Les emplois francs un échec, difficile de trouver un travail lorsqu’on habite un quartier sensible d’Aulnay-sous-Bois

Le gouvernement a annoncé jeudi qu’il élargirait à partir d’avril les critères d’éligibilité aux emplois francs pour faire face au manque de popularité de ce dispositif qui vise à encourager l’embauche des résidents des quartiers populaires.

Le dispositif sera désormais accessible à sept nouveaux territoires: Hauts-de-France, Île-de-France, Ardennes, Bouches-du-Rhône, Haute-Garonne, Maine-et-Loire et Vaucluse.

Depuis le 1er avril 2018, il était expérimenté en Seine-Saint-Denis, Seine-et-Marne, Val-d’Oise, Essonne, à Lille, Marseille et Angers.

« Plus de la moitié des habitants vivant en quartier prioritaire de la politique de la ville est désormais éligible contre un quart précédemment », écrivent le ministère du Travail, des Outre-mer et de la Cohésion des territoires dans un communiqué conjoint.

Au 10 mars 2019, 5.699 demandes avaient été déposées, et 4.544 acceptées, précise le gouvernement, qui s’était fixé pour objectif de signer 50.000 contrats d’ici la fin 2019. Déjà en octobre, Reuters avait révélé que le programme peinait à décoller.

Sur ces contrats signés, 79% sont des contrats à durée indéterminée, 87% avec des entreprises et 13% avec des associations. « Dans un cas sur deux, le bénéficiaire travaille en dehors du quartier où il vit, ce qui prouve qu’il est possible de lutter contre l’assignation à résidence », peut-on lire dans le communiqué.

Le dispositif, qui est une promesse d’Emmanuel Macron, prévoit une prime à l’embauche de 5.000 euros par an pendant trois ans pour toute entreprise ou association qui engagerait en CDI un habitant d’un quartier prioritaire.

Les primes sont de 2.500 euros par an pendant deux ans pour les entreprises ou associations qui recruteraient un habitant en CDD de plus de six mois.

La précédente expérience d’emplois francs, qui s’est tenue de 2013 à 2015 sous le quinquennat de François Hollande, s’est soldée par « un échec » (moins de 300 emplois), avait dit le ministère du Travail au lancement de son programme, en raison des « critères très restrictifs » mis en place.

En ce qui concerne cette expérience, la déléguée générale du syndicat patronal CPME 95, dans le Val-d’Oise, Laura Violas, expliquait en octobre que beaucoup d’entreprises avaient encore de la difficulté à comprendre comment fonctionnait le dispositif, d’où leurs réticences.

Certains salariés hésitent aussi souvent à dire à leur employeur qu’il viennent d’un quartier défavorisé, avait ajouté le directeur de l’agence Pôle emploi d’Aulnay-sous-Bois, Silvino Ramos Furtado.

Source : Reuters

Publié le 21 mars 2019, dans Emploi, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Le monde du travail et notre société cumulent toutes les formes de discriminations pratiquées lors des recrutements, en raison de trop nombreux préjugés et présupposés obsolètes et clivants : L’âge ( trop jeune ou trop vieux ), les diplômes ( trop ou pas assez ) le lieu d’habitation ( quartiers et départements sensibles ou relégués ) l’appartenance ( supposée ou réelle ) à une religion, un parti, une race, une communauté…. un état supposé, réel ou imaginaire ( le handicap, la maladie, l’homosexualité etc… ), les obstacles à l’emploi des femmes pour ce qui concerne celles en âge de procréer ou celles qui ont des enfants en bas âge, fort peu appréciées des employeurs pour ces motifs iniques, car s’ils n’avaient pas été mis au monde par des femmes, ils ne seraient pas en faculté de les discriminer à l’embauche pour ces motifs….

    Comme on peut le constater, le pays qui a promulgué les droits de l’homme et du citoyen doit effectuer un travail énorme pour instaurer une équité réelle dans le monde du travail dominé par les hommes, sachant que ce dernier assure l’autonomie et la subsistance des des citoyens et familles qui n’ont pas eu la chance d’être nés dans les billets de banque et dans des patrimoines conséquents !

    C’est pourtant le rôle et le devoir des politiques de tempérer les trop grands écarts de fortune, sans pour autant mettre tout le monde au même niveau….

  2. Il ne faut pas tout mélanger. Cela fait 5 ans qu’avec notre Mission Locale, nous trouvons chaque année 500 jobs pour les moins de 26 ans et même 833 l’année dernière. Alors si il y a bien un handicap, il n’est pas insurmontable. Les emplois francs relèvent d’une fausse idée qui revient a donner de l’argent a une entreprise pour qu’elle vous embauche. Mais si elle n’ pas de job, ça ne sert a rien. Une entreprise n’embauche que parce qu’elle a des besoins et elles se tournent vers ceux qui les comprennent et leur fournissent de bons candidats. Nous faisons ce travail de confiance avec les entreprises en direct, nous préparons les candidats, et le résultat est la. Voila, c’est juste une question de compréhension de la machine économique et de savoir se mettre en phase avec elle.

Répondre à Catherine Medioni Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :