Publicités

Pour Alain Amédro, une situation financière dissimulée et catastrophique à Aulnay-sous-Bois !

20140314-CPfinancesAlors que les tracts se multiplient pour annoncer la bonne santé financière de la ville, Alain Amédro, las d’affirmer le contraire, a mis en ligne des documents prouvant ses inquiétudes (sur http://vivremieux-aulnay.fr/?p=933). On peut y lire le “scénario budgétaire préconisé” du bureau municipal du 23 janvier qui demande de baisser les programmes d’équipement et “d’appliquer une augmentation significative de l’ensemble de la fiscalité en début de mandat”. Cette hausse importante des impôts, prévue par l’équipe sortante, est estimée – dans la seule de leur hypothèse détaillée – à une évolution de 20% de la fiscalité. Cette hausse correspondrait, selon leur propre calculs à 173 à 256€ d’augmentation  d’impôts par an pour un ménage aulnaysien avec deux enfants.

Alain Amédro explique la situation: “Depuis notre démission en 2010, nous dénonçons certaines dérives financières et la gestion opaque de certains marchés, dont pour l’un d’entre eux la ville a été condamnée par la justice. L’adjointe aux finances refusait depuis de nombreux mois de présider la commission d’appel d’offre. Il n’est pas normal que cette situation soit cachée. Dès mon élection, j’ordonnerais un audit indépendant des finances de la ville afin de faire toute la transparence sur la situation réelle des finances de la ville. Les résultats seront rendus publics et je confierais la présidence de la commission des finances à un membre de l’opposition conformément à la charte Anticor que j’ai signée.

Source : communiqué Alain Amédro

Publicités

Publié le 15 mars 2014, dans Municipales 2014, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 8 Commentaires.

  1. Les Aulnaysiens ont-ils envie de voir leur feuille d’impôts augmenter de 20% dès le début du prochain mandat ? Les impôts actuels sont déjà suffisamment élevés pour ne pas les voir exploser alors que les administrés eux-même ont peine à vivre avec tous les restes à charge que les politiques ne cessent de faire peser sur eux, diminuant d’autant leur déjà si misérable pouvoir d’achat !

    Les Aulnaysiens doivent impérativement réaliser que si Ségura est élu, leurs impôts augmenteront de 20% dès le début du mandat, tout cela parce que sa gestion écoulée repose sur de forts emprunts qu’ils n’ont jamais souhaité et qui endettent considérablement la ville !

    Il faudrait sérieusement revoir à la baisse les indemnités des élus qui ne savent pas gérer une ville autrement qu’en l’endettant jusqu’au cou, et en faisant peser sur ses citoyens une épée de Damoclès qu’il n’ont jamais réclamée et pour laquelle ils n’ont pris aucune responsabilité !

    Il faudrait sérieusement arrêter en France de vivre continuellement à crédit, et sanctionner systématiquement les politiques qui hypothèquent l’avenir de nos enfants, de nos retraites et de nos finances en enrichissant les banques par les dettes qu’ils contractent pour faire fonctionner la ville.

    Ce n’est pas savoir gérer une ville que de fonctionner avec un système aussi toxique qui compromet l’avenir des citoyens et de leurs services publics par leurs effets délétères à retardement et à très long terme !

  2. Après avoir lu les documents fournis par Alain Amédro, il apparait clairement que Gérard Ségura a fortement accru la dette par habitant de notre ville sans demander l’avis ou l’accord des Aulnaysiens eux-mêmes ! Et le fait qu’il prétende que le niveau d’endettement de notre ville est inférieur à celui de villes équivalentes ne justifie aucunement ce recours systématique à l’emprunt pour gérer les services rendus aux citoyens !

    Cette conception déraisonnable de la gestion d’une ville est une vision scandaleusement inconséquente et à très court terme, un legs toxique laissé à la future équipe municipale, compromettant sérieusement et l’avenir de la ville et le maintien des services publics !

    Monsieur Ségura a sciemment hypothéqué toutes nos chances de mieux être et notre avenir au sein de notre ville par le recours abusif à des emprunts inconsidérés, sans se soucier de la capacité de remboursement des ménages Aulnaysiens, dont la plupart sont rendus exsangues par le chômage, les impôts et les taxes diverses et variées, ainsi que par les cures successives d’austérité imposées par les différents gouvernements, qu’ils soient de gauche ou de droite d’ailleurs !

    Ces dettes colossales qui n’ont strictement rien de normal engagées par un maire irresponsable, signent une gestion délétère, calamiteuse et hautement toxique pour les citoyens que nous sommes, et qui allons forcément devoir assumer financièrement cette bombe à retardement durant de nombreuses années en renonçant à nombre de nos services publics sur lesquels il faudra fatalement rogner !

    Allez-vous une fois de plus, mes chers compatriotes, signer un chèque en blanc à ce très mauvais gestionnaire sortant, qui prétend avoir fait  » avancer » notre ville, mais dont la folie des grandeurs se mesure au prix fort par les lourdes dettes qu’il a contracté en notre nom sans que nous ayons jamais donné un assentiment éclairé ?

    Votre bulletin de vote dimanche prochain sera déterminant !

  3. Françoise BOVAIS-LIEGEOIS

    Petite erreur,
    J’ai demandé au Maire de me décharger de la délégation marchés publics le 21/03/2012 suite à l’agression dont j’ai été victime dans la nuit du 26 au 27 janvier 2012 (menaces de mort sur les pare-brises des véhicules de mon époux et de mes fils assorties de l’ensemble des pneus crevés) en rapport avec ma délégation et le conflit TFN.
    Il a accepté.
    Quelques mois plus tard, la plainte pour laquelle j’avais reçu la protection fonctionnelle unanime du conseil municipal a été déqualifiée (en dégradations volontaires de véhicules) et classée sans suite alors que la nouvelle Unité d’information judiciaire avait effectué des relevés d’empreintes.
    Ayant naturellement demandé par écrit que la ville fasse appel (les menaces ayant été faites à raison de mes fonctions, la ville DEVAIT subroger dans mes droits), rien n’a été fait.
    Je laisse le lecteur apprécier… la rigueur en matière de protection de l’autorité publique.
    Je ne peux me prononcer sur le reste!!!

  4. Françoise BOVAIS-LIEGEOIS

    @Catherine:
    De toute façons, le budget doit être voté avant la fin du mois d’avril 2014 (sous peine de tutelle préfectorale). L’équilibre est nécessairement construit en prenant en compte une augmentation de la fiscalité pour préserver l’excédent de la section de fonctionnement (autofinancement réglementaire destiné à permettre le paiement de l’encours de dette) et l’intégration de l’augmentation des « bases ». Cette augmentation de la fiscalité a été arbitrée… je n’en sais pas plus.
    Il est vrai que mon éventuel futur successeur dans la fonction a déjà officiellement été présenté au directeur des finances de la Ville par le DGS « himself » (et en dehors de ma présence), le 28/02 dernier.

    • Françoise BOVAIS-LIEGEOIS

      A tous, mes doigts ont croché… Vous aurez compris que l’excédent de la secttion de fonctionnement doit couvrir réglementairement l’ANNUITE de la dette (et non l’encours de dette).

  5. Cette augmentation de la fiscalité locale à venir est insupportable pour les Aulnaysiens parce que déjà nous trouvions que nos impôts étaient trop lourds pour les familles, dans un contexte de crise et de récession, et cela d’autant plus qu’il a été constaté une très nette détérioration de nos services publics : baisse de la sécurité, nombreux médecins du CMES et d’autres centres médicaux de la ville qui n’ont jamais été remplacés, disparition de nombreuses disciplines médicales obligeant les Aulnaysiens désargentés à renoncer aux soins et aux examens plutôt que de devoir payer les tarifs exorbitants des cabinets libéraux ou de l’hôpital privé de l’est parisien qui pratique des dépassement d’honoraires sur tous les actes et examens pratiqués.

    A cela s’ajoute les difficultés croissantes de stationnement et de circulation, aggravées par les nombreuses constructions d’immeubles à plus de 4 étages qui ont poussé comme des champignons après la pluie, sans que soient prévus dans le même temps des espaces supplémentaires de stationnement publique aux alentours de toutes les infrastructures de notre ville ! Ajoutons encore les nombreux travaux de voirie qui, au lieu d’améliorer la fluidité du trafic, a augmenté de façon très significative les embouteillages qui exaspèrent les conducteurs et qui apportent nuisances sonores et malodorantes aux riverains !

    Tous ces travaux ont coûté cher aux contribuables Aulnaysiens mais n’ont absolument pas amélioré leur cadre de vie ni leur quotidien, bien au contraire ! Densifier le centre ville et augmenter la population dans une ville qui se caractérise par des rues étroites et un manque crucial de places de stationnement pour accéder aux différents commerces et marchés, c’est assurément garantir aux résidents Aulnaysiens un quotidien difficile et dégradé qu’ils n’ont jamais souhaité et dont ils se passeraient bien volontiers.

    Assurément, il n’y a franchement pas de quoi être satisfait de payer autant d’impôts pour des résultats et des gaspillages si décevants ! Les Aulnaysiens ont par exemple payé à quelques années d’intervalle deux fois la réfection du Boulevard de Strasbourg ! Il serait souhaitable que nos élus réfléchissent à deux fois avant d’engager des dépenses pour s’apercevoir ensuite que tout est à refaire… Au bout de toutes ces décisions irréfléchies, se trouvent les contribuables qui en ont plus qu’assez d’être pris pour des  » vaches à lait  » consentantes à leur corps défendant !

    Les errances regrettables de nos élus dans les appréciations et décisions municipales rendent de plus en plus difficile pour les Aulnaysiens le consentement à l’impôt ! Alors envisager leur augmentation sur le prochain mandat simplement parce que l’équipe sortante a dépensé un argent dont elle ne disposait pas, c’est faire injustement payer aux citoyens innocents, une gestion calamiteuse dont la municipalité sortante est seule responsable !

  6. JEAN LOUIS KARKIDES

    Madame Bovais-Liegeois,je me souviens d’une réunion où nous avions échangé et de votre position à savoir que vous respectiez l’unité de vote dans votre groupe,position respectable….
    Respectable si l’on est soi même respecté.
    Le mot « respect » employé quatre fois,c’est beaucoup en deux phrases mais c’est une valeur à défendre….

  7. Françoise BOVAIS-LIEGEOIS

    A tous, mes doigts ont croché… Vous aurez compris que l’excédent de la secttion de fonctionnement doit couvrir réglementairement l’ANNUITE de la dette (et non l’encours de dette).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :