Publicités

Décès de Jean Rochefort, grand acteur du cinéma français

 Jean Rochefort s’est éteint cette nuit, à 87 ans, dans un hôpital parisien.

Jean Rochefort à joué dans plus d’une centaine de films, le comédien a débuté sa carrière au milieu des années 50, il s’est illustré dans différents types de films , du drame à la comédie.

Immédiatement reconnaissable à sa voix chaude et ses belles moustaches, Jean Rochefort a tourné près de 150 films, aussi bien de cinéma d’auteur que populaire. Libertin cynique dans Que la fête commence de Bertrand Tavernier, il incarne un flegmatique valet anglais (Les Tribulations d’un chinois en Chine, de Philippe de Broca) comme un père de famille adultérin (Un éléphant ça trompe énormément d’Yves Robert) ou un personnage poignant d’animateur radio solitaire dans Tandem de Patrice Leconte. Sa longue carrière a été couronnée de trois Césars, pour ses rôles dans Que la fête commence en 1976, Le Crabe-Tambour en 1978, et un César

« Floride », son dernier film

En février 2013, Jean Rochefort avait envisagé une retraite possible, à l’occasion de la sortie de L’Artiste et son modèle, de Fernando Trueba. Rappelant qu’il avait déjà arrêté le théâtre, il expliquait alors qu’il arrêterait aussi le cinéma « à moins de tomber sur un projet de film qui [le]bouleverserait ».

« Je croyais que ce serait le dernier et j’ai recommencé », a-t-il concédé auprès d’Europe 1 en juin 2015, deux mois avant la sortie de son dernier film, Floride, de  Philippe le Guay. Il y incarne un homme qui décide, sur un coup de tête, de s’envoler pour les États-Unis, à Miami, où vit sa fille cadette.

Il avait confié à la radio, non sans humour : « Je vais épargner le public. Je ne veux pas faire de film d’épouvante, il vaut mieux s’arrêter. Si c’est pour jouer un vieux pépé dans un coin agitant ses mains près du foyer de la cheminée… L’acteur a en effet arrêté sa carrière sur le grand écran après cette dernière apparition dans un film.

Passionné de chevaux

L’autre passion de Jean Rochefort était le cheval. Découverte lors du tournage du film « Cartouche » au début des années 1960, cette passion pour les chevaux et l’équitation prend une dimension de taille dès que Jean Rochefort devient éleveur et acquiert un haras dans les Yvelines.

On se souviendra des commentaires des compétitions d’équitation signés Jean Rochefort, aussi drôles qu’érudits, lors des jeux olympiques de 2004 et 2008. Avec la metteure en scène Delphine Gleize, Jean Rochefort a également réalisé le film documentaire « Cavaliers seuls » (2010), dans lequel il suivait notamment un ancien champion international de saut d’obstacles, devenu handicapé et en fauteuil électrique conserver intacte sa relation aux chevaux. En 2011, il parcourait « le Louvre à cheval »pour décrypter les chefs d’œuvre qui mettent en scène l’objet de sa passion. C’est décalé, plein d’humour et de poésie.

Notre rédaction tient à présenter ses plus sincères condoléances à toute sa famille.

 

 

Publicités

Publié le 9 octobre 2017, dans Actualité, Cinéma, Culture, devoir de mémoire., et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :