Archives du blog

Un soutien pour les femmes victimes de violences à Aulnay-sous-Bois

À l’approche de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, l’association Sport’Alim et la Maison Sport Santé lancent le dispositif «bien être et reconstruction de l’estime de soi» afin d’aider les femmes victimes de violences.

Un état liberticide avec les citoyens respectueux des lois et laxiste avec les délinquants

Interpellée par l’éditorial de Charles Sannat qui reprend un titre explicite dune tribune cosignée par David Lisnard, Hervé Morin et François-Xavier Bellamy, je ne peux qu’agréer son contenu car il rejoint une réflexion qui s’insinue et s’élabore depuis des mois déjà, face aux évènements et faits divers déplorables auxquels nous assistons médusés, sans même y participer ni y être impliqués, mais dont nous subissons cependant chaque jour les conséquences et les désagréments sur le plan collectif !

Dans une tribune publiée sur figaro vox, le titre à lui-seul pointe ce qui ne va plus dans notre pays : 

« Un État tracassier avec les citoyens paisibles, et faible avec les délinquants : jusqu’à quand ? »

Les trois cosignataires affirment :

 »  Alors que l’État régalien recule face à ceux qui nuisent, il multiplie les interdits qui pénalisent la majorité silencieuse et civique. Cette situation est une source grave d’injustice dont chacun sait qu’elle est le ressort de la révolte. (… )  L’ordre républicain n’est plus respecté. ( … )  Le contraste entre l’autoritarisme de l’État envers le Français moyen et sa pusillanimité à l’égard des délinquants dangereux est trop criant pour être accepté encore longtemps »

De son côté François-Xavier Bellamy précise sur son compte Facebook :

Il ne se passe pas un jour en effet sans que les journaux télévisés et les médias ne rapportent de graves faits de délinquance perpétrés par des adolescents qui pensent avoir le droit d’attenter ou de supprimer la vie.  Une adolescente de 14 ans portant des traces de coups au visage et à la tête a été retrouvée noyée dans la seine sur le quai de Saint-Denis, sous le viaduc de Gennevilliers, par deux membres de son établissement où elle se plaignait de harcèlement et qui n’ont eu aucun scrupule ni états d’âme à la balancer par dessus la rambarde du pont ! 

 Mais que se passe-t-il donc dans la tête de ces jeunes pour qu’ils commettent des actes irréparables ? Quelle éducation et quelle morale ont-ils reçue pour qu’ils pensent avoir le droit de se faire justice eux-mêmes en supprimant la vie d’une personne pour des faits anecdotiques ou des reproches mineurs et disproportionnés par rapport aux actes graves commis ?

Dans les jours et les semaines qui ont précédé ce énième fait divers rapportant l’assassinat d’un être humain en devenir, nous avons une fois de plus pris la mesure de la violence extrême et stupide qui animaient plusieurs bandes de banlieues, de l’immolation d’une femme dans un bus, des guets apens de policiers et j’arrêterai là ce catalogue car la liste est devenue insupportablement longue ! Trop longue !

Face à ces phénomènes de plus en plus fréquents qui entament sérieusement l’unité et la sécurité d’une nation, que font l’état régalien et la justice pour qu’un tel sentiment d’impunité lié à la faiblesse ou à la clémence des condamnations encouragent implicitement les trafics de drogues, les meurtres, les vols, les défiances continuelles à l’état de droit, les agressions de policiers, les provocations et toutes exactions pourrissant le quotidien des citoyens respectueux du pacte républicain, tels que les rodéos sauvages, les fêtes clandestines et autres méfaits qui détruisent la paix et le bien vivre ensemble  ?

Dans le même temps, la société civile qui vit en  » bon père de famille « , qui suit les consignes et qui ne pose pourtant aucun problème à la société, voit s’ériger des règles de plus en plus liberticides, limitant leurs déplacements et leurs droits individuels à disposer d’eux-mêmes et de leur corps. Des centaines de policiers ont été mobilisés pour les verbaliser alors qu’ils ne voulaient que s’aérer et profiter des premiers rayons du soleil sur les quais de seine à Paris !

Jusqu’à quand ce schisme entre l’impunité des criminels, des fauteurs de troubles et des délinquants lié au laxisme et à la lâcheté des pouvoirs régaliens pourra supporter la comparaison avec les mesures covid actuelles ressenties comme profondément liberticides et incroyablement injustes envers des populations respectueuses et sans histoires ?  La vie humaine actuellement semble ne plus se réduire qu’au droit exclusif de travailler, mais plus à celui de s’aérer, de se détendre et d’avoir des liens humains et sociaux indispensables à notre équilibre et à notre joie de vivre.

D’un côté on a des délinquants, des électrons libres, des fauteurs de troubles graves, des nuisibles défiant le pacte républicain qui prolifèrent de façon exponentielle faute de réponses immédiates et de mesures adaptées, et de l’autre des citoyens lambda dont la promenade au soleil ou le retour au domicile après 18 heures leur a valu 135 euros d’amende !

Est-ce équitable ?

Article rédigé le 11 mars 2021 par Catherine Medioni

L’insécurité augmente à Aulnay-sous-Bois avec les rodéos sauvages et les points de deals

Des Caméras de surveillance arrachées, des hordes de motos-cross à 1h du matin, un nombre incroyable de points de deals sur l’ensemble de la Ville, des véhicules incendiés durant la journée, des bandes rivales qui s’affrontent violemment... Pas un quartier où la police ne se fait pas caillasser régulièrement, des agressions et des incivilités sont monnaies courantes, et ou encore la loi des Caïds prédominent dans les Cités, ect …

L’hyper Bétonnage ou la Sécurité des Administrés ? il faut une réponse urgente.

Mais que devient notre Ville ? ou les images et vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux témoignent d’une violence inouïe et jamais atteinte sur Aulnay.
Pourquoi ne pas considérer la sécurité des Administrés comme une priorité absolue ?

Pouquoi notre police n’intervient-elle plus ?

Le témoignage des Habitants sur la question de l’ insécurité est alarmant, cela ne peut plus durer, je vous le dis solennellement, ce qui se passe sur Aulnay est grave et il nous faut une réponse forte de nos responsables !

En France, Aulnay est devenue, le symbole des violences urbaines et les récents événements me font encore plus réagir, en effet, je ne peux rester spectateur du climat anxiogène et délétère qui se généralise sur notre commune car hélas aucun secteur n’est épargné.

Nous devons prendre la mesure de la gravité des événements apocalyptiques qui secouent notre Ville depuis un bon moment déjà et penser sérieusement à une mobilisation de la population, du nord au sud, sur cette problématique qui inquiète au plus au point les Aulnaysiens.

Source : article de Samy

Un rassemblement en soutien au jeune incarcéré après les violences avec les policiers à Aulnay-sous-Bois ce samedi

Plusieurs comités appellent ce samedi à 14 heures à une mobilisation devant le Nouveau-Cap.

Une mobilisation est prévue ce samedi 13 janvier, à Aulnay-sous-Bois, devant le Nouveau-Cap, à 14 heures. Plusieurs collectifs citoyens, parmi lesquels les comités « Justice pour Théo » et « Vérité pour Yacine », ou encore « la Révolution est en Marche », appellent au rassemblement en soutien à Abderrahmane, un habitant de 20 ans « injustement incarcéré », selon eux. Le jeune homme avait été placé en détention pour « violences en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique », suite à l’agression d’un policier par quelques jeunes, le lundi 1er janvier. Ce jour-là, un autre policier avait été filmé en train de frapper un adolescent, déclenchant une vague d’indignation dans le quartier de la Rose-des-Vents. Selon les organisateurs de ce rassemblement devant le Nouveau-Cap, Abderrahmane n’était pas présent sur les lieux au moment des faits, et a été interpellé par la suite « sans raison ».

Source : Le Parisien

La police municipale d’Aulnay-sous-Bois attaquée 27 fois en 3 mois dans les quartiers Nord

Si certains pensent que c’est la conséquence de l’affaire Théo, les agents de la police municipale d’Aulnay-sous-Bois ont de grosses difficultés pour exercer leur mission notamment dans les quartiers Nord de la ville. En 3 mois, elle a subi 27 caillassages. Plusieurs agents ont été blessés également.

Les jeunes des quartiers semblent se rebeller contre son autorité et les affrontements sont de plus en plus fréquents. Alors que certains veulent désarmer la police municipale, d’autres espèrent au contraire leur donner un peu plus d’équipement.

Source : Actu17

Nouveaux véhicules incendiés et borne autolib attaquée à Aulnay-sous-Bois

voiture_brulee_aulnayCe jeudi dans la journée, de nouveaux incidents se sont produits à Aulnay-sous-Bois. Une fourgonnette a été brûlée dans le quartier de la Rose des Vents. Une voiture a également été incendiée et une bone Autolib’ a été attaquée et en partie détruite. Les faits se sont déroulés en plein jour.

Pas de viol par les policiers contre Théo Luhaka à Aulnay-sous-Bois mais enquête pour violences volontaires

Rose_des_Vents_Amenagement_AulnayCe n’est pas pour viol mais finalement pour violences volontaires avec arme par personnes dépositaires de l’autorité publique que les 4 policiers devront répondre devant le parquet de Bobigny qui a ouvert une information judiciaire.

Les enquêteurs tenteront d’éclaircir les zones d’ombre qui planent sur cette interpellation qui a conduit le jeune Théo Luhaka à l’hôpital. 

Le jeune homme est hospitalisé depuis le 2 février. Il souffre entre autre d’une plaie longitudinale du canal anal. Il a obtenu deux mois d’interruption temporaire de travail. Selon les premiers éléments de l’enquête, le coup de matraque serait non conforme aux usages dans la police, celle-ci prévoyant une utilisation verticale. 

Les quatre policiers seront présentés « dans la journée » à un juge d’instruction.

Agressions sexuelles de la Saint-Sylvestre à Cologne, Hambourg, Helsinki, Salzbourg et Zurich : des migrants arrêtés

Cologne_AttaqueIl aura fallu environ 5 jours aux autorités Allemandes (quasiment autant en Finlande, Suisse et même plus en Autriche) pour admettre que des bandes apparemment organisées ont molesté, volé, violenté sexuellement et même violées de nombreuses femmes lors de la nuit de la Saint-Sylvestre. A ce jour, plus de 120 plaintes pour agression sexuelle ont été déposées rien qu’à Cologne. Il y en eut une cinquantaine à Hambourg et Dusseldorf, plusieurs dizaines en Finlande. Les premières remontées de plaintes ont été relevées à Salzbourg, en Autriche.

A Cologne, 16 individus ont été arrêtés : 15 Syriens et 1 Afghan, tous munis d’une pièce justifiant une demande d’accueil. Cependant, avec les trafics de passeport Syrien, il est possible que des individus d’autres nationalités se soient faits passés pour des réfugiés Syriens.

Jeu sexuel, criminalité organisée ou acte de terrorisme à grande échelle ?

En comptabilisant les plaintes dans toute l’Europe, on dépasse pour ce soir là plus de 200 cas d’agression sexuelle, sans compter les vols, les violences physiques et les jets de projectile (feux d’artifice, bouteilles…) sur les passants et les forces de l’ordre. Voici comment ont été rapportés les faits :

  • A Cologne, la Police parle de 2 000 personnes, divisées en bandes de 30 à 40 autour de la gare, de la Cathédrale et ailleurs dans la ville, qui ont encerclé les femmes, qui ont été attouchées, volées, et parfois violées (2 cas de viol reportés jusqu’alors). Les victimes décrivent alors les individus comme des personnes originaires de l’Afrique du Nord, ivre pour la plupart. Auparavant, les agressions étaient essentiellement verbales
  • A Helsinki, 1 000 individus, des réfugies Irakiens selon les médias locaux, ont convergé vers le centre-ville et ont commencé à harasser les passants, particulièrement les femmes
  • A Salzbourg, plusieurs Afghans, également réfugiés, ont été arrêtés pour des cas similaires

Ce qui choque selon les premiers rapports de police qui circulent sur le Net, c’est le caractère organisé des attaques, comme si tout cela n’était pas du simple fait d’une beuverie conduisant à des actions spontanées et improvisées. Des bandes de 20 à 30 personnes se sont soigneusement positionnées à plusieurs endroits dans la ville, et ont procédé à la même technique : entourer les victimes et empêcher les forces de l’ordre d’intervenir.

Certains soupçonnent même qu’il s’agirait ici d’un acte de terrorisme orchestré depuis l’extérieur, ou d’une cellule dormante intérieure. Si rien ne permet de confirmer cette théorie, la ville de Cologne, la plus touchée, est désormais terrorisée. Selon plusieurs témoignages, les jeunes filles ne sortent plus seules, les parents sont inquiets, la Maire (Sans Étiquette) Henriette Reker invitant même ses administrées de changer leur comportement et de se tenir à 1 bras de distance des personnes « louches » pour éviter de les provoquer.

Angela Merkel de plus en plus critiquée pour sa politique d’ouverture incontrôlée

Les partis de Droite et d’Extrême-Droite ont, dès la nouvelle officialisée, ciblé les migrants pour ces actes odieux, sans précédent dans ces pays. Il est vrai que le Syndicat de Police de Cologne a bel et bien confirmé que les personnes interpellées était très majoritairement originaire de Syrie, avec des papiers de réfugié, et non d’Afrique du Nord, comme le signalait au départ la direction de la police Allemande.

On ne sait pas combien de migrants sont arrivés en Europe en 2015. Une chose est sûre, 1,1 million se sont enregistrés rien qu’en Allemagne (ne sont pas compter ceux qui ne se sont pas manifestés). La Suède a été également l’un des pays les plus accueillant. Le flot des migrants s’est accentué lorsque Angela Merkel avait indiqué que l’Allemagne était ouverte pour accueillir les migrants en transit via les Balkans. Cela a provoqué un « Appel d’air », facilité par la relative passivité des autorités turques (d’où partent les migrants pour l »Europe, en majorité).

Si les médias ont joué sur le Charity Business en montrant des images d’enfants et de femmes exténués, la majorité des migrants arrivant en Europe était principalement des hommes, jeunes (16-35 ans), venus sans femme et enfants, attirés par l’eldorado européen. Composés de Syriens, Irakiens, Afghans, mais aussi des pays du Maghreb, d’Egypte et d’Afrique Subsaharienne, ces jeunes individus étaient, pour la plupart, peu à même de connaitre les us et coutumes de leur pays d’accueil : quelques spécialistes estiment en effet que, contrairement aux femmes libérées qui sortent la nuit seule et habillée à l’occidentale, les traditions de ces pays son totalement différentes. Dans certains pays comme l’Afghanistan, la femme reste plutôt soumise, discrète, et ne doit pas s’exhiber en public au risque de se prendre un revers de bâton. 

S’il ne faut pas généraliser ces individus à l’ensemble des migrants (2 000 supposés migrants sur plus de 10 000 migrants dans la région de Cologne, cela ne fait pas la majorité), ce « choc culturel » pourrait, si ce n’est pas un acte téléguidé qui vise à terroriser les populations, venir d’une incompatibilité qui n’a pas été prise au sérieux par l’intelligentsia, très ignorante du monde Arabo-Musulman.

Que faire des migrants coupables d’agression culturelle ?

une autre question se pose dans le droit international : quid de la sanction contre un réfugié qui est reconnu pour agression sexuelle et violence en bande organisée ? Si le droit Allemand prévoit de déchoir du statut de réfugié tout individu sanctionné de 3 ans de prison, que faire des Syriens coupables de ces méfaits ? Les renvoyer à Bashar Al-Assad (ce qui ferait monter au créneau les associations de défense des droits de l’homme, les migrants étant principalement Sunnites, majoritairement hostile au pouvoir Alaouite) ? Les renvoyer dans les camps de réfugiés en Turquie, mais de quel droit ? Les renvoyer dans le premier pays d’accueil de l’Union Européenne, à savoir la Grèce, au risque de les revoir dans quelques semaines ?

Il n’existe apparemment pas de solution. La prison ou une remise en liberté semble ce qui est, au niveau du droit, le plus probable. D’ailleurs, de nombreux réfugiés Syriens interpellés par la Police Allemande lors des événements ont indiqués avoir été invités par Angela Merkel, ont déchiré leurs papiers tout en redemandant de nouveau. Un sentiment d’impunité jusqu’alors inconnu Outre-Rhin.

Une décision irréfléchie qui risque de réveiller les vieux démons Allemands

Alors que Mein Kampf du tristement célèbre Adolphe Hitler est de nouveau en vente en Allemagne, les choix irréfléchis d’Angela Merkel, qui a agit sur le coup de l’émotion et non de la réflexion, risquent de faire resurgir une extrême-droite allemande que beaucoup pensaient morte ou marginale. Le mouvement Pegida, très célèbre à Dresde, mais aussi des partis populistes tirent les marrons du feu de ces tragiques événements. Ces partis avaient alerté la chancelière du danger d’accueillir autant de personnes. Le CSU, parti de centre-droit pourtant allié à Madame Merkel, avait aussi alerté que la situation pouvait devenir incontrôlable. Faisant fi des critiques et surfant sur son image internationale, Angela Merkel a enclenché un mécanisme qui risque de bien de lui faire perdre les prochaines élections. Mais aussi, par un choix politique insensé, que certains disent téléguidé par les entreprises Allemandes en manque de main d’oeuvre pas chère, risque de remettre l’extrême droite Allemande sur le devant de la scène nationale, qui ne manquera pas de se terminer en affrontement et en d’autres tragédies (un rassemblement d’extrême droite est prévu à Cologne ce samedi).

Les prochaines mois risques d’être chaotiques…

Aulnay-sous-Bois : Deux arrestations suite aux tirs et aux coups de poignard

Mitry_Centre_Commercial_AulnayLes deux tentatives de meurtres commises ce week-end contre deux habitants des Mille-Mille, à Aulnay, n’étaient finalement pas liées. Hier, l’homme qui avait blessé de cinq coups de feu un jeune de 18 ans, dans la nuit de vendredi à samedi au Blanc-Mesnil, a été interpellé, grâce à des caméras de surveillance. La victime avait été déposée aux urgences de l’hôpital Ballanger par des proches, vers 4 heures du matin. Elle avait reçu cinq impacts de balles dans les mollets, les cuisses et le sexe. Ses jours ne sont pas en danger. Le blessé était déjà connu de la police, notamment pour des affaires de stupéfiants. L’hypothèse d’un réglement de comptes interne à la cité a été écartée, l’auteur des coups de feu n’étant pas originaire d’Aulnay ni des communes environnantes.

Quant à l’auteur des trois coups de poignard commis sur un habitant des Mille-Mille, il s’est constitué prisonnier hier à 7 heures du matin. Il s’agit du frère de la victime. Samedi après-midi, il lui avait porté trois coups de couteau au thorax, à la main et à la cuisse, sur le seuil de son appartement, rue des Sapins. Le blessé, admis à l’hôpital Avicenne, à Bobigny, était hier hors de danger. Il semblerait qu’une dette de jeu soit à l’origine du différend entre les deux frères.

Source : Le Parisien du 09/06/2014

Violences en série aux Mille-Mille à Aulnay-sous-Bois, un homme poignardé

Mitry_Centre_Commercial_AulnayY a-t-il un lien entre la tentative de meurtre commise hier après midi rue des Sapins, un blessé par balles déposé aux urgences et le gazage de la brigade anticriminalité (Bac) dans la cité des Mille-Mille à Aulnay-sous-Bois ? C’est ce que tente de déterminer la police judiciaire saisie de l’enquête dans les deux plus graves affaires.

Vers 16 h 30, hier, rue des Sapins, un homme de 38 ans, originaire des Mille-Mille a été poignardé de trois coups de couteau, au thorax, à une main et à une cuisse, sur le palier de son appartement. Il a été transporté à l’hôpital Avicenne dans un état critique.

Une surveillance renforcée durant la nuit

Quelques heures plus tôt, à 4 heures, un blessé par balle fait irruption à l’hôpital Ballanger, touché aux mollets, aux cuisses et aux parties génitales. Peu bavard, ce jeune de 18 ans, des Mille-Mille, est connu de la police pour des affaires de stupéfiants. En allant l’entendre, les policiers le reconnaissent : il avait été aperçu avec trois autres individus vendredi soir près d’une BMW, équipée de fausses plaques et signalée volée. Lors du contrôle, les policiers avaient été gazés par les fuyards. L’un d’eux avait brandi une arme. Un autre sera interpellé.

Redoutant de nouvelles violences, la police devait mettre en place une surveillance renforcée pour la nuit aux abords de la cité.

Source : Le Parisien du 08/06/2014

%d blogueurs aiment cette page :