public dans l’ignorance et la médiocrité. Particulièrement intéressant pour décrypter notre actualité française. Dans un autre genre, tout aussi édifiant que le livre de Naomi Klein : « La statégie du choc ».

    1/ La stratégie de la distraction

    Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

    2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

    Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

    3/ La stratégie de la dégradation

    Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

    4/ La stratégie du différé

    Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

    5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

    La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

    6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

    Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

    7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

    Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

    8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

    Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

    9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

    Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

    10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

    Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.
    e a cela

  7. JEAN LOUIS KARKIDES

    Olivier, des points communs entre votre commentaire théorique et le mien tiré de l’actualité.
    Ce qui me turlupine, c’est d’essayer de faire objectivement le tri entre ceux qui consciemment manipulent et ceux qui ne font que relayer les stratégies dont parle Chomsky d’une manière digne des moutons de Panurge…..
    Les premiers,il faut les combattre, les seconds les convaincre……….
    Où placer certains des commentateurs? 😉

  8. JEAN LOUIS KARKIDES

    Afin que mon commentaire ne soit pas noyé sous le fumier et qu’Olivier puisse y répondre, je le remet:
    Olivier, des points communs entre votre commentaire théorique et le mien tiré de l’actualité.
    Ce qui me turlupine, c’est d’essayer de faire objectivement le tri entre ceux qui consciemment manipulent et ceux qui ne font que relayer les stratégies dont parle Chomsky d’une manière digne des moutons de Panurge…..
    Les premiers,il faut les combattre, les seconds les convaincre……….
    Où placer certains des commentateurs? 😉

  9. Très bon article (celui publié tout en haut), j’y adhère (quasiment) à 100%.

    L’émotion politico-médiatique suscitée par cette photo d’enfant échoué sur une plage turque vire à l’hypocrisie la plus totale.

    La guerre qui frappe la Syrie a débuté au printemps 2011.
    A la guerre civile – Al Assad appuyé par l’Iran, la Russie et le Hezbollah libanais, chiite – vs peuple syrien aspirant officiellement à plus de libertés, s’est ajoutée la guerre contre les jihadistes, à la fois ceux d’Al Qaïda et ceux de l’Etat islamique.
    Cette dernière organisation, qui fédère tout ce que la planète compte de fanatiques d’allah, de psychopathes, se distingue par ses actes de barbarie qu’elle prend soin de médiatiser, inspirée selon les analystes par l’industrie cinématographique américaine.
    Parmi les actes de barbarie figurent des décapitations d’enfants, issus des minorités yézidies ou chrétiennes. On peut aussi penser aux enlèvements de femmes issues de ces mêmes minorités, enlèvements suivis de séquestration, viols, mises en esclavage sexuel avec des témoignages insoutenables.

    Pourtant, ces photos d’enfants assassinés par les fanatiques d’allah ou ces témoignages de femmes multi-violées par ces mêmes hordes de jihadistes ne suscitent que très peu d’empathie dans le monde occidental, notamment en Europe.
    Où étaient jusqu’ici les Hollande, Valls, Taubira, Cambadélis; les Cosse, Femen et toutes ces bonnes âmes ?
    On ne les entend, à la marge, que lorsque tel édifice datant de l’antiquité est menacé de destruction par les jihadistes…

    Voici jusqu’il y a 2 jours la posture du gouvernement et de l’Elysée face à l’afflux des clandestins vers l’UE :

    – mise en place en janvier 2013 d’une mesure, le visa de transit aéroportuaire, visant à dissuader les Syriens de se pointer à Roissy et de demander l’asile
    Plus d’infos ici http://www.gisti.org/spip.php?article3017
    http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Refugies-et-migrants/Actualites/Des-visas-pour-dissuader-arrivee-de-Syriens-en-France-7712

    – accueil en grande pompe de 1.500 chrétiens d’Orient au cours de l’été 2014 puis cérémonie officiée par le président normal en l’honneur de ces chrétiens d’Orient en mars 2015; Hollande s’était auparavant engagé à accueillir 500 Syriens en octobre 2013. Quelques centaines d’autres ont été accueillis depuis, toujours au titre de l’asile (Allemagne : 70.000, Suède : 40.000)

    – verrouillage, par les forces de l’ordre, de la frontière terrestre franco-italienne, avec visite de Valls (mais par cette frontière se pointent essentiellement des clandestins du continent africain)

