La loi de finance 2016 organise et programme des chômeurs supplémentaires

RobotsQui, parmi les citoyens de la société civile est informé du fait que le gouvernement qui a juré grands dieux d’inverser la courbe du chômage durant son quinquennat, prendrait des mesures fiscales encourageant la robotisation des moyennes entreprises ?

C’est ainsi que les impôts versés par les salariés et les travailleurs de la France entière sont captés par le gouvernement au profit des entreprises qui investiront dans des machines  industrielles qui les remplaceront et les mettront au chômage ! Sous prétexte de    » modernisation « , des milliers de travailleurs vont se retrouver sans emploi, donc sans moyens de subsistance, et par conséquent à la charge de la collectivité, c’est à dire à la seule charge des salariés qui ont encore la  » chance  » d’avoir un emploi ! 

N’est-il pas un comble en effet, de voir la richesse publique abondée par l’ensemble des contribuables dédiée à leur mise à mort économique et sociale programmée ? Comment un gouvernement peut-il à ce point jouer double jeu,  affirmer lutter contre le chômage et favoriser l’emploi, en prenant des mesures fiscales exactement contraires ? Les décisions prises et les faits sont bien plus parlants que les beaux discours : les règles fiscales qu’ils mettent en œuvre démontrent que nos dirigeants travaillent contre les intérêts des travailleurs et des salariés qui constituent majoritairement le peuple de notre pays !

Nous sommes en présence de véritables imposteurs qui se gardent bien de faire la publicité des mesures fiscales qui vont aggraver davantage encore la situation catastrophique de l’emploi dans notre pays, et mettre en faillite quantité de citoyens, car derrière chaque travailleur licencié, une famille entière est impactée et pénalisée !

Un système social dont la richesse est essentiellement crée à partir des prélèvements effectués sur les salaires, est condamné à mourir avec et à cause de la raréfaction des offres d’emploi, elle-même induite par l’achat de robots et de machines qui font le travail d’un être humain. Par conséquent, la seule façon d’inverser la courbe du chômage, n’est plus de continuer à prélever des charges sur le salariat, mais à les transférer sur les machines et les robots qui éjectent un travailleur du droit de vivre, et qui laissent à la charge de la seule société, l’effort de solidarité qui n’a pas été assumé par les acquéreurs de ces machines !

Je prône l’exonération de charges sur le salariat, qui incitera les employeurs à embaucher de nouveau, et donc à soulager la société entière du coût croissant du chômage. Le transfert de ces charges doit désormais se faire sur les robots afin que les bénéfices réalisés grâce à la mise au chômage de millions de citoyens profitent à la collectivité entière, et non point uniquement aux seuls patrons !

la richesse publique ne pourra plus jamais provenir d’un salariat qui se raréfie car ce système social est devenu totalement obsolète. La taxation des machines et des robots doit prendre impérativement le relais.

Article et réflexions rédigées par  Catherine  Medioni

Lien  :  http://www.economie.gouv.fr/vous-orienter/entreprise/industrie/amortissement-exceptionnel-des-robots-industriels-des-pme

Publié le 13 juin 2016, dans A vous la parole, Economie, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :