Pertes historiques pour PSA

PSA_Aulnay« PSA Peugeot Citroën a annoncé mercredi avoir essuyé en 2012 une perte nette historique de 5 milliards d’euros, perte qui s’explique par sa dépendance aux marchés européens, mais le numéro un français de l’automobile a maintenu ses prévisions pour 2013 et les années suivantes.

En 2011, le constructeur avait dégagé un bénéfice net de 588 millions. Le montant astronomique de la perte nette du groupe l’an dernier inclut des dépréciations d’actifs massives, à hauteur de 4,7 milliards d’euros, touchant sa branche automobile, qu’il avait déjà dévoilées la semaine dernière. Mais le constructeur a également essuyé une lourde perte opérationnelle courante de 576 millions, tandis que le chiffre d’affaires a reculé de 5,2 %, à 55,4 milliards. Comme attendu, la dette nette ressort à – 3 milliards d’euros. « La dette nette s’est améliorée de 200 millions d’euros », a souligné le directeur financier, Jean-Baptiste de Chatillon. PSA a « brûlé » l’an dernier 3 milliards d’euros de liquidités, dont 2,5 milliards pour sa branche automobile, soit 200 millions par mois. Il compte toujours diviser par deux cette année son rythme de consommation de cash et vise un retour à l’équilibre de sa trésorerie opérationnelle à fin de 2014. Philippe Varin, président du directoire de PSA, a commenté ces très mauvais chiffres avec un certain optimisme… : « Les résultats du groupe en 2012 reflètent la détérioration de l’environnement dans le secteur automobile en Europe. Dans ce contexte, nous avons pris les mesures difficiles mais nécessaires qui s’imposent, pour réorganiser notre base industrielle en France. Les résultats du plan d’économie ainsi que du plan de cession d’actifs ont dépassé nos objectifs, soulignant l’engagement exceptionnel de nos  employés. Enfin, notre alliance stratégique avec GM est entrée dans sa phase d’exécution. Aujourd’hui, les fondations de notre rebond sont posées. » (Lire) Chez PSA Peugeot-Citroën, où s’est déroulée l’ultime séance de négociations sur le plan de restructuration qui vise les sites d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et de Rennes, quatre syndicats se sont déclarés favorables à un projet d’accord sur l’accompagnement des salariés concernés. La
> CFE-CGC, la CFTC, FO et le Syndicat indépendant de l’automobile (SIA), majoritaire à Aulnay-sous-Bois, mais pas la CGT, ont jugé que des avancées positives avaient été faites lors de ces négociations, qui avaient débuté le 7 novembre.« 

Source : Le Monde

Publié le 18 février 2013, dans Sociétés, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :