Publicités

Vous pouvez vous aussi améliorer votre habitat et profiter du soleil

L’été se termine tout doucement. La rentrée des classes à eu lieu et pour la plupart des actifs, le travail et la routine ont repris. Si on a connu un été plutôt chaud et ensoleillé, on peut encore espérer obtenir une belle arrière-saison et profiter du soleil, des après-midi chaud ou des matins chauds et cléments. Celles et ceux qui bénéficient d’un pavillon peuvent profiter de leur terrasse, de leur jardin, jusqu’aux premiers froids perceptibles.

Il existe aujourd’hui différentes techniques pour améliorer son extérieur : mise en place d’un clôture végétale ou synthétique pour se protéger des vis-à-vis, mise en place d’ombrelles pour se prémunir du soleil trop agressif ou encore la mise en place d’une pergolas, qui a l’avantage d’être bien moins coûteuse qu’une véranda classique ou d’une extension de maison (si cela est permis, bien entendu).

Il existe aujourd’hui les systèmes de pergola bioclimatique qui permettent de bénéficier de l’ensoleillement maximal, tout en faisant attention à l’aération et aux éventuelles infiltrations d’eau lors des orages violents. Très en vogue dans le Sud-Est et dans le Sud-Ouest de la France, ce type de dispositif a également sa place pour les pavillons qui restent loin des immeubles ou qui ne bénéficient pas de grands arbres pour se protéger du soleil de plomb (on regrettera d’ailleurs la disparition des chênes et autres arbres remarquables, qui prodiguaient de l’ombre de manière naturelle, et donnaient cet étrange son lorsque le vent se mettait à souffler). Ces pergolas bioclimatiques sont motorisées et permettent de jouer avec la luminosité.

Pour les systèmes avancés et celles et ceux qui veulent bénéficier du maximum du soleil, du matin au soir, il existe également le principe de pergola bioclimatique à lames orientables, actionnables donc via un moteur électrique, que l’on peut commander au travers d’un capteur, d’un système programmable ou d’un simple interrupteur. Si ce dispositif, plutôt onéreux, apparaît comme incongru dans le département de la Seine-Saint-Denis, il apparaît comme nettement plus approprié dans les régions méridionales françaises. Même si, avec le réchauffement climatique (les ouvertures de bouches à incendie en sont un exemple flagrant), ce matériel peut apparaître comme n’étant pas du luxe.

Pour ceux qui sont patients et qui misent sur le long terme, quelques arbres comme le cerisier, le hêtre, le marronnier ou encore le peuplier (très friand des zones humides, il y a de nombreux endroits inondables à Aulnay-sous-Bois et ailleurs en Seine-Saint-Denis), vous donneront naturellement l’ombre dont vous avez besoin (tout en ramassant les feuilles l’automne venu).

Source : contribution externe

 

 

 

 

Publicités

Publié le 5 septembre 2017, dans A vous la parole, jardins, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :