Archives du blog

L’ex Maire de Noisy-le-Sec Laurent Rivoire risque 130 000 € d’amende pour prise illégale d’intérêts

Il avait été accueilli comme le messie en 2010 à Noisy-le-Sec pour mettre fin au règne peu glorieux d’Alda Perreira Lemaitre (PS) suite à une élection municipale anticipée en battant le Parti Communiste. Au sommet de sa gloire après une réélection facile en 2014, Laurent Rivoire (UDI) connait désormais une descente aux enfers.

Il comparaissait au tribunal pour favoritisme, prise illégale d’intérêts et trafic d’influence. Selon Le Parisien, La procureure a requis trois ans de prison avec sursis, 130 000 euros d’amende et une inéligibilité de trois ans à son encontre.

De quoi est-il accusé exactement ? Selon le parquet, il n’aurait pas respecté les règles d’octroi de marchés publics à la tête de l’office HLM. Pour beaucoup de Noiséens, cela doit être la stupéfaction.

L’ex maire de Noisy-le-Sec Laurent Rivoire jugé pour délit de favoritisme, une déception ?

Laurent Rivoire est jugé du mardi 14 au vendredi 17 septembre 2021 dans une affaire de favoritisme présumée. Lorsqu’il était Maire de Noisy-le-Sec et président de la société anonyme d’économie mixte (SAEM) Noisy-le-Sec Habitat, M. Rivoire aurait, selon les accusations de la nouvelle municipalité (communiste) de Noisy-le-Sec mais aussi de l’association Anticor, favorisé des proches.

Laurent Rivoire (UDI) avait réussi à ravir la mairie de Noisy-le-Sec à la Gauche en 2010 en remportant, contre toute attente, une élection municipale anticipée à la suite de l’éclatement de la coalition PS-PCF-EELV d’Alda Perreira-Lemaître. Après avoir été réélu facilement en 2014, il fut battu assez largement face au candidat communiste Olivier Sarrabeyrouse.

Soupçons de clientélisme, un DIRCAB tout puissant

Parmi les reproches des adversaires de M. Rivoire, il y a les soupçons de clientélisme avec la cité du Londeau en toile de fond. Dans cette cité populaire, un club sportif aurait été sollicité pour fournir des voix lors de la campagne de 2014. Des personnalités locales auraient également participé à une vaste campagne de «favoritisme», «prise illégale d’intérêt» et «trafic d’influence». 

Un homme est aussi dans le collimateur de la justice : Sébastien Moulinat qui était directeur général de la SAEM, et qui fut DIRCAB de Nicole Rivoire (la mère) de 2003 à 2008 et collaborateur du député Jean-Christophe Lagarde (UDI). Il serait, selon l’association Anticor, un homme clé dans un système clientéliste bien huilé.

Une grosse déception pour celles et ceux qui s’attendaient à du changement ?

Si Laurent Rivoire a l’air sympathique, c’est aussi un homme de poigne qui a refusé de nombreux projets imposés par le département ou l’Etat, comme la construction d’un collège dans un quartier qu’il ne souhaitait pas ou le prolongement du Tramway T1 en plein centre-ville. Il fut également hostile à l’installation de migrants dans sa ville car il craignait que des terroristes s’infiltrent dans le lot.

Mais Laurent Rivoire, c’était aussi pour beaucoup l’homme providentiel qui avait mis fin au règne de la Gauche (2008-2010), Gauche qui faisait des procès baillons à profusion pour faire taire les détracteurs, entraînant une atmosphère délétère sur la ville. Une déception pour de nombreux sympathisants, à moins que M. Rivoire ne ressorte blanchi de ce procès.

Un arnaqueur exécuté à Noisy-le-Sec pour avoir tenté de duper des trafiquants de drogue

Illustration

Certains disent que la drogue n’est pas dangereuse, que le trafic fait vivre des quartiers et que les trafiquants ne sont pas tous méchants. Pourtant, il ne fait pas bon de vouloir les arnaquer !

Un homme de 35 ans qui a tenté de duper des trafiquants de drogue a été exécuté froidement à bout portant à Noisy-le-Sec le 17 août dernier.

Cet homme était connu pour ses arnaques et combines, mais il est tombé sur des personnes très rancunnières. Comme quoi, le trafic de drogue et la drogue en générale doivent être combattues de toutes nos forces. Les personnes qui achètent ces substances contribuent directement à enrichir et renforcer ces trafiquants qui n’hésitent pas à tuer ou à violer s’ils se sentent flouer, et qui en règle générale ne consomment pas ce qu’ils vendent.

Mort de l’homme blessé par balles à Noisy-le-Sec !

Illustration

La victime a succombé à ses blessures. Dans la nuit du mardi 17 août au mercredi 18 août 2021, un homme de 30 ans qui avait été blessé par balles à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) en pleine rue est décédé, a indiqué le parquet de Bobigny à nos confrères du Parisien.
Les faits se sont déroulés mardi 17 août vers 12h45, rue de la Chasse à Noisy-le-Sec. Un homme, alors au volant de sa voiture a été victime d’un tir par arme à feu en pleine rue. L’agresseur qui est descendu de son véhicule, s’était approché de celui de la victime, et a tiré a au moins une reprise. Il a touché l’homme en « pleine tête », selon le parquet de Bobigny auprès du Parisien.

Conduit à l’hôpital en urgence absolue, son pronostic vital était engagé. L’auteur a quant à lui abandonné son véhicule et pris la fuite. Toujours dans la nature, il est activement recherché. Selon l’AFP, citant une source policière, la piste du règlement de compte est avancée.

Source et article complet : Actu.fr

Des adolescents tentent de voler une urne à Noisy-le-Sec

Ouverts depuis 8 heures ce matin, les bureaux de votes ont fermé leurs portes à 20 heures. Si le scrutin s’est dans l’ensemble bien déroulé, un groupe de jeunes a tenté de dérober une urne dans un bureau de vote à Noisy-le-Sec. « C’est un événement inhabituel et choquant », commente dimanche soir Jean-Paul Garnier, le directeur de cabinet du maire Olivier Sarrabeyrouse (PCF). 

Aux alentours de 16 heures, dans le bureau de vote n°16 installé au sein de l’école maternelle Jean-Renoir, située dans la cité de la Sablière, un groupe d’adolescents est venu perturbé le scrutin. « Ce sont des jeunes qui errent et plutôt habitués à faire du chahut. Là, ils ont voulu défier l’institution. La République les malmène et ils la regardent avec défiance. Sur place, certains ont demandé ‘comment on fait pour voter contre le maire et contre Macron’. Ils étaient dans la provocation », rapporte le directeur de cabinet auprès d’Actu Seine-Saint-Denis qui « cherche à comprendre mais n’excuse pas ». 

Pas de perturbation du scrutin 

Dans la cohue, l’un des individus se saisit de l’une des urnes des élections départementales avant de partir en courant. « Ca ressemble à un événement improvisé », estime-t-il. A leurs trousses, une agente du bureau de vote. Après quelques minutes de course-poursuite, les jeunes ont finalement laissé l’urne par terre qui s’est brisée. « Je tiens à saluer la tenue des agents du bureau de vote. Ils ont agi avec rigueur et calme », souligne le directeur de cabinet. 

Au total 107 bulletins ont été récupérés, soit le nombre correspondant à la liste d’émargement. Aucune irrégularité n’est donc à signaler, malgré une interruption des opérations de vote de 45 minutes. Malgré tout, cette tentative de vol, loin d’être anodine, pourrait avoir des conséquences sur le scrutin. « A cette heure-ci [22 heures ndlr], Pascale Labbé [la candidate du PCF] a 1 100 voix d’avance avec 16 bureaux de vote dépouillés.

Source : Actu.fr

Un nouveau centre de vaccination ouvre à Noisy-le-sec

La Ville de Noisy-le-sec œuvre depuis plusieurs semaine dans le domaine de la vaccination contre le Covid. En partenariat avec la CPAM, la Municipalité, menée depuis juin 2020 par le maire communiste Olivier Sarrabeyrouse, a déjà organisé des centres éphémères  » au pied des immeubles  » dans différents quartiers de la commune. Des initiatives très  appréciées de la population et qui ont connu un vrai succès. 

Mais la Municipalité souhaitait aller plus loin dans la démarche en proposant d’accueillir un vrai centre de vaccination pérenne. Sous l’impulsion d’Anne Déo (élue écologiste), première adjointe en charge de la Santé, la Ville a donc travaillé en partenariat avec l’ARS IDF pour proposer cette nouvelle offre. Pour mémoire,  c’est cette même élue qui, sous la courte mandature 2008-2010 d’Alda Pereira (PS), avait réussi à ouvrir une permanence de soins les week-ends au Centre municipal de santé, permanence qui fonctionne toujours dix ans plus tard.

Ouverture le 27 mai

Le centre de vaccination sera implanté au gymnase Langevin dans le quartier éponyme et sera ouvert du mardi au dimanche de 10h00 à 18h00. L’ouverture les week-ends a pour but de permettre son accès aux salariés ne pouvant se libérer en semaine. Dans le même esprit, une nocturne hebdomadaire se déroulera chaque vendredi de 13h00 à 21h00.

La montée en charge se fera progressivement avec 1000 injections par semaine. 4 lignes de vaccination seront à terme opérationnelles pour atteindre 3000 injections hebdomadaires.

Le site sera ouvert tout l’été et devrait être opérationnel jusqu’à la fin septembre. 

A.O.F.

Noisy-le-sec : question signalisation, on a de l’humour

Les faits se sont produits en cette fin de semaine. A Noisy-le-sec,  on a le sens de l’humour au point de pouvoir figurer dans le meilleur bêtisier de l’année. 

Est-ce un défaut d’arrêté de l’autorité administrative ou bien un manque de volonté à le faire respecter par l’entreprise, nul ne le sait. Une voiture immatriculée en Espagne empiétait sur la zone de chantier. 

Quoi qu’il est soit, la société en charge de cette réfection de marquage au sol pour ce passage piétons  situé face au 76 rue Carnot à Noisy-le-sec (Seine-Saint-Denis) ne s’est pas posée plus de problème que cela et s’est adaptée à la situation en emputant une partie du marquage.

Le résultat, aussi humoristique soit-il, n’en témoigne pas moins d’une certaine incompétence.  Cela pourrait être plaisant si tout cela n’était pas financé avec de l’argent public.

A.O.F.

Noisy-le-sec : un semi-remorque arrache 250 mètres de lignes Télécom !

L’accident s’est produit mardi vers 17h00 dans le quartier Langevin à Noisy-le-Sec, à proximité d’un terrain de football très fréquenté à cet horaire. Dans des circonstances qui restent à établir, un camion semi-remorque, immatriculé à l’étranger, a accroché des lignes Télécom au carrefour de la rue du 18 avril 1944 et de la rue du Progrès.

Le conducteur ne s’est pas immédiatement aperçu de l’incident et à poursuivi sa route arrachant plusieurs poteaux sur son trajet. Parmi les véhicules impliqués, un break taxi a ainsi été percuté par l’un des pylônes tombés à terre.

Ali*, l’un des riverains, explique avoir vu un conducteur descendre de son véhicule et frapper sur le camion pour alerter le chauffeur. Arrêtant son poids-lourds, le camionneur serait descendu de sa cabine de manière quelque peu virulente, se croyant tout d’abord victime d’une agression avant de se rendre compte de la situation.

Les sapeurs-pompiers de Paris ont dépêché sur les lieux un engin-pompe et un véhicule de protection pendant que la circulation était neutralisée par les effectifs du commissariat local.

Fort heureusement, aucun blessé n’est à déplorer dans cet accident spectaculaire.

Les circonstances de cet incident restent à déterminer car cette voirie, certes étroite, est quotidiennement empruntée par des véhicules à gros gabarit en particulier des véhicules de transports en commun. La ligne de bus 545 de la RATP a d’ailleurs été déviée le temps des opérations de mise en sécurité et de dégagement.

Dans la soirée, les équipes d’Orange étaient à pied d’œuvre pour reconstruire le tronçon de ligne détruit.

* le prénom a été changé.

Source : Un lecteur

Vidéo, violence entre bandes rivales à Noisy-le-Sec, des voitures endommagées

Une violente rixe a éclaté au centre-ville de Noisy-le-Sec ce samedi après-midi, rue Anatole-France, non loin de la mairie. Une vingtaine d’individus se sont affrontés, utilisant des projectiles et notamment des panneaux de chantier. L’un des protagonistes était également muni d’une bombe lacrymogène. Un blessé est à déplorer et aurait la jambe cassée.

Selon Actu17, ce serait une vengeance suite à un la tentative d’assassinat d’un jeune de quartier qui a reçu une balle.

Un jeune homme grièvement blessé d’une balle dans le dos en pleine rue à Noisy-le-Sec

Illustration

Un jeune homme a été grièvement blessé d’une balle dans le dos ce vendredi en fin d’après-midi, à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Il a été évacué à l’hôpital dans un état grave. Ses jours ne sont toutefois plus en danger ce samedi.

Il pourrait s’agir d’un règlement de comptes sur fond de rivalité entre deux cités. Vers 17h30 ce vendredi, un jeune du quartier du 140 a été grièvement blessé d’une balle dans le dos sur l’avenue Gallieni selon nos informations, confirmant celles du Parisien. Le tireur serait arrivé à motocross avant de prendre la fuite précise une source.

La jeune victime a été évacuée avec une escorte vers l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne). Son pronostic vital n’est plus engagé ce samedi. Au moment où il a été pris pour cible, le jeune homme se trouvait avec d’autres personnes de son âge, assis.

Un homme en garde à vue

Les policiers ont interpellé un suspect âgé de 20 ans dans la soirée, qui a été placé en garde à vue. Ce dernier est originaire de la cité du Londeau, une autre cité de la ville. L’arme utilisée n’a pas été retrouvée sur place mais les enquêteurs ont découvert un étui qui correspond à ce coup de feu. Des gants qui appartiendraient à l’auteur ont également été récupérés.

Source et article complet : Actu17

%d blogueurs aiment cette page :