Archives du blog

Audience au tribunal ce jour suite à une plainte du Maire d’Aulnay-sous-Bois, Hervé Suaudeau face à son destin

Cet après-midi a lieu une nouvelle audience contre une personnalité locale bien connue à Aulnay-sous-Bois suite à une plainte de Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois. En effet, Hervé Suaudeau, militant écologiste et d’extrême-gauche, également propriétaire du blog Monaulnay.com, va devoir s’expliquer à la 17ème chambre du tribunal de Paris pour des faits supposés de diffamation.

En 2017, Hervé Suaudeau avait témoigné dans un journal Belge sur de prétendues liens entre Bruno Beschizza et des associations cultuelles qui font la promotion du salafisme et de l’intégrisme islamiste. Si Hervé Suaudeau a reconnu les faits, ce dernier estime que ses propos ont été mal traduits. En tout état de cause, il devra faire cet après-midi une démonstration devant le juge et le procureur pour justifier ses propos dans son contexte original, tout en argumentant sur les liens supposés entre l’édile d’Aulnay et de certaines associations.

Si Hervé Suaudeau est avant une personnalité politique locale, pourfendeur de la municipalité LR de Bruno Beschizza, c’est aussi à ses heures perdues un blogueur, certes axé dans le politique, mais qui a le mérite de faire du contenu original. Et si la Rédaction d’Aulnaycap ne se reconnaît pas dans ses positions parfois radicales, c’est sans hésitation que nous lui apportons un soutien moral. Car en tant que blogueurs, nous sommes solidaires entre nous et tout blogueur qui ne le soutiendrait pas moralement ne serait finalement pas un véritable blogueur.

Hervé Suaudeau estime que le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza est responsable du repli identitaire

Voile intégral, extrémisme religieux, montée des populismes : l’Europe (et le monde) traverse une grave crise de conscience. Certaines personnalités politiques comme Philippe De Villiers n’hésite pas à faire l’analogie entre l’Europe d’aujourd’hui et l’Empire Romain du 4ème siècle, en plein déclin et sur le point de céder aux invasions barbares.

Le débat est également âpre sur les réseaux sociaux et de nombreuses personnalités politiques comme Hervé Suaudeau, fer de lance de l’écologie militante à Aulnay-sous-Bois, n’hésitent plus à décortiquer la situation tant sur le plan civilisationnel que politique. M. Suaudeau s’exclame ainsi :

« Nous pensons très précisément au maire d’Aulnay qui finance intensément des associations qui font venir des prédicateurs salafistes et qui tient en même temps un discours de repli et de peur du type extrême droite. Il fait partie des responsables de cette situation.« 

Il répondait à une remarque d’une autre personnalité politique locale, Jérôme Charré, en pleine réflexion sur la hausse du port du voile intégral.

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois pourrait attaquer Jordan Bardella en justice, ce dernier se dit confiant

Jordan_BardellaLe Maire d’Aulnay-sous-Bois demande une nouvelle fois, via une délibération au conseil municipal ce soir, la mise en place d’une protection fonctionnelle, cette fois-ci le concernant directement. Après 3 blogs, c’est au tour du conseiller régional Front National Jordan Bardella d’être inquiété. Comme d’habitude (sauf bizarrement pour un blog, où le journaliste a peut-être quelques connivences politiques), seuls les griefs envers l’attaqué ont été publiés dans Le Parisien.

Nous avons contacté Jordan Bardella pour avoir son ressenti concernant ce début de procédure judiciaire à son encontre. Craintes ? Regrets ? Etonnements ? Rien de cela. Jordan Bardella semble très confiant. Ci-dessous sa réaction qu’il a bien voulu nous faire partager :

« Je suis très honoré de cette procédure car elle va pouvoir me permettre de confirmer mes propos et de démontrer ma bonne foi.

Oui, le maire d’Aulnay-sous-Bois a ouvert des locaux municipaux à des prédicateurs radicaux le 31 janvier dernier (vérifiable en 30 secondes sur internet).

Nous allons nous servir de ce procès comme d’une véritable tribune pour dénoncer la complaisance d’élus locaux, de gauche comme de droite, avec l’islamisme radical dans les banlieues.« 

Vidéo : le journaliste Bernard de la Villardière agressé à Sevran lors d’un reportage

bernard_de_la_villardiere

Vidéo

Il ne fait pas bon être journaliste dans un quartier sensible de banlieue, notamment à proximité des points de deal. Le journaliste Bernard de la Villardière l’a appris à ses dépens lorsqu’il s’est rendu avec son équipe à Sevran, pour faire un reportage sur le salafisme.

Munie de caméras et de micros, l’équipe s’est faite rapidement interpellée par des jeunes et des guetteurs qui ont très mal pris cette présence. Cela aurait pu mal tourner, mais tous sont repartis, la peur au ventre, sans blessures.

Pour découvrir la vidéo, cliquer sur l’image ci-contre.

6 jeunes de Sevran morts en Syrie et en Irak pour le Djihad recrutés par des prédicateurs à Rougemont

rebelles_syriensAu moins 6 jeunes Sevranais sont morts dans leur quête du Djihad en Syrie et en Irak, selon les services de renseignement. La plupart vivait dans le quartier Rougemont, où sévit plusieurs prédicateurs / recruteurs. L’un de ces recruteurs aurait même été il y a peu CPE dans un collège de la ville.

Des parents de victimes se sont adressés au Maire Stéphane Gatignon (Ecologiste) mais ce dernier n’a toujours pas réagi, ce qu’il aurait pu faire via un dépôt de plainte au procureur de la république.

Une maman d’une victime attaque ouvertement le Maire de Sevran dans cette vidéo.

Pour Marianne, Bruno Beschizza pouvait empêcher la conférence des salafistes à Aulnay-sous-Bois

emjf_soiree_aulnayNouveau rebondissement entre le journal Marianne et Bruno Beschizza sur l’affaire de le la conférence organisée par l’EMJF à Aulnay-sous-Bois, le 31 décembre 2015. Alors que l’édile d’Aulnay indiquait dans Valeurs Actuelles ne pas pouvoir empêcher la tenue d’une telle conférence même avec des prédicateurs ayant tenu des propos contraires aux valeurs de la République, Marianne explique ainsi :

« Visiblement, Bruno Beschizza sous-estime l’importance de ses pouvoirs d’édile. Selon l’article L132-1 du code général des collectivités territoriales, « le maire concourt par son pouvoir de police à l’exercice des missions de sécurité publique et de prévention de la délinquance ». Il est plus concrètement en charge de la police municipale, elle-même chargée « d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques », comme le précisent les articles L2212-1 et L2212-2 de ce même code. »

Et d’ajouter un peu plus loin :

« Bruno Beschizza aurait aussi pu intervenir contre les prédicateurs salafistes en s’appuyant sur une jurisprudence qui fait les délices des étudiants en droit : l’arrêt « Morsang-sur-Orge », rendu par le Conseil d’Etat en 1995. La plus haute juridiction administrative avait alors validé la décision du maire de cette commune de l’Essonne, qui avait interdit un spectacle de lancer de nain, en considérant que ce divertissement « porte atteinte à la dignité de la personne humaine »

Il est possible que Bruno Beschizza réponde de nouveau via Valeurs Actuelles pour démonter les arguments de Marianne.

Pour l’intégralité de l’article, cliquer ici.

Le Parti Socialiste d’Aulnay-sous-Bois d’indigne des amalgames honteux de Bruno BESCHIZZA

Beschizza_Europa_CityLes Socialistes d’Aulnay-sous-Bois, leurs élus locaux ainsi que Daniel Goldberg, député, jugent scandaleux et indignes les sous-entendus exprimés par Bruno Beschizza dans le journal Valeurs Actuelles, qu’il a choisi pour s’exprimer alors que ce dernier est bien connu pour ses positions de droite extrême. 

Le maire de la commune est visiblement mécontent d’un article paru dans le journal Marianne, jeudi 25 février, qui met en cause sa décision de mettre à disposition gratuitement le 31 décembre dernier un gymnase de la ville pour une réunion organisée par l’association EMJF. Lors de  celle-ci, trois individus qualifiés par Marianne « de prédicateurs connus pour leurs positions radicales. » ont pu s’exprimer devant 700 personnes, rapporte le journal. 

Plutôt que d’assumer ses responsabilités, B. Beschizza choisit comme à son habitude de répondre par l’esquive, se défaussant sur l’État et se livrant à un amalgame particulièrement déplacé. En effet, il se justifie par le fait que les Socialistes locaux peuvent aussi se réunir librement dans la commune : « Quand la section locale du Parti Socialiste demande une salle, je ne peux pas exiger d’eux qu’ils me disent qui va intervenir lors de leur réunion. Et même si je le faisais, je n’aurais pas la capacité juridique de vérifier les bonnes mœurs des intervenants. » 

Par ce parallèle entre des responsables politiques et des « prédicateurs radicaux », par des sous-entendus sur notre moralité, ces propos sont inadmissibles. Ils jettent la suspicion sur une formation démocratique, ses adhérents, ses élus et sur tous les Aulnaysiens qui ont participé ces dernières années à nos manifestations publiques. Nous attendons des explications circonstanciées sur les soupçons qu’il aurait eu concernant les réunions publiques que nous avons tenues à Aulnay-sous-Bois depuis 2014. A défaut, seules des excuses publiques concernant cet amalgame scandaleux seront acceptées ! 

Alors que cet élu veut s’arroger le qualificatif de « républicain », il faut se souvenir comment, pendant la dernière élection municipale, le même B. Beschizza a surfé sur la rumeur de la « théorie du genre », en faisant campagne avec le livre « Medhi met du rouge à lèvres » , pour jouer sur les peurs et calomnier ainsi l’Éducation nationale. 

Il faut se souvenir aussi comment, sans se préoccuper de morale à l’époque, il a utilisé notre ville pour accueillir coup sur coup Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy alors qu’ils étaient mis gravement en cause dans l’affaire Bygmalion et que les comptes de campagne du second ont été annulés pour de graves manquements. 

Enfin, une question se pose maintenant : si B. Beschizza est de nouveau sollicité par l’association EMJF, permettra-t-il un nouveau rassemblement dans une salle municipale ? 

Décidément, Aulnay mérite mieux !

Source : communiqué du Parti Socialiste d’Aulnay-sous-Bois

A Aulnay-sous-Bois, le Nouvel an des salafistes au gymnase municipal selon Marianne

Beschizza_Cope_AulnayDans cette ville de Seine-Saint-Denis, une association musulmane a invité des prédicateurs radicaux à intervenir devant plusieurs centaines de personnes le 31 décembre dernier. Une soirée qui s’est déroulée dans une salle prêtée par le maire LR Bruno Beschizza.

Marianne revient sur la conférence organisée par l’EMJF (Espérance Musulmane de la Jeunesse Française) où plusieurs prédicateurs salafistes ont pris la parole. Article complet à lire ici.

%d blogueurs aiment cette page :