La ville d’Aulnay-sous-Bois pourrait toucher 200 000 € par an grâce à la réhabilitation des bornes Autolib’

La Métropole du Grand Paris a passé un marché pour remettre en fonction les anciennes bornes Autolib’ de recharge électrique et en installer de nouvelles.

C’est un long feuilleton qui est en passe de prendre fin. Les bornes Autolib’ inutilisées depuis la fin du service d’autopartage en juillet 2018 en Ile-de-France vont enfin connaître une deuxième vie.

Un consortium composé de Spie, SIIT et E-totem vient de remporter l’appel à initiative privée lancé par le syndicat de la Métropole du Grand Paris (MGP). A la clé, la promesse de la reprise des 2 582 anciennes bornes de recharge pour véhicules électriques et l’installation de 502 nouvelles dont 252 à charge rapide (50 à 150 KW). Jusqu’alors, hormis la ville de Paris qui avait rapidement remis en état de marche les équipementscelles qui se trouvaient sur son territoire, les équipements disséminés en petite couronne occupaient l’espace public sans aucune utilité. A l’exception de quelques communes comme Malakoff (Hauts-de-Seine) qui les avaient réactivées moyennant un forfait de 120 € par mois.

Plus de 3 000 emplacements concernés

Au total avec l’initiative de la MGP ce sont progressivement 3 084 emplacements dans 130 communes qui pourraient être à nouveau mis à la disposition des détenteurs de voitures électriques. « Ce marché c’est la cerise sur le gâteau du plan métropolitain pour les mobilités douces et durables d’un montant de 110 M€ voté à la fin du mois de mai», se félicite Patrick Ollier, le président de la MGP et maire (LR) de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Un plan qui prévoit outre les réhabilitation des bornes, le développement du service de vélo en libre service Vélib’ ou de la prime à l’achat pour un vélo à assistance électrique (VAE). « Il fallait trouver une solution pour ces bornes qui sont d’utilité publique », reconnait Patrick Ollier qui devrait inaugurer d’ici la fin du mois la première borne nouvelle génération.

La situation était devenue légèrement tendue pour les propriétaires de véhicules électriques, toujours plus nombreux, qui souhaitaient faire le plein. « La commission européenne recommande un point de charge publique pour dix véhicules en circulation. Or en petite couronne depuis l’arrêt d’Autolib’, le maillage était devenu hyper faible », indique Florian Tedeschi, ingénieur transport à l’Institut Paris-Région et auteur d’un rapport avec Frédérique Prédali sur le sujet en 2019.

Une carotte financière pour les communes

Afin d’inciter les communes à signer un contrat avec le consortium Métropolis, un dispositif financier incitatif a été mis en place. Une véritable carotte pour les municipalités en échange de l’occupation de leur espace urbain. « Métropolis versera 5 000 euros annuels par emplacement à toutes les villes qui rejoignent le réseau », assure Patrick Ollier. A titre indicatif selon l’édile, Nanterre (Hauts-de-Seine) percevrait 870 000 euros pour tous ses emplacements. Ce serait 535 000 € pour Rueil (92), 105 000 euros pour Antony (92) et 195 000 euros pour Aulnay-sous-Bois (93). Depuis l’annonce de l’accord, une quinzaine de villes ont manifesté leur intérêt parmi lesquelles Argenteuil (95), Vincennes, Villeneuve-le-Roi, Saint-Mandé, Ormesson, Marolles-en-Brie et Ivry (94) ainsi que Courbevoie, Bagneux ou Antony (92).

Source et article complet : Le Parisien

Publié le 17 juin 2020, dans Actualité, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Delphine Constant

    Vive NOUS 😇
    #AULNAYBOUGE

    Alors la gauche Aulnay en commun, on dit quoi avec vos 2590 baltringues ?
    👏👏👏👏👏

    Vive MOI 🤗👍
    On sait mieux que vous !

  2. @ Delphine Constant

    Votre commentaire est affligeant de bêtise et de provocation inutile. Si vraiment vous êtes un élu de la majorité actuelle, votre comportement niais et débilitant ne lui font pas bonne presse. Cependant les 2590 électeurs que vous nommez  » baltringues  » peuvent légitimement se sentir offensés et outragés, au point de porter plainte et de réclamer la levée de votre anonymat, car aucun élu, quelque soit la chapelle politique à laquelle il adhère, n’est fondé à mépriser publiquement ses administrés ni à les discriminer de façon négative pour des motifs politiques !

    L’anonymat ne doit en aucun cas permettre ni cautionner publiquement des comportements insultants, injurieux, offensants, calomnieux et délictueux troublant l’ordre public, offensant et méprisant le peuple et salissant l’état de droit !

  3. Un habitant d'Aulnay

    La barbe !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :