Le Sénat interpellé par un collectif de chercheurs, de professionnels de santé et du droit

En tant que citoyenne de la société civile impliquée dans les combats citoyens et dans la vie de notre pays, je m’associe et je soutiens la démarche de ce collectif de chercheurs et de professionnels de la santé et du droit pour demander à ce que le sénat obtempère aux demandes d’enquête concernant les effets indésirables de vaccins que l’on a imposé à la population comme unique prophylaxie sans son consentement, par des mesures coercitives de chantage et privatives de droits fondamentaux et de libertés individuelles pourtant inaliénables.

La société, mais également tout citoyen est fondé à réclamer des comptes concernant les résultats de ces mesures  prophylactiques infligées, contestées par une partie de la population fortement impactée dans ses droits et sa vie quotidienne par des mesures qui relèvent davantage de la maltraitance psychique et physique, de la persécution et de la torture morale infligée par ce gouvernement que par la préservation de la santé publique !

La santé ne consiste pas uniquement en une absence de maladie, mais également en un état de bien-être physique, moral, et psychique. Or nul doute que la fermeture des hôpitaux et établissements de santé aux non vaccinés qui ont pourtant le droit d’être soignés sans conditions pour le suivi de leurs pathologies hors covid, ont fortement altéré cet état de bien-être et impacté négativement leur santé morale et psychique, créant des souffrances inutiles et des dépressions dans toutes les catégories d’âge de la société.

Si les mesures coercitives ont eu raison des réticences de certaines populations qui étaient opposées à se faire vacciner, se faire inoculer des produits en phase expérimentale a généré des colères et un ressentiment qui  ne peut qu’émerger avec virulence lorsque les injections ont donné lieu à des  décès, des handicaps ou des effets indésirables graves qui ont été niés, minimisés ou censurés par le gouvernement, les médecins de plateau TV et par les vaccinateurs.

Je souscris par conséquent totalement aux observations émises par ce collectif qui rappelle que :

«   Les dits « vaccins » utilisés sont pourtant des produits innovants, mis au point en à peine
quelques mois. D’ordinaire, la création de nouveaux médicaments, a fortiori ceux à but
prophylactique comme un vaccin, requiert de nombreuses années et de longs essais
thérapeutiques avant leur mise sur le marché. Un nouveau médicament nécessite par
ailleurs une veille sanitaire particulièrement rigoureuse et une transparence totale sur les
analyses des effets indésirables voire un arrêt de l’expérimentation si leur fréquence est
importante. »

Ce même collectif observe également que :

«  Malgré les promesses des industries pharmaceutiques reprises à leur compte par les gouvernements, cette immense campagne de vaccination n’a pas endigué les épidémies successives provoquées par les différents variants, n’empêchant ni les contaminations (on peut par exemple être « vacciné » avec trois doses et attraper malgré tout le virus), ni le développement de formes plus ou moins sévères de maladie. C’est ainsi que, en février 2022, selon la DREES, 70% des personnes entrées à l’hôpital et déclarées « Covid » étaient vaccinées. Reste à examiner la question des effets
secondaires.
»

Surtout, le collectif souligne  :

La surmortalité anormale concomitante aux campagnes de vaccination de masse

En conséquence, le collectif demande au sénat de :

«  procéder à une analyse de la mortalité toutes causes confondues en fonction du statut vaccinal des personnes. Les données existent dans Système National des Données de Santé (SNDS) qui permet de connaître l’âge et le sexe des personnes, les dates d’injection des « vaccins anti-covid » ainsi que les marques et les numéros de lots de vaccins utilisés, les dates d’injections de vaccins antigrippaux (pour bénéficier d’un référentiel de comparaison) et enfin la date des éventuels décès des personnes. Ces données doivent permettre de déterminer précisément la mortalité des personnes vaccinées et non-vaccinées par tranche d’âge et par période, de constater s’il existe ou
non une relation entre la date de vaccination et la date de décès et enfin d’observer si les injections anti-Covid ont une spécificité ou non relativement aux injections antigrippales de ces dernières années. »

Les citoyens français, qu’ils aient été vaccinés ou pas ont le droit de connaitre les résultats de cette enquête fortement réclamée, et ne comprendraient pas qu’elle ne soit pas diligentée puisque tous les services de l’état ont le devoir de rendre des comptes à la population qui le lui demande :

La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration. Art. 16 de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen.

Article  rédigé  le  23  Mars  2022  par  Catherine  Medioni

Publié le 23 mars 2022, dans Non classé, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Votre article ne comportant pas de dates, je suis un peu perdu.

    Je sais que le 10 février dernier le Senat à débattu SUR LE RAPPORT DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE COVID-19.

    Les collectifs dont vous parlez ont ils fait leurs demandes avant ou après cette séance du 10 février ?

  2. Suite à votre article du 23 mars dernier, le media « Public Senat » vient de signaler que les parlementaires ont rendu le 10 Juin un rapport d’étape sur les effets indésirables des vaccins contre la covid-19. S’ils se félicitent du suivi qui a été mis en place au niveau de la pharmacovigilance, ils regrettent une communication institutionnelle qui n’a pas assez misé sur la pédagogie et la transparence, et recommandent plutôt de tenir « un discours de vérité. ».

    Les journalistes signalent que de ce travail ressort que « le système de surveillance des médicaments, piloté par l’ANSM, a fait preuve d’une mobilisation remarquable et d’une transparence inédite au cours de la campagne vaccinale. »
    « Cette approche de la pharmacovigilance a permis « d’affiner en temps quasi réel l’estimation de la balance bénéfices/risques associé à chaque vaccin » et de faire évoluer, le cas échéant, la politique de vaccination. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :