Publicités

Archives du blog

La place des Filles-Garçons et Femmes-Hommes dans l’espace public

A partir d’un effort personnel et d’une collaboration collégiale, nous, élèves de la 3èmeC du collège Gérard Philipe à Aulnay-Sous-Bois (Académie de Créteil), avons décidé de participer au concours « Les Olympes de la parole, session 2018-2019 : La place des femmes et des filles dans l’espace public », organisé par l’AFFDU (Association Française des Femmes Diplômées des Universités), avec le soutien du ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse. Il est mené en étroite concertation avec les personnes chargées de mission académique égalité filles-garçons.

A partir du mois d’octobre 2018, nous avons pris connaissance de ce concours «Les Olympes de la parole » à travers Monsieur REZZAKI, notre professeur de Sciences Physiques, « chargé de mission citoyenneté » et « référent Egalité Femmes-Hommes », qui nous a expliqué les modalités de ce concours auquel il nous a inscrits après un vote majoritaire de tous les élèves (100% pour).

Nous nous sommes mis d’accord sur la réflexion à mener après une mise en commun des idées de tous les élèves. Nous avons discuté de la problématique proposée, des démarches à poursuivre pour trouver un mode de résolution et des méthodes pédagogiques et éducatives utilisées pour y parvenir. Nous avons réparti les tâches par groupes pour faciliter la production collective de notre dossier final.

Pour mener à bien notre réflexion et pour varier les interventions de chacun d’entre nous, nous avons partagé les tâches en formant des petits groupes de quatre élèves. Chaque groupe est réparti comme suit :

Après avoir fait des recherches bibliographiques, nous avons collecté plusieurs informations à partir des actualités, publications, outils, textes de référence, rapports (bibliographie). Nous avons, alors, mis en commun nos idées pour sélectionner les meilleures. Enfin, nos porte-paroles ont exposé les idées retenues par chaque groupe et nous les avons regroupées sous forme de Problème/Solution.

Nous avons proposé des pistes d’actions visant à une prise de conscience pour défendre l’égalité des chances entre les sexes, pour le plaisir de donner ainsi à chacune et chacun sa place dans l’espace public (rues, boulevards, quais, gares, ports, autoroutes, établissements scolaires, lieux de sports, musés et théâtre…etc.).

Nous avons bénéficié du soutien de Madame Karinne MILVILLE, Principale du collège, de son Adjoint, Monsieur Karim BENHADRIA, ils ont suivi notre dossier et nous ont accompagnés dans son développement. Nous avons reçu les encouragements des IA-IPR de Sciences Physiques et Chimiques qui nous motivent et nous soutiennent pour nous inscrire dans ces démarches pédagogiques et éducatives afin de mettre en œuvre le projet académique (2016-2019), de l’équipe IMS Entreprendre pour la cité, de Messieurs Mohamed AYYADI et Gérard PRUDHOMME, conseillers départementaux de la Seine-Saint-Denis avec qui nous avons discuté de la question de la mixité dans la gestion de l’urbanisme dans les villes, la place des filles-garçons, femmes-hommes dans l’espace public. Ils nous ont réservé un accueil chaleureux lors de nos déplacements au Conseil Départemental à Bobigny.

Nous avons aussi contacté Monsieur le Maire et son équipe municipale,  les élus locaux d’opposition de notre ville, Aulnay-Sous-Bois. Ils nous ont programmé une visite à la mairie pour discuter de la question de la mixité dans la gestion de l’urbanisme dans notre ville, la place des filles-garçons et femmes-hommes, ils ont répondu à nos interrogations sur le sentiment de l’insécurité des filles et des femmes dans l’espace public.

Nous attendons le déplacement de Madame Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations,  à notre collège pour échanger avec elle. Elle nous éclairera sur le sujet et nous guidera dans ce sens dans la continuité de notre engagement quotidien. Nous comptons aussi discuter avec les hauts responsables de notre pays afin de mettre en application notre démarche de lutte, qui prend la forme d’une pédagogie de prévention, de sensibilisation et d’information à destination aux signataires de la convention 2013-2018, aux responsables des régions et des départements, aux défenseurs de la mixité et l’égalité envers tous les citoyens et en particulier en direction des jeunes générations.

Figure : Les représentants de la 3C à la préfecture de région Île-de-France lors de la finale régionale en mars 2019.

 

Les différents échanges cohérents et coordonnés ont favorisé l’autonomie, l’initiative individuelle et collective des élèves. Ils ont assuré une approche éducative contre les discriminations de genre, ethniques, économiques ou liées au handicap, ils ont ouvert  des horizons vraiment nouveaux aux jeunes collégiens et aux familles afin de promouvoir la mixité dans tous les secteurs et équipements de l’espace public.

Et c’est grâce à cet engagement à leurs côtés que nous parviendrons à améliorer la place des filles-garçons et femmes-hommes dans notre société en général, et dans l’espace public spécialement. C’est ce que nous avons défendu lors de la finale nationale de ce concours au ministère de l’éducation nationale le 15 mai dernier où nous avons représenté brillamment notre collège, notre département 93 et notre académie de Créteil. Nous avons terminé sur le podium avec la 2ème place devant 22 académies sélectionnées sur la France entière. Quelques photos pour illustrer cette finale :

Figure : Les représentants de la 3C à Paris accompagnés de Mme Milville lors de la finale nationale au Ministère de l’éducation nationale le 15 mai 2019.

Ce concours nous a permis de mener une réflexion sur la place des filles et des garçons, des femmes et des hommes dans l’espace public, de renforcer l’éducation à l’égalité et au respect mutuel entre les deux sexes, d’aborder la mixité dans la société en générale, et dans l’espace public spécialement, et de prévenir contre les harcèlements et les violences sexistes.

Nous souhaitons ainsi susciter de nouvelles vocations chez les jeunes filles pour leur permettre d’utiliser plus facilement l’espace public, d’engager résolument contre le harcèlement sexiste ; outre une campagne d’affichage, des actions de sensibilisation auprès des jeunes, la création d’outils de mesure et de suivi de ce phénomène, un plan de formation de l’encadrement et de l’ensemble des agents de transport.

Source : article en provenance du collège Gérard Philippe à Aulnay-sous-Bois

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :