Publicités

Europacity, l’autre lobby qui a eu la peau de Nicolas Hulot

Nicolas Hulot n’a pas été victime seulement du lobby de la chasse : s’il part, c’est aussi parce qu’il n’a pas eu gain de cause sur l’artificialisation des sols et sur le dossier Europacity, souligne le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG), en lutte contre ce projet de mégacentre commercial que le groupe Auchan veut construire sur des terres agricoles à proximité de Paris.

S’exprimant ce matin sur France inter, Nicolas Hulot a énuméré ses échecs, et a terminé sur un dossier qui semblait lui tenir à cœur, celui de l’artificialisation des sols.« Est-ce que nous avons commencé à se mettre en situation d’arrêter l’artificialisation des sols ? La réponse est non », a t-il affirmé. Quelques secondes plus tard, il annonçait sa démission. 

Le 5 juillet, le ministre de la Transition écologique et solidaire avait courageusement dénoncé le projet Europacity, qui prévoit de transformer 80 hectares de terres fertiles en parc de loisirs géant, avec piste de ski artificielle et parc aquatique climatisé. « C’est la folie des grandeurs (…), c’est exactement ce que je ne veux plus demain », avait-il affirmé. La déclaration de Nicolas Hulot était en contradiction avec la décision du gouvernement de faire appel de l’annulation par la justice administrative de la ZAC (Zone d’aménagement concerté) du Triangle de Gonesse, relançant ainsi le projet.

 « Cet été, la France a été touchée à répétition par la canicule et personne ne peut nier qu’il y a urgence à réorienter en profondeur les décisions d’aménagement du territoire. La société y est prête. D’ailleurs, le projet Europacity est de plus en plus contesté », explique Bernard Loup, président du Collectif pour le Triangle de Gonesse.

Plutôt qu’un mégacentre commercial, le Collectif pour le Triangle de Gonesse soutient CARMA (Coopération pour une Ambition agricole Rurale Métropolitaine d’Avenir), ambitieux projet de création d’emplois pour l’agriculture de proximité et les métiers de la transition écologique, la rénovation énergétique des bâtiments, les énergies renouvelables et les déplacements non polluants.

 « Les promoteurs d’Europacity auraient tort de se réjouir trop vite de la démission de Nicolas Hulot. L’incompréhension et l’opposition des habitant-es  de Gonesse et de toute l’Ile-de-France à l’égard de ce projet est de plus en plus grande » affirme Bernard Loup.

Le dossier Europacity sera un test de la sincérité de la présidence Macron : soit le chef de l’Etat choisit un projet d’avenir, en conformité avec les engagements de la France sur le climat, soit il décide de céder aux lobbies et de prolonger un modèle aujourd’hui dépassé.

Source : Communiqué du Collectif Pour le Triangle de Gonesse

Publicités

Publié le 28 août 2018, dans Actualité, Associations, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :