Archives du blog

Lettre ouverte en réponse au document d’Alain Pachoud « une nouvelle résidence seniors dans le quartier Croix Blanche à Aulnay-sous-Bois »

Nous tenons à revenir sur la caricature grossière et mensongère présente dans le document de M. Alain Pachoud formulée ainsi: « la municipalité de 2010 avait vocation à créer des HLM bas de gamme sans aucune considération pour les futurs occupants et les habitants du quartier. »

Rappelons les faits :

  • 1974 : les Impôts s’installent à Aulnay dans un immeuble de 3 étages avenue de la Croix Blanche.
  • 1999 : le centre est transféré à Blanc-Mesnil. Rien n’est fait jusqu’en 2008 alors que le prix du terrain grimpe. Le bâtiment est pillé et le site devient un point de deal.
  • 2008 : la nouvelle municipalité avec G. Ségura signe une convention avec l’ Établissement Public Foncier d’Île de France, l’EPFIF qui rachète les 4 240 m2 pour la Ville.
  • 2011 : démolition du bâtiment.1ère réunion publique : les habitants rejettent le projet proposé.
  • Juin 2012 : création d’ un Comité de pilotage de 20 personnes avec des habitants, des représentants d’associations locales, des conseils de quartiers, des élus de tous les bords politiques pour construire un projet d’aménagement viable, cohérent et respectueux de l’environnement.
  • Oct. 2013 : après plus d’un an de travail commun, vote en conseil municipal du projet retenu

Les points forts : respect du Plan Local d’Urbanisme , chênes sauvegardés, construction d’un lotissement de petites unités, au total 45 logements de 65 m2 dont des petits pour les jeunes ou les seniors, hauteur maximale de 11 m et de nouveaux locaux pour la mairie annexe. Pour respecter la convention avec l’EHPIF, il est prévu 20% de logements sociaux soit seulement 12 sur les 45 !

En 2014, la nouvelle municipalité de Bruno Beschizza cesse toute concertation. Pourtant, dès 2015, tout devenait plus facile pour un maire tel que Beschizza qui refuse la mixité sociale puisque Pécresse levait l’obligation des 20% de logements sociaux sur les terrains achetés par l’EPFIF.

2018, les arbres disparaissent du nouveau PLU en tant qu’arbres remarquables, on abat ceux qui  meurent sous des tonnes de matériaux déposés à leur pied.

2020, le Maire fait miroiter l’idée de la construction d’un établissement supplémentaire à Aulnay pour les anciens mais ce ne sont que des paroles en l’air.

Printemps 2022, les élus de l’opposition et la population découvrent en conseil municipal et en conseil de quartier, qu’il ne s’agit pas d’un nouvel établissement. C’est seulement la  reconstruction sur le terrain de l’ancien hôtel des impôts du Foyer des Cèdres situé actuellement au bord du canal, un foyer qui sera démoli au lieu d’être rénové.

Il s’agit donc d’une opération immobilière intéressante ! les rives du canal sont devenues très attractives pour les promoteurs ! Combien de logements luxueux et à quel prix ? Qui va gérer le nouveau foyer et quel sera le montant des loyers pour les anciens résidents, pour les quelques nouveaux ? Y aura-t-il accès à la propriété ?

On a montré aux résidents du foyer actuel des logements neufs, des salles communes. On espère qu’ils ne seront pas déçus, quittant un foyer plus petit, des espaces verts, un lieu de promenade, pour une barre de près de 100 logements le long d’une rue dans un quartier pavillonnaire.

Qu’en pensent les riverains mis devant le fait accompli ?

Source :  Les élus socialistes d’Aulnay-sous-Bois, Oussouf SIBY et Guy CHALLIER

Du discours lénifiant à la rétention d’information à Aulnay-sous-Bois ?

Il faut le reconnaître : il y a dans l’équipe municipale des personnes de bonne volonté, mais qui ne sont pas soutenues par leurs collègues. Je pense à M. Cannarozzo et à son très beau discours conclusif du conseil de quartier des Prévoyants, en janvier. (au fait, le dernier, c’était en mars ; logiquement il devrait y avoir un conseil à peu près tous les mois. À quand le prochain ? Il est vrai que le sujet proposé par le public, c’est l’urbanisme !) Donc à ce conseil, après la présentation de la future résidence senior sur le terrain de la Croix Blanche, où le public avait nettement exprimé sa désapprobation sur la forme du projet ci-dessous, (« on va avoir précisément ce contre quoi nous nous étions battus sous Ségura ! »), notre bon M. Cannarozzo nous a apaisés : nous avions deux ans devant nous pour se concerter et discuter sur la forme du projet.

Mais voilà : il y a des gens à la municipalité qui ne font rien pour faciliter le dialogue préconisé par M. Cannarozzo, et qui ont appliqué une méthode bien connue : tout faire pour mettre le bon peuple devant le fait accompli.

Pour discuter du projet, il faut évidemment avoir les plans inclus dans le permis de construire. Dès sa publication, le public a juste deux mois pour présenter des objections. Pour les activistes du fait accompli, il faut donc absolument raccourcir encore ce délai, en utilisant plusieurs astuces :

  • Attendre les grandes vacances pour rendre public le projet (approuvé en janvier) début juillet
  • Ne l’afficher sur place que plusieurs semaines plus tard, soit fin juillet
  • le placer à l’endroit le moins visible, derrière une camionnette-ventouse
  • Répondre aux demandes des associations (Aulnay Environnement et QCBE) qu’on ne sait pas où est le dossier !

Voilà où nous en sommes. Nous demandons donc expressément à M. Cannarozzo d’user de sa bienveillante influence pour nous permettre d’étudier ce dossier. Nous voudrions qu’on tienne compte autant que possible de nos remarques sur un projet immobilier qui aura un énorme impact sur le quartier (intégration architecturale, stationnement, etc.) car il a bien été dit par un élu lors de ce conseil que les architectes « allaient revoir leur  copie ».

NOUS NOUS SOUVENONS DU PROGRAMME ÉLECTORAL DE BESCHIZZA 1, qui affirmait en 2014 :

« Consulter les riverains avant tout projet de modification de leur quartier »

QU’EN PENSE BESCHIZZA 2 ?

Source : communiqué association Aulnay Environnement

%d blogueurs aiment cette page :