Archives du blog

Un Professeur d’histoire décapité à Conflans Ste Honorine

 » Mur d’indignation  » Septembre 2014 suite à la décapitation d’un ressortissant Français

L’obscurantisme et la terreur viennent encore de frapper notre pays et les valeurs de notre république ! Pour avoir présenté des caricatures de Mahomet dans le cadre d’un cours portant sur la liberté d’expression, un enseignant à été assassiné par un jeune homme d’environ 18 ans qui avait été vu rôdant à proximité d’un collège avec un couteau de cuisine et signalé à la police.

Arrivés sur place, les forces de l’ordre ont fait la macabre découverte d’un homme gisant et décapité et 200 mètres plus loin sur la commune d’Éragny, un présumé suspect les aurait menacé avec un couteau…. Ils ont alors ouvert le feu à plusieurs reprises. il a été grièvement blessé par balles à la tête par les policiers et a finalement succombé à ses blessures. Le suspect serait un jeune homme tchétchène de 18 ans, né à Moscou….

Les réactions politiques ont été immédiates et unanimes à dénoncer la barbarie :

Arrivé sur les lieux de l’assassinat, Emmanuel Macron a livré un message fort : « L’obscurantisme et la violence qui l’accompagne ne gagneront pas. Ils ne nous diviseront pas. « 

À l’Assemblée nationale, le président de séance Hugues Renson (LREM) a pris la parole avant la fin de la séance : « Nous avons appris avec effroi l’abominable attentat qui s’est produit. Au nom de la représentation nationale, en notre nom à tous, je tiens à saluer la mémoire de la victime.»les députés se sont alors levés pour « saluer la mémoire » de l’enseignant décapité et dénoncer « un abominable attentat ».

Marine Le Pen :  » Un professeur décapité pour avoir présenté les caricatures de Charlie Hebdo : nous en sommes, en France, à ce niveau de barbarie insoutenable. L’islamisme nous mène une guerre : c’est par la force que nous devons le chasser de notre pays. « 

Valérie Pécresse :  » face à ceux qui veulent nous détruire, détruire la parole libre de nos enseignants, nous devons être implacables et cesser de regarder ailleurs ! « 

Jean-Luc Mélenchon :  » Ignoble crime à Conflans ! En fait l’assassin se prend pour le dieu dont il se réclame. Il salit sa religion. Et il nous inflige à tous l’enfer de devoir vivre avec les meurtriers de son espèce. « 

Jean-Michel Blanquer : « C’est la République qui est attaquée » avec « l’assassinat ignoble de l’un de ses serviteurs. Notre unité et notre fermeté sont les seules réponses face à la monstruosité du terrorisme islamiste. Nous ferons face ».

Raphaël Glucksmann: eurodéputé Parti socialiste : « Un professeur montre une caricature de Charlie en classe et se fait décapiter en pleine rue : l’horreur sans limite du fanatisme djihadiste. Le combat contre le terrorisme et l’idéologie intégriste qui le nourrit est l’affaire de toute la nation. Par-delà tous les clivages. » 

Xavier Bertrand : « La barbarie islamiste s’en est prise à un des symboles de notre République : l’école. Ces terroristes veulent nous faire taire, nous mettre à genoux. Qu’ils sachent que nous ne plierons pas : ils ne nous interdiront jamais de lire, écrire, dessiner, penser, enseigner. »

Bruno Retailleau: patron des sénateurs LR : « Les mots sont dérisoires pour décrire la colère suite à l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine ; tout comme le seront les bougies et les discours. Il faut faire vraiment la guerre contre le poison de l’islam radical. Il faut lui faire la guerre vraiment pour l’éradiquer enfin. »

Christian Jacob: président de LR : « Un enseignant dépositaire de l’héritage et des valeurs de laïcité de l’éducation nationale a été assassiné. Notre pays ripostera-t-il avec fermeté et détermination ? Les grands discours doivent céder la place aux grandes décisions contre le terrorisme islamiste. »

Boris Vallaud: député PS : « Effroyable. Immense émotion et révolte face à cet acte barbare terroriste. L’école, ses enseignants, leur liberté pédagogique, notre liberté d’expression sont au cœur de notre République.

La Sous-direction anti-terroriste (Sdat) de la police et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont été saisies de même que le parquet antiterroriste. Une enquête est donc ouverte pour « assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroristes criminels « .

Le Parisien rapporte qu’avant d’être abattu par les forces de l’ordre, l’auteur présumé de la décapitation aurait hurlé « Allah Akbar ».

Le Monde indique qu’un message de revendication publié sur le compte qui pourrait être celui de l’assaillant était adressé en ces termes :  » Macron, le dirigeant des infidèles (…) J’ai exécuté un de tes chiens de l’enfer, qui a osé rabaisser Mohammad. »

Selon plusieurs témoignages de parents d’élèves, l’assaillant présumé aurait ciblé le professeur d’histoire du collège du Bois d’Aulne en raison de caricatures de Mahomet qu’il aurait montrées en classe afin d’illustrer les contours de la liberté d’expression. L’enseignant avait toutefois pris la précaution de faire sortir du cours ses élèves de confession musulmane pour ne pas les offenser, ce qui aurait provoqué l’indignation de leurs parents. Certains d’entre eux avaient déposé plainte.

Dans l’éditorial du Figaro, Vincent Trémolet de Villers, directeur adjoint de la rédaction écrit pour dresser la liste es horreurs commises sur notre terre par les djihadistes islamistes :  » Il est mort, décapité, en pleine rue, en pleine journée, en France. Professeur d’histoire, il rejoint le mémorial des victimes de l’islamisme conquérant aux côtés des soldats de Montauban, des enfants de l’école Otzar Hatorah, des journalistes et des dessinateurs de Charlie, de la policière de Montrouge, des Français juifs de l’Hyper Casher, des promeneurs niçois du 14-Juillet, du père Hamel, des massacrés du Bataclan et des terrasses des cafés, des jeunes filles de la gare Saint-Charles, du colonel Beltrame, des policiers de la Préfecture de police et de toutes ces victimes qui, de Saint-Quentin-Fallavier au Champs-Élysées, de Villejuif à romans sur Isère sont morts sous les balles et les couteaux des djihadistes « 

Le rappel de toutes ces horreurs commises sur cette si magnifique terre de France régulièrement choquée et meurtrie nous contraint à regarder la situation en face avec le devoir de  » séparer le bon grain de l’ivraie « . Nous ne pouvons plus tolérer que les brebis galeuses de l’Islam accueillies et nourries sur notre sol, imposent leurs lois obscurantistes et leurs crimes ! Que ceux qui revendiquent pratiquer un Islam de paix chassent les imposteurs de leurs rangs, et manifestent leur soutien aux lois et valeurs françaises ainsi que leur solidarité avec le peuple de France.

Article rédigé les 16 et 17 Octobre 2020 par Catherine Medioni

6 jeunes de Sevran morts en Syrie et en Irak pour le Djihad recrutés par des prédicateurs à Rougemont

rebelles_syriensAu moins 6 jeunes Sevranais sont morts dans leur quête du Djihad en Syrie et en Irak, selon les services de renseignement. La plupart vivait dans le quartier Rougemont, où sévit plusieurs prédicateurs / recruteurs. L’un de ces recruteurs aurait même été il y a peu CPE dans un collège de la ville.

Des parents de victimes se sont adressés au Maire Stéphane Gatignon (Ecologiste) mais ce dernier n’a toujours pas réagi, ce qu’il aurait pu faire via un dépôt de plainte au procureur de la république.

Une maman d’une victime attaque ouvertement le Maire de Sevran dans cette vidéo.

Disparition puis retour d’Inès de Drancy qui souhaitait rejoindre la Syrie pour y faire son Djihad

Ines_Drancy

Image BFM TV

Inès, jeune Drancéenne de 16 ans qui étudiait au lycée Eugène Delacroix à Drancy, a disparu il y a peu. Jeune fille timide sans histoire selon sa famille, Inès s’était radicalisée soudainement et avait, à plusieurs reprises, montré sa volonté de rejoindre la Syrie et rejoindre l’un des bataillons islamiques qui combattent l’armée régulière de Bashar Al-Assad.

Sa mère avait alerté les autorités. Inès est fichée S et ne devrait pas pouvoir sortir du territoire. Selon une lettre à prendre avec des pincettes, Inès indiqua vouloir aller à la Gare du Nord, pour se rendre ensuite en Hollande et se saisir d’un nouveau passeport pour rejoindre la Turquie, principal transit des djihadistes en route vers la Syrie.

La jeune Inès a finalement été retrouvée saine et sauve et ramenée à ses parents. L’enquête est en cours pour savoir sil elle avait bien fugué pour rejoindre une faction islamique en Syrie.

Message d’un mec de cité à Daesh

djihadistesPremière des choses, je te le dis cache, il m’est impossible de te dire « Salamoulaikoum ».
Simplement que je ne te considère pas musulmans,  le musulman ne tue pas sans raison, et chose encore plus certaine, il ne se suicide pas.  Tu as préféré galvaudé le terme « Kamikaze », le reprendre à ton profit, pour une cause perdue.

Tu l’as repris pour salir ce magnifique mot qui s’appel « Jihad » qui veux dire en réalité « effort intense ».  Ce magnifique mot que je n’ai moi même pas eu peur donner comme prénom à ma propre fille, dans l’espoir de lui expliquer un jour que son prénom. Je l’ai choisie par mon amour, empreinté a ce qu’il y a de plus beau, à la meilleure partie du caractère humain, celle qui dépasse toutes nos espérances, celle qui fait que l’être humain est capable du meilleur sans jamais atteindre le pire non, synonyme de détermination.

Mais toi tu y es arrivé, tu en réussis a en faire une arme destructrice, tu as réussi à l’assimilé de manière religieuse alors  que cette arme de terreur n’est rien d’autre qu’une arme politique, celle qui fut utilisée par les nationalistes Japonais lorsqu’il se jetaient sur les portes avions américains. Et je suis désolé de te le dire mais même eux, avaient plus de cœur que toi. Ils ne se jetaient pas sur des civils, nan ! Jamais ! Ces kamikazes ils étaient plus humains et plus dignes que toi !
Et désolé de te le dire mais ces gens là ne croyaient pas en dieu, voir ils était plus athées que ceux dont tu te défends …

Alors si je ne te dit pas Salamoulaikoum tu me comprendras, pour moi tu n’est pas plus musulman que ce que tu dénonces, que tu exploses, que ce que tu terrorises, tu n’es pas musulman qu’un vers de terre. En youte vérité tu n’es pas plus musulman que le chien de mon voisin Michel, pas plus musulman que l’idéologie de meurtre qui t’anime et tu ne sais peut être pas, mais tu n’est qu’un sbire du système : tu fonctionnes binairement, au même titre que celui qui crie « Charlie » ou crie sa peur du musulman à chaque événement préparé par tes soins. Quoi que la encore une fois,  on ne peut pas leurs en vouloir, ils ne savent pas, ou pour la plus par,  ce qu’est cette belle religion que l’on appel « islam ».

Mais toi tu sais hein ?!  Et c’est ca qui est grave, toi tu sais,  mais tu fais, tu tues, tu détruis, tu dynamites ce que nous nous efforçons de construire. Tu bâtis une fausse commune sur le compte des capitalistes, sur le compte de l’ingérence politique, sur le compte des banquiers véreux, sur le compte de l’agenda cette ordre qui assassine ce qui construisait jadis la multitude, tente de mettre un terme a la fraternité qui est la seule solution, qui est le seul remblais capable de recouvrir cette fausse au lions ou tu te glisses afin de happer la jeunesse que nos politiques ont délaissée…

Alors pendant que le Qatar, les USA et l’Europe te donne la pelle et le bulldozeur afin de creuser, nous nous efforçons de lutter contre m’amalgame avec le peu d’outils qu’il nous reste, dans nos cités on ne veux plus se justifier, dire à quel point on se désolidarise de toi, on en a marre de tes connerie et ton hypocrisie de mains tendu vers le sionisme, et ne fait pas semblant !

Comme dit l’adage  » Nous Savons Que Tu Sais Que Nous Savons », ce n’est plus nullement un mystère pour personne.

Et nous voyons, tu préfères prendre tes financements auprès de l’oligarchie financière plutôt que de t’en remettre à dieu, comme si pour toi dieu était incapable de se débrouiller seul, et je tiens à te le dire sans ironie, quand je te vois agir moi petit mec de cité je suis complètement MDDRRR !!!!!!

Et puis chez nous dans les cités on est pas dupes, on recherche, on s’informe, on utilise le net, on échange des infos, regarde que très peu la télé, et surtout,
on prie beaucoup pour la paix dans le monde, pour la Palestine, pour l’Irak, la Libye, le centre Afrique, la Birmanie, la Syrie, le Liban et pas seulement….

Et sache qu’on ne fait pas que prier, on agis on maraude, s’élance avec détermination pour chaque clochards arpente chacune de nos rues, et distribue pour chaque familles délaissées par nos dirigeant des colis du Cœur !!!!

Alors le petit mec de cité veux en finir avec toi, il veux te combattre peut importe qui tu es, ce que tu penses, il veux te dénoncer afin que le monde sache que tu n’es que l’usurpateur d’une des plus belles religion de ce monde, la seule qui prône avec autant de ferveur le partage, la fraternité l’égalité.

Et qui dénonce l’injustice et l’oppression…

Et cette religion c’est l’islam … Notre islam …

Source : message de Mohamed Belmokhtar,
Un mec de cité comme les autres à Aulnay-sous-Bois, cité Rose Des Vents.

Plus de 50 candidats au Djihad en Seine-Saint-Denis

djihad_franceSelon le site L’Essonnien, ces 13 derniers mois, plus de 50 candidats au Djihad en Syrie et en Irak ont été recensés en Seine-Saint-Denis.

La carte de France ci-contre permet de se rendre compte de l’ampleur du phénomène en fonction du département.

La région Parisienne, le Nord et le Sud-Est sont les plus touchés.

Une cellule de déradicalisation des djihadistes revenant de Syrie à Aulnay-sous-Bois ?

djihadistesC’est ce que l’on peut apprendre dans le journal 20minutes dans un article sur Geoffrey, un jeune converti à l’Islam et qui est parti faire le Djihad en Syrie. Itinéraire d’une vie ratée, après quelques déboires avec la justice, Geoffrey, comme des milliers de français, avaient rejoint les rangs du Front Al-Nosra (Al-Qaida) et de l’Etat Islamique, qui occupent de larges pans de territoires en Syrie.

On y apprend que Geoffrey s’est retrouvé dans un appartement à Aulnay-sous-Bois avec d’autres jeunes de retour de Syrie, pour entamer une longue et douloureuse conversion dans la vie civile, apparemment. Cela n’a pas été réussi puisqu’il a été inculpé ensuite de proxénétisme…

La Bulgarie va extrader un Français originaire d’Aulnay-sous-Bois qui souhaitait rejoindre l’Etat Islamique

djihadistesUn jeune Aunaysien de 17 ans a été arrêté en Bulgarie le 16 octobre à la frontière Turque alors qu’il souhaitait rejoindre son frère dans les rangs de l’Etat Islamique en Syrie. La Turquie, principal soutien des militants islamistes en Syrie mais qui a pris ses distances avec l’Etat Islamique, est le principal point d’entrée pour les jeunes qui cherchent à faire le Djihad en Syrie et en Irak.

De nombreux français ont déjà péri. Ce jeune Aulnaysien était sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour « participation à une entreprise criminelle en vue de la réalisation d’actes terroristes ».

Source : Le Parisien

Un islamiste originaire de Pantin jouait les proxénètes et faisait gagner à sa petite amie la somme de 20 000 € par mois

argentIl y a souvent des histoires sordides qui sortent de l’ordinaire et qui ont lieu en Seine-Saint-Denis. Et comme d’habitude, c’est notre très cher journal Le Parsien qui s’en fait l’écho.

Un jeune de 23 ans converti à l’Islam, nommé Geoffrey G. dans le reportage, a été condamné à 3 ans de prison ferme de proxénétisme aggravé. Le jeune homme prostituait des jeunes de 18 à 19 ans, et même sa petite amie, pour se faire un beau pactole. Cette dernière gagnait, selon son témoignage, jusqu’à 20 000 € net par mois. De quoi faire pâlir pas mal de cadres dirigeants.

Cet homme peu ordinaire, dont l’Islam lui fût révélé derrière les barreaux de la prison de Villepinte, a rejeté son appel et accepté la sentence. Alors qu’il pressentait partir en Syrie pour faire le Djihad, selon les aveux de sa propre mère…

Le rapport avec Aulnay-sous-Bois ? Geoffrey était suivi par la responsable de la maison de la prévention et de la famille de la ville.

Au moins 1 djihadiste sur 7 ne revient pas vivant de Syrie et d’Irak

djihadistesLes services de renseignement français estiment aujourd’hui qu’au moins 126 français sont morts en Syrie et en Irak, principalement sous l’étendard de l’Etat Islamique (Daesh), une minorité ayant succombé dans les rangs du Front Al-Nosra (Al-Qaida) ou d’autres milices islamistes soutenus par la Turquie.

Le Parisien revient dans un article complet sur ce phénomène qui prend des proportions inquiétantes. Rien que depuis 2015, près d’une soixantaine de français ont été tués sur le théâtre des opérations. Ceci s’explique par :

  • L’augmentation des combats contre le régime Syrien et le support de plus en plus prononcé des redoutables soldats du Hezbollah Libanais
  • Les combats entre milices islamistes (principalement dans la région d’Alep au Nord)
  • La contre-offensive Kurde en Irak et en Syrie
  • Les bombardements précis des forces de la coalition emmenées par les USA (qui soutiennent les milices islamistes modérées)
  • L’augmentation du contingent français (plus d’un millier), qui transite principalement via la Turquie

Aujourd’hui, près de 1 français sur 7 ne reverra pas la France s’ils s’engagent sur le théâtre des opérations. Les groupuscules Islamiques, notamment l’Etat Islamique, utilisent abondamment les réseaux sociaux pour attirer les candidats au Djihad (dont une forte proportion de convertis). Argent, femmes, vie meilleure sont proposés à ces candidats dont la vie ne semble avoir aucun sens sur le sol français. Les autorités françaises font tout leur possible pour empêcher ce départ faciliter bien souvent par un réseau local solide.

Le gouvernement français  soutient une partie des rebelles islamistes pour faire tomber le gouvernement de Bashar Al-Assad.

Les jeunes de la Seine-Saint-Denis qui veulent faire le jihad en Syrie sont des bombes à retardement

djihadistesComme tous les dimanches ou presque, assises devant un café ou un thé à la menthe, Zohra*, Camilia, Ben et Sylvie se retrouvent dans le grand appartement qui accueille la cellule de soutien aux familles désemparées par la radicalisation islamiste de leur proche, mise en place en novembre en Seine-Saint-Denis. Ces proches sont envoyés dans ce lieu tenu secret via le numéro vert mis en place par le ministère de l’Intérieur. Hier, le député (PS) des Hauts-de-Seine, Sébastien Pietrasanta, chargé depuis vendredi par le ministère de l’Intérieur de travailler sur les phénomènes de radicalisation, a consacré son premier déplacement à ces familles dont les enfants sont partis faire le jihad. Il a longuement écouté ces parents, frères et sœurs venus du Val-de-Marne, de Seine-Saint-Denis, du Val-d’Oise et d’autres départements d’Ile-de-France, voire de France. Habitantes du Val-d’Oise, Nadia et Camilia, la maman et la sœur de Ryad, en Syrie depuis avril 2014, ont raconté au député leur histoire, leur détresse et leur désarroi face à ce fils, ce frère qu’elles ne reconnaissent plus.

Tout a commencé début 2014 par « des petits signes », raconte sa sœur. « Il n’écoutait plus de musique. Il a refusé de venir à mon mariage parce que c’était un mariage mixte. Il ne fumait plus, ne buvait plus. Il s’est mis à pratiquer alors qu’il n’était pas croyant. » Bien qu’inquiète, la famille est loin d’imaginer que ce jeune homme de 21 ans, gardien d’immeuble, s’apprête se rendre en Syrie. « Quand il venait à la maison, il cachait ses intentions, poursuit Camilia. En avril, il nous a annoncé qu’il partait à La Mecque. Il a donné plein d’affaires. Je me suis méfiée. Le jour de son départ, j’ai voulu l’accompagner à l’aéroport. Mais il était déjà parti, trois jours avant. »

Pour sa mère et ses sœurs, commence alors une longue descente aux enfers. « Aujourd’hui, il a changé de nom, il s’est laissé pousser la barbe, il vit comme au Moyen Age », raconte sa mère, en dépression depuis son départ. Pour autant, le jeune homme n’a jamais perdu le contact avec ses proches. « Au téléphone, il me dit : je suis parti là-bas pour avoir une place au paradis pour toi et moi…, témoigne Nadia. C’est n’importe quoi, ce qu’il raconte. Ce n’est pas la religion, ce n’est pas l’islam. Je ne le reconnais plus. Ce n’est pas mon fils. Pour moi, ce qu’il a fait, c’est une trahison. »

A-t-elle encore l’espoir de le voir revenir un jour ? « Non, je sens qu’il ne reviendra pas. Un an, c’est trop long ». Et si jamais il revenait ? « Je serai soulagée car il serait vivant, mais j’aurais peur de ce qu’il peut faire… » A ses côtés, sa fille opine. « Sur Facebook, il se vante d’être au combat. Les attentats en France, il était content… S’il y en avait tous les jours, il serait content. Pour lui, on est des mécréants. J’étais très proche de lui mais, aujourd’hui, ce n’est plus la même personne. S’il rentrait, il faudrait qu’il ait un accompagnement. Des jeunes comme mon frère, si on les met en prison comme ça, sans suivi, ce sont des bombes à retardement. »

* Tous les prénoms ont été changés.

Source : Le Parisien

%d blogueurs aiment cette page :