Archives du blog

Les attentats renforcent le soutien à la liberté d’expression

Œuvre de Fernand léger illustrant les poèmes de Paul Eluard

Plus que jamais, le peuple de France conscientise le fait que la liberté d’expression est non seulement un outil précieux pour se poser de bonnes questions, mais également un rempart contre les préjugés, l’obscurantisme, les idées toutes faites et les croyances  » limitantes  » qui enferment les individus dans des dogmes et des conditionnements d’un autre âge, lesquels empêchent tout discernement, tout sens critique et toute remise en cause et par conséquent toute évolution humaine, intellectuelle, sociale et même spirituelle.

Choquée et scandalisée par le dernier attentat qui vient d’être perpétré contre un enseignant de la république qui a payé de sa vie la barbarie impie d’un jeune tchéchène accueilli il y a 3 ans sur notre sol, la France réalise à quel point elle accueille, laisse grandir et prospérer en son sein, des criminels en puissance conditionnés par leurs environnements familiaux et religieux dévoyés, à Haïr les français, leur mode de vie et à piétiner le principe même de laïcité !

Comme le fait très justement remarquer Valérie Pécresse :  » nous devons être implacables et cesser de regarder ailleurs «  ! L’Islamisme radical en effet s’est traitreusement insinué dans notre état de

droit par un travail de sape traitreusement mené contre le bien fondé de nos lois républicaines qui garantissent pourtant le vivre ensemble de tous, musulmans inclus !

Cependant comme le ver qui s’est introduit dans le fruit et qui le ronge de l’intérieur sans que cette destruction ne soit perceptible à l’extérieur, du moins durant un temps, le prosélytisme appuyé d’imams félons et de radicalisés spirituellement déstructurés professé auprès de jeunes cerveaux en construction identitaire, que ce soit dans les écoles clandestines, les clubs de sport et même dans les mosquées, a distillé le venin de cette doctrine épouvantable de la haine et de la mort, en absolue contradiction avec les lois de la république et la laïcité !

Nous sommes donc aujourd’hui face aux conséquences tragiques de ce que nous avons laissé faire et prospérer dans nos villes, nos départements et nos régions. Les doctrines Salafistes, wallhabite, celles des frères musulmans et de l’islam radical sont totalement incompatibles avec nos lois et le vivre ensemble à la française ! La question se pose donc clairement de savoir si nous devons continuer à accueillir en notre pays les ressortissants qui prônent l’intolérance et le meurtre, et si nous ne devrions pas les encourager ou même les obliger à quitter la France, du moins pour ceux qui n’ont encore commis aucun meurtre ni attentat, pour s’établir dans les pays qui professent les mêmes doctrines, tel que le Quatar ou L’Arabie Saoudite par exemple ?

Quant à ceux qui ont commis l’irréparable et à ceux qui les ont encouragés, ils doivent être tous appréhendés, enfermés et sévèrement condamnés à une vraie perpétuité pour qu’ils soient empêchés de nuire à nouveau ! Nous devons nous doter des moyens qui nous permettront de  » séparer le bon grain de l’ivraie  » afin de restaurer et garantir une paix et une fraternité durables, sur la terre de France.

Article rédigé le 17 Octobre 2020 par Catherine Medioni

Un Professeur d’histoire décapité à Conflans Ste Honorine

 » Mur d’indignation  » Septembre 2014 suite à la décapitation d’un ressortissant Français

L’obscurantisme et la terreur viennent encore de frapper notre pays et les valeurs de notre république ! Pour avoir présenté des caricatures de Mahomet dans le cadre d’un cours portant sur la liberté d’expression, un enseignant à été assassiné par un jeune homme d’environ 18 ans qui avait été vu rôdant à proximité d’un collège avec un couteau de cuisine et signalé à la police.

Arrivés sur place, les forces de l’ordre ont fait la macabre découverte d’un homme gisant et décapité et 200 mètres plus loin sur la commune d’Éragny, un présumé suspect les aurait menacé avec un couteau…. Ils ont alors ouvert le feu à plusieurs reprises. il a été grièvement blessé par balles à la tête par les policiers et a finalement succombé à ses blessures. Le suspect serait un jeune homme tchétchène de 18 ans, né à Moscou….

Les réactions politiques ont été immédiates et unanimes à dénoncer la barbarie :

Arrivé sur les lieux de l’assassinat, Emmanuel Macron a livré un message fort : « L’obscurantisme et la violence qui l’accompagne ne gagneront pas. Ils ne nous diviseront pas. « 

À l’Assemblée nationale, le président de séance Hugues Renson (LREM) a pris la parole avant la fin de la séance : « Nous avons appris avec effroi l’abominable attentat qui s’est produit. Au nom de la représentation nationale, en notre nom à tous, je tiens à saluer la mémoire de la victime.»les députés se sont alors levés pour « saluer la mémoire » de l’enseignant décapité et dénoncer « un abominable attentat ».

Marine Le Pen :  » Un professeur décapité pour avoir présenté les caricatures de Charlie Hebdo : nous en sommes, en France, à ce niveau de barbarie insoutenable. L’islamisme nous mène une guerre : c’est par la force que nous devons le chasser de notre pays. « 

Valérie Pécresse :  » face à ceux qui veulent nous détruire, détruire la parole libre de nos enseignants, nous devons être implacables et cesser de regarder ailleurs ! « 

Jean-Luc Mélenchon :  » Ignoble crime à Conflans ! En fait l’assassin se prend pour le dieu dont il se réclame. Il salit sa religion. Et il nous inflige à tous l’enfer de devoir vivre avec les meurtriers de son espèce. « 

Jean-Michel Blanquer : « C’est la République qui est attaquée » avec « l’assassinat ignoble de l’un de ses serviteurs. Notre unité et notre fermeté sont les seules réponses face à la monstruosité du terrorisme islamiste. Nous ferons face ».

Raphaël Glucksmann: eurodéputé Parti socialiste : « Un professeur montre une caricature de Charlie en classe et se fait décapiter en pleine rue : l’horreur sans limite du fanatisme djihadiste. Le combat contre le terrorisme et l’idéologie intégriste qui le nourrit est l’affaire de toute la nation. Par-delà tous les clivages. » 

Xavier Bertrand : « La barbarie islamiste s’en est prise à un des symboles de notre République : l’école. Ces terroristes veulent nous faire taire, nous mettre à genoux. Qu’ils sachent que nous ne plierons pas : ils ne nous interdiront jamais de lire, écrire, dessiner, penser, enseigner. »

Bruno Retailleau: patron des sénateurs LR : « Les mots sont dérisoires pour décrire la colère suite à l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine ; tout comme le seront les bougies et les discours. Il faut faire vraiment la guerre contre le poison de l’islam radical. Il faut lui faire la guerre vraiment pour l’éradiquer enfin. »

Christian Jacob: président de LR : « Un enseignant dépositaire de l’héritage et des valeurs de laïcité de l’éducation nationale a été assassiné. Notre pays ripostera-t-il avec fermeté et détermination ? Les grands discours doivent céder la place aux grandes décisions contre le terrorisme islamiste. »

Boris Vallaud: député PS : « Effroyable. Immense émotion et révolte face à cet acte barbare terroriste. L’école, ses enseignants, leur liberté pédagogique, notre liberté d’expression sont au cœur de notre République.

La Sous-direction anti-terroriste (Sdat) de la police et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont été saisies de même que le parquet antiterroriste. Une enquête est donc ouverte pour « assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroristes criminels « .

Le Parisien rapporte qu’avant d’être abattu par les forces de l’ordre, l’auteur présumé de la décapitation aurait hurlé « Allah Akbar ».

Le Monde indique qu’un message de revendication publié sur le compte qui pourrait être celui de l’assaillant était adressé en ces termes :  » Macron, le dirigeant des infidèles (…) J’ai exécuté un de tes chiens de l’enfer, qui a osé rabaisser Mohammad. »

Selon plusieurs témoignages de parents d’élèves, l’assaillant présumé aurait ciblé le professeur d’histoire du collège du Bois d’Aulne en raison de caricatures de Mahomet qu’il aurait montrées en classe afin d’illustrer les contours de la liberté d’expression. L’enseignant avait toutefois pris la précaution de faire sortir du cours ses élèves de confession musulmane pour ne pas les offenser, ce qui aurait provoqué l’indignation de leurs parents. Certains d’entre eux avaient déposé plainte.

Dans l’éditorial du Figaro, Vincent Trémolet de Villers, directeur adjoint de la rédaction écrit pour dresser la liste es horreurs commises sur notre terre par les djihadistes islamistes :  » Il est mort, décapité, en pleine rue, en pleine journée, en France. Professeur d’histoire, il rejoint le mémorial des victimes de l’islamisme conquérant aux côtés des soldats de Montauban, des enfants de l’école Otzar Hatorah, des journalistes et des dessinateurs de Charlie, de la policière de Montrouge, des Français juifs de l’Hyper Casher, des promeneurs niçois du 14-Juillet, du père Hamel, des massacrés du Bataclan et des terrasses des cafés, des jeunes filles de la gare Saint-Charles, du colonel Beltrame, des policiers de la Préfecture de police et de toutes ces victimes qui, de Saint-Quentin-Fallavier au Champs-Élysées, de Villejuif à romans sur Isère sont morts sous les balles et les couteaux des djihadistes « 

Le rappel de toutes ces horreurs commises sur cette si magnifique terre de France régulièrement choquée et meurtrie nous contraint à regarder la situation en face avec le devoir de  » séparer le bon grain de l’ivraie « . Nous ne pouvons plus tolérer que les brebis galeuses de l’Islam accueillies et nourries sur notre sol, imposent leurs lois obscurantistes et leurs crimes ! Que ceux qui revendiquent pratiquer un Islam de paix chassent les imposteurs de leurs rangs, et manifestent leur soutien aux lois et valeurs françaises ainsi que leur solidarité avec le peuple de France.

Article rédigé les 16 et 17 Octobre 2020 par Catherine Medioni

%d blogueurs aiment cette page :