    – proposition émise par Valls (lors de sa visite à Vintimille) de déployer des garde-frontières

    – refus de tout quota de clandestins censés être répartis dans les pays de l’UE (idem, c’était à Vintimille)

    Et soudain, une photo est diffusée, on les voit organiser des réunions de crise, clamer l’urgence d’accueillir ces clandestins – la Syrie est à feu et à sang depuis 2011; il est vrai que les dirigeants actuels ne sont en place « que » depuis mai 2012 -, on les entend appeler à participer à une, je cite, « communion laïque en faveur de l’immigration » (© ministre de la Culture, Mme Pellerin), ou encore brandir des pancartes aux slogans bien niais « L’accueil pour moi, c’est oui », Cambadélis, Cosse en pointe (à quand une pancarte « l’accueil CHEZ moi, c’est oui » ? Facile d’accueillir lorsque c’est le contribuable aux revenus modestes qui doit mettre la main à la poche).

    Au passage, j’ai entendu parler d’une l’initiative, lointaine, d’Islandais, lançant des appels envers les clandestins afin qu’ils s’exilent en Islande.
    N’est-il pas absurde de chercher à déraciner de pauvres hères, loin des leurs, de leurs racines, de leur culture; qui, forcément, auront d’importantes difficultés d’adaptation – linguistique, culturelle, voire climatique.

    L’hypocrisie, enfin, consiste, pour les dirigeants français, européens, occidentaux, à s’émouvoir d’un chaos auquel ils participent activement.
    Coupons les ponts avec une Turquie dirigée par des islamistes présentées sous nos latitudes comme « modérés », mais qui alimentent en armes les jihadistes, qui empêchent les Kurdes de Turquie d’aller combattre auprès des Kurdes de Syrie, qui laissent transiter par son territoire l’internationale jihadiste.
    Que cessent les danses du ventre opérées par les Hollande, Obama & co auprès des dictatures islamistes du Golfe, à commencer par l’Arabie Saoudite, dont les sanctions judiciaires sont similaires à celles mises en place par les jihadistes de l’EI (peine de mort pour les homos, les apostats etc), ou encore le Qatar.

    Ensuite, oui, ils pourront verser des larmes sincères en pensant à toutes les victimes des massacres perpétrés tant par Al Assad que par les jihadistes, qu’ils soient d’Al Qaïda ou de l’Etat islamique.

  10. « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

    Je n’ai jamais osé divulguer ces informations, mais je suis ravie qu’Olivier Rimbert en ai pris l’initiative… Cependant ces manipulations qui jalonnent notre actualité et nos quotidiens semblent tellement énormes au commun des mortels, que je doute que la majorité des citoyens se réveille de sa torpeur pour les prendre au sérieux…. Et pourtant …

  11. Des raids de la coalition arabe menée par les F-15 saoudiens au-dessus de Sanaa au Yémen contre les chiites ont fait 27 morts hier parmi la population civile, dont des enfants.

    Va-t-on voir des manifs place de la république, des grincements de dents, des discours avec des trémolos dans la gorge, des messages de soutien sur tweeter ?

    Photo brute, tout autant que celle du môme trouvé mort noyé

  12. JEAN LOUIS KARKIDES

    RV, voici des commentaires plus profonds que le premier et qui sont recevables.
    Cela dit, il est comique de vous voir reprocher aux gouvernements un humanisme sélectif… 😀

  13. JEAN LOUIS KARKIDES

    Vous auriez du mettre le commentaire associé à cette photo:
    « Cadavres des enfants syriens tués lors d’un massacre barbare par les mercenaires d’« Al-Qaïda » soutenus par l’Occident et qui se font appeler l’Armée syrienne libre. Ils ont délibérément assassiné des enfants à bout portant parce qu’ils savaient que cela provoquerait l’indignation des Occidentaux et inciterait les gens à réclamer un « changement de régime  »
    Ce qui explique l’omerta des gouvernements occidentaux…..
    Ce qui n’excuse ni ces gouvernements, encore moins ces bouchers.

  14. JEAN LOUIS KARKIDES

    Autrement dit, vous aussi savez manipuler.
    Mettre la photo sans le texte joint……

Répondre à Olivier Rimbert Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :