Les ministres payent moins d’impôts que les salariés

canard_enchaine_elusC’est ce que nous confirme le Canard Enchaîné, dont vous pouvez voir l’article qui se passe de commentaire en cliquant sur l’image ci-contre.

Article proposé par Christian Picq

Publié le 5 mars 2016, dans Politique, Presse, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. Il faudrait mettre fin à ces privilèges indécents payés par un peuple qui se serre continuellement la ceinture, en renonçant souvent à ses droits les plus vitaux et les plus élémentaires ! Et tant qu’on y est, supprimer également les salaires à vie et les avantages en nature de tous les ex présidents, ministres, sénateurs et députés !

    Ces sommes pharaoniques qui saignent les citoyens seraient bien plus utiles à la mise en place de biens collectifs et de services publics rétablissant des droits pour tous ceux que la société humaine a honteusement et scandaleusement exclu du droit de vivre et d’exister.

    Une autre révolution, pacifique cette fois, doit se mettre en place pour réformer radicalement nos sociétés, et abolir tous les privilèges que les élus ont secrètement établi à l’insu et sans le consentement éclairé des citoyens.

    Le peuple doit redevenir souverain, et éradiquer la gangrène qui s’est durablement installée dans une parodie de démocratie, où la classe politique, tous partis confondus, a restauré sur le dos et à l’insu des citoyens des privilèges immérités et injustes que la révolution de 1789 avait pourtant aboli !

  2. Olivier Rimbert

    Ouh la la vous allez nous la mettre en colère

    Jusqu’à raconter des fadaises et billevesées

    Ministres pas de salaires ni retraites juste trois mois après leur retrait de portefeuille avec un salaire peu élevé en rapport aux travail fourni. Ne soyons pas démagogues

    Un député cotise pour sa retraite bien plus que tout un chacun . Il me semble que cela est normal, même si pour certain c’est un métier il n’est pas possible de mener en parallèle une vie professionnelle et celle de députe, il me semble donc normal qu’il y ai quelques avantages.

    Les plus nantis semble être les sénateurs je le consens

  3. Permettez moi de vous contredire Olivier Rimbert ! Je ne raconte ni fadaises ni billevesées et vous retourne la formule…qui illustre à merveille l’inconséquence de vos propos !

    L’indemnité parlementaire des députés se compose de trois volets: une indemnité de base de 5514,68 euros, complétée par 165,44 euros d’indemnité de résidence et 1420,03 euros d’indemnité de fonction. Retenues déduites, l’indemnité mensuelle nette est de 5148,77 euros. Vous conviendrez que c’est une rémunération très au-delà du salaire médian et que bien des citoyens français abonnés aux sales boulots et misérables rémunérations s’en accommoderaient bien volontiers pour accéder à tout ce qui concourt à la dignité et au bien être d’un humain et qui leur est refusé !

    En outre et contrairement à ce que vous prétendez, Les députés qui exercent une activité professionnelle peuvent cumuler ce revenu avec leur indemnité ! Citez nous s’il vous plait, quels députés ne cumulent pas leurs fonctions de député avec une activité professionnelle !

    De plus, et bien que depuis 1992 un écrêtement soit appliqué sur le cumul de plusieurs mandats, ils peuvent néanmoins percevoir en sus des indemnités ci dessus énoncées, une somme plafonnée à 2757,34 euros bruts au titre de leurs autres mandats ! Avouez tout de même que bien des citoyens assujettis aux impôts n’engrangent même pas ces rémunérations, en travaillant à plein temps, pour vivre et faire vivre leur famille !

    Nous n’allons donc pas pleurer sur le sort des députés qui, en période de crise et de récession durables, tirent magistralement leur épingle du jeu, et ne connaissent strictement rien des renoncements et privations que l’énorme pression fiscale inflige aux citoyens ! Avec de tels revenus qui se cumulent, il est possible de vivre plus que très confortablement, voire dans un certain luxe et une gabegie de moyens que ne connaissent pas les membres de la société civile !

    A ces revenus plus que confortables donc, des indemnités représentatives de frais de mandat (IRFM) viennent s’ajouter : 5770 euros bruts mensuels permettent en effet aux députés de régler diverses dépenses liées à l’exercice de leur mandat qui ne sont pas directement prises en charge ou remboursées par l’Assemblée. Ce montant mensuel multiplié par 12 mois n’est pas fiscalisé et son utilisation laissée à la discrétion de chaque député ne fait l’objet d’aucun contrôle, alors que ces 70 000 euros annuels accordé à chaque député est abondé par les impôts de chaque citoyen ! En multipliant à nouveau cette somme par le nombre de députés qui siègent au palais Bourbon, cela représente des sommes colossales qui grèvent considérablement le pouvoir d’achat des ménages, maintenus constamment au régime sec ! Cela ne pourra pas durer ainsi bien longtemps…

    Si certains députés jouent la transparence quant à la justification de leurs frais réels au titre de l’IRFM, d’autres n’hésitent pas à utiliser cette somme pour des dépenses privées, ce qui devient un détournement de biens sociaux et constitue alors des privilèges immérités qui appauvrissent la France.

    Autres avantages non négligeables et forts coûteux pour le contribuable :

    — Les députés disposent d’une carte les autorisant à voyager gratuitement en première classe sur toutes les lignes SNCF. Ils peuvent aussi effectuer les trajets entre Paris et leur circonscription en avion, à raison de 80 passages par an. Douze passages hors circonscription sont également pris en charge.

    — l’équipement informatique et les fournitures sont à la charge de l’Assemblée nationale. Ils disposent aussi d’un forfait global de communication généreux, permettant de prendre en charge jusqu’à cinq lignes téléphoniques et un abonnement d’accès à Internet, ou quatre lignes et deux abonnements.

    — La retraite des députés -comme celle des sénateurs- est très avantageuse.
    Elle est dans tous les cas considérablement plus favorable que celle de la moyenne des Français. La retraite moyenne des parlementaires s’élève à 2700 euros nets.

    Tous ces privilèges sont financés et supportés par les contribuables qui ne bénéficient d’aucun de ces avantages ni de ces moyens financiers, et pour engraisser ces nouveaux nababs de la république qui ne défendent ni leurs conditions de survie, ni leurs conditions lamentables de travail, se privent de tout et ne profitent même plus de la vie qui leur a été donnée !

  4. Olivier Rimbert

    Catherine

    Il vous maque une chose pour vivre heureuse : l’humour

    Bon dimanche

  5. Olivier, n’ayez aucune crainte : l’humour cohabite et s’accommode parfaitement avec le regard sans complaisance ni naïveté que je porte sur une société inéquitable qui exclue toujours davantage, et des systèmes politiques corrompus qui gangrènent une république qui n’a de démocratie que le nom ! Bon dimanche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :