Plus de bio, plus d’équilibre nutritionnel et un budget maîtrisé pour les cantines de Seine-Saint-Denis

Le défilé commence chaque jour à midi et quart. Classe par classe, les enfants de cette école primaire de la Courneuve en Seine-Saint-Denis vont à la cantine comme six millions d’autres enfants. En plat principal ce jour-là, deux options : bœuf miroton ou un mystérieux égrené végétal.

Ces plats sont fabriqués par une régie publique : le Siresco qui nourrit 43 000 élèves par jour dans 19 communes du département. Elle se doit d’être moins industrielle tout en répondant aux obligations légales de plus en plus nombreuses, au goût des élèves et aux contraintes financières. La loi impose désormais plus de bio et moins d’emballage plastique. Un casse-tête pour ce modèle ultra-dominant qui va devoir s’adapter s’il veut entendre à nouveau les écoliers chanter.

Source et article complet : TF1

Publié le 6 mars 2022, dans Actualité, Gastronomie, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :