Archives du blog

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza demande à Jean Castex de mettre fin à la consommation de Crack à Pantin

Depuis le 24 septembre 2021, une centaine de personnes toxicomanes a été installée dans un square qui borde le périphérique sur le secteur de Pantin, non loin d’Aubervilliers. Ces toxicomanes étaient au départ à Paris mais l’Etat a fait déménager cette salle de shoot à ciel ouvert sur le département de la Seine-Saint-Denis.

Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois demande à Jean Castex, au travers d’une lettre signée par 36 élus, de revoir sa position et de faire en sorte à ce que le département de la Seine-Saint-Denis ne devienne pas un territoire où il y a une concentration des difficultés.

Le département de la Seine-Saint-Denis n’est pas une poubelle avec des drogués selon Valérie Pécresse

Paris est devenue une salle de shoot (crack) à ciel ouvert à la suite de l’ouverture de différentes salles pour les drogués. Avec la colère des riverains, les drogués ont été priés de partir à Pantin en Seine-Saint-Denis pour s’adonner à leur addiction morbide. Pour Valérie Pécresse, l’Etat considère la Seine-Saint-Denis comme la poubelle de France où tous les péchés sont permis.

A Pantin, un mur sera construit pour protéger les riverains des nuisances occasionnées par les consommateurs de crack.

Pantin expérimente le dimanche sans voiture, et pourquoi pas Aulnay-sous-Bois ?

Ce dimanche 19 septembre il sera presque impossible de rouler en voiture à Pantin. Les scooters, les motos et autres engins à moteur seront proscris. Quasiment toutes les rues de Pantin seront concernées sauf quelques voies à la périphérie et les très grands axes de transit.

Cette démarche écologiste est salutaire, mais peut-elle être appliquée à d’autres villes comme Aulnay-sous-Bois ? Imaginez un dimanche sans bruit de moteur (sauf peut-être au niveau de l’autoroute A3 et de l’ex RN2), les Aulnaysiens qui laissent leur voiture de côté pour se rendre au marché, les voitures diesel tant décriées laissées au garage, le chant des oiseaux et un air respirable. Quel serait l’impact sur le marché du Boulevard de Strasbourg et celui des 3000 ? Est-ce que le groupe Aulnay En Commun, si prompt à défendre l’écriture inclusive et à conspuer les mauvais automobilistes, pourrait émettre un vœux au prochain conseil municipal ?

Quatre nouvelles cités éducatives en Seine-Saint-Denis, mais pas pour Aulnay-sous-Bois

L’annonce est passée quelque peu inaperçue en plein coeur de l’été, mais elle porte désormais à neuf le nombre de communes de la Seine-Saint-Denis soutenues par l’Etat pour leur action éducative. La deuxième vague de labellisations « Cité Educative » décernée par les ministères de la Ville et de l’Education nationale le 27 juillet dernier, a distingué quatre nouvelles communes du département : Saint-Denis, Aubervilliers, Epinay-sur-Seine et Pantin. Pour les quatre lauréates de seconde vague de Cités éducatives, la Seine-Saint-Denis va bénéficier d’une enveloppe globale de 1,6 million d’euros par an pendant trois ans.

Source et article complet : Les Echos

Un homme crache au visage et assène des coups de couteau dans un bus à Pantin !

Un homme de 43 ans a été condamné mardi 13 avril 2021 à 18 mois de prison ferme pour violences aggravées suite à une altercation dans un bus à Pantin.

La moquerie a mal tourné. Jeudi 8 avril 2021, un homme de 43 ans crache sans raison apparente dans les cheveux d’une passagère du bus 249. Il était jugé mardi 13 avril 2021, au tribunal de Bobigny pour « violences aggravées« . 

Violente agression 

Les faits se sont déroulés alors que le bus circulait niveau de la gare RER de Pantin. Deux hommes interviennent alors face à l’individu qui sort un couteau pour les menacer. Un des deux passagers parvient à désarmer l’accusé, actionne le système d’ouverture d’urgence du bus et arrive à le faire sortir du véhicule. 

L’altercation se poursuit alors un peu plus loin entre les deux hommes. Le mis en cause sort un deuxième couteau et assène à la victime un coup à la tête causant une plaie profonde, un coup au bras et à la main avant d’être interpellé. La victime se verra prescrire dix jours d’interruption totale de travail (ITT). 

Source et article complet : Actu.fr

Fusillade à Pantin, une fillette gravement blessée après avoir reçu une balle perdue !

Illustration

Plusieurs coups de feu ont été tirés dans la rue Rouget-de-Lisle à Pantin vers 13 heures. Un homme qui se trouvait en voiture avec sa fillette de 10 ans a été visé par les tirs par un individu qui a réussi à prendre la fuite. L’enfant a été grièvement blessée.

L’auteur des coups de feu a pris la fuite sur une trottinette selon des témoignages. L’homme qu’il visait n’aurait pas été touché. Ce dernier est bien connu des services de police et de la justice. Il venait de sortir de prison.

Source : Actu17

Encore un homme poignardé à mort en Seine-Saint-Denis, un suspect interpellé

C’est fois-ci, c’est dans la coquette ville de Pantin que le drame a eu lieu. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’attaque aurait eu lieu entre 6h30 et 7h30 ce dimanche matin. L’homme a reçu plusieurs coups de couteau et est mort de ses blessures. Un suspect a été appréhendé et mis en garde-à-vue. Les motifs et les circonstances du meurtre restent encore flous.

La mosquée de Pantin, fermée après l’assassinat de Samuel Paty, rouvrira ce vendredi

@CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Par décision du préfet de la Seine-Saint-Denis, Georges-François Leclerc, la grande mosquée de Pantin pourra rouvrir ses portes ce vendredi. 

Cette mosquée qui peut accueillir jusqu’à 1 300 fidèles avait été fermée pour six mois sur instruction du ministre de l’Intérieur,  Gérald Darmanin. Ce dernier reprochait notamment à ses responsables d’avoir relayé sur Facebook la vidéo d’un père d’élève à l’origine de l’engrenage ayant conduit au meurtre du professeur d’histoire-géographie de Conflans-Saint-Honorine.

Les fidèles pourront, si les conditions sanitaires sont respectées, profiter de l’établissement pour le Ramadan qui commence prochainement.

Les barrières de protection sur le canal de l’Ourcq à Aulnay-sous-Bois, danger mortel pour les cyclistes ?

La mairie de Pantin projette d’installer des barrières imposantes dans le quartier du Port pour lutter contre les engins motorisés. Les rodéos et la pollution mettent à rudes épreuves les badauds et les sportifs qui souhaitent juste profiter du bon temps.

Cependant, ces barrières de protection peuvent être très dangereuses pour les cyclistes qui roulent à vive à allure sur les berges du canal. A Aulnay-sous-Bois, on n’imagine pas l’impact qu’auraient ces équipements s’ils venaient à être implantés. Espérons que la Mairie de suive pas celle de Pantin.

L’Union des Associations Musulmanes 93 dans la tourmente, M’Hammed Henniche s’explique

Sonné. Mais pas le temps de cogiter : M’Hammed Henniche, responsable de la Grande mosquée de Pantin (Seine-Saint-Denis), a 48 heures pour consulter « les membres de l’association cultuelle » pour décider s’il exerce ou non un recours contre la décision du ministère de l’Intérieur de fermer le lieu de culte. Cette fermeture a été annoncée lundi soir par Gérald Darmanin au JT de TF 1, dans le cadre des opérations de lutte contre la mouvante islamiste, trois jours après la décapitation de Samuel Paty, enseignant de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), par un terroriste.

M’hammed Henniche, qui est aussi coprésident de l’Union des associations musulmanes du 93 (UAM 93), s’est vu remettre la notification de fermeture en personne, par des policiers, tard dans la soirée de lundi. Elle est applicable pour six mois.

Au premier chef, on lui reproche la publication, sur la page Facebook de la mosquée, de la vidéo d’un père d’élève de Samuel Paty appelant à la mobilisation contre ce dernier après son cours sur les caricatures de Charlie hebdo et la liberté d’expression.

«Je regrette la publication de cette vidéo, qui a été immédiatement supprimée»

Contacté ce lundi, M’hammed Henniche le martèle : « Je regrette cette publication qui a été immédiatement supprimée après l’atrocité subie par ce professeur. Nous ne l’avions d’ailleurs pas publiée dans une démarche de critique des caricatures ou de la liberté d’expression, mais parce que ce père d’élève était ému qu’on ait pu demander à des élèves musulmans de se signaler (NDLR : Samuel Paty aurait proposé à ses élèves ne souhaitant pas voir les caricatures de sortir de la salle) », expliquait M’hammed Henniche.

Il insiste sur un autre point : l’autre vidéo incriminée, celle du militant pro-islam radical Abdelhakim Sefrioui appelant à la mobilisation contre Samuel Paty, « n’a pas été publiée » par son association. En lieu et place de ces vidéos, la mosquée de Pantin avait, dimanche, lancé un appel à participer au rassemblement d’hommage à l’enseignant assassiné.

Source et article complet : Le Parisien

%d blogueurs aiment cette page :