Le CADA veut inspirer les candidats aux municipales à Aulnay-sous-Bois et critique l’action du maire sortant

Le Cada, qui revendique plusieurs centaines de sympathisants, publie 85 pages de propositions pour nourrir le débat politique.

Soulever les problèmes, mais aussi proposer des solutions « non partisanes », insiste Sylvie Billard, coordinatrice du Cercle amical démocratique aulnaysien (CADA). Cette association locale publie un « Manifeste pour servir Aulnay-sous-Bois ».

Un document de 85 pages, fruit d’une centaine de réunions, qui, à six mois des municipales, veut « nourrir » le programme des candidats. Et pourquoi pas, appuyer la création d’une liste issue de la société civile.

Les pratiques municipales épinglées

Une réunion de présentation de ce manifeste s’est tenue mercredi, devant une cinquantaine d’acteurs locaux – associatifs, entrepreneurs, habitants… – et le maire Bruno Beschizza (LR), présent malgré la visite de deux ministres ce jour-là, ainsi que d’Evelyne Demonceaux, élue d’opposition PS. Sans broncher, l’édile a écouté les membres du Cada tirer à boulets rouges sur « le manque de démocratie participative sur la ville » et les « pratiques municipales à repenser complètement ».

Mais au-delà de la critique, l’association a aussi formulé une longue liste de propositions, sur les thèmes, pêle-mêle, de la transparence municipale, de la nécessaire participation des habitants aux décisions, de la sécurité, l’emploi, l’urbanisme, l’écologie…

«Décisions concertées avec les habitants »

« Au cœur du combat du Cada : la démocratie participative, la participation des habitants à la prise de décisions », rappelle Sylvie Billard, qui regrette, s’agissant de la municipalité actuelle, « que les décisions ne soient pas assez concertées avec les habitants ».

Là-dessus, l’association propose par exemple la mise en place d’une « évaluation citoyenne de mi-mandat », qui permettrait de réorienter l’action municipale au bout de trois ans, en lien avec les conseils de quartier, de jeunesse et des seniors. Autres idées : multiplier les référendums locaux, les budgets participatifs, ou encore la création d’ateliers de coconstruction des services publics.

Source et article complet : Le Parisien

Publié le 7 septembre 2019, dans Associations, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :